Dossier LEMBERG-SMN à l'intention du PM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dossier LEMBERG-SMN à l'intention du PM

Message  Alexander Lemberg le Mer 2 Nov 2016 - 17:34

Le dossier confidentiel Lemberg-SMN arriva sur le bureau du Premier Ministre. Il était rédigé par le Ministre des Affaires Étrangères en personne. Ce dossier devait faire date, il proposait une refonte globale de la diplomatie zollernoise. C'était le dernier grand projet de la longue carrière de Lemberg.

Mémorandum pour la fondation d'une Société des Micronations Nordiques


Le présent projet propose une refondation de la diplomatie zollernoise à l'égard du continent Nord. Partant du constat de l'échec de l'ONA, les exigences diplomatiques exigent un retrait de l'ONA et la création d'une nouvelle forme d'organisation micromondiale. La SMN propose la création d'une organisation internationale non coercitive basé sur l'égalité, la souveraineté et le discours constructif de ses membres.

1. L'échec de l'ONA
2. Un projet de substitution : la SMN
3. Faisabilité du projet


I. L'échec de l'ONA.
Cet échec est patent et va de soi. A l'origine, l'ONA se voulait être un organisme de régulation des conflits du micromonde, basé sur l'égalité et le respect de la souveraineté de ses membres.

1. Non respect de la souveraineté et l'intégrité territoriale de ses membres.

La résolution krasslandaise a démontré que l'ONA enfreignait le principe de souveraineté de ses membres. Le texte aurait dû être repoussé et il a été accepté au nom de l'objectif de paix micromondiale de l'organisation, et ce, sans prendre en compte que c'est le Krassland qui est un danger pour la paix avec sa diplomatie agressive et ses manœuvres d'intimidation militaire (cf crises d'Edredonie, de Krassenheim, invasion de la Russlavie)
Quand bien même, la résolution krasslandaise serait acceptée, elle ne serait pas appliquée, mais elle donnerait un poids supplémentaire à ceux qui veulent démembrer notre nation.

2. Dévoiement de l'organisation.
L'ONA n'est plus une institution micromondiale équitable, mais une véritable micronation. Celle-ci dispose d'un territoire, d'une armée, et la crise édoranaise a démontré qu'elle avait sa diplomatie propre. Nous avons donc une nation, qui,  sous couvert d'être une organisation internationale, revendique une autorité au moins morale sur le micromonde.

3. Faillite des secrétaires généraux.
La résolution krasslandaise sur le Wasserland n’aurait jamais dû être accepté au nom de la souveraineté zollernoise. Les résolutions zollernoises ont été repoussées sous des prétextes futiles. Des chicanes juridiques sans fin permettent de bloquer les résolutions qui déplaisent à l'équipe dirigeante. Les secrétaires généraux, en particulier, l'Honorable Julius Muller, se sont arrogés des passes-droits. Une armée a été levée et déployée sans résolution des états-membres. Les représentations zollernoises ont été méprisé publiquement, la représentation édoranaise insulté (cf. Edoran réduit à une « discature fascisante »)

4. Rapport de force défavorable au Zollernberg
De nombreux pays, excepté Edoran, dans le cas qui nous intéresse, ont quitté l'ONA, laissant le Zollernberg face à des pays semi-hostiles ou du moins défavorables aux intêrets zollernois. L'ONA ne pourra donc pas défendre les droits zollernois mais sera la tribune de ceux qui souhaite son démembrement


II – Un projet de substitution : la Société des Micronations Nordiques.

En substitution de l'ONA, il est proposé la création de la Société des Micronations Nordiques. Cette organisation micromondiale aurait pour ambition de réunir tous les pays du micromonde nord, sans considération pour la forme de leur régime politique, et en s'appuyant sur leur proximité culturelle.
Chacun de ses pays enverrait un ambassadeur à la SMN. Les représentants discuteraient en honnête gens des différents et des crises qui pourraient animer le micromonde nord. La charte de la SMN serait clairement fondé sur la souveraineté, l'intégrité territoriale et l'égalité de chacun se des membres. Les discussions feraient l'objet d'un communiqué final, qui serait une indication non coercitive pour les belligérants d'une crise donnée, et qui leur suggéraient une sortie de crise mutuellement profitables.

III -  Faisabilité du projet

Nombreuses sont les nations potentiellement intéressés par un organisme de substitution à l'ONA. Voici nos estimations quant à l'entrée d'une nation nordique dans l'organisation.

Edoran : Accord probable, du fait de la relation de confiance zollerno-édoranaise et du caractère ONA-sceptique de son gouvernement
Russlavie : Accord probable. Le gouvernement russlave cherche à faire entendre à nouveau sa voix sur la scène micromondiale et n'a pas daigné adhérer à l'ONA.
Armara : Accord probable, en raison du caractère ONA-sceptique de son gouvernement, et de la volonté de ce dernier à rejoindre une organisation micromondiale fiable.
Valdisky : Accord possible. La SMN serait l'occasion pour la Valdisky de sacraliser son territoire face eux empiétements russo-livadiens.
CSH: Accord possible. La CSH préfère des relations micro-mondiales bilatérales. Cependant l'espace de discussion non-coercitif que nous proposons pourrait faire infléchir le gouvernement scanthélois de notre côté. La CSH a mis comme préalable à toutes discussions avec le Zollernberg, la rupture des traités avec l'URO. Sans doute est-il temps de se montrer réaliste en politique internationale en préférant une alliance avec la CSH plutôt qu'avec l'URO. On pourrait aussi proposer Freineubourg, comme siège de l'organisation, point tri frontalier entre plusieurs nations nordiques
Krassland : Accord impossible en raison de l'origine du projet, mais cela ne remet pas en cause le projet.
avatar
Alexander Lemberg

Messages : 184
Date d'inscription : 06/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum