Inauguration d'une statue de Frédéric-Guillaume Ier - place d'Auzterlitz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Inauguration d'une statue de Frédéric-Guillaume Ier - place d'Auzterlitz

Message  Johann-P. van Adelzcott le Dim 28 Fév 2016 - 19:31

Remplissant ses fonctions ministérielles durant la semaine, Johann-Peter van Adelzcott n'avait pas pour autant abandonné ses fonctions de Bourgmestre de Wilhelstaufen. Son chef de cabinet, Wilhelm Bernhardt, ancien directeur général des services de la ville capitale, fidèle d'entre les fidèles trop souvent cantonné aux tâches les plus ingrates, s'arrachait les cheveux à faire coïncider les deux emplois du temps, avec plus ou moins de réussite d'ailleurs. Les week-end était pour Johann-Peter l'occasion d'arpenter les foires, les marchés, les fêtes de quartier, les inaugurations, avec une assiduité qu'on ne lui connaissait pas d'ordinaire. Et pour cause, ces cérémonies étaient bien souvent l'occasion de quelques dégustations et autres libations. Aujourd'hui c'était une statue de Frédéric-Guillaume Ier que l'on inaugurait, en présence du Prince Louis, capitaine de l'équipe de Zoohozkey qui avait sauvé l'honneur du Zollernberg. Erwin Schlesien en grand amateur de statuaire était également présent parmi les officiels. Le discours était politique, annonçant des réformes à venir.


Votre Altesse Royale,
Messieurs les échevins,
Messieurs les députés,
Mesdames, Messieurs,

Il m'est un plaisir d'inaugurer aujourd'hui ce monument à la gloire de Frédéric-Guillaume Ier. Et, croyez moi, ce n'est pas uniquement le buffet, et mon appétence pour le manger et le boire qui me donne à avoir cet élan d'enthousiasme.

La figure de Frédéric-Guillaume Ier est certainement la figure cardinale de notre histoire contemporaine. Fils du Grand-Duc François-Joseph Ier, on doit au Grand-Duc Frédéric-Guillaume l'entrée du Zollernberg dans la démocratie moderne. Le Souverain absolue a eu la grande sagesse d'encadrer et de limiter son pouvoir en octroyant à ses sujets la Constitution qui sans rien abandonné des longues traditions monarchiques, les a adapté à son temps, fondant ainsi notre démocratie lui donnant l'orgueil d'être l'une des plus vieilles démocratie du micromonde, démocratie apaisée éprouvée par le temps dont la stabilité gouvernementale et la place faite à l'opposition sont les meilleurs gages de sa réussite.

Cette œuvre entamée par Frédéric-Guillaume, père de notre démocratie, est encore d'actualité. Il nous faut désormais, et le gouvernement en a pris acte devant les électeurs, travailler à la garantie constitutionnelle des droits fondamentaux de l'individu, à la consolidations des libertés communément admises et accepté de tous, liberté de conscience, liberté de culte, liberté de l'enseignement, liberté de à l'octroie de nouvelles libertés au premier rang desquelles figure certainement la liberté syndicale, car la démocratie au travail est un enjeu de notre temps. Le gouvernement prend des mesures en ce sens. Il soumettra bientôt un projet de loi garantissant la liberté de conscience et encadrant le régime des cultes en Zollernberg.

Fidèle à l'héritage de Frédéric-Guillaume, le gouvernement poursuivra son engagement sur la voie de l'ordre et de la démocratie, intimement lié l'un à l'autre, le premier étant la condition du rayonnement et de la stabilité du second.

Vive le Grand-Duc ! Vive le Zollernberg.

On applaudit Adelzcott, jetant son regard sur les victuailles déjà installées.
avatar
Johann-P. van Adelzcott

Messages : 94
Date d'inscription : 29/10/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum