Au clair de lune ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Au clair de lune ...

Message par Edorel Gatline le Jeu 1 Déc 2011 - 14:55

La petite embarcation, malgré les remous de la mer, s'avançait sans problème vers sa destination, le rivage zollernois. Edorel regardé fixement sa nouvelle destination, et les deux rameurs qui l'accompagnait (deux rilekøens, arrivé il y a quelques mois à Sant-Eustaquy avec plusieurs centaines d'autres) n'ont pas pipés un seul mot depuis que l'homme avait pris sa décision.

Edorel Gatline, réfléchissait, depuis sa fausse mort, il avait visité que deux pays et eu à faire à de nombreux loustics en tout genre, des pirates, des mercenaires, des vampires (haha !) un peuple en exode, bref la lie de la vie sur cette planète. A ses pieds, se trouvait un havresac, à sa ceinture, bien caché sous une long veste beige, son sabre, accroché à la jambe droite, un revolver chargé, et très certainement une dague dans une des deux bottes. Il avait aussi son habituelle brassard de cuir épais courant sur tout l'avant-bras gauche. Derrière lui, un théorbe (lourd et massif instrument à cordes très prisé à une certaine époque) reposait à coté. il y avait aussi une grande caisse, montés avec deux petites roues, et une poignet, surement un barda trop lourd pour être porté sur le dos. Ce que seul Edorel savait, c'est que le contenue n'est rien d'autre que cinquante lingots de platine, avec la savonite, un des métaux les plus chères du micromonde. Il aurait pu emporté plus, mais le propriétaire légitime des lingots (une nymphomane de sang royal qui a le nez constamment dans la schnouff) aurait remarqué quelques choses de suspect, cinquante lingots de plus ou de moins quand il y en a encore trois centaines, c'est un verre d'eau dans la mer.

Une vie d’errance, étais-ce vraiment ce qu'il voulait ? Certes les avantages sont nombreux, on voyage, on rencontre des gens, mais après à faire cela sans but, c'était une autre affaire. Le Zollernberg était sa prochaine destination, mais combien de temps il pourrait y tenir ? Il ne le savait pas, et ne le saurait probablement pas avant un bon moment.

Lorsque la petite barque toucha enfin le sable fin de l'archipel des Zorcades, Edorel, tout en réflexe, pris son sac, sauta de l'embarcation, déchargea la caisse, et resta, là, quelques instants, comme pour réfléchir encore un peu sur sa situation.


-Général, demanda un des deux rameurs, êtes vous vraiment sur ce que ce vous voulez faire ?

-Je ne suis plus général, retournez au navire. Répondit Gatline.

-Mais vous avez réfléchit aux réactions du Président ?

-Ce qu'en pense Cabrera, je m'en tamponne le coquillard, Ramos est très bien capable sans moi, et Bellic fera un bon remplacent. Bon, allez, disposez, partez. Termina t-il avec une pointe d'agacement.

Une fois la barque repartit, Edorel se trouva une butte herbeuse ou s'asseoir. Personne sur la plage. Il faisait nuit, le ciel était dégagé et la lune resplendissait de son habituel éclat. S'étant déchargé de ses affaires, il prit un peu de temps pour lui-même. Il retira le bonnet qu'il avait sur la tête et se laissa divagué à ses habituelle pensées.

« Que se passerait-il si on retrouvait ma trace ici, le SSB au cul, ça va leur faire drôle de voir un mort debout devant eux, mais encore faudrait-il qu'il là retrouve ma trace, les belondaures ne m'ont pas trouvé au Siegbourg, ni à Sant-Eustaquy, alors au Zollernberg, je serais encore tranquille pour le moment … Et si on me pose une question compromettante … les gens sont assez stupides pour croire à l’homonymie … »

Il fut pris d'une vive douleur à la jambe droite, serrant les dents il enleva sa botte, puis se défit de sa prothèse. Les bandages qu'il avait au moignon était imbibés de sang. Malgré tout ses efforts et tout les livres de médecine qu'il avait pu trouver, Edorel n'a jamais réussit à faire complètement cicatrisé cette amputation qui lui avait sauvé la peau. Il roula en boules les bandages usés puis les jeta au loin. Il lui fallut cinq bonnes minutes pour se refaire un jolie moignon propre, mais il se dit qu'il lui faudrait vraiment aller voir un médecin pour régler définitivement ce problème.

Manquerait plus que la gangrène. Se dit-il à lui-même. Une fois remis sur pied, Edorel chercha du regard les lumières d'une quelconque agglomération, il espérait pouvoir trouver un bureau de l'immigration pour ne pas avoir d’ennuis avec un éventuel contrôle, après il chercherait une banque pas très regardante quant à l'origine de ses lingots, ou il pourrait les mettre en lieux sûr. Après, il n'aurait plus qu'a pointé quelque part pour trouver un travail, Edorel avait une idée en tête qui pourrait lui permettre de ne pas trop subir les affres du chômage.

Sa vue s'étant habitués à la faible lumière lunaire, il prit la direction de ce qui semblait être pour lui la ville de Zozolulu.
avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au clair de lune ...

Message par Zollernberg le Sam 17 Déc 2011 - 23:49

Edorel Gatline parvint jusqu'à Zozolulu. La cité administrative qu'habritait l'aile droite du Palais du Gouverneur offrait aux sujets zollernois un service public de qualité. Le général après avoit admiré le génie zollernois en matière de gestion des files d'attente se trouva enfin face à l'agent préposé à l'accueil des nouveaux arrivants.

Zollernberg
Admin

Messages : 491
Date d'inscription : 07/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://zollernberg.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum