Neue Wilhelstaufen Zeitung

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Neue Wilhelstaufen Zeitung

Message par Zollernberg le Lun 9 Juil 2012 - 0:35

Neue Wilhelstaufen Zeitung
Quotidien conservateur

Zollernberg
Admin

Messages : 491
Date d'inscription : 07/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://zollernberg.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Neue Wilhelstaufen Zeitung

Message par Feu Duc des Zorcades le Lun 9 Juil 2012 - 22:15

Tribune

Le Zollernberg doit redevenir le coeur de la civilisation



Sa Grâce le Très Noble Ztanyzlaz de Babenberg-Ambyctète, Duc des Zorcades, C.P.
Amiral de Zollernberg, ancien Premier ministre



Qu'est ce que le nationalisme ? L'exaltation de la nation sous toutes ses formes : religieuses, culturelles, linguistiques, historiques. Qu'a-t-il apporté ? La guerre et la sédition. Qu'apportera-t-il encore ? La faillite de l'Etat de droit et la privation des libertés. La mort du Zollernberg civilisé.

Quel est notre place à nous conservateur ? Celui d'antichambre du nationalisme et de rempart du libéralisme socialement destructeur ? La vision partisane de la vie publique zollernoise ne peut nous satisfaire. Quel enjeu s'impose à nous ? La restauration du Zollernberg comme entité internationalement respectée et respectable. Nous ne pouvons accepter plus encore la politique de prédation mené par le PNZ sur le plan international. Les gouvernements nationalistes ont discrédité l'image du Grand-duché. Loin de lui apporter pleine puissance, ils ont réduits sa voix à celle d'un roquet avare de conquêtes, détruit la pax zollernae, que le Grand-duché offrait aux nations du micromonde pour mener une guerre de prédation aussi inepte qu'infructueuse. Edredonie nous aura coûté notre stature et la place tutélaire que étions en passe de reprendre ; Pepperstadt nécessaire à l'expiation de nos fautes. Sa renégociation était acquise dès la fin de mon mandat, au profit d'accord commerciaux dans lesquelles résident la saines concurrences des Nations. Dévoilons à la face du monde ce que nous sommes, montrons lui que nous ne sommes pas les brigands expansionnistes du PNZ, montrons lui ce que nous avons toujours été : le phare de la civilisation, dans le domaine des sciences et de la technique, des arts et des lettres, des sciences morales et politiques, du commerce et de l'industrie. Le pacifisme n'est pas une lâcheté, il est gage de prospérité. Il n'est pas une petitesse de l'esprit, il est la grandeur d'âme du Zollernberg d'offrir la paix au monde. Le nationalisme n'est pas une audace il est la guerre et la dépravation. Le nationalisme voilà le véritable ennemi du Zollernberg.

A l'intérieur, il viole les droits fondamentaux des provinces unifiées du Zollernberg, approuve pour la circonstance, et en façade le parlementarisme mais dénigre tout ce qu'il représente : l'Etat de droit et la démocratie apaisée qui en résulte. Deux guerres civiles : voilà l’œuvre de paix nationaliste. Nous sommes plusieurs conservateurs, à ne plus nous reconnaître dans les choix de notre président, convaincu que le Grand-duc doit régner et ne pas gouverner. Notre combat est celui du respect des libertés accordées et des droits de chacun, nous savons qu'il rassemble par delà les divergences politique. Nous savons qu'il faut reconstruire, refonder l'économie malmenée par la guerre et trop souvent délaissée. Nous savons qu'il faut rendre au Zollernois la fierté de son nom et de sa patrie ; non comme à un soldat que l'on prépare à combatte mais comme à un citoyen debout face au monde et à l'histoire. Nous croyons au progrès dans la conservation de l'édifice social, nous croyons à la vocation universelle du Zollernberg et à son rayonnement dans le micromonde. Pour cela nous refusons le nationalisme belliciste et pervers professé par le gouvernement et la majorité. Nous promettons pour bientôt la réunion d'un congrès extraordinaire du PCZ pour montrer avec force notre refus des choix idéologiques du parti dont nous sommes les légitimes héritiers. Nous appelons de nos vœux une large alliance des forces parlementaristes afin qu'elles offrent au peuple zollernois un programme de paix sociale et de restauration internationale. Nous rassemblerons face aux ministres fanatisés et arrivistes, nous redonnerons à tous et à chacun la fierté du Zollernberg. Pour que le Grand-duché puisse régner pacifiquement au delà des mers et dans les cœurs, pour qu'il redevienne ce qu'il n'aurait jamais dû cesser d'être : le coeur de la civilisation.


- Ztanyzlaz de Babenberg-Ambyctète, Duc des Zorcades
avatar
Feu Duc des Zorcades

Messages : 29
Date d'inscription : 13/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Neue Wilhelstaufen Zeitung

Message par Feu le Duc de Silverstein le Sam 27 Juil 2013 - 22:13

"J'ai donnée ma démission à Son Altesse Royale. Elle prend effet dès ce jour."


Le duc de Silverstein démissionne du gouvernement ! Découvrez sa lettre ouverte au Premier Ministre en tribune.


Tribune

Lettre ouverte au Premier Ministre sur la situation au Skotinos


Monsieur le Premier Ministre,


La guerre qui sévit au Skotinos a émue toute une Nation. Comme vous je ne considérais pas les intérêts du Zollernberg à entrer en guerre aux côtés d'insurger, en dépit de la parole de nos alliés en faveur de l'annexion de la région. Comme vous je pensais que le décideur ne devait prendre de décisions qu'à l'aune des intérêts de la Couronne et du peuple qu'il sert, que la religion était contingence était chose dont l'on pouvait se départir. Comme vous je crois encore que les élans du cœur et de l'esprit ne font jamais de bonnes politiques. C'était sans connaître le martyr du peuple skotinec, son injuste persécution sous le joug d'un souverain tyrannique et barbare qui ignore jusqu'aux mots de justice et d'honneur.

L'empereur dont la couronne est tâchée du sang des innocents empalés et trempe encore dans les larmes des familles endeuillées, ne peut devenir notre allié. Cela signifierait nous allier à la bestialité dans sa plus brutale acception, cela signifierait détourner les yeux des lumières de la civilisation pour laisser les ténèbres triompher de leurs infernales projet. Cela signifierait ne pas regarder les affronts qui nous sont faits. Celui de notre souverain que sa diplomatie humilie, celui de nos alliés auxquels il avait engager sa parole de n'œuvrer que pour l'établissement de la paix à ses frontières sans esprits de conquête. Il n'en a rien été.

Les massacres du Skotinos après le dégoût qu'ils suscitent, l'émotion qu'il laissent étreindre, révèle au gouvernant une chose : en politique étrangère l'honneur prévaut. La première des Nations zorthodoxes , celle dont les souverains ont ceint depuis les plus anciens temps de la dynastique le titre prestigieux, mais qui oblige de défenseur de la Foi, peut-elle laisser tomber son frère du Sud et garder son honneur sauf ; la réponse est non. Le pays qui s'enorgueillit d'avoir la plus ancienne et la plus stable démocratie du micromonde, peut-il abdiquer la liberté qui a forgé la conscience de ses habitants ; la réponse est non.

Lorsque le Skotinos est enferré et brimé, ce sont tous les Zollernois qui souffrent, c'est leur conscience que l'on enferme et que l'on torture. Nous devons partir au Skotinos. N'entendez vous pas le peuple et la jeunesse qui gronde. La Nation unanime porte au delà de ses frontières la voix des opprimés : Liberté ! Liberté pour le Skotinos ! Liberté pour nos frères ! A bas le Tyran de Byzas ! Le Zollernberg doit intervenir, il a rendez-vous avec l'universelle. La victoire sur le tyran de Byzas, sera la victoire de la justice sur la Terreur, de la liberté sur l'oppression, de la civilisation sur la barbarie.

Si de beaux sentiments ne suffisent à convaincre nous rappelleront combien l'équilibre des puissances est nécessaire à la paix des Nations. Nous ne pouvons laisser un pays se comporter en prédateur de ses voisins, pas plus que nous ne pouvons cantonner le Zollernberg dans sa sphère d’influence. La devise de notre pays le rappelle : le Zollernberg a vocation à l'universelle.  Les Zollernois attachés à la défense des Gorges du Gauztrom doivent regarder vers le sud et comprendre que dans les plaines arides du Skotinos se joue l'avenir du Zollernberg, c'est outre-mer que nous convoque le tribunal de l'Histoire.

Ces considérations me mettent en désaccord avec la politique extérieure que vous avez définie et qu’il m’est chargé de mener, c'est pourquoi observant l'exigence de solidarité gouvernementale j'ai donnée ma démission à Son Altesse Royale. Elle prend effet dès ce jour.

Duc de Silverstein
avatar
Feu le Duc de Silverstein

Messages : 196
Date d'inscription : 22/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Neue Wilhelstaufen Zeitung

Message par Alexander Lemberg le Dim 28 Juil 2013 - 1:36

Ce fut la lettre du Duc de Silverstein qui emporta les dernières réticences d'Alexander. Il avait décidé de lier son sort avec le duc de sa chère province, avec cette homme qu'il estimait, malgré certaines de ses ambitions déplacés.
avatar
Alexander Lemberg

Messages : 184
Date d'inscription : 06/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Neue Wilhelstaufen Zeitung

Message par Julius Muller le Dim 28 Juil 2013 - 21:05

Rendons au Skotinos sa place parmi les nations !
par le Colonel-général Julius Muller, vice-président du Parti Libéral du Zollernberg



Aux heures les plus chaudes d’un été tant attendu, la température prend encore quelques degrés au fur et à mesure que les nouvelles du Micromonde parviennent jusque dans notre pays.

Le tyran de Byzas, présent en notre capitale il y a de cela encore quelques semaines pour négocier une alliance avec le Zollernberg à ouvertement souffleté notre Grand-duc et notre Gouvernement. Plus tard, nous apprîmes que des Zorthodoxes skotinecs et laurasiens avaient été condamnés a mort après que l’autocrate laurasien eut interdit la religion zorthodoxe en continuation des attaques contre notre pays. Ainsi, le souverain-renégat fanzien, incapable de s’opposer au Zollernberg sur le terrain diplomatique et incapable de trouver des arguments de poids pour faire valoir un désaccord que nous peinons encore à comprendre, s’en est pris a ses propres sujets et aux citoyens d’un pays libre que la Laurasie a ignominieusement envahi au mépris du droit des peuples à disposer de leurs destinées.

Notre Premier Ministre ne souhaite pas engager de guerres religieuses. Cette position, hors du contexte actuel, est totalement défendable et en tant que libéral mais aussi en tant que Vice-président du Parti Libéral du Zollernberg, je défends totalement cette idée. La religion, aussi importante puisse t’elle être dans le cœur de nos citoyens, ne doit pas influer sur la marche des affaires temporelles. En cela, notre pays a accompli d’exceptionnels progrès depuis que la vague nationaliste a pu être jugulée en notre Parlement.
Toutefois, le fait religieux dans le problème skotinec ne peut être exclu de l’analyse. L’empereur laurasien s’est attaqué aux zorthodoxes de son pays et de sa conquête récente non pas au nom d’un problème de politique interne, non pas parce que les zorthodoxes seraient des zollernois qui mettraient l’équilibre de ces pays en danger, non pas parce qu’il s’agit de fanatiques.

L’empereur de Laurasie s’est attaqué aux zorthodoxes qu’il pouvait atteindre parce qu’il est un souverain lâche. Incapable d’assumer une position forte pour son pays sur la scène internationale, il lache ses troupes dans les églises sans défense, fait enfermer des curés et des fidèles sans procès, il tue des hommes, des femmes et des enfants pour montrer qu’il est chef en son domaine et même dans le domaine des autres, tout obéissant à son bon plaisir.
Ainsi, il croit être l’égal de notre Souverain, de notre pays, de notre démocratie. L’attaque aux Zorthodoxes est une attaque contre le Zollernberg mais aussi un appel !

Cet appel est celui des peuples libres aujourd’hui opprimés au Skotinos. Un appel qui se répand dans notre pays et auquel notre peuple donne de l’écho ! Nous avons retenu la leçon de la Grande Guerre ! Les peuples libres sont le ciment des nations, les souverains sont les premiers serviteurs de leurs peuples et ils gouvernent au travers de leur volonté !

Comment pourrions-nous nous présenter au Micromonde comme une nation qui a dépassé ses anciens démons, qui a renoncé aux rêves d’une Grande Œuvre infaisable et qui a trouvé le chemin de la démocratie si nous tournons le dos aux résistants du Skotinos ? Nous avons trouvé notre voie, celle-ci doit être connue de tous ! Les skotinecs veulent être libres et reconstruire leur pays, cette invasion honteuse a réveillé la conscience nationale du peuple skotinecs, notre devoir est de les aider à chasser le laurasien de chez eux pour qu’ils puissent reconstruire leur pays seuls !

Le Skotinos, comme notre pays n’est pas seulement un pays, c’est une nation avec sa culture et son histoire. Parce que son peuple se distingue des autres, il a formé un pays libre. Le destin récent du Skotinos dans le Micromonde pourrait faire dire à des observateurs que la tutelle laurasienne peut garantir l’avenir d’un pays peinant à se gouverner. Il est des cas dans le Micromonde ou cette situation à existé ! Ainsi, la République Fédérale d’Orion et l’Arsgentyne se sont elles retrouvées pour construire ensemble un seul et même pays comportant deux nations s’aidant et s’enrichissant l’une et l’autre ! Lorsqu’Ys connu ses premiers déboires après la fin de l’autocratie de Mosser, la république de Prya accueillit les réfugiés yssois pour qu’ils puissent recommencer une nouvelle vie. L’union ne fut pas parfaite mais la séparation des deux communautés permit l’émergence d’Ydémos et la reconstitution d’une communauté yssoise active au sein de la Fédération de Pseudopolis ! L’Histoire micromondiale nous enseigne de multiples exemples de situation ou des peuples se retrouvent pour collaborer et parfois se séparent en bons termes quand les intérêts communs disparaissent ou s’amoindrissent.

Notre mission de peuple démocratique et libre, est de continuer d’écrire l’Histoire, de libérer ce peuple opprimé, de lui donner les moyens de se construire et de trouver sa place dans le Micromonde et enfin de laver l’affront fait à notre pays, a ses gouvernants qui ont reçu mandat du Peuple Zollernois pour diriger nos affaires.

En conséquence, en accord avec mon parti politique, je soutiendrais toute initiative en vue d’une libération prochaine du Skotinos, que ce soit par la voie diplomatique ou par la voie des armes. J’ose croire que le tyran de Byzas saura voir l’incroyable force qu’il a délivré partout dans le Micromonde et dans notre pays et qu’il comprendra alors l’importance de respecter la liberté de ses voisins, mais si il refuse de le voir, alors il doit se trouver un bouclier entre le despotisme agressif et la liberté.

Et le Zollernberg peut être ce bouclier. Bouclier qui ne peut se départir du glaive dont l’usage doit être mesuré mais juste et au service de la plus grande des causes : la liberté des peuples.


- Julius Muller
Vice-président du PLZ
avatar
Julius Muller

Messages : 699
Date d'inscription : 13/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Neue Wilhelstaufen Zeitung

Message par Prince Zabrücksi le Dim 28 Juil 2013 - 21:35

Dans un confortable divan de son Hôtel de la Capitale, le Prince faisait sa lecture quotidienne du Neue Wilhelstaufen Zeitung, journal moins à droite que le Zollenheim MorgenPost, mais tout de même réputé conservateur. Repliant le quotidien, il s'adressa à son majordome.

- Grands Dieux Albert, cette union nationale m'étreint le cœur. Que c'est beau de voir les factions réunis autour d'un grand et noble projet commun !
- Assurément, Monsieur le Prince, assurément, et tout cela n'est pas mauvais pour vous.
- Oui, oui Albert, sourit le Prince, mais le Zollernberg avant tout .. !

______________
Son Altesse le Prince Franz Molenkopv von Zabrücksi,
c.s.t, g.o.c, c.o.e.z, c.z., c.a.a.

Prince Zabrücksi (Zollernberg & Zabrück-Crassauerstein) & Pair de la Couronne
Comte de Meinhof (Kolstein) & Baron de Huezel (Wasserland)
Seigneur de Pratz (Zabrück) & de Breztlitovsk (Zaxe)
Chancelier de Zollernberg
Vice-Roi, gouverneur général des Zindes
Ambassadeur plénipotentiaire extraordinaire (en disponibilité)
Amiral de la Flotte
Colonel de l'Armée zollernoise (sans affectation)

Prince Zabrücksi

Messages : 419
Date d'inscription : 13/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Neue Wilhelstaufen Zeitung

Message par Feu Manfred Chesterfield le Lun 29 Juil 2013 - 20:57

Le ministre Chesterfield droit comme un i à son bureau du Carlsberg, lisait comme à son habitude la presse quotidienne. Il l'a commentait à son directeur de cabinet :


- Voyez-vous mon cher Chalamont, nos hommes politiques sont tels ces enfants de chœur qui ont trop bu dans les burettes :  A la découverte des affres de la vie, ils perdent tout sens commun. La guerre Chalamont, je l'ai connu du côté du simple soldat, dans la boue au milieu des corps décharné ; elle n'est guère souhaitable que pour défendre les intérêts vitaux de notre pays. D'intérêts vitaux il n'en est rien. L'empereur de Laurasie à certes quelques mauvais côté. C'est un souverain à bien des égards, brutale, désagréable et impulsif, un brin susceptible, mais enfin oublie-t-on de dire qu'il a libéraliser son régime, qu'il s'est fait le protecteur de tous les cultes de son empire. C'est un despote sanguinaire mais un despote éclairée et cela rattrape bien des choses. Car voyez-vous, on oublie de considérer qu'il s'en est pris au culte Zorthodoxe parce que comme à leur habitude les prêtres se servaient de leur autorité et du fanatisme de la religion pour exciter le peuple et le manœuvrer. Croyez-moi Chalamont, la conquête du royaume de Skotinos est certainement, depuis son basculement dans l'anarchie, la chose la moins pire qui soit arriver à un peuple qui n'a donné au micromonde rien d'autres que la fêta et l'huile d'olive.

Chesterfield reprit son souffle :

Pourquoi irons-nous faire tuer nos enfants, cette jeunesse que l'on encourage à se faire égorger ? Certainement pas pour notre liberté. Je vais vous le dire moi pourquoi nous allons faire massacrer ces jeunes. Pour quelques prélats de la Curie Zorthodoxe trop heureux de reconquérir le Skotinos à leur influence, pour un gouvernement de canailles dont on ne sait rien et pour quelques curés qui se cachent derrière la liberté de conscience dans le but de reprendre leur entreprise de fanatisation du peuple. Voilà pour quoi ils se battront. Enfin, le Zollernberg se trouvera empêtré dans un conflit d'où il aura peine à se sortir. Silverstein tout étalon qu'il se prétend n'est qu'un âne ! et Lemberg le mouton qui le suit. Peu me chaud leur départ du gouvernement. Ces gens n'ont aucun sens commun. Plus abjecte encore, ils courtisent une danseuse alors qu'une de mes filles est menacées. Qu'importe le Skotinos si la ligne Gatline est désarmé, si nous sommes incapable de prévenir une invasion. Notre horizon doit être celui des gorges du Gauztröm.

- Démissionnerez-vous Monsieur le Ministre ?
- Comment Chalamont ?! Je ne donnerai pas ce plaisir à mes détracteurs, seul la mort ou un décret grand-ducal peut m'arracher de ce fauteuil.
- Qu'allez-vous faire Monsieur le Ministre ?
- Travailler Chalamont, travailler - le ministre était d'humeur espiègle - voyez-vous puisque le Prince Zabrücksi se fait le champion de la liberté de conscience, nous allons lui donner l'occasion de s'exprimer ; à moins que cela ne soit que chez les autres, auquel cas nous le verrons avec plaisir ôter son masque.
avatar
Feu Manfred Chesterfield

Messages : 43
Date d'inscription : 26/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Neue Wilhelstaufen Zeitung

Message par Edorel Gatline le Jeu 24 Oct 2013 - 12:27

Tribune

Silence maeztro ! On censure !

Par Jozeph Verdy, compositeur;
Hanz von Bulot, chef d'orchestre de la philharmonique de Zotterdam;
Peter Anzlick de l'Académie des Sciences Zollernoises, musicologue;
Cézar Franck, organiste, professeur au conservatoire de Kolstadt;
Tout quatre membres de la société musicologique zollernoise.

Il est intolérable aujourd'hui que dans un pays aussi civilisé qu'est le Zollernberg, on censure une œuvre vieille de plusieurs siècles et dont la censure gâche le travail acharné de plusieurs mois de nos musiciens, chanteurs et danseurs, ainsi que de nos chercheurs qui on contribué à donné la pièce maîtresse de Gyovanny Monteverdanys selon les règles de la musique d'il y a trois siècles de cela, et qui constitue aujourd'hui encore la fondation même de l'opera-serya yssois et du théâtre lyrique zollernois. Mais il aura fallu donner le plus vieille opéra qui nous soit parvenu jusqu'à ce jour, pour que les autorités comprennent le coté trivial et quelque peu rebutant de la musique yssois. Quand bien même l'on donna il y a un an de cela au Grand théâtre Grand-Ducal de Wilhelstaufen une représentation de l'opéra une bagatelle de Rémy de Paroclès, chef-d'oeuvre de la musique yssois anté-dévastatyon, en présence de Son Altesse Royale le Grand-Duc et de toute la cour. Et qui ne choqua personne !

Aussi, en quel honneur un opéra infiniment plus ancien, abordant avec brio un sujet mythologique que l'on enseignait dés le plus jeune âge dans les écoles yssoise, et doté d'une musique somptueuse, ni trop lourde, ni trop léger, accompagnant les chants sans jamais les submergé, un miracle d'écriture musicale enseigné encore de nos jours dans nos propres conservatoires ! Il est étonnant de voir que les autorités ne semble avoir ciblé que cette seul pièce, quand on sait qu'il existe très de trois cents opéras yssois qui sont tout aussi scabreux, parfois même bien plus que ne l'est Anaxamandre et Mythrydate. La logique semble bien n'exister que pour certaines catégories de fonctionnaires, dont ne fais pas partie le gouverneur des Zorcades. Enfin, ne parlons pas de logique, sinon il serait interdit de parler de la mythologie yssois, et elle serait interdite d'enseignement à nos étudiants en lettres classiques, histoires anciennes et archéologique, et beaucoup de spécialiste de ce domaine se verrait contraint de mettre la clé sous la porte.

Ce soi-disant gouverneur Schlesien, faux-cul bourgeois et joueur de mandoline avec autre chose que ses mains et ses pieds, qui n'est gouverneur qu'a cause de son amitié avec les Felgenheim et les Zabrucksï, à t-il censuré cette œuvre pour faire plaisir aux autorités cléricales ? Incapables de comprendre la musique avec des tierces et des sixtes ? C'est ce que nous pensions, connaissant l'évêque de Zozolulu et ses positions conservatrice à l'encontre des arts, il ne nous aura fallut que peu de temps pour faire le lien : l'acoquinement de l'évêque et du gouverneur. C'est pourquoi nous avons décidés d'interrompre toutes commandes d'œuvres religieuses, l'accompagnement musicales des offices liturgiques et la représentation d'œuvres sacrés. Il est temps de montrer à ces nostalgiques de l'inquizition de montrer leur obsolescence, si Monseigneur veut de nouveau entendre ses enfants de chœur chanter la cantate de dimanche prochain, il lui faudra revenir sur ses positions. Quant à ce gouverneur d'opérette, et bien que notre société soit apolitique, nous en appelons au Premier Ministre pour faire revenir le gouverneur sur cette décision scandaleuse. Si ce dernier n'aime pas la musique, rien ne l'empêche de ne point en entendre, mais qu'il ait la décence de ne pas imposer son opinion aux autres.


V.
vB.
A.
F.


EL : Petit problème, la prévisualisation supprime les changements de police d'écriture, possible de corriger cela ?
avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Neue Wilhelstaufen Zeitung

Message par Erwin Schlesien le Jeu 24 Oct 2013 - 12:59

Droit de réponse d'Erwin Schlesien à la Tribune "Silence Maeztro ! On cenzure !"

En réponse aux surprenantes allégations parues dans cette article, je tiens en qualité de gouverneur des Zorcades, à exercer mon droit de réponse.

1. Je suis écrivain, je sais ce qu'est l'art, cette opéra yssois n'en est pas. Libre à vous de vous complaire dans la pire luxure, mais de là à en faire un canon de beautée ! C'est bien parce que le Zollernberg est un empire civilisé et non décadent comme celui des défunts yssois que j'ai fait interdire cette oeuvre.

2. La dernière fois que je suis allé à la messe, je ne me souviens pas d'avoir vu une chorale adepte de l'art yssois. La Zainte-Eglise se passera de vos services, comme elle l'a toujours fait.

3. La beauté se rejoint en musique et en droit par l'harmonie. Si vous étiez bon musiciens, peut-etre seriez-vous bon juristes ? Le Premier Ministre du Grand-Duché n'a aucunement la compétence de casser les arrétés provinciaux.

4. J'ai l'honneur de vous informer que je vous attaque en justice pour injures par voie publique et offense faite à un agent de l'Etat. Nous continuerons à parler musique au tribunal si vous le voulez bien.


Schlesien, artiste-écrivain.
avatar
Erwin Schlesien

Messages : 65
Date d'inscription : 17/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Neue Wilhelstaufen Zeitung

Message par Prince Zabrücksi le Jeu 24 Oct 2013 - 19:37

Depuis Pratz, le Prince Zabrucksi lisait le Neue Wilhelstaufen Zeitung, la feuille libérale de la capitale. Il commenta pour sa petite fille.

- Hé quoi ? Je n'ai encore rien fait et l'on m'adresse des reproches ! Je n'ai rien à voir avec la nomination de Schlesien au gouvernorat des Zorcades ! Non mais vraiment ? Qu'est ce que je leur ai fait à ces musiciens ?

L'enfant leva les yeux vers son père, et le regarda sans comprendre. Celui-ci eut un sourire et continua ses réflexions.

Le Prince Zabrücksi n'aimait pas l'art yssois. Il trouvait ça vulgaire et dégoutant. C'était vraiment à se demander comment les Anciens avaient pu apprécier ces bêtises-là.
Quoiqu'en disait les libéraux et leurs amis, les conservateurs étaient très attachés aux libertés publiques. Franz n'aimait pas la censure, c'était bien souvent l'arme du faible ou de ceux qui ne savaient pas convaincre. Pour autant, il ne désavouait pas Schlesien sur ce coup-là. On ne pouvait pas se cacher éternellement derrière la liberté. Ce genre de choses était écœurante, et la loi devait mettre des bornes à ceux qui n'en avait pas.
Franz avait remarqué que Felgenheim, sans soute par solidarité, avait publié le même arrêté pour sa province. Il esquissa un sourire, il devinait sans peine la stratégie nationaliste qui consistait à se refaire sur une saine indignation.

Le père regarda sa fille. Celle-ci grandissait à vue d'oeil, et elle ne portait aucune stigmate de la perte de sa mère. Alors qu'il souriait béatement, le Prince triomphait intérieurement. Lemberg et l'aile droite des Whigz soutiendraient Schlesien, c'était évident. Ce dernier avait avalé déjà tellement de couleuvres, serait-ce la dernière ? Il n'avait pas apprécié la politique anticléricale de Chesterfield, la molesse de Gatline à défendre le Skotinos. Sans doute n'accepterait-il pas ce spectacle pornographe et sa défense.

Franz reprit à voix haute.

- Puisse les Whigz exploser, que j'en ramasse la droite !

______________
Son Altesse le Prince Franz Molenkopv von Zabrücksi,
c.s.t, g.o.c, c.o.e.z, c.z., c.a.a.

Prince Zabrücksi (Zollernberg & Zabrück-Crassauerstein) & Pair de la Couronne
Comte de Meinhof (Kolstein) & Baron de Huezel (Wasserland)
Seigneur de Pratz (Zabrück) & de Breztlitovsk (Zaxe)
Chancelier de Zollernberg
Vice-Roi, gouverneur général des Zindes
Ambassadeur plénipotentiaire extraordinaire (en disponibilité)
Amiral de la Flotte
Colonel de l'Armée zollernoise (sans affectation)

Prince Zabrücksi

Messages : 419
Date d'inscription : 13/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Neue Wilhelstaufen Zeitung

Message par Alexander Lemberg le Ven 25 Oct 2013 - 17:42


- Tribune -


POUR UN ZOLLERNBERG DÉMOCRATIQUE ET ZORTHODOXE !

Nous, membres du parti Whigz, croyons en la force de l'engagement politique, nous voulons que le Zollernberg garde la maîtrise de son destin dans un monde en plein bouleversement, nous voulons protéger et préparer l'avenir des enfants du Zollernberg, nous sommes donc membres du Parti Zorthodoxe Démocrate.

Notre parti a mené une politique plus excessive encore que celle voulue par les libéraux. Nous désavouons les attaques contre notre Zainte-Eglize. Nous nous attristons de voir que le Zollernberg a renoncé à son sacerdoce universel. Jamais les gouvernements zollernois n'auraient du cesser de s'inspirer du message du Zaint-Zamayana, parce qu'il est la Vérité, dans le respect des libertés et des consciences de chacun.

Il y a désormais des multiplications, là ou il y avait des unités, c'est pour cela que nous nous sommes rassemblés dans ce nouveau zentrum sous la présidence d'Alexander Lemberg et la vice-présidence du Duc de Silverstein.

Nous nous présentons comme un alternative de centre-droit aux conservateurs, aux libéraux et aux whigz. Nous voulons nous préoccuper de la dimension spirituelle de chaque zollernois, nous tenons au principe de subsidiarité dans tous les corps sociaux : famille, profession, commune, province, État, etc, nous tenons à la primauté de la famille comme cellule de base de la société, premier lieu d'éducation, de responsabilité et de solidarité. Aussi nous garantirons l'enseignement confessionnel.

Nous nous présenterons au XXII élections générales, et nous invitons tout les hommes et toutes les femmes de bonne volonté à nous rejoindre pour batir une société pluraliste, plus juste et plus équitable.

Honorable Alexander Lemberg, Président du PZD.
Très Noble Duc de Silverstein, Vice-Président du PZD.
Georg Teurbuler
Magnus Troest
Stefen Hoffman
Felix Krooz
Friedrich von Zchopenhauer
Karl Augustus von Werner
avatar
Alexander Lemberg

Messages : 184
Date d'inscription : 06/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Neue Wilhelstaufen Zeitung

Message par Feu le Duc de Silverstein le Sam 24 Oct 2015 - 20:13

Désormais âgé de soixante-seize ans et retiré de la vie politique, le Duc de Silverstein consacrait sa retraite à l'écriture, mettant son expérience de ministre et de diplomate au service de la cause journalistique, laissant pour son temps ses réflexions sur la marche du monde. L'empire financier des Watersee s'étendait à la presse. Son l'impulsion du duc, devenu rédacteur-en-chef, le Neue Wilhelstaufen Zeitung, journal dont il était le propriétaire, réapparaissait dans les kiosques, entendant bien devenir la première une zollernoise.
avatar
Feu le Duc de Silverstein

Messages : 196
Date d'inscription : 22/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Neue Wilhelstaufen Zeitung

Message par Feu le Duc de Silverstein le Mar 24 Nov 2015 - 20:21

"Je crois en l'idée que ce pays doit marcher vers le progrès..."

Interview exclusif du Premier Ministre Julius Muller



édition du mardi 24 novembre 2015



Julius Muller, 1er Baron de Finkelstein est pour encore quelques jours Premier Ministre de Zollernberg, il revient sur son action à la tête du gouvernement et sur son mandat de secrétaire général de l'ONA.
Propos recueilli par Ozcar Schrening von Watersee



Neue Wilhelstaufen Zeitung : Monsieur le Premier Ministre, nous vous remercions de nous accueillir dans votre bureau de l'Adlersberg. Vous êtes depuis maintenant quatre ans Premier Ministre de Zollernbeg et avait été récemment élu secrétaire général de l'Organisation des Nations de l'Archipel. Vous êtes également député, gouverneur, lieutenant-général des armées ; votre expertise s'étend à de nombreux domaines. Quelles sont les valeurs qui vous animent ? Quelles ambitions vous portent ?

Julius Muller :
Je vous remercie de me donner l’occasion de m’exprimer ici !
Le Zollernberg et l’ONA m’ont effectivement offerts de nombreuses occasions et je remercie d’ailleurs le peuple zollernois ainsi que les Etats-membres de l’ONA pour leur confiance !
Aux positions que j’occupe, je pense que l’on peut difficilement avoir d’autres ambitions que celles de continuer à servir. En ce qui concerne les valeurs, je crois pour ma part que le Zollernberg et le Micromonde entier doivent aller de l’avant. Nous vivons depuis de nombreuses années une période agitée au niveau micromondial. La construction de la paix globale est une de mes grandes attentes et l’ONA est pour moi l’instrument de cette grande victoire.
Au Zollernberg, je crois en l’idée que ce pays doit marcher vers le progrès. C’est dans cet esprit que les nombreuses lois qui ont été votées par le Parlement ont été écrites. Notre pays doit restaurer sa force par l’intérieur et garantir encore plus les libertés du peuples par la liberté et le droit.

NWZ : Vous entamez votre deuxième mandat au titre de secrétaire général de l'ONA après en avoir été le secrétaire général adjoint, pourquoi avoir choisi de vous investir sur la scène internationale ? Quelles projets entendez-vous porter à la tête de cette institution ?

JM : Depuis la chute de l’ONV il y a bien des années, plusieurs expériences avaient été tentées pour relancer une organisation internationales capables de cadrer les relations entre états. Toutes ces tentatives ont échoué. L’ONA est pour nous une chance de construire un espace de rencontre entre les états pour leur permettre d’échanger et se rencontrer.
Mon implication à l’ONA suit cette logique : construire le Micromonde pacifique de demain par l’action collective.
Il me semble nécessaire de procéder actuellement a certains ajustements dans la structure de l’organisation. La Charte mériterait d’être revue afin de permettre à l’ONA d’agir alors que la Charte actuelle a été écrite dans un climat de défiance et de crainte. Par ailleurs, il semble nécessaire de développer la mise en place d’organismes liés à l’ONA dans le domaine culturel et sportif afin de montrer aux citoyens du Micromonde que l’ONA n’est pas juste un rassemblement de diplomates, de politiciens et de militaires qui agissent de loin, à Nautia. La culture, le sport, la sauvegarde du patrimoine sont des missions qui nous tiennent également à cœur et il nous apparaît nécessaire de nous impliquer pour continuer de rapprocher les peuples du Micromonde.


NWZ : L'intervention militaire en Eridan encore en cours est décriée par les opinions publiques de certaines nations-membres. Quelles considérations ont présidé à cette décision ? Que répondez-vous à ceux qui dénoncent l'intervention armée ? Quels sont les objectifs des militaires ? Comment sera gérée l'après-guerre ?

JM : Il semble nécessaire de faire quelques rappels avant de répondre. L’intervention militaire en Eridan a été votée par les Etats-membres de l’ONA lors d’un vote de résolution en Conseil Permanent de l’ONA. En tant que Secrétaire général de l’ONA j’applique les décisions prises par les Etats-membres de l’ONA.

Intervenir militairement est un choix difficile. Toutefois, nous savons tous que le Tsarat d’Eridan est un pays à l’origine d’un grand nombre de crises internationales. Et sans compter les atteintes aux droits humains perpétrés par le régime de Konstantinopolis pendant de longues années. L’intervention militaire est l’occasion de capturer les gouvernants de ce pays pour les présenter à la justice. Mais l’un des autres objectifs est la mise hors d’état de nuire d’un état-voyou. En cela, l’action de l’ONA est radicale. Je me permets de rappeler qu’il y a encore quelques années, Orion et Eridan menaçaient la paix micromondiale. Depuis la mise en place de l’ONA, Orion a été rappelée à la raison et Eridan n’est plus en mesure d’intervenir à l’extérieur de ses frontières. L’action de l’ONA contribue donc à la mise en place d’une paix globale.

NWZ : Les objectifs de cette intervention sont donc de capturer le gouvernement éridanais et de le présenter à la justice, conformément à la résolution votée en Conseil Permanent. Un Commissariat de l’ONA pour l’Eridan est chargé des affaires civiles et prendra en main le gouvernement d’Eridan à titre provisoire à la fin de la guerre pour accompagner ce pays et l’aider à reconstruire son gouvernement.

JM : Votre gouvernement a fait ratifié par Son Altesse Royale la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat, il a dénoncé par décret le traité de Concordat et aboli les privilège fiscaux des cultes, dans la loi portant organisation territoriale du Grand-duché vous ôtez aux institutions locales la possibilité de subventionner des écoles zorthodoxes qui concourent pourtant au service public d'éducation, pourquoi cette sécularisation à marche forcée alors que l'Eglise ne représente pas un obstacle à la reconnaissance objective de la liberté de conscience de chacun ?

L’action de sécularisation de l’Etat entreprise par le gouvernement n’est pas orientée contre l’Eglise Zorthodoxe. Il faut le dire même si il y a beaucoup de citoyens qui se sentent désorientés après la mise en place de cette loi. Mon gouvernement estime qu’aucun culte ne peut être supérieur à un autre dans notre pays. Les privilèges octroyés à l’Eglise l’ont été dans un contexte historique et politique très précis et la population zollernoise était alors exclusivement zorthodoxes. Le développement de communautés religieuses autres que zorthodoxes avec le temps à posé la question de la liberté de conscience. Or, cette liberté de conscience a été octroyée avec beaucoup de difficultés. Il était impossible il y a encore quelques années à un non-zorthodoxes d’obtenir un poste de l’administration. Les hébraïtes étaient écartés des postes d’officiers dans l’armée et de bons nombres d’emplois.

Ces écarts sont la preuve que l’union de l’Eglise et de l’Etat devenait difficile a tenir. L’Etat à l’obligation de protéger tous les sujets de Son Altesse Royale et de les aider à trouver le bonheur. L’Etat n’a pas à décider sur le critère de la foi quels sont les « bons » zollernois et les moins bons. De fait, pour permettre l’égalité de tous, il fallait que toutes les religions soient égales. Puisque l’Eglise Zorthodoxe était la seule religion bénéficiant de privilèges, cette religion à beaucoup perdu mais n’a rien de moins que les autres religions représentées au Zollernberg.

Par ailleurs, la sécularisation de l’Etat permet également l’égalité entre les hommes et les femmes face au vote et fait de la femme un citoyen comme les autres. Je ne peux qu’encourager les zollernois à voir dans la démarche du gouvernement une volonté de marcher vers le progrès.

NWZ : Le projet de loi organique portant organisation de la Chambre des Pairs l'instituant en chambre consultative avec un véritable pouvoir de proposition a créé la surprise tranchant avec le progressisme affiché du gouvernement pourquoi ce choix ?

JM : La Chambre des Pairs disposait jusqu'alors d’un grand pouvoir. Pourtant la Constitution ne l’organisait pas formellement. Le Gouvernement à fait le choix de pallier à cet oubli en clarifiant certaines choses. Il nous a paru intéressant que la Chambre des Pairs n’apparaissent pas comme la chambre haute du Parlement. Nous considérons que la souveraineté nationale émane de la chambre des députés. La chambre des pairs est confirmée comme un soutien politique et expert a Son Altesse Royale dans l’exercice de ses prérogatives constitutionnelles.
Nous avons veillé a ce que la Chambre des pairs ne dispose pas de l’initiative législative en soi, aucun droit supplémentaire n’a été pris aux parlementaires pour être donné aux pairs de la Couronne.

NWZ :  Ce même projet de loi a donné à Son Altesse Royale le pouvoir de convoquer seule la Chambre des Pairs. La loi portant organisation de la Cour Suprême promulgué il y a peu donne à Son Altesse Royale le pouvoir de nommer seul un des trois juges de la Cour Suprême. De plus, Son Altesse Royale a déclaré lors de l'audience solennelle du 2 août dernier que vous étiez devant lui "moralement comptable de l'action que vous conduisez". Elle a également choisi de présider le conseil des ministres comme il en fut déjà le cas sous François-Joseph III. Le retour du pouvoir grand-ducal aux affaires est l'un des faits marquant de votre mandature ; comment le percevez-vous ? L'équilibre entre la lettre de la Constitution qui proclame que le souverain règne mais ne gouverne pas et sa pratique est-il en passe d'évoluer ?

JM : Les libéraux et les Whigz n’ont pas pour objectif de remettre en cause la monarchie zollernoise, soyez en assurés ! Nous croyons en l’importance de la place du Grand-duc dans le dispositif institutionnel.
Le Grand-duc exerce ses prérogatives de façon conforme à la loi et à la Constitution. Je n’ai pas à commenter le fonctionnement normal de nos institutions politiques.
Pour le reste, le gouvernement est effectivement moralement responsable de son action devant le Grand-duc. Mais le gouvernement est également responsable politiquement de son action devant le Parlement et devant le peuple zollernois. Les membres de mon gouvernement et moi-même ne l’oublions pas.

NWZ : Vous êtes depuis bientôt cinq ans président du Parti Libéral, parti majoritaire à la Chambre. Les élections générales prévues pour novembre approche, vous présenterez-vous à un deuxième mandat consécutif, votre troisième en tant que premier ministre ? Quelles seront les grandes lignes du programme pour les prochaines élections générales ?

JM : Pour l’instant, la question de ma candidature n’est pas encore posée. Il y a encore du travail a faire et je pense que les zollernois apprécieront d’avoir un gouvernement qui travaille pour la durée du mandat pour lequel il l’a élu sans se soucier de questions électorales alors que nous ne sommes pas arrivés au bout du sillon !

Pour le reste, le Parti Libéral restera dans son positionnement habituel qui est celui d’augmenter les droits et les libertés du peuple, de moderniser l’appareil d’Etat ainsi que les infrastructures du pays afin de permettre au Zollernberg d’affronter les défis de l’avenir.

NWZ : Nous vous remercions d'avoir bien voulu répondu à nos questions. Mais il me faut vous en poser une dernière plus saugrenue : comment convaincriez-vous un électeur conservateur de voter pour vous ?

JM : Merci à vous de vous être déplacé Ozcar !
Oh… Eh bien j’espère que les électeurs conservateurs sauront voir le chemin parcouru depuis ces dernières années et la rénovation de l’Etat au service de tous. Si votre électeur conservateur sait s’informer, ce dont je ne doute pas, je ne pourrais alors douter de son bon sens au moment d’aller voter !
avatar
Feu le Duc de Silverstein

Messages : 196
Date d'inscription : 22/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Neue Wilhelstaufen Zeitung

Message par Feu le Duc de Silverstein le Sam 6 Fév 2016 - 16:10

Gouvernement : l'ouverture attaquée, l'immobilisme critiqué






62% des électeurs conservateurs se disent déçu de l'action gouvernementale.

D'après un nouveau sondage de l'Institut Luddwig Harriz pour le NWZ, 65% des Zollernois désapprouvent l'immobilisme de la politique menée par le gouvernement du Baron de Lezingham.

La politique d'ouverture du Baron de Lezingham est de plus en plus critiquée chez les partisans de droite et plus encore dans la majorité. Ils sont quarante-trois députés, qui, menés par le ministre des affaires sociales, Alexander Lemberg, ont officiellement interpelé le Premier ministre dans un courrier pour lui demandé de ne rien concéder à l'opposition sur l'instauration du concordat. Le gouvernement faisant preuve de conciliation semble prit entre deux feux : entre des libéraux qui n'abdiqueront rien de la séparation de l'Eglise et de l'Etat, et démocrates-zorthodoxes déçu de l'apparente abandon d'une promesse de campagne.

Après deux ans d'exercice le gouvernement n'a avancé sur aucune de ses propositions de campagne se heurtant à deux murs. Celui du parlementarisme, l'opposition a montré son opiniâtreté usant de tous les recours en sa possession pour faire reculer la majorité, qu'il s'agisse du tribunal de l'opinion ou du recours institutionnel. Il s'agit là du deuxième auquel s'est heurté le gouvernement. La Cour Suprême, installée par la précédente majorité, est apparue comme une instance politique d'opposition, imposant un revirement de jurisprudence afin d'invalider le rétablissement du Concordat.

Autre mur auquel devrait se heurter le gouvernement, celui de la contestation sociale favorisée par la montée d'un extrémisme de gauche, alors que l'extrême droite progressant sur le thème de la reconquête identitaire face au multiculturalisme affichée et promue par la gauche progressiste et libérale, devrait ressurgir sur la scène politique, quelques groupuscules ayant annoncés leur intention de fonder un parti sur la ligne de l'ancien PNZ.

Face à cela, de source gouvernementale, le Premier Ministre envisagerait la possibilité de dissoudre la chambre et de convoquer de nouveaux les électeurs aux urnes sur la base d'une déclaration constitutionnelle intégrant les articles du concordat au bloc de constitutionnalité, afin de déplacer le débat de la séparation de l'Eglise et de l'Etat devant les électeurs, mettant ainsi son mandat en jeu sur ce qui devient la question cardinale de son mandat.
Ozcar Schrening von Watersee,
Rédacteur-en-chef
avatar
Feu le Duc de Silverstein

Messages : 196
Date d'inscription : 22/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Neue Wilhelstaufen Zeitung

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum