Discours à la Nation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Discours à la Nation

Message  Feu Louis Ier le Sam 14 Avr 2012 - 21:00

La pluie s'abattait sur Wilhelstaufen, le week end se prolongeait au Palais Cobourg. Le Grand-duc semblait comme enfin habité par sa charge. Il avait décidé de renvoyer les maîtresses qui l'entouraient la nuit comme le jour, et d'abolir les deux repas qu'il avait eu pour l'habitude de prendre en sus des trois repas quotidiens. Ce jour là, il remplirait comme jamais sa fonction de souverain. Il parlerait à la Nation dans un discours radiodiffusé. Le Premier Ministre n'en avait pas été informé. Les pleins pouvoirs rendaient à l'homme, sa majesté. Le discours résonnait comme un programme, sévère mais efficace. La pensée du Prince que l'on croyait faible s'y révélait. A l'intérieur : autorité libertés, à l'extérieur : Pax zollernae.






ALLOCUTION RADIODIFFUSEE DE SON ALTESSE ROYALE A LA NATION ZOLLERNOISE

Zollernois, Zollernoises,
Chers sujets,


La naissance d'un héritier est toujours une grande joie pour la Couronne et la Nation qu'elle préside. Son Altesse Royale la Grande-duchesse et moi même avons été touchés par les marques d'affection porté à notre égard par chacun d'entre vous. A tous, nous adressons nos remerciements et l'assurance notre plus grande sympathie.

La joie et la félicité de Notre auguste Maison ne doit pas faire oublier la guerre et ses exigences. Sommes nous obligés de rappeler les nécessités qui nous ont amené à elle. La menace de nos intérêts vitaux sur notre territoire et ailleurs. Le Ludwigstein ne pouvait tombé en au main d'une puissance étrangère hostile. Le concours et l'assistance des alliés du Zollernberg, le courage et la vaillance de nos soldats auront permis la sauvegarde de nos frontières.

Des frontières qu'il revient de pousser chaque jour un peu plus. La Grande-Oeuvre qui nous anime et nous lie dans une communauté de destin, est celle légitime et légal du rattachement de toutes les terres zollernoises à une seule et même couronne, en un seul et même territoire, afin qu'aucun Zollernois n'est jamais plus à souffrir une domination étrangère et trouve dans le Grand-duché les armes de sa sauvegarde.

Le peuple zollernois est victorieux sur tous les fronts au prix d'efforts considérables de son armée, et de son abnégation à l'arrière. Le peuple unanime autour de son souverain peut tout, sans l'effort d'un membre de son corps, le Zollernberg ne peut rien. Nos armées seront prochainement déployées sur de nouveaux théâtres d'opération afin d'honorer la parole du Zollernberg auprès de ses alliés et de poursuivre la Grande-Oeuvre à laquelle le destin nous invite. Les efforts déjà consentis devront être poursuivis de manière à soutenir davantage nos soldats partis aux fronts. La gloire à laquelle les Dieux nous appellent n'est pas celle d'un seul, elle est celle de tout un peuple ; elle implique le sacrifice du repos de tous au bien public.

Les sacrifices seront financiers d'abord. Dans une ordonnance prise le jour d'hier, 13 avril, nous avons résolu d'instaurer un impôt du cinquième sur la consommation de boisson, de tabac et de sel. Nous avons résolu d'abolir les derniers privilèges fiscaux que ne justifiait plus le temps. Tous citoyens zollernois paiera désormais sans aucune différence de rang ou de dignité un impôt du dixième de ses revenus à l'État. Enfin chacun devra consentir sur sa propriété un impôt de vingtième de sa valeur. L'annualité de l'impôt est rétablie, en marge de ces mesures fiscales, que nous savons harassantes. Nous avons souhaiter mettre à contribution l'Eglise zorthodoxe et les grands propriétaire du royaume à titre exceptionnel. L'Eglise a consenti à délivrer un don gratuit de 15 000 £Z à notre trésor, enfin, les propriétaires dont le patrimoine excède 5 000 £Z sterling devront fournir une aide exceptionnelle représentant le huitième de la valeur de leur patrimoine mobilier et immobilier. La Couronne ne sera pas en reste dans l'effort nationale. C'est pourquoi, j'ai décidé de réduire de moitié le montant de la liste civile. Les membres de notre famille, mon épouse et moi même, voulons sentir et partager l'effort de tous afin de montrer à chacun l'exemple.

Les mesures de protection et de soutien à l'économie nationale nous force à prendre des mesures d'exception : la confiscation des biens des émigrés, au profit du Trésor, afin qu'ils soit revendu comme bien national, l'interdiction de transfert de capitaux vers l'étranger sous peine de confiscation des sommes engagés. L'exemption fiscale est une mesure nécessaire afin de libérer l'énergie des entreprises. L'accord passer entre notre gouvernement et les représentant du patronat prévoit une hausse de la production en échange d'une augmentation des salaires, juste compensation à l'effort de l'ouvrier. Un consortium des grandes industries zollernoises donnera au gouvernement les moyens de superviser la planification économique. Les banques zollernoises se sont d'ors et déjà engagé à prêter à un taux avantageux au Trésor. Nous chargeons notre gouvernement de trouver d'autres subsides afin que la grandeur des efforts déjà consentis par le peuple zollernois ne soit pas vaine.

Les temps d'exception appellent des mesures exceptionnelles. Nous souhaitons engager notre gouvernement dans la voix de l'ordre. A ce titre, nous enjoignons les ligues de bien public, formées spontanément à se dissoudre. L'Etat doit seul disposer de la force, il ne saurait être connu d'autres forces en dehors de celles légalement constituée. La restriction des libertés est chose essentielle en temps de guerre, le gouvernement devra agir en ce sens. Nous appelons à la vigilance de chaque citoyen pour prévenir la forfaiture des ennemis du Trône et de la Nation. Ces mesures d'ordre et de police imposé à notre nation, nous les souhaitons mesurés mais bénéfiques à l'idée que nous servons. Les mouvements et obédience par nature hostile au Zollernberg, merxisme et franz-mazzonerie, seront dissouts. Les Edoranais et Armaréen vivant dans nos états, resterons sous la protection de notre Couronne mais seront placés en établissement d'internement administratif, afin qu'ils ne leur soit fait aucun mal et qu'il ne soit possible de porter atteinte à leur probité. Les personnes non-zorthodoxes, susceptibles du fait de leur appartenance à un autre culte d'œuvrer contre la Nation, seront interdits d'exercer une charge ou une fonction publique. Enfin, les revendications sociales ne sauraient porter atteinte à l'effort de production, le droit de grève sera interdit.

Les efforts et restrictions que nous imposons aux Zollernois concourent au salut de la Nation toute entière. Nous souhaitons édifier l'avenir de la Nation dans laquelle la Providence nous a fait naître et dont elle nous a confié la lourde charge de présider aux destinées, par les armes ainsi que la nécessité nous l'impose, afin de l'étendre aux territoires qui lui reviennent de droit et de subjuguer ses ennemis, par la restauration de ce qui a dans les siècles forgés son identité : la Couronne, l'Empire et la Zorthodoxie. C'est pourquoi nous enjoignons le gouvernement à travailler sur une réforme constitutionnelle de grande ampleur afin que soit restaurer notre autorité souveraine et que les corps de la Nation soient représentés et respectés, dans un juste équilibre, et que tous soient unifiés en Nous.

La vocation impériale est celle du peuple Zollernois institué par les Dieux pour diriger au monde. Notre devoir en matière de politique extérieure ne doit n'est pas circonscrit à la Grande Œuvre et à la préservation de nos intérêts, il est bien plus grand encore. Il prend forme dans la Pax Zollernae que nous voulons instaurer et offrir au monde. La guerre est encore une réalité, la guerre cessera. Aujourd'hui comme demain nous soutiendront la paix, les peuples libres et leur droit à disposer d'eux même. La vocation impériale du Zollernberg ne saurait s'établir à leur encontre. Le rattachement des peuples de la Nation zollernoise, les Etats du Nordenmark et de Zabrück-Crassauerstein doit s'établir avec le consentement de nos nations sœurs et sans violence.

Nous souhaitons aussi donner aux peuples associés à notre Couronne les moyens de leur grandeur. A ces fins nous, avons décidé d'établir le partage de notre empire entre notre fils Victor-August pour le Zollernberg, notre frère Adalbert pour l'Angmar-Persis et notre puîné Louis pour le Locquetas, afin de rétablir à la tête de chacun de ses états une Couronne indépendante et renforcée par l'union personnelle du souverain à son peuple. Nous n'oublions pas non plus, notre peuple de Maurésie qui a choisie naguère le souverain zollernois pour empereur dans l'établissement d'une double-couronne. Il lui a depuis toujours renouvelé sa confiance par les marques d'estime qu'il lui a apportés. Nous souhaitons concourir à son rétablissement sur la scène internationale et lui apporter toutes nos marques d'affection.

Zollernae est imperare orbi universo, il revient au Zollernberg de commander à tous l'univers. Afin de subjuguer les mauvais et de soutenir les opprimés, Nous n'entendons pas autrement la belle et grande mission délivrée par le Providence. Cher peuple de Zollernberg la victoire t'appartient !


Vive le Grand-duché,
Vive le Zollernberg !

Louis, Grand-duc de Zollernberg
avatar
Feu Louis Ier

Messages : 183
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum