Alerte sur Cobourg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Alerte sur Cobourg

Message par Edorel Gatline le Dim 13 Mai 2012 - 16:17

Il avait tout vue, tout enduré, mais là, c'était une première. Il avait fait de nombreuses batailles, il avait eu de nombreuses blessures de guerre. Trente-trois éclats de mitraille fichés à vie dans le dos, un annulaire amputé de deux phalanges et demie, un pied droit porté disparu. Mais un écrasement de la cage thoracique de la part d'un chef d'état obèse, il n'y avait jamais eu droit auparavant. Le docteur Damienz avait été clair, pas d'activité physique intense, pas d'activité équestre, pas d'activité sexuelle, il devait même surveiller ce qu'il mangeait de peur de compresser la trachée avec un aliment trop solide. Le moindre pépin cardiaque l'empêcherait même de recevoir un massage qui pourrait finir de lui briser les côtes.

Bref, il a fait un entrainement avec le Grand-Duc, et le regrette depuis. Trois semaines au lit qu'il avait dit. Pourtant, à voir les évènements récents, Gatline ne pouvait pas s'empêcher de s'inquiéter pour la sécurité du Grand-Duc. vue le coup de force des fous furieux (les ligueurs), il lui fallait tout de même prendre les devants.


-Mais chef, vous pouvez pas sortir dans cette état ! Expliqua un agent du ZZZ.

-Trouvez moi une cuirasse ça m'évitera des ennuies.

-On doit avoir ça dans une cave.

-Le point sur la situation Scarmyglyone ?

Edorel était depuis quelques temps accompagné par un curieux personnage. Un petit yssois répondant au nom de Scarmyglyone, ce qui signifie dans sa langue "mal-peigné", on comprend pourquoi. Il lui servirait de secrétaire, de majordome, de chef des larbins (il aime bien donner des ordres), de porte-valises, de cuisinier, bref d'un peu tout. ah et aussi de discuteur quand Edorel se sens seul et souhaite disserter sur un peu tout et n'importe quoi.

-Le ministre Mauzer est au Parlement, il tente de repousser les assaillants.

-Et ?

-C'est tout.

-Eh bien, je me demande à quoi vous servez !

L'agent des ZZZ arriva avec une armure dans les bras et la posa lourdement sur le bureau, tout en faisant sursauté Gatline. Ce qui était dangereux là encore.

-Ne refaites (inspiration), jamais (inspiration), cela (inspiration), compris ?

-Désoler.

-Qu'est-ce que c'est ? Demanda Gatline.

-Je pensais que c'était juste une cuirasse, mais c'est une demi-armure de reitre. Répondit l'homme.

-Ce truc doit avoir dans les quatre-cents piges ! Vous voulez que je me trimballe jusqu'au palais avec cette engin ?

-Vue la situation, ça vaudrait mieux, moi je pourrais tenir avec une cartouche entière dans le buffet, vous non.

-bon allez, Scarmyglyone ?

On aida Edorel à enfiler l'armure d'une dizaine de kilos.

-C'est Damienz qui va être content.

D'abord le plastron puis la dorsale.

-Je suis obligé de mettre les spalières ?

-C'est ce qui fixe le tout.

-bon, dépêchons.

Ceci fait, Gatline prit une trentaine d'hommes avec lui. La lourdeur de l'armure l'empêcha tout bonnement de marcher correctement, d'autant plus que les séquelles de son accident l'ésouffle rapidement, on se résolu à le faire sortir en fauteuil roulant jusqu'au voitures. Tout le monde était armée jusqu'au dents, on pouvait s'attendre à ce que d'autres ligueurs marchent sur le palais Cobourg. Même si la Garde pouvait les tenir en respect, il fallait s'attendre à beaucoup de détermination.

-Dites moi, ce "tank" n'est toujours pas opérationnel ?

-Le moteur conçue selon les plans édoranais n'est pas assez puissant.

-Eh bien améliorez la chose.

Une fois dans les voitures, le convoie amorça son chemin vers le palais, n'hésitant pas à fendre la foule qui commençait à se faire nombreuse. Pour l'instant, les gens s'écartaient brusquement, mais dans pas longtemps ça serait eux qui bloqueraient le convoi.
avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alerte sur Cobourg

Message par Edorel Gatline le Lun 14 Mai 2012 - 9:12

Au palais l'ambiance était électrique. Il y avait la les commandants de la Garde Grand-Ducal. Ils eurent l'air étonné de voir Gatline en fauteuil roulant, affaiblis et avec une armure dépassé techniquement mais dont l'aspect laisser supposer qu'elle était impénétrable.

-Quel est la situation ? Demanda Gatline.

-Le Grand-Duc fait la sieste. Répondit le commandant des Gardes Zollernoises.

-Il était en nage depuis ce matin, il n'a même pas tenu le conseil quotidien avec son cabinet. Ajouta son homologue avarois.

-Donc en gros on se démerde, comme d'hab. Toute la Garde est présente dans le secteur ?

-Au grand complet.

-Tout le monde dans la cour, faudra leur expliquer la situation.

Tout en parlant, Gatline entrecoupait ses mots par de longues inspirations. Poussé par Scarmyglyone, Edorel et tout le commandement sorti à l'extérieur dans la cour d'honneur du palais ou s'était rassemblé toute la garde. Garde du corps; Garde Pruzzienne; Garde Zollernoise; Garde Avaroise; et Garde Maurésienne. Tous présent et c'est un étranger qui était à leur tête, situation pour le moins étrange pour eux. Gatline prit la parole.

-Soldats ! Hier le Grand-Duché était menacé et attaquer par des ennemies extérieurs. Aujourd'hui, c'est à des ennemies à l'intérieur de nos terres que nous avons à faire. Ce combat sera sans doute plus rude que le précédant, car c'est contre des zollernois que vous aurez à vous battre. J'imagine sans peine votre appréhension, vous craignez sans doute de tirez sur votre frère votre père ou votre fils. Endoctrinés et mener par des fous furieux n'acceptant pas notre défaite. Remettant en cause même les fondements de la Nation.

Nous n'accepterons pas qu'un petit groupe d'individus remette en question la légitimité du Grand-Duc, du gouvernement, ou du parlement élu démocratiquement. Nous ne plierons pas face à ces tyrans aux petit pieds, qui pensent avoir la solution à tous et qui veulent s'imposer par la force. Le chaos ne nous soumettra pas. Céder et nous aurons à craindre une nouvelle guerre contre Edoran et une paix encore plus lourde à supporter.

Soldats de la Garde, vous avez fait serment d'allégeance au Grand-Duc, la constance et la discipline sont vos armes les plus redoutables, aussi, j'attends de vous que vous fassiez chacun votre devoir. Il ne passeront uniquement au prix de pertes considérables, ou ils ne passeront pas. Que chacun soit à son poste.

Pour le Zollernberg !

Edorel se retourna.

-Richtofen, la Garde du Corps veillera sur le palais. Wolfenbüttel, les Pruzziens veilleront aux portes du palais. Hiller, vous et la Garde Zollernoise veillerez les artères donnant sur le palais, des batteries de quatre canons à chaque croisement et deux mitrailleuses gatlines en enfilade aux autres carrefours. Ducret, avec la Garde Avaroise vous patrouillerez autour du palais, dispersez les groupes éventuelles, je ne veux pas de violence. De Colingy, les maurésiens patrouilleront dans les quartiers alentours. Je ne veux aucun pépin, contentez vous de patrouiller et de me faire des rapports.

Que la fortune soit propice à nos armes !

-Alea jacta est. Ajouta un lieutenant des avarois. Ce qui ne manqua pas d'agacer Gatline.

-Si nous sortons vivant de cette histoire, j'aurais deux mots à vous dire. Dit-il en le fusillant du regard.


Dernière édition par Edorel Gatline le Mer 16 Mai 2012 - 8:49, édité 2 fois
avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alerte sur Cobourg

Message par Zanz Külloth le Lun 14 Mai 2012 - 15:25

Monsieur,

Je tiens à vous informer des récents événements politiques. L'autorité de Louis Ier n'est plus, elle réside toute entière en ma personne du fait du décret du 14 mai 2012 sur la destitution du pouvoir d'ancien régime. Au regard de vos actions d'éclat durant la dernière guerre, j'ai pris la décision de ne point vous démettre de votre poste. Je vous ordonne de vous présenter à moi afin de prendre vos nouveaux ordres.

Zanz Külloth, Commandant Supérieur de la République Provisoire Zollernoise.
avatar
Zanz Külloth

Messages : 25
Date d'inscription : 30/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alerte sur Cobourg

Message par Edorel Gatline le Lun 14 Mai 2012 - 18:03

Monsieur.

Le jour ou vous réussirez à tuer un hérisson avec votre cul nul, alors peut-être je daignerai prendre au sérieux votre missive. En attendant, je vous pries de bien vouloir quitter le Parlement, il me semble que vous gênez le travail des parlementaires.

Edorel Gatline, Feld-Maréchal du Grand-Duché du Zollernberg.
avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alerte sur Cobourg

Message par Feu Baron de Lezingham le Lun 14 Mai 2012 - 21:57

Le Chambellan Smith était à la tête de la Maison civile du Grand-duc. Poste honorifique octroyé à l'éminent politicien qu'était le Baron de Lezingham, son titulaire avec accès à la Chambre du Grand-duc. Smith dans l'uniforme pourpre cousue de feuilles de chêne et de laurier d'or, parcourait à grandes enjambées les couloirs et les salons en enfilade qui menait jusqu'à la Chambre du Grand-duc. Les portraits s'égrenaient, les ors défilaient ; l'écrin de la monarchie auquel il était habitué ne lui avait jamais semblé aussi majestueux et digne d'intérêts qu'au jour où il menaçait de tomber entre les mains d'une bande de canailles qui remettaient en cause les fondements même du Zollernberg : la monarchie et la dynastie.

Smith en dépit de sa roublardise en affaire et dans le monde politique. Pour exemple l'homme encarté au parti libéral n'avait détenu des portefeuilles ministériels qu'au sein de gouvernements conservateurs. L'intérêt supérieur de la Nation dont il avait fait montre pendant la campagne d'Edredonie à titre de Major-Général, et auquel il donnait encore des gages aujourd'hui, mettait chez lui, le traite de toujours, l'attachement qu'il portait à la Couronne et à la sauvegarde du Zollernberg.

Il arriva enfin chez le Grand-duc, le souverain dormait depuis son entraînement épique avec Gatline : 15 heures par jour. Il ne recevait plus, passait les 9 heures de sa journée à lambiner, manger ou encore lambiner ; et certainement à théoriser les atouts de cette toute nouvelle attaque écrasement si bien expérimentée malgré lui contre le Feld-Maréchal Gatline. L'on pouvait lire sur des feuilles dispersées ça et là autour du lit ; le souverain préparait la modernisation des armées à sa façon : "Plan de recrutement des Zumos au sein des régiments d'infanterie de ligne", "engagement de dauphins poseurs de bombes", "projet de cavalerie montée sur phoque", "Très cher Jean-Kévin".

Le fameux Leander Der Klein, promu valet de pied après avoir été éborgné par le Grand-duc, veillait l'entrée de la Chambre. L'arrivée du Chambellan le perturba dans l'exploration opiniâtre de ses cavités nasales :


- Monsieur le Chambellan, Son Altesse Royale ne reçoit pas !
- Affaire d'Etat ! et le Chambellan entra, laissant le serviteur à sa besogne.

L'odeur de la pièce était épouvantable : "ça sens dahu ici, se dit-il, à la réflexion je dirai même un troupeau !" Le Grand-duc dégageait visiblement un odeur corporel assez forte pour perturber les naseaux du courtisan qui se dirigea vers les fenêtre pour les ouvrir grande. Le Grand-duc était encore dans un demi sommeil :

- Einh ! Quoi ! C'est l'heure du goûter ? Puis plissant les yeux éblouis par la lumière du jour pour distinguer son interlocuteur : C'est vous Lezingham ?
- C'est bien moi Sire

Le Grand-duc devint ronchon :

- Pourquoi diable me réveiller vous si tôt ?!
- Sire, il est 16 heures.
- Et alors ? est-ce une raison pour brusquer les gens hors de leur lit ?
- C'est que l'affaire est grave
- Les restaurants Von Felgenheim vont fermés ?
- Non Sire... voilà... Le Chambellan craignait des reproches
- Et bien parlez !
- Voilà... le peuple de la capitale à dressée des barricades et s'amasse en armes à chaque coin de rue, terrorisant les bonnes gens.

Le Grand-duc était irrité :

- Vous me déranger pour cela, un mouvement d'humeur de ma capitale. Faites envoyez la Prévôté et quelques régiments étrangers à notre solde, tuez en quelques uns et la meute se calmera
- C'est que Sire, les émeutiers menés par un certain Zanz Kulloth sont sur le point de prendre le Parlement et menace gravement la sécurité du Parlement

Le souverain trépigna :
- Ah ! Je vous vois venir Lezingham, je ne sortirai pas de mon lit ! Laissez moi dormir en paix ! Nos généraux s'occuperont de ma.... [baillement] de mater la révolte...
- Ce n'est pas une révolte Sire, c'est une Révolution. La prudence nous commande de...
- rrrronrrronrrronRRRONNNRRRONNRRONNN

Le Chambellan ressortit de la chambre dépité, exaspéré et passablement énervé :
- Der Klein ! Votre doigt !

Le pauvre valet sursauta et devint rouge. Smith dévisagea le portrait du Grand-duc Frédéric-Guillaume Ier qui se trouvait en pied dans l'antichambre du souverain : Comment se peut-il que la plus prestigieuse des Couronnes ait pu échoir sur la tête du plus médiocre des individus ?
avatar
Feu Baron de Lezingham

Messages : 153
Date d'inscription : 26/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alerte sur Cobourg

Message par Edorel Gatline le Jeu 17 Mai 2012 - 20:06

Devant les grilles du palais et tout autour de celui-ci, la Garde avait sécurisé la zone, fourchettes aux canons, chaque gardes se tenaient en ligne serré tout autour des lieux, une ceinture de près de vingt-cinq milles hommes en tout, prêt à en découdre avec les frondeurs. Une ceinture robuste, sculpté par l'expérience des guerres passés, briscard, vétéran, vieux de la vieille, les adjectifs étaient nombreux pour désigner ces hommes. Si les édoranais avaient poussé jusqu'à Wilhelstaufen, la Garde Grand-Ducal aurait tués près de la moitié de l'armée édoranaise elle seul. Autant dire que c'est une affaire sérieuse. Pourtant, Gatline sentait que quelque chose ne va pas. Un garde avarois arriva au grand galop (son tricorne s'envola.)

-Aucun signe des insurgés Monsieur, ils sont tous au Parlement !

-Pourquoi ils ne viennent pas ? Demanda Gatline.

-Peut-être parce qu'ils savent pertinemment qu'ils vont à l'abattoir face à nous. Répondit Wolfenbütel.

-Monsieur le Feld-Maréchal, il faut qu'on aille secourir la prévôté et le Parlement. Rajouta le garde.

-Et prendre le risque de dégarnir le Palais ? Éructa le commandant des Gardes Pruzziens.

-Effectivement ça pose problème. Gatline restait aussi calme et pragmatique que possible. Comment cueillir toute cette troupe de taré sans prendre le risque de dégarnir ce point stratégique messieurs ?

-Les ZZZ peuvent intervenir. Répondit Richtofen.

-Sauf qu'ils ne sont pas assez nombreux pour tout ce monde et que la plupart des agents sont déjà infiltrés chez eux.

-Dites moi, l'armée des Zindes n'est pas encore entièrement rentré au pays. Il reste une brigade à l'extérieur de la ville. On pourrait leur demander du renfort.

-Sauf que les ligueurs contrôlent les portes. Ajouta le garde avarois.

-Plus pour longtemps. DUCRET !!

-Monsieur ?

-La Garde Avaroise va se rendre utile, trouvez moi une voiture et je veux cinq cents hommes de prêt pour forcer le passage de la porte la plus proche. Inutile de faire dans les amabilités avec eux je pense. Il va falloir faire vite si on veut pas être pris en tenaille par ces coquins.

-Bien Monsieur.
avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alerte sur Cobourg

Message par Feu Baron de Lezingham le Ven 18 Mai 2012 - 2:07

Depuis l'intérieur du Palais Smith s'affairait. Par la fenêtre, il épiait Gatline et ses officiers scrutant des cartes d'état-major. La situation semblait s'aggraver d'heure en heure. Il s'agissait désormais de préparer une évacuation du Grand-duc s'il en était nécessaire, mais comment ? Le Zollplin Grand-ducal était parti en feu lorsque les insurgés s'étaient emparés de l'aéroclub. La voie aérienne qui eût été la plus sûre avait été compromise. La voie terrestre était dangereuse et relevait de la folie. Il restait la voie souterraine. Il existait sous le Palais, construit au XVIIème siècle par un Grand-duc trop prudent, un souterrain qui menait en dehors de la ville. Son existence n'était connue que du Chambellan. Les émeutes cessant le souverain zollernois s'en était servi pour de discrètes sorties en ville afin de rejoindre garçonnière et filles de joie. Certainement allait-il reprendre sa fonction première.

Le souterrain débutait derrière un mur de la chambre du Grand-duc, à droit de la cheminée, le mécanisme s'actionnait en tournant la tête d'un chérubin. Il y avait ensuite une pièce secrète puis un couloir qui menait naguère à l'extérieure de la ville, où poussait désormais les faubourg livrés à la révolte. Que faire. A l'état major militaire de la Maison du Grand-duc comme ici, l'on scrutait les plans. La Zpree était non loin, peut être serait-il possible de fuir en péniche, ou bien peut être devait-on emprunter les égouts ? Cela ne serait guère ragoutant, mais cela menait à la campagne. Le Grand-duc ne pourrait marcher tant de temps. Sa corpulance ne permettait d'envisager la dernière option. L'on choisit donc la solution fluviale. Lezingham tint à veiller personnellement à la sureté du Souverain. Il ordonna aussi de rassembler quelques papiers relevant de la sûreté de l'Etat et du secret diplomatique, afin qu'il ne tombe pas en des mains hostiles. On ne pouvait les transporter, il faudrait les brûler. Troquant ses atours de Chambellan pour de simples habits d'ouvriers le Chambellan s'en alla afin de s'assurer de tous les préparatifs de l'exfiltration. Il était accompagné du maintenant fameux Der Klein. L'homme en dépit de ses allures frustres étaient d'une grande sagacité et s'avèrerait certainement très utiles. Smith, l'ancien patron des ZZZ, se retrouvait de nouveau au feu.
avatar
Feu Baron de Lezingham

Messages : 153
Date d'inscription : 26/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alerte sur Cobourg

Message par Zanz Külloth le Ven 18 Mai 2012 - 18:13

Monsieur Gatline,

Vous êtes en état d'arrestation. Ayez la gentillesse de vider votre casier pour le général von Mendel.

P.S : J'allais oublier, le Conseil Supérieur de la République Provisoire Zollernoise a décidé de relier votre reddition et celle du Palais à la vie de Madame Marialyn von Manheim et de son fils ainé,actuellement emprisonné par nos soins. A bon entendeur salut et mes amitiés au malheureux mari.

Zanz Külloth, Commandant Supérieur de la République Provisoire Zollernoise.
avatar
Zanz Külloth

Messages : 25
Date d'inscription : 30/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alerte sur Cobourg

Message par Feu Baron de Lezingham le Ven 18 Mai 2012 - 20:03


Le Chambellan de Son Altesse Royale,
Officier de l'Ordre de l'Empire


Au Sieur Zanz Kulloth


Monsieur,


Je réponds en lieu et place du Feld-Maréchal Gatline occupé à réprimer la révolte ourdie par vos séides contre l'autorité de la Couronne. La rétention de Son Altesse Royale la Grande-duchesse et de Son Altesse Royale le Kronprinz ne saurait nous intimider. Les tuer ne reviendrait à rien d'autre qu'à vous rendre coupable des crimes d'homicide et d'infanticide qui viendraient s'ajouter à la longue liste des crimes de lèse-majesté, rébellion, incitation à l'émeute et à la sédition, meurtres d'officiers publics, pillages, prédation, rapt et assassinats, sans aucun effet sur la pérennité de la Couronne que vous offensez.

Le meurtre des princes n'entamera pas la succession du Trône, d'autres prendront sa suite dans l'ordre de succession. Nous ne traiterons pas avec les séditieux et les meurtriers.


Honorable Alexander Smith, Baron de Lezingham
o.e.z., c.b.z.


Smith-Lezingham


Chambellan de Son Altesse Royale

Smith avait terminé sa réponse, il l'a poudra afin de fixer l'encre puis la transmis à un coursier. L'homme, officier d'ordonnance au Palais était courageux, il pouvait se faire étriper. Enfin Der Klein arriva :

- Voilà Monsieur j'ai trouvé des oripeaux, et puis j'ai prévu du Von Felgenheim pour le dîner de ce soir, le petit-déjeuner et le déjeuner de demain.
avatar
Feu Baron de Lezingham

Messages : 153
Date d'inscription : 26/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alerte sur Cobourg

Message par Feu Baron de Lezingham le Dim 20 Mai 2012 - 0:48

L'on était parti tard dans la soirée, affublé en ouvrier, l'on avait poussé l'extrême jusqu'à se badigeonner de charbon. Der Klein portait dans les bagages, de l'argent, c'était toujours utile pour soudoyer, de la nourriture, c'était toujours utile pour sympathiser et quelques bonnes bouteilles, c'était toujours utiles pour endormir une méfiance. L'on cacha également un uniforme de général, si on était pris on pourrait toujours l'exhiber en trophée. Le plan de la veille avait changé, faire fuir le Grand-duc était trop risqué. Il fallait traverser la zone insurgée ; en compagnie de l'impotent souverain le chose relevait de l'impossible. Si Gatline ne pouvait dégarnir le Palais des troupes dévolues à sa défense alors des troupes viendrait à lui. Les voix de communication coupée, Smith s'en irait les chercher. Quarante-huit heure, c'est le temps qu'il s'était donner pour rassembler une armée devant la capitale.

L'on emprunta le passage secret, il menait à l'extérieur du Palais en pleine zone insurgée. Le début fut calme, l'on s'abreuvait, l'on baisait du côté des insurgés. Les deux hommes passaient inaperçu. Der Klein insistait lourdement pour dîner dès à présent, et se joindre aux festivités. L'on poursuivit jusqu'à la Zpree, là on fut arrêté par une patrouille :


- Halte citoyens que faites-vous là ! Ne sais-tu pas que citoyen commandant a décrété un couvre feu !
Smith reprit avec de l'aplomb. Der Klein semblait flirter avec la citoyenne cantinière
- C'est que citoyen nous n'avons pas pu faire autrement. Nous venons du Silverstein pour aider la révolution, nous n'étions pas au courant. Allons tu ne vas pas nous arrêter pour si peu, nous avons quelques bonnes bouteilles...
avatar
Feu Baron de Lezingham

Messages : 153
Date d'inscription : 26/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alerte sur Cobourg

Message par Edorel Gatline le Dim 20 Mai 2012 - 11:46

Gatline et l'escadron des Gardes Avarois avaient réussi à se frayer un chemin jusqu'à l'une des grande de la capitale. Une masse de révolutionnaires gardaient l'endroit, et tout indiquait qu'ils n'étaient pas prêts à laisser passé qui que se soit d'hostile à leurs mouvements. Gatline concerta avec le commandant Ducret sur un plan. Une simple charge n'aurait pas beaucoup d'effet, il fallait attendre que les insurgés soient tous sur la route pour s'assurer d'un effet maximal de l'offensive. Avantage, ils n'avaient pas encore était repérés par les ligueurs et pouvaient jouer sur l'effet de surprise.

On se permit d'attendre quelques heures pour que l'ennemie baisse sa garde, au petit soir, les éclaireurs notèrent des signes plus que positifs pour la suite des évènements. La centaine de personne gardant la porte commençait à sortir les bouteilles et la bouffe du soir. Après une dernière concertation, Ducret ordonna la charge. Les Gardes avarois, dernier vestige d'un empire déclinant, étaient pour ainsi dire des barbares en dentelles. Pris par surprise, la riposte des ligueurs peina à se faire valoir. Malgré les tireurs embusqués dans les immeubles, la violence de la charge brisa toute résistance. Les avarois dans leur cuirasse étincelante, leur tricorne typique en tête et leur étendard fleur-de-lysé claquant au vent, firent un véritable massacre. Cela dura bien un bon quart d'heure, histoire d'achever les fuyards. Gatline resta passif et insensible à la chose, quant à Scarmyglyone, apeuré et horrifié par le déchainement de violence, tenta de raisonner son maître, en vain.

A la fin, la porte fut sous contrôle grand-ducal, on comptabilisa un mort, six blessés et trois chevaux hors d'état de combattre. Gatline prit un escadron sous ses ordres et sorti de la ville en direction du camp ou les quelques régiments des Zindes se trouvaient en attendant leur rapatriement dans les colonies. A quelques kilomètres de Wilhelstaufen, se trouvait non pas un camp, mais un véritable champ de bataille. Des cadavres jonchaient le sol, visiblement, les zindiens ont reçu de la visite, le camp était retranchés derrière des barricades, des chariot chargé de tout ce qui pouvait servir à bloqué le passage, des mur de baïonnettes, des canons. Et des enturbannés visiblement sur les nerfs. Gatline tenta de lever la voix malgré son état pour essaye de se faire valoir, il demanda à voir le commandant des troupes. Un officier des gurkhaz, reconnaissable à son couteau recourbé typique, fit savoir qu'il s'était fait lynché par les ligueurs alors qu'il tentait de parlementé avec eux. L'officier rajouta aussi qu'il était plus que méfiant à propos de Gatline. Celui-ci se fit aidé pour enlevé son armure (qui commençait à lui peser) et fit bien voir son uniforme de Feld-Maréchal. il rajouta qu'il prenait le commandement des régiments du camp et qu'il récompenserai comme il se doit ceux qui permettront de rétablir l'autorité du Grand-Duc et de mater l'insurrection.

Gatline expliqua en détail la situation dans la capitale, la Garde tenait le palais Cobourg, la prévôté tentait de repoussé les assaillants du Parlement tandis que des rumeurs contradictoires circulaient à propos de la Grande-Duchesse et du Kronprinz. si la Garde peut tenir sans problème le palais, il fallait a tout prix porté secours à la prévôté et au ministre Mauzer qui risquaient à tout moment de plier face à l'offensive. Les promesses de récompense à la hauteur de leurs efforts, malgré le peu de considération auquel les zindiens eurent droit n'enthousiasma point les hommes. ils demandèrent des garanties écrit du Grand-Duc. Gatline fit la promesse qu'ils auront l'honneur d'être les premiers éléments du nouveau régiment de la Garde Zindienne, si bien sûr la rébellion était maté comme il se doit. Cette promesse faite, les trois régiments (deux de gurkhaz et un de zhiks, ainsi qu'un escadron de zepoys) se mirent en route en direction de la Capitale afin de mettre fin à cette affaire.
avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alerte sur Cobourg

Message par Feu Baron de Lezingham le Mar 22 Mai 2012 - 23:06

Der Klein et Smith avançaient vers leur bute délesté de quelques bouteilles. Les ligueurs n'étaient guère difficile à corrompre. Le vin et l'argent endormait leur fanatisme comme la voix berçante du professeur endort l'étudiant. Hélas la nuit fut trop arrosé, par chance l'on ne parla pas. Toutefois l'on fut perdu en pleine campagne, avec une gueule de bois. Der Klein n'avait pas fait de pause, il déversa le fond de ses entrailles contre un arbre. L'on ne savait où on n'était par chance le premier valet de chambre savait fureté, et repéré les pistes, l'on arriva sans peine à la prochaine route. Là on aperçu une armée de zindien. La chose était surprenante en pleine campagne zollernoise, était-ce les effets de la dive bouteille ? Le régiment avançait vers Wilhelstaufen, Gatline n'était pas très loin. Smith pouvait être soulagé. Puis l'on glissa, et ni une ni deux, les deux hommes se trouvèrent couvert de terre sur la route de campagne. Quel ne fut pas la surprise du Feld-maréchal de voir la chambellan de la cour dans des oripeaux couvert de boue la tête au pied.
avatar
Feu Baron de Lezingham

Messages : 153
Date d'inscription : 26/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alerte sur Cobourg

Message par Feu Baron de Lezingham le Ven 25 Mai 2012 - 0:10

Le chambellan se raidit, au garde à vous il s'employa à prononcer de la manière la plus solennelle :

- Major-général Smith en mission de reconnaissance à vos ordres Monsieur le Feld-Maréchal !

Der Klein singea son supérieur


- Der Klein, premier valet de chambre de Son Altesse Royale !

L'on se trouva très bête, avant d'être laissé sur le bas côté...

- Non de non Der Klein, nous devons nous aussi brillé, poussons à Wilhelstadt, nous y ramènerons un régiment d'artillerie !
avatar
Feu Baron de Lezingham

Messages : 153
Date d'inscription : 26/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alerte sur Cobourg

Message par Edorel Gatline le Ven 25 Mai 2012 - 21:30

La grande troupe de zindiens commençait à entrer dans Wilhelstaufen. Bientôt les insurgés allés regretter d'avoir suivis un fou. Gatline espérait même pouvoir mettre lui même fin à cette folie avec une balle bien placé. Il avait un Mauzer ZD avec lui, lunettes grossissantes x3, amplement suffisant pour coller une mandale sans risquer de riposte direct.

A l'écart, supervisant l'entrée des troupes depuis la voiture décapotable et entouré de quelques gurkhaz, il réfléchissait à la suite des évènements, pour l'instant il n'avait pas beaucoup eu de renseignements quant à la situation du palais Cobourg, ni du parlement, mais il savait qu'un massacre aura lieu.

Scarmyglyone lui fit remarqué deux drôles de bonshommes s'approchant de sa position. Malgré sa faiblesse, il se leva et se retourna.


-Qui s'est ces zigotos ?

-Je n'en sais rien, ils n'ont pas l'air armés.

Les gurkhaz s'approchèrent rapidement et encerclèrent le duo quasi-comique sans pour autant les brutalisé. Les deux gueux (car ils en avait vraiment l'air, au moins pour l'odeur) se présentèrent comme étant le Major-général Smith et Der Klein, un valet. Edorel, s'en en avoir l'air, piqua une crise.

-Nom des dieux ! Aouh ! Il porta la main à son thorax. Smith, qu'est-ce que c'est que ce cirque ! vous foutez quoi en plein milieu de la cambrousse ?! Et dans cette tenu, vous êtes pas en uniforme, vous restez chambellan pour moi. Vous étiez tout de même pas entrain de quitter le navire ? Et comment vous avez réussi à sortir du palais sans qu'on s'aperçoive de rien ? Edorel eu un air pensif. Ah oui bien sûr, c'est forcément truqué de passages secrets ce bled. Mais ça ne répond pas à mes questions.
avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alerte sur Cobourg

Message par Feu Baron de Lezingham le Dim 27 Mai 2012 - 17:34

Grands Dieux je vais être la risée de la Cour pensa Smith

- Monsieur nous reconnaissions les lieux afin de prévoir une évacuation du Grand-duc. Celle ci n'est pas envisageable, en raison... hum... en raison de l'impotence de Son Altesse Royale. Elle ne supporterait le voyage, sa corpulence ne permet pas le succès d'une opération basée sur la vitesse et la furtivité. Nous avons donc décidé de nous rendre à Wilhelstadt par ces chemins de traverse afin de rassembler des régiments fidèles et d'encercler les quartiers insurgés. Les pièces d'artillerie manquent à la capitale, elles ne servent que pour les anniversaires et les naissances grand-ducales.

- Et lui qui est-ce ?

- Lui, c'est le Leander Klein, un valet fidèle, il n'est pas très gracieux et accompagnable mais il est futé et renifle bien les pistes !... Smith s'enthousiasma ; il voulait tiré son épingle du jeu, l'inaction coûtait bien souvent les places : Et bien Monsieur le Feld-Maréchal ? Qu'attendons-nous pour foutre toute cette canaille hors les murs ?
avatar
Feu Baron de Lezingham

Messages : 153
Date d'inscription : 26/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alerte sur Cobourg

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum