(PL-XXVI-3) Projet de Loi portant ratification du traité de reconnaissance mutuelle, d'ouverture économique et migratoire entre le Grand-Duché de Zollernberg et l'Union des Républiques Orionnaises

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

(PL-XXVI-3) Projet de Loi portant ratification du traité de reconnaissance mutuelle, d'ouverture économique et migratoire entre le Grand-Duché de Zollernberg et l'Union des Républiques Orionnaises

Message  Feu le Duc de Silverstein le Mar 12 Avr 2016 - 19:31

S'ouvrait aujourd'hui l'un des débats les plus controversés de la législature, celui du traité de reconnaissance mutuelle, d'ouverture économique et migratoire entre le Grand-Duché de Zollernberg et l'Union des Républiques Orionnaises de Nôddia. Le Duc de Silverstein ouvrit la séance. La tension, au lendemain d'une houleuse séance de questions au gouvernement était palpable. Le Premier Ministre s'apprêtait à une nouvelle passe d'arme avec l'Opposition loyale. De retour de Talamanca où il assumait désormais à titre d'ambassadeur plénipotentiaire les fonctions de représentant permanent du Grand-Duché auprès de l'ONA, le Duc de Silverstein présiderait au débat.

Je mets au débat durant 48 heures le projet de loi portant ratification du traité de reconnaissance mutuelle, d'ouverture économique et migratoire entre le Grand-Duché de Zollernberg et l'Union des Républiques Orionnaises.



Au nom de l'Union des Républiques Orionnaises, représenté par Son Excellence Monsieur Max Svalborg, Strategos de la République Orionnaise de Nôddia.
Au nom du Grand-Duché de Zollernberg, représenté par Son Excellence Le Très Honorable James Smith, Baron de Lezingham, Premier Ministre de Son Altesse Royale.

Le gouvernement de Grand-Duché de Zollernberg et le conseil diplomatique de l'Union des Républiques Orionnaises de Nôddia, animés du désir d'ouvrir une ère paix et de prospérité entre leurs deux nations sont parvenus à l'accord suivant, nommé traité de reconnaissance mutuelle et d'ouverture économique et migratoire entre l'Union des Républiques Orionnaises et le Grand-Duché de Zollernberg :

Titre I - De la Reconnaissance Mutuelle

Article 1 : L'Union des Républiques Orionnaises (URO) reconnaît les frontières et la souveraineté du Grand-Duché de Zollernberg.

Article 2 : Le Grand-Duché de Zollernberg reconnaît les frontières et la souveraineté de l'Union des Républiques Orionnaises.

Titre II - Des relations bilatérales

Article 3 Il est établi une légation de l'Union des Républiques Orionnaises  sur le territoire du Grand-Duché. L'envoyé plénipotentiaire tient l'Union des Républiques Orionnaises informée de l'actualité zollernoise, et fait office d'intermédiaire privilégié entre le gouvernement zollernois et le conseil diplomatique de l'URO. L'Union des Républiques Orionnaises peut ouvrir des consulats sur les territoires et dépendances zollernoises après consentement du gouvernement zollernois.

Article 4 : Il est établi une légation du Grand-Duché de Zollernberg sur le territoire de l'Union des Républiques Orionnaises. L'envoyé plénipotentiaire zollernois tient le Grand-Duché informé de l'actualité orionnaise, et fait office d'intermédiaire privilégié entre le conseil diplomatique de l'URO et le gouvernement zollernois. Le Grand-Duché peut ouvrir des consulats sur les territoires et dépendances orionnaises après consentement du Conseil de l'URO.

Article 5 : Les hautes parties contractantes pourront requalifier leur légation en ambassade conformément à leur disposition réglementaire et législative respective.

Article 6 : Les hautes parties contractantes s'engagent à respecter les immunités et privilèges ordinairement réservés aux missions diplomatiques. Les locaux et terrains mis à leur disposition jouissent du privilège de l'extraterritorialité.

Titre III - Des engagements réciproques

Article 7 : Les hautes parties contractantes reconnaissent la charte de l'ONA et s'engagent à respecter la souveraineté et l'indépendance de tous ses états membres.

Article 8 : Les hautes parties contractantes proclament leur attachement commun à la stabilité. Chacune des Hautes Parties contractantes s'engage à ne pas déstabiliser le système politique en vigueur chez la tierce partie.

Article 9 : Les hautes parties contractantes s'engagent à ouvrir leur système économique respectif aux capitaux en provenance de chacune des parties à un taux de change appliqué selon une convention bilatérale.

Article 10 : Le présent traité n'engage a aucune aide militaire d'une des Hautes Parties contractantes envers l'autre en cas de conflits.

Article 11 : Dans le cas où l'une des hautes parties contractantes serait victime d'une situation de catastrophe naturelle ou de crise humanitaire, l'autre haute partie contractante s'engage à lui prêter assistance si demande officielle émane de la partie victime.

Titre IV - Des engagements propres à chacune des parties

Article 12 : L'Union des Républiques Orionnaises s'engage à respecter l'intégrité des frontières et la souveraineté de la Principauté d'Argentorate. Elle abandonne ses prétentions sur la seigneurie du Tolplan et les territoires habités par la diaspora orionnaise. Elle s'engage à observer strictement le principe de la non-ingérence.

Article 13 : L'Union des Républiques Orionnaises s'engage à lutter contre la piraterie aux abords de ses côtes.

Article 14 : Le Grand-Duché de Zollernberg s'engage à accueillir les migrants nôddiens et doratiens ressortissant de l'URO.

Article 15 : Le Grand-Duché de Zollernberg s'engage à accueillir les avoirs de l'URO sur demande des autorités compétentes.

Titre V- Des dispositions transitoires


Article 16 : Dès qu'une des hautes parties contractantes aura ratifié le présent Traité conformément à ses règles institutionnelles, elle le signifiera à l'autre partie.

Article 17 : Le présent Traité entrera en vigueur, et liera les hautes parties contractantes, à compter de sa ratification par les deux parties conformément à leurs règles institutionnelles respectives.

Article 18 : Entre sa signature et sa ratification, le présent Traité sera appliqué par les Hautes Parties contractantes à titre d'anticipation.

Article 19 : Le présent traité prendra fin à la dénonciation ou à la violation par l'une ou l'autre des parties, de tout ou partie du traité, à l'exception des articles 3 et 4.


Signé le mars 2016, à Wilhelstaufen

Pour l'Union des Républiques Orionnaises,
Le Strategos de Nôddia, Max Svalborg

[signature]

Pour le Grand-Duché de Zollernberg,
Le Premier Ministre de S.A.R., James Smith, Baron de Lezingham

Smith-Lezingham


Le Très Honorable James Smith, Baron de Lezingham est appelé à la tribune.
avatar
Feu le Duc de Silverstein

Messages : 196
Date d'inscription : 22/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: (PL-XXVI-3) Projet de Loi portant ratification du traité de reconnaissance mutuelle, d'ouverture économique et migratoire entre le Grand-Duché de Zollernberg et l'Union des Républiques Orionnaises

Message  2nd Baron de Lezingham le Mar 12 Avr 2016 - 19:48

Le Baron de Lezingham avait les traits tirés, il était sur le front parlementaire depuis plusieurs jours, tentant vainement de maintenir son gouvernement à flot, recevant peu de soutien de sa majorité.

Monsieur le Président,
Messieurs les députés,

Il m'est un honneur de présenter à la représentation nationale le traité portant reconnaissance mutuelle, ouverture économique et migratoire signé entre le Grand-Duché et l'Union des Républiques Orionnaises. Beaucoup parmi vous ont critiqué la décision de mon gouvernement d'entamer des relations diplomatiques avec l'URO en considération des actions passés de cet Etat que certains on qualifié avec un peu de hardiesse de terroriste.

La majorité au pouvoir a été élu sur la base d'un programme promouvant une politique étrangère d'ouverture, de paix défendant les intérêts du peuple zollernois. Telles sont les motivations du traités qui vous ai présentés aujourd'hui. Il pour but d'assainir les relations entre l'URO et le Grand-Duché et d'ouvrir notre pays à de nouveaux capitaux et de nouveaux arrivants. Pour autant, ce traité n'aurait été complet s'il n'avait assuré à nos partenaires internationaux et à nos alliés la stabilité de leur frontière c'est le cas désormais des frontières de la principauté d'Argentorate. La diplomatie zollernoise a obtenu, pour son allié avarois, la renonciation de l'URO sur la seigneurie de Tolplan et l'engagement d'observer le stricte principe dans la non-ingérence.

Le Grand-Duché fait aujourd'hui œuvre de paix en tendant la main à l'ennemi de naguère, démontrant par les engagements qu'il a prie sa bonne volonté. Ce traité répond au besoin de main d'œuvre de notre industrie, à ses besoins en capitaux, il donne au Zollernberg l'occasion d'apporter sa pierre à la stabilité du continent Sud. Il ne nous est pas permis de nous affranchir de cette occasion.

Je vous remercie.
avatar
2nd Baron de Lezingham

Messages : 203
Date d'inscription : 13/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: (PL-XXVI-3) Projet de Loi portant ratification du traité de reconnaissance mutuelle, d'ouverture économique et migratoire entre le Grand-Duché de Zollernberg et l'Union des Républiques Orionnaises

Message  Julius Muller le Mar 12 Avr 2016 - 21:32

Le Chef de l’Opposition avait son expression des grands jours. Jovial mais discret, il arriva au Parlement une heure avant l’ouverture de la séance accompagné de quelques députés. Le groupe faisait grand bruit alors qu’ils rejoignaient les locaux de l’Opposition Loyale.

Les députés de l’Opposition, réunis dans une grande salle de conférence purent alors prendre connaissance des dernières nouvelles. Le parlement scanthélois avait répondu à l’appel de l’Opposition en prenant une résolution soutenant la démarche libérale. Au même moment, le gouvernement avarois qui avait été informé très tôt des menées pro-orionnaises du gouvernement conservateur prit également position contre le rapprochement douteux avec l’URO.

Les réponses du gouvernement ont été les mêmes, rappelant la nécessité d’ouvrir le pays à l’international, voulant ouvrir l’économie à des capitaux nouveaux et souhaitant lancer une politique migratoire avec l’URO. En soi, les réponses étaient plates et purement formelle. Elle montrait surtout la volonté du gouvernement de sauter sur le premier ambassadeur venu pour conclure un traité avec lui, cela afin de pouvoir dire dans le bilan du gouvernement qu’un traité avait été signé.

L’heure de la séance approchait, les députés gagnaient peu à peu la salle des débats. Les libéraux avaient toujours bien vécu leurs passages dans l’Opposition. Si les défaites politiques marquent un camp ce qui est normal, le PLZ était de ces partis qui s’étaient battus pour obtenir le droit d’exister et les possibilités qu’ils ont eu de réformer le pays. En cela, le passage dans l’Opposition Loyale était un passage obligé. Et aujourd’hui plus qu’un autre jour était un jour béni pour les libéraux.

La séance fut ouverte et le Président du Parlement présenta le texte qui devait être soumis à l’examen de la représentation nationale. Ce fut alors au tour du Premier Ministre de venir à la tribune pour présenter les arguments du gouvernement.

Celui-ci n’était pas dans ses grands jours. Chacun de ses projets avaient été attaqués durement par l’Opposition et il devait savoir que ce traité n’était pas le sésame qui ferait de cette mandature une réussite. D’ailleurs l’argumentaire du Premier Ministre était fade et plat.

Ayant terminé, ce fut à l’Opposition de prendre la parole. Julius se leva, fourbissant ses quelques notes, il se rendit à la tribune.


Müller : Monsieur le Président, Mesdames et messieurs les Honorables Députés, Monsieur le Premier Ministre, Messieurs les Ministres,

Cette mandature arrive à son terme, il faut dire que cette échéance que nous attendions tous tant les années qui viennent de se passer étaient sans réelle saveur politique ne se déroule pas sous les meilleurs auspices pour le camp des progressistes. En effet la présentation de ce traité pose un réel problème à l’Opposition Loyale puisque nous nous apprêtons à voter un texte qui va consacrer le rapprochement de notre pays avec Orion, un non-pays en fin de vie, s’effondrant chaque jour un peu plus dans l’anarchie et la maladie.

Ce pays qui a suscité la peur et la défiance de par le Micromonde depuis des années est une dictature militaire d’extrême droite, belliciste et esclavagiste. Ce pays avait pu signer par le passé plusieurs traités avec des états du Micromonde. Il a traité avec l’ONA et la communauté internationale et à chaque fois ce pays n’a pas été à la hauteur de ses engagements. Prompts à rappeler les obligations des autres, le Strategos Svalborg a toutefois toujours su prendre des libertés avec les obligations qui incombaient à son pays.

Je rappelle à cette Honorable Assemblée l’annexion surprise de Tolpan occupée par les forces armées orionnaises sur les territoires de notre allié avarois. Je rappelle à cette Honorable Assemblée le traité conclu entre l’URO et la Theusie d’Eraluse ou l’URO a tenté d’imposer l’enseignement de la langue noordzeelandaise dans ce pays, je rappelle également la tentative d’invasion d’Eraluse par l’URO en se basant sur ce même traité pourtant révoqué entre temps par le gouvernement éralique. Enfin et pour le fait le plus marquant, je rappelle que les leaders de l’URO sont tous impliqués dan une tentative de putsch militaire en CSH il y a quelques années.

L’alliance avec l’URO n’est pas une alliance, le gouvernement veut lier notre sort à un état terroriste, je le dis sans détour et sans hardiesse excessive. Ce pays est un danger pour le Micromonde. La défiance qu’il suscite a d’ailleurs provoqué le départ unilatéral de l’URO de l’ONA en février dernier tant les autres pays ne pouvaient plus supporter la politique méprisante et agressive des orionnais.

Depuis, l’URO a payé le prix de ses crimes. Nos forces militaires présentes en Argentorate dans le cadre du mandat international confié par l’ONA ont pu observer la destruction de l’URO du fait de ses propres forces. Le rapport présenté par le colonel Moutzbatten est édifiant : la République Orionnaise de Noddia, partie intégrante de l’Union des Républiques Orionnaises, s’est tout simplement effondrée sur elle-même. L’absence de pouvoir organisé, l’émergence de l’anarchie, l’apparition d’une forme très virulente de la flémingite à achevé de détruire ce pays.

Alors, nous autres libéraux, nous nous interrogeons. Pourquoi traiter avec ce pays ? Pourquoi prendre le risque de nous humilier devant la communauté internationale en reconnaissant un pays en passe de disparaître de la surface du Micromonde ? Pourquoi donner une caution politique a un régime totalitaire qui ne respecte ni ses engagements, ni ses alliés, ni les valeurs qui sont les nôtres ?

Pour comprendre un peu plus la démarche gouvernementale, nous avons écouté le Premier Ministre et son gouvernement. Nous avons pu en tirer peu de choses, quelques déclarations d’intentions, quelques vagues arguments.

A l’argument du Premier Ministre qui déclare vouloir ouvrir notre pays sur l’extérieur et le Micromonde, nous ne pouvons naturellement qu’y souscrire. En effet, notre pays à besoin de renforcer sa position au niveau international. Mais ce traité a déjà suscité de vives inquiétudes au niveau international. La Confédération de Scanténoisie-Helvétia a déjà émis de sérieuses réserves quant à ce traité et ses conséquences. Je rappelle d’ailleurs au gouvernement qu’il n’a pas pris la peine de finaliser les négociations en vue de la signature d’un traité avec ce pays alors même que les négociations étaient déjà pas mal avancée quand le Stratégos Svalborg avait contacté le gouvernement.
Ainsi, ce traité remettra en cause la puissance régionale du Zollernberg mais risque de nous mettre à dos un de nos plus vieux alliés et un voisin fidèle qui a su pardonner les erreurs du Zollernberg, notamment dans l’affaire très discutable des Lettres de Justice ou le gouvernement zollernois de l’époque s’était fourvoyé.

Le Saint-Empire d’Avaricum, membre de la Grande Alliance a également envoyé des protestations officielles au gouvernement. Nous le savons d’autant plus que le Ministère avarois des affaires étrangères a pris la liberté de nous faire parvenir directement une copie du courrier adressé au Premier Ministre, ce dont nous le remercions par ailleurs. Les avarois sont des ennemis de longue date de l’Union des Républiques Orionnaises mais aussi et surtout des alliés de longue date de notre pays. Ils se battent depuis des années pour reprendre la pleine disposition de leur pays et la suzeraineté sur l’Argentorate. En négociant ce traité, nous montrons notre mépris à l’œuvre de reconstruction avaroise et nous rejetons ces derniers au profit d’une alliance incertaine.

Voici donc la première partie de mon exposé qui, vous l’aurez tous compris, concerne la viabilité diplomatique de ce traité et ses conséquences sur nos alliances existantes. Si les libéraux conçoivent l’idée que nous devons renforcer nos alliances, ils sont aussi conscients que cette alliance risque de nous isoler sur la scène internationale. En cela, les apports de ce traité sont largement négligeables et nous couteraient bien plus qu’il nous rapportera.

Du coup, j’en viens à la seconde partie – et la plus courte je me permets de vous rassurer – en revenant sur les motivations portées par le Premier Ministre sur ce traité.

Nous avons déjà évoqué la volonté d’ouverture du pays sur l’extérieur, je n’y reviendrai donc pas.

L’objectif d’assainissement des relations zollerno-orionnaise est sans doute l’objectif le moins bien compris. En effet, notre pays n’entretient aucune relation avec ce pays depuis sa création et nous avons soutenu la résolution 2015-001 qui prévoyait la mise en place de la Zone de Contrôle International empêchant Orion d’envahir le reste de l’île d’Argentorate. Nous avons déployé notre flotte en soutien à la Théusie d’Eraluse lorsque l’URO menaçait d’envahir ce pays. Mais à aucun moment nous avons eu de relations formelles avec ce pays comme la grande majorité des pays du Micromonde. Aussi, cet objectif est donc… en réalité sans objet.

La promotion de la sécurité collective mise en avant par le Premier Ministre qui invoquait les articles du traité qui encadrait l’action extérieure de l’URO est un objectif louable sur le fond, nous le reconnaissons. Mais dans la forme, nous sommes on ne peut plus sceptique sur l’application de ces dispositions au vu du comportement de l’URO et de son mépris des traités mais également des résolutions de l’ONA que l’URO a systématiquement bafoué au long des années. L’affaire éralique à montré que l’URO avait à la fois violé un traité (bien que révoqué), violé l’intégrité territoriale d’Eraluse et également violé la résolution 2015-001 qui empêchait l’URO ainsi que ses flottes mercenaires de s’emparer, même temporairement de territoires étrangers qu’ils soient ou non sous la souveraineté effective d’un état. De fait, ce traité ne nous donne à l’heure actuelle aucune garantie sur la modification des intentions de l’URO à l’avenir. Notons également que l’anarchie qui règne à Aluneis en ce moment n’est en rien un gage de stabilité de la région et rien ne nous dit que des factions orionnaises issue de la décrépitude de la République Orionnaise de Noddia ne puissent agir en dehors de tout cadre et donc hors du cadre de ce traité.

L’accord économique pose plusieurs problèmes dont un problème moral de taille. Nous le savons, l’URO est un état totalitaire parangéliste. Le parangélisme est une doctrine autoritaire qui découpe la société en plusieurs strates. La grande majorité de la population orionnaise est composée d’esclaves exploités par le reste de la société. Ainsi, en concluant un accord avec ce pays nous acceptons que nos entreprises soient mises en concurrence avec des sociétés orionnaises exploitant une main d’œuvre esclave. Outre le problème moral que cela pose – et j’ose croire que le Ministre Lemberg tout zorthodoxe qu’il est saura en être sensible – la concurrence économique de nos entreprises sera faussée au détriment des entreprises orionnaises qui ne paie pas l’essentiel de sa main d’œuvre forcée.

Enfin, l’accord migratoire pose un autre problème de taille : un problème de nature sanitaire puisque nous connaissons maintenant l’état préoccupant de l’épidémie de flémingite atypique qui touche l’URO depuis plusieurs semaines. Admettre des migrants orionnais sur notre sol c’est prendre le risque de répandre une nouvelle épidémie de flémingite au Zollernberg mais surtout d’importer cette flémingite atypique sur le Continent Nord qui en est préservé pour le moment.

Ce traité est dangereux, il nous coutera diplomatiquement, économiquement mais remettra également en cause notre sécurité sanitaires et tout cela pour des gains négligeables. J’en appelle donc aux députés conservateurs et zorthodoxes-démocrates afin qu’ils réfléchissent mais surtout qu’ils votent en conscience. Ce traité ne doit pas passer et être accepté ! Il en va de notre statut de grande puissance mais également de la vie de nos concitoyens.

En conséquence nous appelons une nouvelle fois le gouvernement à retirer ce projet de loi et à rompre ce traité. A défaut, nous lançons un appel à tous les Honorables Députés à voter en conscience dans un esprit d’union nationale pour préserver notre pays et sa réputation auxquels nous tenons tous.

Je vous remercie.
avatar
Julius Muller

Messages : 699
Date d'inscription : 13/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: (PL-XXVI-3) Projet de Loi portant ratification du traité de reconnaissance mutuelle, d'ouverture économique et migratoire entre le Grand-Duché de Zollernberg et l'Union des Républiques Orionnaises

Message  2nd Baron de Lezingham le Mer 13 Avr 2016 - 21:41

Le Premier Ministre semblait avoir repris de la vigueur, notant chacun des arguments de son débatteur, il était prêt à les contredire :

Monsieur le député Muller,

Je vous remercie de votre exposé qui me permettra de préciser certains points du débat.

Tout d'abord, il m'appartient de vous informer que la fermeture des frontières de l'URO ne signifie pas pour autant, d'un leur disparition, de deux, la fin de l'Etat orionais. Prochainement le Duc des Zorcades se rendra en Nôddia inaugurer l'ambassade zollernoise à Aluneïs.

Vous avez raison, Monsieur Muller, l'URO jouit encore d'une image sombre dans le micromonde. Chacun d'entre vous se souvient  des velléités expansionnistes auxquelles le gouvernement que vous présidiez a du s'opposer. Nous poursuivrons votre œuvre Monsieur Muller et obtenons aujourd'hui, par ce traité, l'assurance de frontières argenoises consolidées et la fin de l'expansionnisme orionnais. On peut violer un traité m'objecterez vous. Celui-ci ne le sera pas car l'URO est isolé, nous sommes ses seuls partenaires diplomatiques dans l'Archipel.

Vous évoquez des faits Monsieur Muller, ayez l'honnêteté de dire qu'au moment où naissait la seigneurie de Tolplan que le Saint Empire n'était pas même reconnu de l'ONA, que ses territoires étaient livré à l'anarchie. Vous évoquez une tentatives d'invasion et le passé de putschiste des leaders de l'URO, soit. Le Grand-Duché n'a-t-il pas lui même été confondu lors de l'invasion de la CSH à l'issue d'un malentendu diplomatique, n'est-il pas pour autant aujourd'hui un partenaire fiable et respectable ? Enfin, quelque soit les crimes dont sont accusés les gouvernants orionais, n'Est-ce pas avec le peuple orionais que nous traitons ?

Vous accusez le gouvernement de s'allier à un état terroriste. Le qualificatif est injuste et tend à désinformé les honorables députés ici présents. Jamais l'URO n'a été cité dans une quelconque affaire terroriste. Le rapport du colonel Mountzbatten, officier des armées zollernoises et commissaire de l'ONA est contredit par les rapports provenant de l'URO. Le gouvernement le regarde avec circonspection. Nous posons deux questions aux honorables députés : Pourquoi le rapport du colonel Mountzbatten conforte-t-il une résolution déposée par Avaricum soucieux - l'intention m'a été révélée par le secrétaire d'état avarois aux affaires étrangères - de rendre à la souveraineté de la principauté d'Argentorate les territoires sous emprise nôddienne ? Comment le colonel Mountzbatten, responsable de la ZCI, peut-il avoir une opinion précise de la situation sanitaire des territoires nôddiens alors même qu'ils se trouvent en dehors de sa zone de compétence, alors même que cet officier de l'armée zollernoise affirme dans celui-ci ne pouvoir expliquer clairement ce qui s'est passé sur place ?

Vous parlez, Monsieur Muller la destruction des forces de l'URO et de la présence en nôddia d'un foyer de flémingite. Là encore, le rapport du colonel Mountzbatten ne fait état que d'aucune certitude, des suppositions infirmées par les autorités orionnaises.

Pourquoi traité avec ce pays ? Nos intentions sont claires : l'ouverture économique et migratoire, la consolidation de la paix au bénéfice de nos alliés. Nous souhaitons affranchir notre diplomatie des préjugés. C'est là l'audace des gouvernements conservateurs, d'avoir hier osé l'ouverture avec la République populaire de Valdisky, négocié la fin des dissensions territoriales avec le Krassland, demain d'entretenir des relations apaisé avec l'URO ; cela, en dépit de nos divergences idéologiques. Le dialogue seul, et vous le savez vous qui êtes en poste à l'ONA fait avancer la paix micromondiale, là où se draper derrière des considérations morales ou idéelles reviendrait à cautionner l'immobilisme.

Vous posez la question des gains que le Zollernberg pourrait obtenir. Elle est légitime. Il convient toutefois de ne pas tromper les honorables députés qui auront à voter ce texte.
Il est faut de dire que nous n'avons jamais entretenu de relations avec l'URO. Monsieur Svalborg faisait parti, au rang des chefs d'état, en sa qualité de Strategos, de la liste officielle des invités au mariage du Grand-Duc Louis Ier. Enfin l'URO a soutenu le Grand-Duché lors de la guerre de réunion. Nous pouvons regretté qu'elle a eu lieu, ce qui est l'opinion du gouvernement, mais force est de constater que vous avez tort Monsieur Muller. Ces dernières années, le Grand-Duché s'est opposé à l'URO tant qu'elle avait des velléités expansionniste, aujourd'hui ne souhaitons engagé une nouvelle aire entre nos deux Nations. Reprochez-vous, vous qui fûtes garant de la paix micromondiale à la tête de l'ONA et qui y êtes encore en responsabilité, a un gouvernement d'œuvrer pour la Paix. Lorsque nous y regardons de plus près, la seule alternative que vous nous proposez de soutenir est celle d'une violation des frontières de l'URO. En dépit de ce que vous pensé, ce traité nous apporte toute les garanties de paix, car l'URO isolé ne peut perdre la reconnaissance du Zollernberg qui serait la conséquence d'une violation dudit traité. La question de la paix, n'est d'ailleurs, Monsieur Muller, pas ce qui semble vous préoccuper. Vous semblez mener là une guerre personnelle qui vous fait trouver dans le gouvernement avarois un allié de choix. Si j'ai bien suivi votre discours, vous soutenez, je vous cite, "l'œuvre de reconstruction avaroise", au détriment donc de la souveraineté nôddienne, et en contradiction avec la politique que vous avez mené à l'ONA portant préservation et protection des territoires reconnus par l'ONA en dehors de toute emprise étatique dont fait parti la principauté d'Argentorate.

Vous évoquez l'idéologie parangéliste développée par l'URO. Le gouvernement n'y souscrit pas et condamne toute forme d'esclavagisme, c'est là une position officielle. Cela ne doit pas pour autant constitué un obstacle à ce traité. Je rappelle à Monsieur Muller que la société avaroise d'une société de caste, insituant de manière inégalitaire, comme naguère dans nos contrées noblesse, clergé et tiers-état, et pratiquant dans ses colonies l'esclavagisme. Cela n'empêche pas le Saint Empire d'être un allié du Zollernberg sans que Monsieur Muller n'y trouve rien à en redire.

Vous évoquez des considérations économiques, là encore, Monsieur Muller, vous vous trompez. L'accord ne menace en rien notre économie. En effet, il prévoit l'ouverture aux capitaux de l'une et l'autre des partis. En aucun cas, il ne prévoit d'accord de libre-échange. Aussi les ouvriers et entrepreneurs zollernois seront préservés de la concurrence, mieux, il pourront bénéficier d'investissements nôddiens !

Vous évoquez enfin des considérations migratoires. C'est là encore faire preuve de mauvaise volonté. L'épidémie de flémingite n'est pas avéré. Et au nom de je ne sais qu'elle principe de précaution nous devrions nous priver d'une main d'œuvre nécessaire pour nos colonies, nos usines, nos campagnes, qui de plus bénéficiera des fruits de notre civilisation. Je répondrai à votre excès de prudence Monsieur Muller, en annonçant durant les premiers mois de l'accord, une mise en quarantaine des migrants nôddiens.

Vous l'avez compris Messieurs les députés, le gouvernement ne retirera pas son projet de loi. Il ne le retirera pas car il est partie intégrante de l'œuvre civilisatrice zollernoise qui porte depuis toujours le Zollernberg au delà de lui même et de ses frontières et à l'audace de proposer la paix au monde.

Ces dernières paroles galvanisèrent les députés de la majorité. Pour la première fois Lezingham semblait convaincu et prendre l'ascendant sur Muller. Tous se levèrent et applaudirent chaudement leur chef retrouvé.
avatar
2nd Baron de Lezingham

Messages : 203
Date d'inscription : 13/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: (PL-XXVI-3) Projet de Loi portant ratification du traité de reconnaissance mutuelle, d'ouverture économique et migratoire entre le Grand-Duché de Zollernberg et l'Union des Républiques Orionnaises

Message  Julius Muller le Jeu 14 Avr 2016 - 3:41

Julius arrivait devant la tribune, de la main droite il toucha le bois de la tribune, il jeta un regard au Président du Parlement puis aux députés de la Majorité. Le silence était lourd constellé de certains murmures et du très discret bruit des transcript des greffiers qui tapaient encore les dernières tirades du Premier Ministre. Lâchant un sourire nerveux, il commença :

Müller : Monsieur… le Président, Honorables collègues, Monsieur le Premier Ministre, Messieurs les Ministres, il y a… * soupir * Il y a comme une odeur, l’air est lourd ici n’est ce pas ? Cette salle empeste, c’est une véritable infection ! Mais qu’est ce donc ? Non mais c’est une vraie question ? En fait, je connais la réponse, c’est un mal qui touche notre pays depuis presque cinq années. Il est fait d’ignorance, de mauvaise foi, de suffisance et d’arrogance, ce mal qui pourris les lambris de cette salle est le mensonge qui a su se porter jusqu’aux plus hauts niveaux de l’Etat ! Et j’ai honte chers collègues, de voir qu’après cinq années, ce gouvernement n’a rien su faire, n’a rien su donner que la destruction. Celle de nos libertés, habilement évitée par nos Sages de la Cour Suprême, l’absence de fonctionnement de nos institutions pendant plusieurs années que personne n’a pu éviter, si ce n’est les quelques gouverneurs audacieux qui ont compensé les défaillances d’un état central défaillant et voici qu’aujourd’hui, le Parti Conservateur, ce fossoyeur de l’Etat s’attaque à la respectabilité internationale de notre pays. Monsieur le Premier Ministre, votre mauvaise foi, vos mensonges éhontés ne constitueront jamais un bilan et jamais ils ne connaitront la postérité car les faibles disparaissent toujours, engloutis dans les flots de l’Histoire et votre magistrature ne marquera jamais personne.

Il marqua une pause, les députés de la majorité s’agitait, certains commençaient déjà à se lever, scandalisés. Il reprit.

Müller : Le Parlement est une construction complexe héritée de l’Histoire particulière de notre pays. Autrefois la Haute Cour de Parlement était un tribunal, le tribunal du Prince ou ce dernier venait rendre justice, la politique n’avait alors pas tout pourri et nous pouvions ici rendre justice au nom de valeurs mais aussi au nom de la vertu pour que la vérité triomphe toujours et que le bien règne en nos états au nom de l’Empereur puis du Grand-Duc. Ce temps est bien loin maintenant.

Je me dois de vous répondre Monsieur le Premier Ministre, plus encore parce qu’aujourd’hui les enjeux sont grands, vous repoussez nos arguments uniquement forts de vos voix mais la raison vous a quittée et quand on voit la simplicité et la faiblesse de vos arguments j’ai mal, pas pour vous Monsieur le Premier Ministre, je n’ai de pitié que pour ceux qui se battent comme des hommes au services de leurs idées et pas pour ceux qui déprécient la vérité pour servir les intérêts particuliers. Non, j’ai mal pour notre pays qui a fait son choix et qui a fait de vous le meneur de nos destinées alors même que vous n’êtes qu’un homme petit et malheureusement pour nous, désespérément vicieux mais… Puisque vous jouez au plus fin, jouons !

L’URO est isolée et son isolement fera qu’elle tiendra ses engagements. Premier mensonge ! L’Union des Républiques Orionnaises entretient des relations diplomatiques avec le Norduryyk depuis plusieurs mois ce pays fort lointain et ses ressortissants sont connus pour avoir été un état voyou mis au ban du Micromonde il y a longtemps. L’URO et le Noorduryyk entretient de très bonnes relations et ont en commun le mépris de la démocratie, de la personne humaine mais plus encore du mépris pour les micronations libres comme la nôtre. L’URO entretient depuis quelques temps des relations avec l’Autocratie de Tylis, ce pays est une ancienne colonie du Tsarat d’Eridan désormais indépendant et gouverné par des membres de l’ancienne famille impériale éridanaise et enfin et c’est surement ce qui est le plus étonnant, l’URO entretient des relations un peu trouble avec la République du Kirovistan, une république merksiste d’au-delà des mers.

Eh oui monsieur le Premier Ministre, sacré pedigree n’est ce pas ? Des nations qui sont soit des dictatures, soit des micronations mises au ban de l’Archipel sont les seuls alliés de l’URO. Une belle brochette de gangsters, la lie du monde civilisés et vous, uniquement soucieux d’offrir un bilan bien remplis signez un traité avec ce pays qui n’a d’alliés qu’une bande de dictateurs et de gangsters ! Et c’est à ça que vous voulez nous allier, à ça que vous voulez essayer de nous assimiler mais quelle honte, quel déshonneur pour le Zollernberg !
Visiblement, tout ça, vous l’ignoriez, ce n’est pas grave je vous l’apprends, je vous laisserais commenter ça dans les journaux du soir, les journalistes apprécieront et l’opinion aussi.

Vous évoquez Tolpan et vous rabaissez les revendications du Saint-Empire d’Avaricum, soit. Vos paroles vous appartiennent et je suis certain que l’Empereur d’Avaricum appréciera de voir le peu de cas que vous faites de ses justes revendications sur ses états. Toutefois, permettez-moi de mettre au jour un nouveau mensonge. L’article 2 du traité de la Grande Alliance dispose clairement que les alliés reconnaissent chacun les dépendances et colonies des autres états alliés. Ce traité a été signé en avril 2015, il y a déjà fort longtemps et je trouve curieux que vous et vos services n’ayez pas pris le temps de le lire. En signant ce traité nous reconnaissons la suzeraineté d’Avaricum non seulement sur Tolpan mais aussi sur l’ouest d’Argentorate dont Avaricum estime avoir été spoliée. En signant un traité avec l’URO monsieur le Premier Ministre, vous avez insulté un de nos alliés et tout ce que vous trouvez à leur répondre c’est que le Zollernberg est libre et souverain et qu’il peut signer des traités avec qui bon lui semble ?! Vous venez simplement de dévaluer la parole du Zollernberg en tant qu’état en niant un de nos engagements au profit d’une mésalliance !

Vous me connaissez, j’ai parfois eu des mots avec les représentants avarois, le Président du Parlement ici même ainsi que moi même avons eu l’occasion de croiser le fer lors d’interminables joutes verbales lors des négociations sur le traité de la Grande Alliance et je n’ai pas toujours été d’accords avec les avarois. Et pourtant, je ne me suis jamais senti aussi proches de nos anciens alliés avarois que ce soir. Car pour peu que nous ayons été en désaccords, nous l’avions été sur la forme et jamais sur le fond des choses parce que nous savions qu’Avaricum et le Zollernberg sont deux pays mus par les mêmes valeurs et la même vision du Micromonde. Et finalement nous nous sommes retrouvés. Votre folie, votre volonté de conclure cette alliance avec l’URO nous a couté un allié pour nous faire gagner un sac de nœuds qu’aucun état dans le Micromonde entier n’a voulu. Rendez vous compte, même Edoran a refusé les avances orionnaises, même eux mais pas vous, parce qu’il fallait remplir votre bilan. Vous l’avez votre bilan, mais quel bilan !

Vous remettez ensuite en cause le rapport du colonel Mountzbatten. Vous ne le connaissez pas mais moi je le connais. Un brave homme, un soldat hors pair. Mais je ne vais pas vous parler de la guerre de Laurasie ou je l’ai connu, je ne vais pas vous parler du terrain et de ses réalités. Êtes vous allés en Argentorate Monsieur le Premier Ministre, êtes vous allé voir ce que l’ONA a du faire pour empêcher l’URO d’envahir l’Argentorate ? Non, bien sur que non, quelques courriers pleurnichards du Stratégos Svalborg, ce potentat sans envergures vaut toute la raison du monde ! Et puis quel soldat êtes-vous ? Inutile de répondre, ce n’était pas une vraie question
* Rires du coté libéral *


Müller : Par contre, Mountzbatten est un foutu soldat, et quand il nous dit à l’ONA qu’il ne sait plus quoi faire face aux centaines de réfugiés qui demandent le droit de passer les points de passages de la ZCI pour être en paix et en sécurité, quand ces dires sont corroborés par nos anciens alliés avarois, quand l’AHLEM et les autorités sanitaires francovares nous disent toutes que l’ouest d’Argentorate est sujette à une épidémie de flémingite tout ce qui arrive à émouvoir monsieur le Premier Ministre c’est que le rapport du Colonel Moutzbatten n’est pas assez complet ?! MAIS DANS QUEL MONDE VOUS VIVEZ MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE ! Dans quel monde ? Les paroles ont de la valeur mais les faits dominent et les faits sont avec nous, l’URO meure lentement, chaque jour un peu plus et nous avons un devoir c’est d’aider les civils orionnais à fuir ce pays pour un destin meilleur mais au lieu de cela, vous proposez de nous unir aux orionnais pour renforcer la dictature brutale qui les oppresse.

Donc nous n’avons aucune certitudes sur ce qui se passe en Orion, soit. Mais si le colonel Mountzbatten était allé voir ce qui se passe, il aurait outrepassé ses prérogatives. Et pour cela, il a demandé au Conseil Permanent de l’ONA de prendre une nouvelle résolution pour l’ouest d’Argentorate, je vous laisse en parler avec le Duc de Silverstein qui, j’en suis sur, à déjà bien travaillé ses dossiers.

Julius leva la main en direction du Président du Parlement avec un sourire entendu, ce à quoi le Duc répondit par un hochement de tête, continuant de présider aux débats.

Pourquoi ce traité, votre réponse prouve de façon certaine que la bêtise en politique et le ridicule ne tue pas. De l’audace au Valdisky ? Vous avez voulu envahir ce territoire, les conservateurs en voulant le soumettre y ont semé le merksisme, quelle victoire ! Vous avez négocié avec le Krassland ? Pardon, donc le flot d’insultes adressé par la présidente Überkrass au Sommet du Continent Nord à l’adresse du Premier Ministre d’alors était en réalité une victoire ? Mais lisez donc la presse krasslandaise monsieur le Premier Ministre, lisez les programmes des candidats à la présidentielles krasslandaise et voyez comment le Krassland est unanimement rallié derrière l’idée qu’ils n’attendent que la bonne occasion d’envahir le Wasserland ! Vous n’avez rien changé vous avez fait pire, votre faiblesse à Wilhelstaufen les a remotivé ! Et demain, nous accueilleront la Police d’Etat Noddienne à Zotterdam pour qu’ils escortent leur « migrants » au Zollernberg ? Et que ce passera t’il après demain si les migrants noddiens une fois installés demandent leur rattachement à l’URO ? Parce que vous ignorez sans doute que la politique de migration de l’URO est un outil d’invasion utilisé par ce pays pour annexer de nouveaux territoires ? Auriez vous oublié ce qui a motivé notre pays a soutenir la Résolution 2015-001, êtes vous donc aussi incapable d’avoir du recul que rien dans l’histoire internationale récente ne vous soit passé par la tête pour vous dire que la question migratoire a peut être un sens caché ?

Je profite pour reprendre vos propos sur mon travail à l’ONA pour mettre au jour ce qui n’est pas vraiment un mensonge, preuve que même dans le pire, vous arrivez parfois a avoir du mal à être rester au niveau, m’enfin soit. Oui, j’ai promu la paix micromondiale mais j’ai même fait mieux, j’ai gagné la paix ! Au jour d’aujourd’hui, les flottilles orionnaises ne sillonnent plus le Micromonde à la recherche d’une proie facile, Orion est tellement empêtrée dans ses problèmes internes que les seules violations de la ZCI sont le fait de civils terrorisés, Eridan est devenu un état pacifique et s’est désarmé, plus de guerre, plus de morts inutiles le Micromonde inaugure une période de paix ininterrompue. Pas mal pour celui que vous et vos maitr… hum, voulais-je dire « amis » édoranais considérez comme celui qui détruit la souveraineté des nations non ? Je ne vous ferais pas l’affront de vous demander si vous en avez fait autant.

Donc quand vous nous dites que l’URO a renoncé à ses volontés expansionnistes et que vous essayez piteusement de me faire passer devant cette assemblée pour le belliciste en me comparant au dictateur Svalborg, je vous en prie… Je vous en prie Monsieur le Premier Ministre, n’ajoutez pas l’insulte à la mauvaise foi, j’ai bien plus fait pour la paix au  Micromonde que vous ne ferez jamais pour le salut du Zollernberg.

Julius criait désormais, les députés conservateurs étaient outrés et déchainés et les députés libéraux rentraient peu à peu dans la mêlée pour faire taire les conservateurs. Silverstein martelait du haut du perchoir pour appeler au calme. Le chaos s’emparait chaque minute un peu plus du Parlement. Julius se tût un moment, laissant le Président du Parlement restaurer – laborieusement – le calme. Profitant d’une accalmie et d’un moment d’inattention du Président du Parlement qui aurait pu profiter de l’occasion pour lui reprendre la parole, Julius reprit, quittant la tribune et marchant le long de la tribune, une main dans la poche de son pantalon, l’autre main bougeant au rythme de sa nouvelle tirade.

Vous ne souscrivez pas à la doctrine parangéliste, à la bonne heure ! C’est là, la première bonne nouvelle de la journée. Les conservateurs seraient donc en faveur de la promotion des droits naturels… mais Grands Dieux, point trop n’en faut ! On peut donc se faire un nouvel allié sans souscrire à ses idées et son mode de vie. Les relations internationales vues depuis le PCZ sont réellement une pseudoscience fascinante ! Je mets au jour votre quatrième mensonge, pour la forme sinon cela ne serait pas drôle : l’esclavage a été aboli dans les colonies avaroises par l’Empereur Edouard VI. On apprend ça en cours d’histoire du droit international en deuxième année à l’université. Je le sais d’autant plus que… je suis doyen de la faculté de droit et que le professeur van Daan est un homme absolument passionnant que j’ai le grand honneur de connaître. Je vous recommande son cours, vous pourrez donc compléter vos notions d’histoires et vos notions de droit, ce qui ne vous fera aucun mal.
* Rires du coté libéral *

Nous ne nous prononçons pas sur un accord de libre échange, ou en fait un peu ou en fait ce texte est écrit n’importe comment. Ainsi donc, les personnes circulent, les capitaux circulent mais pas les marchandises. Bon, je suis contre ce traité, je ne vais pas vous faire un cours d’économie en plus d’un cours d’histoire et un cours de droit m’enfin la logique semble avoir déserté la Wilhelshof depuis un bail visiblement et c’est triste. Mais en soi, l’arrivée de capitaux orionnais issus de l’exploitation d’une main d’œuvre esclave reste de l’argent sale obtenu à la sueur d’hommes, de femmes et d’enfants exploités au-delà de ce que la morale civilisée autorise. Vous voulez de cet argent ? Vous voulez le taxer et construire des routes, des hôpitaux et des écoles avec ? Mais ou êtes-vous donc aller vous fourvoyer Monsieur le Premier Ministre, nous soignerons nos enfants mais nous vendons déjà nos âmes en acceptant cet accord économique et vous le savez !

Enfin, je retiens vos mots, l’épidémie de flémingite n’est pas avérée. Soit.

Fouillant dans ses notes, il marqua une pause de quelques secondes puis redressa la tête.

Müller : Hum voilà c'est bien cela. Donc qu’allez-vous expliquer à la famille du soldat Zoller ? Ce soldat contaminé par le virus de la flémingite atypique lors de la construction d’un camp de réfugiés non loin de la ZCI et qui est mort en 11 jours là ou la flémingite tue en quelques semaines ? Qu’il n’est pas vraiment mort ? Vous allez peut être mentir sur les circonstances de sa mort ? Ou allez vous laisser cette besogne au Feld-maréchal pour rester dans le monde parallèle ou vos amis conservateurs et les orionnais vivent dans un rêve et ou seuls le peuple d’esclaves qui sert Svalborg sont les seuls à souffrir ?

Voilà, Monsieur le Premier Ministre, ça c’est la vérité, ça c’est la réalité du pays auquel vous voulez enchainer le notre, et c’était ma réponse. Et partout ou vous porterez votre mauvaise foi, vos mensonges, partout ou vous vomirez vos inepties, je serai là. Prenez garde, vous n’êtes pas de taille James et je vous vaincrai, si ce n’est pas aujourd’hui, ce sera un autre jour.

Simulant un « mic-drop », une coutume de scène de certains auteurs de zlam, une nouvelle sorte de théâtre de rue à la mode venant des Zorcades, Julius regagna sa place dans le chaos ambiant.
Se laissant tomber dans son siège, Lezingham griffonnait, les députés conservateurs vociféraient et Silverstein ne savait plus où donner de la tête. Franz Unterwald était à coté de lui.


Müller : Alors Franz ?
Unterwald : Un peu long, mais c’était pas mal, j’ai vu quelques journalistes du KAZ dans les loges du public, tu devrais avoir un bon papier demain.
Müller : T’as l’air sur de toi dis donc
Unterwald : La nouvelle cheffe du service politique du KAZ vient de divorcer et elle a très envie de te rendre service.
Müller : A toi ou à moi Franz…
Unterwald: Moui, à moi en même temps elle a le cœur sur la main.
Müller : On va dire ça !
avatar
Julius Muller

Messages : 699
Date d'inscription : 13/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: (PL-XXVI-3) Projet de Loi portant ratification du traité de reconnaissance mutuelle, d'ouverture économique et migratoire entre le Grand-Duché de Zollernberg et l'Union des Républiques Orionnaises

Message  2nd Baron de Lezingham le Jeu 14 Avr 2016 - 23:15

Le Premier Ministre fit signe à ses troupes galvanisées de se calmer. Il reprit la parole.

- Monsieur le Président,
Messieurs les députés,
Monsieur le député Muller,

Je ne reviendrai pas sur la scandaleuse prestation théâtrale dont vous nous avez fait le déplaisir au début de votre intervention. Elle est une insulte à ces murs, la représentation nationale, à la majorité que je représente et aux Zollernois qui l'ont porté au pouvoir ! Chaque jour de notre mandat, les députés de la majorité et les ministres de mon gouvernement se sont montrés dignes de leurs fonctions et de leurs charges. Je ne permettrais qu'on les insultes et que l'on fasse porter sur eux l'opprobre ! Je ne connais dans mes rangs que des serviteurs zélés de l'Etat et de la Couronne ! Vos propos à l'endroit du Gouvernement de Son Altesse Royale et de Son Premier Ministres sont scandaleux. Ils méritent des excuses !

Applaudissement dans les rangs de la droite. hué dans les rangs de la gauche.

Qui ne viendront pas je le sais, car vous portez Monsieur Muller l'orgueil plus haut encore que la calomnie et la désinvolture. Je réponds maintenant sur le font de votre argumentaire, après le flot d'insultes dont vous avez submergé cette chambre. L'Union des Républiques Orionaises entretient des relations avec des états extérieurs à l'Archipel. Elle n'en a jamais fait mystère. Mais je suis heureux de constater que vous me donniez raison : l'URO n'est si en décrépitude que le laissiez entendre. Mieux il a une diplomatie active qui atteste, s'il en est, de sa qualité d'Etat. Vous déplorez les choix diplomatiques de l'URO. Le gouvernement ne s'autorise pas à les commenter.

Vos évoquez les revendications avaroises mais ne répondez pas sur la contradiction qui vous pousse aujourd'hui à soutenir aujourd'hui le recouvrement par une autorité souveraine d'un territoire sans emprise étatique alors que vous même avez sanctuarisé, lorsque vous étiez secrétaire général ces territoires. Le Zollernberg n'a pas malmené l'alliance avaroise, il l'a respecté et honoré, et l'honorera encore malgré sa remise en cause. Le Grand-Duché a respecté les accords qu'il a signé et qui n'impliquait aucunement une reconnaissance de la souveraineté argenoise sur les territoires nôddiens.

J'ai été soldat, Monsieur le député, dans la prévôté. Je n'ai certes pas vos étoiles de général. Certainement n'ai-je pas assez fréquenté les bureaux ministériels... (rires à droite) mais j'ai servi du mieux que j'ai pu la gloire de nos armes, à ma manière, contre l'insécurité qui s'empare de nos campagnes et de nos villes et pour que triomphe la justice. Je ne remets aucunement en cause les qualités militaires du colonel Mountzbatten ni même la sincérité de sa parole d'officier. J'interpelle la représentation nationale sur des incertitudes que vous venez vous même de confirmer.

Vous évoquez la politique qui fut celle de mes prédécesseurs conservateurs, je n'ai pas à en rougir et j'en assume l'héritage. Celui de l'ouverture à la Valdisky devenu indépendante de la souveraineté zollernoise sans coup de feu, celui de l'ouverture au Krassland, infructueuse et malheureuse certes, mais qui puis-je ? Pour ce qui est de la politique migratoire proposé dans le présent traité, elle l'a été par le Zollernberg. L'hypothèse évoquée par Monsieur le député Muller, qu'un jour la communauté nôddienne revendique une portion de notre territoire est, avouons le, une insulte à nos intelligences. Soyons sérieux si vous le voulez bien.

Enfin vous m'accuser de faire de vous un belliciste, je ne me risquerai pas à cela. Nous reconnaissons ici, l'œuvre qui fut la votre à l'ONA, et mon gouvernement a défendu votre bilan lors du sommet de la Grande Alliance. Tous le Zollernberg le reconnais, jusqu'au Grand-Duc qui vous au rang de Vicomte dans la pairie de Zollernberg. Pour autant, je constate que dans cette affaire vous refuser un traité qui constitue une avancée réelle pour la paix et pour la stabilisation de la région et que vous êtes du camps de ceux qui souhaite, je cite le sécrétaire d'Etat avarois aux affaires étrangères : "compte répondre aux suppliques du gouvernement argenois & ordonner aux troupes impériales de marcher dans l’ouest d’Argentorate afin de chasser les derniers envahisseurs."

Ce que nous faisons Messieurs les députés nous le faisons dans l'intérêt du Zollernberg et des Zollernois, sans vendre notre âme, sans rien abdiquer de notre vocation à l'universelle qui nous pousse à assumer un devoir de paix.

Vous évoquez la triste histoire du soldat Zoller, Monsieur Muller, le gouvernement compatis à la douleur de sa famille et tient à lui témoigner toutes ses marques de sympathie dans cette dure épreuve. Vous évoquez le cas de soldat mort de flémingite en onze jours. C'est ce qu'établis le rapport que j'ai lu comme vous. Le rapport ne précise cependant pas l'état de santé du soldat Zoller alors que nous savons que la fatigue, le stress, le régime alimentaire, les maladies antérieures, influe sur l'état du système immunitaire et peuvent là une maladie terrasse en plusieurs semaines, terrassé en plusieurs jours seulement. Une mort, aussi douloureuse soit-elle ne permet hélas pas d'établir des conclusions générales.

Quant aux menaces que vous proférer à mon endroit Monsieur Muller, croyez qu'elle ne vous honore pas. Nous ne sommes pas là dans le mess des officiers à montrer la taille de nos muscles... Nous débattons de l'avenir d'une Nation millénaire, un empire où le soleil ne se couche jamais.

rires et applaudissement à droite

Et à l'avenir, rappelez vous que vous vous adressez au Premier Ministre de Zollernberg et que s'il n'est pas permis entre gens du monde de se parler ainsi, il l'est encore moins à l'égard du premier des serviteurs de Son Altesse Royale, car à travers l'irrespect que vous m'avez témoigné c'est nos institutions que vous avez méprisez !
avatar
2nd Baron de Lezingham

Messages : 203
Date d'inscription : 13/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: (PL-XXVI-3) Projet de Loi portant ratification du traité de reconnaissance mutuelle, d'ouverture économique et migratoire entre le Grand-Duché de Zollernberg et l'Union des Républiques Orionnaises

Message  Feu le Duc de Silverstein le Jeu 14 Avr 2016 - 23:31

Le Duc de Silverstein claqua son marteau annonçant la fin des débats :

- Bien je crois que chacun des partis en présence a pu exprimer son opinion. Nous passons au vote du projet de loi PL-XXVI-03 portant ratification du traité de reconnaissance mutuelle et d'ouverture économique et migratoire entre le Grand-Duché de Zollernberg et l'Union des Républiques Orionnaises de Nôddia. Je laisse 48 heures au vote.

avatar
Feu le Duc de Silverstein

Messages : 196
Date d'inscription : 22/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: (PL-XXVI-3) Projet de Loi portant ratification du traité de reconnaissance mutuelle, d'ouverture économique et migratoire entre le Grand-Duché de Zollernberg et l'Union des Républiques Orionnaises

Message  2nd Baron de Lezingham le Jeu 14 Avr 2016 - 23:39

Le Premier Ministre s'exprima à au nom de la majorité, il avait abandonné sa mine abattue des premiers débats au Parlement :

- Les députés de la majorité vote POUR le texte.
avatar
2nd Baron de Lezingham

Messages : 203
Date d'inscription : 13/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: (PL-XXVI-3) Projet de Loi portant ratification du traité de reconnaissance mutuelle, d'ouverture économique et migratoire entre le Grand-Duché de Zollernberg et l'Union des Républiques Orionnaises

Message  Julius Muller le Jeu 14 Avr 2016 - 23:42

L’Opposition écoutait, quelques dizaines de députés au tempérament frondeurs continuaient de ponctuer le discours du Premier Ministre de remarques bien senties. Julius rit à quelques unes écoutant le chef du gouvernement avec attention au début puis déclinant au fur et à mesure.

L’argument principal de la majorité consiste essentiellement en un rappel continu au sens des convenances. Ce qui peut paraître important de temps en temps, mais quand le Premier Ministre d’un gouvernement de Son Altesse Royale ne trouve de salut que dans le rappel des règles de bienséance, c’est qu’il doit y avoir bien peu d’autres choses à sauver.

Julius se rappela d’ailleurs de vieilles joutes verbales qui avaient eu lieu dans cette salle. La configuration était quelques peu inversée ce qui rajoute encore plus au caractère intéressant de la chose. Le Premier Ministre Lorenz Fabiuz échangeait ici même avec son contradicteur toryz Jakob Schiraz. Schiraz était un bon droitier mais c’était un joueur de mots hors-pair il avait habilement piégé le Whigz lors d’échanges sur la loi de finances qui n’en finissaient pas et étaient largement ponctuées de petites piques de Schiraz, savamment distillées. Exaspéré, Fabiuz finit par lui répondre : « Mais enfin ! Pour qui vous prenez vous, vous parlez quand même au Premier Ministre zollernois ! ».

Les élections approchaient et Fabiuz fut battu. La phrase était ressorties et cet épisode ressort parfois dans les examens de communication politique à la faculté de science politique. Valoriser son titre comme caution est risqué, plus encore dans une démocratie parlementaire ou l’Opposition joue un rôle actif et constitutionnellement pensé et voulu comme celui de la remise en cause en perpétuelle du pouvoir. Être Premier Ministre au Zollernberg, c’est s’exposer à la critique permanente mais plus encore, l’Opposition est un baromètre intéressant car pour autant qu’elle peut être maitrisée facilement, elle peut être un juge impitoyable. Son rôle est constitutionnellement défini et l’insulte en politique n’est en rien une insulte tout court, c’est un simple ressort de discours. Mais en cela, Lezingham avait complètement raté le coche. L’Opposition était parfaitement dans son rôle et était encore bien loin d’atteindre ses limites.

Mais ça, les conservateurs l’avaient oubliés. Et pour cause, après 10 ans au pouvoir, le PCZ avait déserté le Parlement pendant 5 ans. Le rôle d’opposant leur avait échappé mais visiblement aussi son sens.

Julius fut sorti de ses rêveries par Unterwald qui venait de lui faire une tape sur le bras :


Müller : Moui ?
Unterwald : Je peux prendre la suite ?
Müller : Ah oui vas y… Mais attention, sois gentil avec le vieux monsieur, sinon t’auras pas de caramel !

Les deux homme rirent de bon cœur et le fringant député de Zollenhafen se rendit à la tribune.
avatar
Julius Muller

Messages : 699
Date d'inscription : 13/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: (PL-XXVI-3) Projet de Loi portant ratification du traité de reconnaissance mutuelle, d'ouverture économique et migratoire entre le Grand-Duché de Zollernberg et l'Union des Républiques Orionnaises

Message  Franz Unterwald le Ven 15 Avr 2016 - 6:26

Franz arriva à la tribune. Il reconnu dans une des loges la fameuse directrice politique du KAZ qui le dévorait des yeux. La femme était plus agée que lui de quelques années, elle venait de quitter son mari joueur et infidèle et expérimentait la vie de femme libre à l’âge mur. Elle ne put réprimer un tressaillement quand le jeune député posa son regard sur elle. L’ancien président du Parlement aux mœurs particulièrement libres fréquentait assidument les salons de la capitale ou ils s’étaient rencontrés. Il se devait de faire bonne impression.

Unterwald : Monsieur le Président, je crains de devoir vous rappeler la procédure en cours dans ce Parlement puisque l’usage veut que le dernier mot soit toujours laissé à l’Opposition. Par ailleurs, vous avez de votre propre chef inventé la limitation des débats à 48h ce qui n’est en rien conforme au Règlement du Parlement aussi, je me permets de reprendre la parole, ce que vous ne pouvez pas me refuser au vu de la tradition parlementaire. Les débats ne peuvent être clos qu’après que chacune des parties ait fait valoir ses arguments or… Ce n’est pas le cas. Et j’ose croire que tout conservateur que vous êtes, vous demeurez soucieux du formalisme dans cette chambre surtout au vu des derniers mots du Premier Ministre.

Bien, cela étant dit…

Monsieur le Président, Honorables collègues, Monsieur le Premier Ministre, Messieurs les Ministres, je me permet de prendre la suite de mon très honorable collègue celui-ci, voyez le, semble particulièrement touché par la leçon de bonnes manières si durement infligée par Monsieur le Premier Ministre. Non sérieusement Monsieur Lezingham, une fois les prochaines élections passées, essayez vous donc à la profession d’instituteur vous ferez à nul doute un travail exceptionnel ! Et, fort heureusement les écoles étant ouvertes aux laics grâce à nous autres libéraux, vous aurez en moins l’obligation de porter la soutane.

Je reste particulièrement surpris de voir que l’indignation semble être le centre du positionnement conservateur. En quoi l’Opposition sort elle ici de son rôle ? Vous attendiez vous a une Opposition soumise comme l’a été l’Opposition conservatrice il y a quelques années ? Je vous en prie, vous nous connaissiez et l’Opposition ne nous a pas changé Monsieur le Premier Ministre, en auriez vous douté ?

Bien, visiblement nous arrivons à la fin de nos échanges, ce que je regrette au vu du vide béant du gouvernement actuel en termes d’initiative législative. Il m’appartient donc de présenter les conclusions de l’Opposition sur ce projet de traité.

Nous ne répondrons pas aux complaintes, l’Opposition sait parfaitement à qui elle s’adresse et nous mesurons tous la portée des propos qui ont été tenus. Et nous les assumons ! Vous parlez de calomnies monsieur le Premier Ministre, je demande des preuves ! Preuves que nous pourrons attendre au moins aussi longtemps que des excuses de Julius – et entre nous Julius ne s’excuse que très rarement – de la désinvolture vous dites ? Je pense que, quand on est dans l’Opposition il faut savoir être forts et droits dans ses bottes nous le sommes. Et pour autant, nous avons su être complaisants, l’ouverture témoignée par l’Opposition sur la question de la Cour Suprême le prouve. Et encore une fois, le gouvernement à raté le coche !

Bref je m’égare, oui ! Le traité ! La question avaroise est un exemple flagrant de l’incompétence du gouvernement qui sacrifie un allié pour un autre. C’est votre responsabilité et tout les communiqués bienveillants du monde ne vous épargnerons pas de la honte dont vous couvrez notre pays en ayant réussi à saborder la Grande Alliance, l’alliance avaroise et l’amitié scanthéloise au profit de l’alliance avec l’URO. Et c’est vrai, vous n’avez pas malmené l’alliance avaroise vous l’avez simplement détruite.
Le Grand-duché, jusqu'à ce soir n’avait qu’une parole et un honneur intact, grâce à vous la parole du Grand-duc ne vaudra plus rien et la force des engagements de notre état ne tiendra plus qu’a une chose : le bon vouloir du Stratégos Svalborg devant lequel votre gouvernement s’écrase honteusement.

Vous ne commentez pas les choix diplomatiques de l’URO, vous refusez de commenter les agitations à Edoran, vous comprenez et déplorez les choix diplomatiques d’Avaricum. Le gouvernement pilote à l’aveugle sa politique extérieure, nous signons des traités pour le plaisir d’en signer mais a aucun moment, AUCUN MOMENT, le gouvernement ne se remet en question sur les conséquences de sa politique. C’est plus qu’un problème, c’est plus qu’une erreur : c’est une trahison.

Aujourd’hui nous avons eu pitoyable démonstration de l’incapacité du gouvernement a avoir une vision à long terme, l’alliance orionnaise n’obéit à aucun impératifs politiques, l’économie orionnaise est à bout de souffle – le Premier Ministre dira que je n’ai pas de preuve pour l’affirmer mais n’aura aucune preuve pour l’infirmer si ce n’est de belles paroles sucrées balancée par une voix fatiguée, les migrants noddiens représentent à eux tout seuls un grave danger biologique qui pourrait faire tomber le Grand-duché en un mois a peine.

Nous pouvons tous dire qu’a aucun moment dans l’histoire politique de ce pays, le vote d’un traité aura autant suscité de défiance. Le soutien inconditionnel du Zollernberg à cette dictature militaire qu’est Orion laissera des traces, coutera au prestige de notre pays. Nous avons honte pour vous et notre pays qui ce soir s’abaissera au pire. Et plus que jamais l’Opposition libérale, démocrate et progressiste luttera contre ce gouvernement qui se soumet chaque jour un peu plus à la volonté de l’étranger au détriment de son propre peuple.
avatar
Franz Unterwald

Messages : 21
Date d'inscription : 19/08/2015
Localisation : Zollenhafen - Wasserland

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: (PL-XXVI-3) Projet de Loi portant ratification du traité de reconnaissance mutuelle, d'ouverture économique et migratoire entre le Grand-Duché de Zollernberg et l'Union des Républiques Orionnaises

Message  Feu le Duc de Silverstein le Ven 15 Avr 2016 - 13:23

Le Premier Ministre ne souhaita pas répondre entendant respecter les délais fixés par le Président. Le Duc de Silverstein prit la parole.


Monsieur le député Unterwald,


Je ne connais pas de règlement écrit à cette chambre. Il convient en l'espèce que le Président fixe lui même les termes du débat qu'il réglemente de manière la plus juste et impartiale. Vous évoquez une tradition que je ne connais guère et qui semble bien à propos, j'ai souvenir d'ailleurs que vous ayez moins eu à cœur de la faire respecter lorsque vous étiez à mon siège. Mais soit, je souscris à votre demande à titre exceptionnel. Je vous prie maintenant de bien vouloir donner le vote de l'Opposition loyale. Le vote se terminera ce samedi à 21h30.
avatar
Feu le Duc de Silverstein

Messages : 196
Date d'inscription : 22/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: (PL-XXVI-3) Projet de Loi portant ratification du traité de reconnaissance mutuelle, d'ouverture économique et migratoire entre le Grand-Duché de Zollernberg et l'Union des Républiques Orionnaises

Message  Julius Muller le Sam 16 Avr 2016 - 23:41

Spoiler:

Je n'ai pas pu répondre plus tôt, je m'excuse donc de publier ce message à cette heure ci. Olivier n'ayant pas clôt le vote (et celui ci étant déjà plus ou moins joué d'avance), je pense que cela ne posera donc de problème à personne.

Müller : Monsieur le Président, l'Opposition Loyale vote naturellement contre le projet de loi.
avatar
Julius Muller

Messages : 699
Date d'inscription : 13/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: (PL-XXVI-3) Projet de Loi portant ratification du traité de reconnaissance mutuelle, d'ouverture économique et migratoire entre le Grand-Duché de Zollernberg et l'Union des Républiques Orionnaises

Message  Feu le Duc de Silverstein le Dim 17 Avr 2016 - 19:44

Le Président-Duc livra les résultats du vote.

POUR 280
CONTRE 230

Le projet de la loi portant ratification du traité de reconnaissance mutuel, d'ouverture économique et migratoire entre le Grand-Duché de Zollernberg et l'Union des République Orionnaises est adopté ! CLAP

Les députés de la majorité applaudirent leur chef, la majorité se sentait ragaillardie d'avoir tenu contre ce qui avait été vécu comme une campagne de discrédits à laquelle s'était livrée l'Opposition. Lezingham ne commenta pas, il se contenta d'incliner la tête en signe de remerciements.
avatar
Feu le Duc de Silverstein

Messages : 196
Date d'inscription : 22/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: (PL-XXVI-3) Projet de Loi portant ratification du traité de reconnaissance mutuelle, d'ouverture économique et migratoire entre le Grand-Duché de Zollernberg et l'Union des Républiques Orionnaises

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum