Zotterdam, au siège du PZD

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Zotterdam, au siège du PZD

Message  Feu le Duc de Silverstein le Mar 24 Nov 2015 - 20:56

Âgé de soixante-dix huit ans, retiré, personne n'avait cru le retour du Duc de Silverstein en politique. Pourtant s'était contraint qu'il s'était résigné il y a quelques semaibes à abandonner la paix d'une vie partagée entre les grands évènements de la cour, travaux journalistiques et présidence des divers conseils d'administration et œuvre de charité dont il était le gestionnaire, pour rejoindre de nouveau la rudesse de la vie politique. Plusieurs évènements avaient concouru à cela.

Le Zentrum était un parti né de la scission des whigs sur la question de l'intervention en Laurasie pour protéger les minorités zorthodoxes opprimés. Lemberg et Silverstein avaient tous deux été les âmes de ce mouvement. Le parti zorthodoxe-démocrate, à la croisée des valeurs démocratique et des convictions zorthodoxe, était né. Le premier prenant la présidence, le second la vice-présidence.

Le parti zorthodoxe-démocrate malgré des débuts prometteurs, ne pouvant s'affirmer sur le plan national, étaient condamné à se remorquer à la traîne du parti conservateur au sein de l'Union des droites zollernoises, machine de guerre électorale mise en place par le Prince Zabrücksi qui n'avait dès lors plus été remise en cause. Il fut étrange que le petit-fils de celui-là même qui avait causé la scission du PCZ et la création des whigs, quelques décennies plus tard ramenait les plus droitiers de ces derniers au parti conservateur. Le Zentrum payait de cette vassalisation électorale le prix de sa survie politique et de la victoire de ses idées. Quant au PCZ, il gagnait là sa conscience zorthodoxe et une assise solide en Silverstein, seule région ou le zentrum avait pu s'implanter en raison de l'assise politique de ses chefs antérieurement à sa création.

Le Zentrum devait aussi subir le sort des partis personnels dont la notoriété et la visibilité ne tenait qu'à son seul chef. Alexander Lemberg diminué par l'épidémie de flémingite s'était effacé de la vie politique, choisissant la retrait, le parti, signe de la personnalisation de sa présidence en était sorti affaibli. Silverstein, dont l'influence était grandissante à mesure qu'il vieillissait avait naturellement été choisi comme recours. Le Duc homme de devoir comme de principes avait accepté. Ce jour là il avait été élu par acclamation. L'assemblée était unanime.

Sous l'impulsion du nouveau président, le PZD modifiait sa stratégie. Choisissant de compter dans le PCZ plutôt que de survivre en dehors. Le PZD avait choisi l'association avec le principal parti de l'opposition. Désormais représenté dans les instances du PCZ, il avait pu obtenir deux têtes de listes mixtes en position d'éligibilité et faire figurer certaines de ses idées cardinales dans le programme conservateur. Silverstein mènerait la liste dans son fief, comptant dans le soutien de poids du capitaine-général de la Hanze, Jan van Zrecken. Léopold de Babenberg, quatre-vingt cinq ans, conduisait la liste dans les Zorcades dont il était le Duc. A l'image de son allié et désormais associé, le PCZ, le PZD était plus que jamais un parti de notables convaincus que le Zollernberg devait se gouverner à l'ombre des châteaux et au rythme des clochers.
avatar
Feu le Duc de Silverstein

Messages : 196
Date d'inscription : 22/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum