Le contexte politique de la première guerre de Wasserland - Cozme Ztradivaryz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le contexte politique de la première guerre de Wasserland - Cozme Ztradivaryz

Message par Johann-P. van Adelzcott le Sam 20 Aoû 2016 - 10:27

Extrait de la thèse de doctorat de Mgr Cozme Ztradivaryz (+), professeur titulaire de la chaire d'Histoire médiévale de l'Université de Wilhelstaufen

Le contexte politique de la première guerre de Wasserland

La Ière guerre de Wasserland (1027-1047) est un conflit majeur qui marque la fin de l'âge sombre du moyen âge zollernois et le renouveau de formes politiques évoluées. Le conflit naît de la volonté du Duc des Krasslandais, Ersnt-Anton Aus Krassgard, élu duc en 1025, d'unifier le Krassland. Désireux de fédérer les énergies et de bénéficier de ressources, il va envahir le Wasserland. Emporté par son élan guerrier, il va conquérir près de la moitié du territoire Zollernois, après avoir écrasé un armée zollernoise à la bataille des Monts Savonifères (1028). Le duc de Krassland mettra fin aux opérations militaires par une trêve de facto, afin d'avoir les mains libres pour mater les révoltes internes au Krassland, ce qui sera fait en 1035. Anton Aus Krassgard sera courroné roi du Krassland et fera périr les barons krasslandais et zollernois révoltés. Ernst Anton Ier voudra alors unifier sous sa poigne le Krassland et le Zollernberg et entreprend aussitôt de prolonger les conquêtes de 1028. Il se heurte toutefois à l'opposition ferme de nombreux clans zollernois, à commencer par les Zélés qui tenaient en échec les troupes krasslandaises à Mazzada (Zorcades). Les Zollernois mettront progressivement en échec les Krasslandais afin de libérer leur territoire national au cours d'une longue série d'opérations militaires (1036-1047), qui se termineront par un accord de paix et l'abandon, par le Roi Ernst Anton Ier de ses prétentions sur le Zollernberg.

Il convient évidemment d'avoir à l'esprit qu'il n'y avait pas, à cette époque, d’États politiquement structurés comme les nôtres. Il est bien plus exact de parler de pouvoirs politiques et militaires : celui qui était à la tête d'une troupe armée disposait des richesses contrôlée par cette troupe. Il rendait la justice, commandait aux hommes.... il utilisait ces richesses et ces pouvoirs pour consolider sa mainmise militaire et, le cas échéant, étendre son territoire.

1. Le Zollernberg : des clans fédérés autour d'une cour déclinante

La nation zollernoise a longtemps fonctionné selon un mode politique complexe :

- le territoire de Wihelstaufen était le siège d'un chef, dont le titre varie selon les traductions. Les auteurs, à partir du XVIe siècle, ont parlé du grand duc de Zollernberg, par analogie à la situation qu'ils connaissaient mais on sait que la création de ce titre est de loin postérieure. Le titre exact, en vieux zollernois, était Zollvhuptmeister ou Zollernreich üng Volks huptmeister. Une traduction plus littérale serait : chef principal du royaume et des peuples zollernois. Ce titre n'a cependant jamais correspondu à un réel pouvoir politique, mais simplement à une préséance religieuse et protocolaire. Cependant, le Zolhauptmeister a toujours eu la haute main sur le Zollvlizt, la liste des clans et des titulatures zollernoises, d'où découlait la préséance entre chefs de clans et leurs titres. Le pouvoir du Zollvhuptmeister commence nettement à décliner à compter de 990.

A cette époque, Wihelstaufen était déjà le siège du patriarche Zorthodoxe et une ville importante.

- le reste du pays était occupé par de très nombreux clans, dont l'ordre hiérarchique était codifié par le Zollvlizt, et évoluait en fonction du sort des armes. Certains clans étaient encore nomades, mais la pluspart étaient déjà sédentarisés sur des territoires aux contours encore flous. En 889, deux clans importants, les Zozolulu et les Zamburg franchirent la mer des Zorcades et s'installèrent aux Zorcades, alors entièrement yssoises. Il y avait également plusieurs clans zollernois importants sur les territoires actuels du Krassland et de Locquetas. On distingue, à partir du milieu du Xe siècle, quelques fédérations de clans : au Silverstein, sept clans prirent l'habitude de se réunir et d'évoquer les affaires communes dans le bourg de Zotterdam. Ils sont à l'origine du duché de Silverstein, le premier constitué.

- audelà du Zollernreich, c'est à dire les terres essentiellement peuplée de clans zollernois, l'influence de la nation zollernoise continuait à se faire sentir, sans doute partout dans l'actuel continent nord de l'archipel : aux Zorcades (après 889) et au Krassland (dès le Ve siècle), les clans zollernois représentaient entre 10 et 30% de la population. Au delà, il y avait quelques clans épars dont les souvenirs, souvent, se sont perdus, mais qui étaient inscrits sur la Zollvlizt.

2. Le Krassland, un état décomposé avec un chef symbolique : le duc des Krasslandais

Le peuple krasslandais a de tous temps été très divisé. Le mode de vie très particuliers des Krasslandais et leurs moeurs, peu propice à la construction d'un édifice collectif durable, s'est traduit, dès le VIIe siècle, par la domination de plusieurs familles d'origine zollernoises, dont la famille des Hidenburg, qui s'est issée à compter de 827 à la tête du clan krasslandais des Krassagardes.

Ce processus de domination politique des krasslandais par des familles zollernoises s'explique assez simplement : les clans Zollernois et Yssois opéraient des razzias contre les territoires krasslandais. Pour lutter contre ces razzias, les clans et les villes krasslandaises (contrairement aux Zollernois, le mode de vie krasslandais a toujours été très urbanisé, afin de polluer au maximum les lieux de vie) ont fait appel à des chefs de guerre zollernois, contre de l'argent. Ces chefs zollernois ont tôt fait de monayer leur aide contre non seulement de l'argent, mais également la reconnaissance de pouvoirs et de droits importants.

La famille Hidenburg fera prospérer le Klan des Krassagardes, qui voit son rôle devenir de plus en plus important au sein des klans krasslandais. En 847, Anton Ier aus Krassagardes obtient de la cour de Wihelstaufen le titre de comte du krassland oriental. En 920, son petit-fils, Martin aus Krassagardes s'empare de Krassburg et se fait proclamer marquis des krasslandais. Ce titre ne sera jamais reconnu par Wihelstaufen, mais d'ores et déjà à cet époque, le pouvoir central zollernois est dans l'incapacité d'assurer la moindre autorité. A l'occasion du passage à l'an 1.000, le neveu de Martin, Anton II, se fait proclamer duk des Krasslandais, après avoir conquis et soumis près du tiers des klans krasslandais. Un autre tiers reconnaît, au moins en droit, son droit à être duk, sans forcément admettre son pouvoir direct, et lui paye un tribut modéré. Les clans zollernois présents au Krassland, en revanche, ont toujours refusé de reconnaître la moindre once de souveraineté à la famille des Krassagardes, considérée comme des traitres krasslandisés.

Les duks du Krassland commencent alors un long processus de soumission des clans krasslandais, mais également des clans zollernois du Wasserland et de Zaxe.
avatar
Johann-P. van Adelzcott

Messages : 94
Date d'inscription : 29/10/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum