Des navires du Zaint-Royaume

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Des navires du Zaint-Royaume

Message  Bretzelbourg le Mer 2 Mai 2012 - 0:07

Le roi du Bretzelbourg souhaitait ouvrir son pays à l'extérieur afin de mettre fin à l'état d'autarcie dans lequel était plongé son Royaume depuis des lustres. L'autre raison qui motivait ce choix, c'était aussi l'ambition qu'il avait de faire de la Terre du Milieu le carrefour micromondial par excellence du Commerce entre les micronations, intéressé par les thèses économiques et commerciales défendues par le Professeur Krasslandais Egon Schweinwald.
Evidemment, Il fallait pour cela vaincre la méfiance naturelle de ses sujets envers tout ce qui était étranger et confier les fonctions de commerçant ou d'entrepreneur à des individus ouverts d'esprit et surtout... fidèles à la Couronne. Il en valait de même pour les diplomates.
Cherchant d'abord à nouer un réseau d'alliés performant et durable, il décida d'établir une stratégie d'ouverture micromondiale progressive et discrète afin de faire connaître le pays à ceux qui encore ignoraient son existence, avant même de demander l'inscription sur les cartes de l'Archipel de ses territoires conquis et acquis. Le territoire conquis étant synonyme des colonies et dépendances et les territoires acquis désignant la Métropole. Au Bretzelbourg, on a coutume de désigner le Royaume comme étant la propriété du roi. Le gouvernement et le Parlement appartenant également au Roi et donc naturellement, il en était de même pour les territoires et les sujets. Le Royaume est la propriété du Roi, détenteur d'une Souveraineté qu'il a acquise de droit divin (Colvin ayant transmis à la dynastie royale la mission divine de conduire le Bretzelbourg. c.f la Zainte-Bibliothèque du ZEKOI, la Zainte-Eglise COlviniste Indépendante). De plus et pour marquer son rôle spécifique de souverain au Bretzelbourg, il est le centre de pouvoir incontournable du régime féodal, bien que les pouvoirs commencent à se déconcentrer. Les rois de sa dynastie ont toujours su maintenir et affermir leur pouvoir au moment où d'autres despotes faisaient des concessions à la roture.

Le Roi disposait d'un vaste réseau d'agents diplomatiques et d'espions partout dans le Micromonde et il s'appuyait sur eux pour se tenir informé de la situation actuelle. Les guerres que connaissait le Zollernberg, presque considérée comme une mère patrie par les Siegbourgeois ou encore l'ouverture diplomatique de la Syrdovie, un phénomène qu'il allait observer avec attention en en tirant les leçons pour l'ouverture du Bretzelbourg l'intéressaient au plus haut point. Notamment pour leur enjeux géopolitique extrême.
Après avoir envoyé le frère cadet du Duc de Siegburg au Kindistan, un pays tout juste émergent qui semblait lui rappeler le Sultanat de Turcozie, il décida naturellement de renouveler l'entente formidable qu'il avait avec le Grand-Duché du Zollernberg. Comment ignorer ce vaste pays et l'unique pays auquel se reconnaissait parfaitement le Bretzelbourg.
Melgrichon van Ruierk, l'intendant du Comte de Britannie-Lolande, avait été réquisitionné par le Roi pour discuter des rapports diplomatiques et commerciaux entretenus avec le Grand-Duché, le Comte de Britannie-Lolande, d'abord réticent, n'avait d'autre choix que d'accepter en signe de loyauté envers son suzerain.
Avec une partie de la flotte de l'Amirauté Bretzeloise, reconnue pour sa force, son envergure et ses prouesses, le lord Melgrichon van Ruierk était arrivé à bord d'un navire avec les hommes qui étaient à son service.
Les locaux, intrigués par la délégation qui rassemblait de nombreux navires qui pointaient fièrement vers l'horizon canons et voiles, reconnaissaient les armoiries du Royaume presque voisin de Bretzelbourg : Un loup menaçant qui se tenait presque debout. Ils souriaient d'ailleurs en voyant les insignes "Faim de loup" marqués juste en dessous. Ce Royaume était des plus hilarants, notamment avec la réputation d'un certain peuple que l'on dit bon vivant et joyeux, celui de Lolande. Le diplomate provenait justement de Britannie-Lolande, ce qui n'allait pas déplaire aux autorités qui le recevraient...

Melgrichon s'adressa à un officiel avec un accent typiquement Bretzelois qu'il s'efforçait de marquer - pour revendiquer fièrement son appartenance au Royaume dont il provenait - alors même qu'il maîtrisait parfaitement le français micromondien :


- Je züis fenü izi pour apporter le mezzage de salütazions cordiales et amicales du Zaint-Royaüme de Bretzelboürg à Son Altesse Royale le Grand-Düc Louis. J'ai avec moi une carte qui permettra aux zaütorités compétentes de déterminer la pozition géographique du Bretzelboürg.

Conscient que beaucoup ignoraient l'existence du Bretzelbourg qui consentait harmonieusement à vivre en autarcie, il déroula sa carte et la présenta aux officiels, en espérant qu'ils se souviendraient de l'alliance nouée il y a maintenant des temps immémoriaux.



ExLude : Bonjour, serait-il aussi possible de discuter avec les MJ du Zollernberg ? J'aimerai intégrer des éléments historiques en relation avec le Grand-Duché pour le Bretzelbourg et je demande naturellement leur aval. Il en est de même pour les insinuations d'alliance avec le Zollernberg formulées par le diplomate et dans la partie narration.
Je peux naturellement, si requête est faite en ce sens, poster le lien du site internet de cette nouvelle Micronation. Afin que soient cernées les particularités du Bretzelbourg. Smile
avatar
Bretzelbourg

Messages : 1
Date d'inscription : 01/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur https://sites.google.com/site/royaumedubretzelbourg/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des navires du Zaint-Royaume

Message  Zollernberg le Jeu 3 Mai 2012 - 23:29

L'on ne s'inquiéta pas lorsqu'à la capitainerie du port l'on vit les voiles et le loups affamé de Bretzelbourg. Il faut dire que bien que les relations diplomatiques fussent existantes, l'on connaissait le cousin Bretzelbourgeois. La sympathie était unanime à l'égard de la Nation insulaire. Le capitaine du port, le sieur Jan van Krackers, fit même faciliter l'accostage et l'amarrage, il faut dire que l'homme bedonnant, s'il ne connaissait le régime Bretzelbourgeois, raffolait de Bretzel. Son penchant pour cette nourriture et la reconnaissance que l'on porte à ses créateurs le firent accueilli la délégation avec maintes égards. Les autorités supérieures de la Nation, le Premier Ministre et Ministre des Affaires Extérieures, le Grand-duc de Zollernberg en furent averti. Un escadron d'honneur de la prévôté rassemblé pour rendre les honneurs militaires, l'on conduisit la délégation jusqu'à Wilhelstaufen. Le chef de gare fut même heureux de voir son train réquisitionné.

Le voyage était agréable, la campagne verte du Wilhelstein s'étalait à perte de vue. Pour une fois la Zollernbahn, société ferroviaire zollernoise, avait fait un effort culinaire, la 1ere classe était magique, du zampagne était servi, fidèle aux traditions des bretzels avait été servi à tous les plats. Le chef cuisiniers brusqués et malmenés pour acheter la précieuse denrée, avait pris la nouvelle avec le sourire. L'ambiance était sereine, l'atmosphère radieuse.

Six heures plus tard, Le Duc des Zorcades, Chef du gouvernement, était là pour l'acceuillir à son arrivée, dans son uniforme de cour, bleu nuit relevé de feuille de chêne dorée, arborant en écharpe le cordon de l'ordre de l'Empire. La Garde Pruzzienne rendit les honneurs militaires au représentant du Roi Grozbert. Après avoir entonné les deux hymes et être monté dans les berlines mises à disposition, il fallut encore une heure pour rejoindre le Palais Cobourg.


EL - La suite au Palais - EL

Zollernberg
Admin

Messages : 490
Date d'inscription : 07/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://zollernberg.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum