Die Zorcadisches Beobachter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Die Zorcadisches Beobachter

Message  Edorel Gatline le Lun 18 Avr 2016 - 13:22

Die Zorcadisches Beobatcher
L'actualité d'ici et d'ailleurs
Prochainement dans tout les kiosques
avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Die Zorcadisches Beobachter

Message  Edorel Gatline le Mar 19 Avr 2016 - 18:12

Die Zorcadisches Beobatcher
L'actualité d'ici et d'ailleurs
N°1

Edito

Si l'on s'accorde à dire que le concept de presse indépendante et objective n'existe pas, alors l'observateur zorcadien (c'est à dire nous-mêmes) ne dérogera pas à la règle. Offrant un regard tout aussi subjectif et partisan que le reste de la presse écrite zollernoise, nous souhaitons cependant offrir un regard neuf sur l'actualité. Ainsi, le lecteur appréciera t-il sans aucun doute des pages dédiés aux dernières nouveautés culturelles, aux analyses géopolitique finement détaillé, ainsi qu'une page complète sur les dernières avancées de la science.

Nous ne prétendons pas cependant à être affilié à un mouvement politique, il est du devoir du bon journaliste de dire du mal et du bien autant de la majorité que de l'opposition, sinon il s'ennuie ferme. Pour empêcher cette ennuie de contaminer le lecteur, quelques dessins humoristique viendront agrémenter ces pages dans le seul but d'illuminer sa journée par un franc sourire à défaut d'une franche hilarité. Ou alors se contentera t-il d'une morgue et d'un visage dur en se sentant insulté par le dit dessin, ce qui est tout aussi bien d'ailleurs.

Un petit vote et puis s'en va


Le vote du TRM : résumé concis... (très)

Pas mécontent de s'être débarrassé d'un vote et d'une opposition effarouché en deux coups de cuillères à pot, le Très Honorable Premier Ministre Baron de Lezingham s'est envolé le jour même en direction d'Alunéis, Noddia, URO. Et ceci malgré la présence d'un mal aux effets redoutables. En ce moment même, il s'est vue remettre par le stratègissime Svalborg les clés d'un somptueux manoir qu'il peut occuper quand bon lui semble. Sans doute inaugurera t-il à son retour l'aile de quarantaine de l'hôpital de la Pitié-Zalpétrière …

Les échanges durant le débat entre la majorité et l'opposition ont été particulièrement tendues, et les principaux orateurs ont fait une éloquente démonstration de rhétorique et de xyloglossie tel que l'auguste assemblé n'en n'a jamais connue. Malgré l'obstruction parlementaire et l'argumentation pertinente, l'écrasante majorité a finalement fait fi de toute contestation. C'est donc ainsi que le parlement a voté, en plus du traité de reconnaissance mutuelle la cessation de facto des relations avec la Confédération de Scanthénoisie-Helvétia et le Saint-Empire d'Avaricum. Ce dernier ayant pris une longueur d'avance en rompant les relations pourtant pleine d'avenir avec le Grand-Duché la semaine précédant les débats.

Quoi qu'il en soit, ce traité plonge le Zollernberg dans la crise, avec une population clairement divisé entre les pros et les contres, sans parler des retombés à l'internationale. Assurément le pays passe à nouveau pour le dindon de la farce. Il ne manquerait plus qu'un traité avec feu le Très Saint et Très Fameux Empire d'Eridan et ainsi que la République Fédérale Démocratique et Populaire du Noorduutruuk-Muche et la crise prendrait une tournure bien plus inquiétante.

Politique

Les partis dans les Ztarting-blocks

Plus que deux semaine avant les prochaines élections générales au Zollernberg.

Oui, deux semaine, soit exactement près d'un mois de retard sur le calendrier. Sans compter un parlement qui tarde à se dissoudre, à moins qu'il n'ait développé une résistance à toutes les formes d'acides. Cela n'empêche pas les conzervateurs et les libéraux de se préparer. Les derniers sondages montre une très net égalité entre les deux formations. Les indécis sont donc choyés par l'un et l'autre camp en leur promettant monts et merveilles pour obtenir leurs faveurs. Mine de rien, les indécis sont tout de mêmes chanceux, les politiques leur accordes toujours plus qu'à leurs propres partisans.

Gatline le loquace

Le coup était bien évidemment préparé, magistral. La presse convié à la Wilhelmshof a eu droit à une démonstration de l'ex-homme politique Edorel Gatline. Le Comte, licencié sans ménagement de l'ONA par son ministre de tutelle a débarqué à l'improviste chez celui-ci. Il va sans dire que la teneur de l'échange en a fait jasé plus d'un parmi nos confrères. ''Un ministre ferme sa gueule ou démissionne'' rappelle l'adage. Ce qui est sûr et certain, c'est que personne ne peut faire taire le Feld-Maréchal quand il s'agit de ses domaine d'expertise. On croyait l'homme politique enterré après la disparition du Whigz, ses anciens partisans seront sans doute heureux de voir qu'il n'en est rien.

De la discussion, l'honorable Pair en a fait un bref résumé. Le gouvernement sans doute pour ne pas froisser l'allié (ou le maître, c'est selon) édoranais a ordonner à l'ex représentant zollernois de retirer sa motion sur l'interdiction du PDE ou de démissionner. Le bougre n'a semble t-il pas réfléchie bien longtemps et quitta le conseil. Au grand bonheur de la représentation liberistanaise qui a reprit à son compte la proposition de motion. Flanqué de son impressionnant garde du corps persien, Gatline a fait savoir tout le bien qu'il pensé du gouvernement et de sa non-compétance pour ce qui est des affaires internationales. « L'ignorance feinte […] c'est la participation même passive à l'acte [...] » a déclaré le premier soldat zollernois. C'est une grave accusation qui est porté à l'encontre du gouvernement, qui préfère laisser faire. Pari risqué à deux semaines du prochain scrutin.

Internationale

L'ordre règne à Allancia


Pour ce qui est du maintien de l'ordre, le FIPI c'est bien,
par contre pour le mobilier urbain on va laisser ça aux mairies...

L'actualité à l'étranger reste forcément dominé par la crise politique qui secoue le Saint-Empire d'Edoran. A l'heure ou nous écrivons ces lignes des manifestations de soutien pour le Parti Démocrate Edoranais sont réprimés tandis que les soutiens du gouvernement défilent dans la rue sans crainte. L'ordre d'interdiction du parti ainsi que les rafles dirigés contre ses membres étaient déjà le signe avant-coureur d'une dérive autoritaire, la politique à deux vitesse en cours est une confirmation qu'Edoran glisse tranquillement vers un régime autoritaire.

Les critiques n'ont pas tardé. Au Zollernberg le Parti Libéral Zollernois a exprimé son soutien envers les camarades. Une parti des cadres du PDE ont trouvé refuge en Moldavia voisine tandis que le Liberistant défend bec et ongles à l'ONA la motion condamnant cette interdiction. Déjà l'Empereur a ordonné des élections partielles pour que les circonscriptions laissé orphelines à cause du gouvernement puissent se trouvé un député, il est probable que l'Union Centriste désormais première force d'opposition dans le pays obtienne de nouveau siège. A moins bien sûr que le gouvernement d'extrême-droite ait déjà réservés les places avec les méthodes que l'on imagine sans peine. Affaire à suivre.

Brèves internationale

Krassland : Undborg pour un troisième mandat. Elle est reconduite à la semi-présidence de la Semi-République avec 72% des voix contre 28% pour son semi-concurrent Rudolf Lerhène. Quand bien même beaucoup au Zollernberg apprécie la délicieuse plastique de la première semi-femme du Krassland, beaucoup d'autres parmi les observateurs regretteront que le règlement de la question wasserlandaise reste au point mort. Pour info le Zollernberg mène au score avec 100% du territoire contrôlé.

CSH : Le mépris. La Confédération s'estime méprisé par le Grand-Duché, et à juste titre quand on sait l'animosité qui règne entre Aarosia et Aluneis. Le fossé se creuse encore un peu plus entre les deux anciens amis, à tel point que l'on parle désormais dans les chancelleries d'un canyon séparant les deux pays. L'heure n'est semble t-il pas à l'apaisement, mais si la Confédération n'a aucun moyen de faire pression sur le Grand-Duché pour qu'il revienne sur sa décision, elle a cependant le moyen de faire en sorte que le Zollernberg soit isolé diplomatiquement, la CSH a voix au chapitre de la Ligue des Etats Modernes et il est probable que des mesures soit prise.

Pirée : Tuer dans l’œuf. Si il n'y a aucune relation établit entre le Grand-Duché et la Confédération Ducale, le Duc a néanmoins décider de ne pas prendre de risque. Il est évidant qu'avec la menace d'épidémie qui sévit dans l'ouest d'Argentorate et l'actuelle visite diplomatique du Premier Sinistre, la pandémie n'est pas souhaitable. Mais on se demande bien pourquoi toutes ces mesures alors que rien n'est prévue entre le Zollernberg et le Pirée. Ni relations diplomatique, ni commercial, ni touristique. A moins qu'il ne s'agisse de manœuvre pour exister à l'étranger. Allez savoir !

Culture

Gloire à Violët et aux kolkhozes, ou la déliquescence musicale d'un pays

Parmi les créations musicales de cette fin de saison, la dernière production de la Maison de la Musique du Peuple de Mavska fait l'unanimité. Mais pas pour les raisons que l'on imagine de prime abord.

Sur une musique de Ptior Borodinovitch Borodinov et un livret de Vasiliev Vasilievsky Vasilievskov, l'opéra ''Gloire à Violët et aux kolkhozes'' raconte l'histoire d'un ouvrier de Kolkhoze qui compte fleurette avec une ouvrière. Une histoire qui déjà ne casse pas trois pattes à un canard mais qui surtout n'est qu'un faire-valoir à la politique des autochtones. Dés les premières mesures l'auditeur est assailli par un quadruple fortyssymo qui ne manque pas de lui faire saigner les tympans. Après l'ouverture en fanfare vient le traditionnelle chant à la gloire du parti et du pays. Et ainsi de suite durant quatre actes. Car oui, si l'on retire l'intrigue, il ne s'agit que d'une malheureuse anthologie de chant patriotique qui fleur bon le politiquement correct. C'est ennuyeux, pompeux, la ligne mélodique brille par sa médiocrité, la ligne harmonique par son absence et l'orchestre brille par une certaine rudesse dans son interprétation. Sans doute parce que la police politique attend tranquillement chaque musicien qui ferait un couac dans la loge à l'entracte. A moins que ce soit le goulag pour tout l'orchestre et le ballet. Car oui, si la musique ne suffisait pas, il y a aussi le ballet, donc en plus de saigner des oreilles vous saignez des yeux. Jamais on ne vit de chorégraphie aussi peu inspirés mais terriblement insipide. Autant dire que si il n'y avait pas de quadruple fortyssymo tout les huit mesures, l'assistance brillerait par ses ronflements.

A la fin des quatre heures de musique réglementaire, une demie-heure d’applaudissement, et un bis complet à la demande du polit-bureau. Bissé un opéra entier est un exploit dans le reste du micromonde (un seul exemple historique), mais au Valdisky, c'est chose commune. L'histoire ne dit pas si les deux amoureux se sont dit oui car le signataire de ces lignes s'est débrouillé pour quitter l'opéra en catimini et fuir le pays à toute berzingue pour faire son papier. Évidemment, la presse local encense ce chef-d’œuvre de patriotisme. Pas sur que ça s'exporte cela dit.

Brève Sport : Les zoohozkeyeurs ne sont pas content. En effet voilà quelques semaines qu'un championnat d'un mystérieux sport attire le monde, le fuzzball. La règle est simple : vingt-deux cro-magnons courent après un ballon sur une pelouse et se papouillent chaque fois qu'un des gardiens de but rate le ballon. C'est tout. Mine de rien la LZZ (Ligue Zollernoise de Zoohozkey) n'a pas l'intention de se contenter d'une deuxième place aux derniers JMO et compte bien crever l'abcès en renvoyant aux oubliettes les adeptes du ballon rond.[/font]
avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Die Zorcadisches Beobachter

Message  Edorel Gatline le Jeu 28 Avr 2016 - 16:22

Die Zorcadisches Beobatcher
L'actualité d'ici et d'ailleurs
N°2



La lente et terrible agonie du Major-Général von Wolfenbüttel
ou comment se servir à bon escient d'un grabataire à l'article de la mort


C'est un étrange spectacle qui nous a été rapporté par un confrère de ZollPress à Kreuzunbourg pas plus tard que la semaine dernière. Pareil information aurait mieux fait la une de nos confrères du Zozolulu Zun cependant la fraîcheur de cette information ainsi que son exclusivité pour le Zorcadisches Beobatcher a fait qu'il n'en a été rien de tel. Pour le plus grand bien des vrais lecteurs journalistiques.

L'histoire date du dix-neuf avril dernier et nous a donc été rapporté par un confrère de ZollPress. L'histoire lui a aussi été rapporté par un proche de la maisonnée Wolfenbüttel. Tout le monde connaît son plus illustre représentant le Major-Général von Wolfenbüttel. Quand bien même il soit toujours en service actif dans l'armée, c'est à l'âge canonique de cent-sept ans qu'il est le doyen des Armées de la Couronne. On peut certes salué la performance, quoiqu'on doute quelque peu qu'il ait conservés toutes ses capacités de commandement. En effet à sa dernière apparition en publique, ce n'était plus qu'un vieillard sénile, avachie nonchalamment sur une chaise roulante, le dos voûté par le poids des médailles et plaques honorifiques qui lui ont été remise tout au long de sa carrière. Les plus attentifs auront sans doute remarqué à la grande taille de son bassin qu'il devait sans doute souffrir d'incontinence.

Mais laissons là ces commérages au Zozolulu Zun et concentrons-nous sur ce qui nous intéresse. Mardi dix-neuf avril, une heure de l'après-midi sonne tandis qu'un officier d'état-civil pénètre l’hôtel particulier. Le majordome le conduit auprès de son maître. Celui-ci est devant la cheminé du salon, à moitié endormie l'autre moitié étant réservé à ce que l'on pourrait appeler la divine folie des centenaires. Le majordome annonce l'officier, aucune réponse. Il s'approche et se répète en élevant légèrement la voix. Ce à quoi répond une râle venant d'une bouche pâteuse. Le vieux général ouvre les yeux et bouge un peu la tête en faisant attention de ne pas trop réveiller son arthrose. L'officier de l'état-civil fait mine d'ignorer l'état de son hôte et lui fait connaître les raisons de sa venue. Une soubrette apporte le café et assiste à la scène. L'officier sort tout un tas de papiers de son porte-documents et explique au général qu'il faut signer.

C'est une main tremblante qui cherche la plume et qui signe chaque papier avec des sortes de caractères étrange et ésotérique jamais vue auparavant. Ceci fait, l'officier d'état-civil fait savoir au major-général qu'il est a nouveau re-inscrit sur les listes électorales, et puis s'en va, laissant le retraité à demi-conscient et a demi-fébrile demandant inlassablement toutes les deux minutes si les krasslandais ont attaqué la ville.

Cette histoire aurait pu être inventé de toute pièces uniquement pour discrédité le système électoral actuel, si elle ne nous avait pas été raconté par la fameuse soubrette. Celle-ci, aux convictions politique largement marqué à gauche, n'a pas hésité une seconde et dés qu'elle eut pris son congé journalier alla trouvé la permanence local de Zollenhafen pour raconter cette histoire. Histoire qui ne tomba pas dans l'oreille d'un sourd puisqu'elle est maintenant publié dans ce numéro. Quant à la soubrette, elle a présenté sa démission et demandé à nos services si nous pouvions faire en sorte qu'on ne remonte pas jusqu'à elle. Prenant le principe de protection du secret des sources à bras le corps, nous nous sommes assurés qu'elle puisse vivre et travailler sans être inquiéter à l'autre bout du pays.

Cette histoire prouve néanmoins une chose. Qu'a moins de deux semaines des élections générales, tout les coups bas sont permis. Même permettre aux gens pas encore mort mais plus trop vivant de pouvoir voter.


Brèves nationales


Terre-Marialyn : Étrange découverte dans les profondeurs enneigés. Une équipe de prospecteur a mis à jour une étrange stèle dans une plaine au pied du Mont-Louis. Les prospecteur étaient à la recherche de minerais utiles à l'économie de la métropole quand leurs détecteurs se sont emballés près de l'étrange monolithe. Il a fallu pas moins de deux heures pour déterrer la pierre de deux cents kilos. Chose étrange, une fois totalement découverte, le guide aïnout de l'équipe à pris peur et supplier l'équipe de enterrer la stèle, arguant qu'il s'agit de traces de démons de leur folklore. La stèle a été ramené à la base Pikkendorf ou des spécialistes en histoire et ethnologie sont attendues pour l'étudier de manière approfondie.


Brèves internationales


CSH : Deux pour le prix d'un. Après le Saint-Empire Avarois c'est autour de la Confédération de Scanthénoisie-Helvétia de rompre les relations diplomatiques avec le Zollernberg, le tout après un an de timide discussions. La politique urophile du Premier Ministre Baron de Lezingham commence semble t-il à porter ses fruits.

Krassland : Les krasslandais voient troubles. En effet malgré l'arrivée du PMLK (extrême-gauche) en tête des élections locales, c'est une curieuse coalition entre les merkistes-luninistes et les nationalistes (arrivés deuxième) qui formera le 14eme semi-gouvernement de la semi-République. Reste à savoir combien de temps les semi-gauchos et les semi-fachos vont tenir sans se crêper le chignon. Les paris sont ouverts.

Edoran : Suite. Le parti fascisant Edoran Uni confirme sa mainmise sur le pays en raflant la majorité des sièges laissés vacants à cause (ou grâce) à l'interdiction du Parti Démocrate Edoranais. On a osé espérer un sursaut d'orgueil de l'opposition mais il n'en fut rien. Visiblement il semblerait que la dérive autoritaire en Edoran soit bien installé. On ne s'avancera pas sur les rumeurs d'élections truqués, mais tout de même.


Culture


Fauztine ou le bonheur du vice
de Donazien-Alphonze-Franzois, Marquis de Zade

On connaît le 69ème marquis de Zade comme un polémiste virulent, un politicien tout aussi libéral que viscéral et un philosophe anti-clérical confirmé et heureux de l'être. Jamais content de chaque gouvernement qui passe, faisant des siennes à chaque fois qu'il vient à la messe (quand il le veux bien), et faisant parfois quelques voyages en prison quand il devient ingérable. Toutefois c'est sur un terrain ou on ne l'attendait pas que le jeune marquis zorcadiens a fait à nouveau parlé de lui.

A peine un an après son dernier séjour en prison c'est un nouvelle ouvrage signé de sa mains qui paraît en librairie. Et quel œuvre puisqu'il s'agit de son premier roman. Paru aux Editions du Zeuil et intitulé ''Fauztine ou le bonheur du vice'', ce livre pourrait à priori être la victime d'une censure sévère et d'un aller-simple pour l'index.

Mais ne faisons pas pour autant la fine bouche pour autant, contrairement à ce que laisse penser son titre, ce roman quasi-picarezque est attachante à bien des égards. C'est une œuvre parfois très dure, parfois très molle, mais pourtant jamais vulgaire. L'histoire bouleversante dans sa simplicité, éclaire sobrement le drame humain d'une zténo-dactylographe, renvoyé de son travaille à Zitchen-Itza après la découverte de sa maladie incurable et les commérages de jumelles triplées aussi frigides et froide qu'une morgue. Se sachant vivante pour plus très longtemps et après une très (très!) longue introspection en elle-même, tant au sens figuré qu'au sens propre cela va sans dire, agrémenté de réflexion philosophiques politique et athées qui nous rappelles les premières armes de l'auteur, elle décide de laisser libre-court à tout ses désires sans aucune restriction. C'est alors qu'ayant regagné son domicile, on frappe à la porte. C'est le facteur, ou plutôt c'est facteurs puisqu'ils sont au nombre de quatre car livrant un colis de quelques cents-vingts kilos. S'en suit une bacchanale dans le lit 240*240 de notre frêle demoiselle ou entre chaque pause extatique il est délivré une nouvelle dissertation philosophique, parfois sur un sujet lamba, parfois un sujet plus profond, au sens propre comme au figuré. C'est alors qu'on sonne à la porte. C'est une bonne amie de notre zténo-dactylographe, ou plutôt c'est des bonnes amies puisqu'elles sont au nombre de sept. Et c'est reparti pour une bacchanale amplifié. Le tout étant entrecoupé de réflexions diverses sur tout et rien, de nouvelles arrivés et un lit 240*240 trop petit qui nécessite la réquisition de l'ensemble de la maisonnée jusqu'à la délivrance finale au dernier chapitre.

Usant d'un style elliptique qu'il maîtrise à merveille Zade nous délivre une œuvre puissante, véritable couronne à l'architecture littéraire ou le drame se mêle à la passion, le comique à la tragédie. Ce n'est pas qu'une fusion, c'est une véritable sublimation (tant au point de vue physique que psychanalytique) qui se joue dans les pages de ce roman. Quand on demande alors au noble zorcadien ce qu'il attend de cette ouvrage qui assurément va être un succès (puisque nous le disons ainsi) Alors nous a t-il déclarer à la présentation du roman chez l'éditeur « J'ai voulue exprimer ainsi l'incohérence des rapports humains en milieu libéral, si je réussi je pense avoir contribué humblement au rapprochement homme-femme. Si j'échoue, je m'en fous je suis pas au pourcentage sur recettes. » quand on lui demande en sus si il craint la mise à l'index de son livre pourtant pas aussi libertin à en juger par l'écriture le marquis nous répond que de toute façons, « si c'est pas écoulé en librairie ça sera ailleurs […]. Sachant que l'immense majorité de l’œuvre du marquis est de toute façon indexé, cette réponse ne surprendra guère.

Sport

Ezcrime :

Wiggenstein remporte son duel à l'épée contre le fils du marquis de Zainte-Wiwine en une manche par six blessures contre trois, Zainte-Wiwine abandonnant pour blessure grave. Le duel a été provoqué suite à un différend en rapport avec une jeune demoiselle dont l'identité n'a pas été dévoilé. Le fils Zainte-Wiwine a été évacué du pré aux clercs dans un état critique, celui-ci ayant perdu un litre et demi de sang. Mais ses jours ne sont plus en danger grâce à la promptitude des médecins. Il a promit qu'il aura sa vengeance une fois remis sur pied.

C'est un sérieux coup dur pour le député PLZ du Wasserland Ambroize Hauptmann, celui-ci a été défait en deux manches 4/2, 4/1 par le député PCZ de Zotterdam Ludwig Kapzberger. Hautpmann avait provoqué Kapzberger suite au vote du TRM avec Noddia. Hautpmann y laisse deux phalanges et son honneur. Pas sûr que ce soit de bonne augures pour les prochaines élections.

avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Die Zorcadisches Beobachter

Message  Erich von Wolfenbüttel le Jeu 28 Avr 2016 - 19:11

Le major-général Wolfenbüttel fait savoir qu'il est en pleine possession de ses moyens et s'avoue indigné par les odieuses insinuations sciemment dégradantes et blessantes faites par le Zorcadisches Beobachter à son encontre. L'édition de ce jour ne grandit pas un journal qui n'aura qu'attendu que son deuxième numéro pour mener une campagne d'humiliation à l'égard d'un serviteur de son pays, anciennement ministre et décoré sur les champs de bataille des Zindes, d'Edredonie, de Zaxe et de Laurasie.
Le major-général Wolfenbüttel exige un droit de réponse dans le prochain numéro du journal sans quoi il l'attaquera en justice.
avatar
Erich von Wolfenbüttel

Messages : 59
Date d'inscription : 24/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Die Zorcadisches Beobachter

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum