Un soir à la chandelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un soir à la chandelle

Message  Anaztaze V le Lun 26 Nov 2012 - 22:44

Les étudiants avaient désertés l'université depuis bien longtemps déjà, les uns partaient vers la Bibliothèque, les autres vers le Von Felgenheim, d'autres encore préparait ce qu'ils avaient nommé Tonuz, soirée étudiante, débutant toujours au Zonégal, auberge mal famé, tenu par un ancien pirate, un peu lubrique mais aimant la balle au pied si cher aux jeunes, Hubrecht.

L'abbé Pikkendorff, veillait jusqu'à tard le soir dans son bureau du premier étage. Sa journée avait été rythmé par la messe, et les offices en la petite chapelle de l'Université. Des projets, il en avait plein les cartons. Son ambition était de hisser l'Université de Wilhelstaufen parmi les grands centres de culture et de savoir du micromonde ; rien de moins. Il avait pour lui la patience religieuse patience du moine qui remet la main à son ouvrage chaque jour que la Providence fait. Il suivait avec beaucoup de régularité les actes du colloque d'Aarosia sans avoir pu y venir lui même, retenu par l'impressionnante charge de travail qui lui incombait ici - et qui lui décombait aurait rajouté le brigadier Grospichet de la prévôté -. C'est donc à la chandelle, au coin d'un feu crépitant dans l'âtre de la cheminée de l'immense bureau-bibliothèque du recteur, qu'il lisait les dernières feuilles venues d'Aarosia. Inscrire Wilhelstaufen dans le réseau des universités micromondiales; voilà qui serait un beau projet se disait-il en entamant la lecture de la communication sur la toponymie maritime du sieur Olsen.
avatar
Anaztaze V

Messages : 26
Date d'inscription : 30/10/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un soir à la chandelle

Message  Erwin Schlesien le Lun 26 Nov 2012 - 23:05

- Fichu torchon ! Le nationalizme dépassé ! Foutaises ! Oh, bonsoir mon père. Excusez mon agacement, mais les nouvelles de mon parti ne sont point réjouissantes.

Sans comprendre que Pikkendorf souhaitait le calme et le silence, Erwin continuait.

- Ah, vous lisez les actes du colloque d'Aarosia ? Intéressant n'est ce pas ? Figurez-vous que ..

Schlesien repartait dans ses élucubrations alors que Pikkendorf ne voulait que lire dans la tranquillité.

- Non, mais vraiment, ne pas reconnaitre les mérites des Zaxons contre les Russlaves, c'est de la malhonnêteté politique ! Je me suis senti toujours angoissé en traversant la frontière russlave. Comprenez que c'est une histoire très récente, ça ne fait que dix générations tout de même !
avatar
Erwin Schlesien

Messages : 63
Date d'inscription : 17/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un soir à la chandelle

Message  Anaztaze V le Mer 28 Nov 2012 - 22:09

Le Père Pikkendorff plongé dans ses lectures ne s'était aperçut de l'entrée de Schlesien. Il surprit sa présence au milieu du long monologue qu'il entamait. Le recteur approuva avec compassion ce qu'il n'avait compris. Chaleureux, bien que confus, le père invita le titulaire de la chaire d'histoire à pénétrer dans son bureau. Pikkendorff, formé dans les scriptorium des abbayes bezoaristes puis à l'Université et n'était jamais mécontent de discuter avec ses pairs, de choses toujours très intellectuelles, lorsqu'elles n'étaient pas spirituelles.

Le père reposa un liasse de papier sur son bureau. Puis indiquant une chaise de laquelle il enleva une pile de dossiers, remplis des notes que le prêtres glanaient frénétiquement comme l'écureuil amasse les noisettes de peur d'en manquer, qui prie alors place sur le bureau


- Cher Erwin, installez-vous je vous en prie. Cette contribution sur la toponymie et la mer est tout à fait intéressante. Peut êtes l'avez vous déjà. Ce colloque est une pure merveille. Je souhaite en organisé un prochainement. L'exhumation des travaux sur la notion de droite et de gauche en politique du duc de Vignes, m'ont fait songer à l'ampleur du travail qui est encore à mener, certainement y-a-t-il matière à apporter un éclairages sur cette épineuse question qui jalonne tout le champs des sciences humaines. J'y travaille. Saviez-vous donc que l'église aussi a suivi le modèle bipartisan, deux prélatures organise ce balancement droite-gauche. C'est anecdoctique, bien cher ami comment se déroule votre cours ? On m'en a dit le plus grand bien.
avatar
Anaztaze V

Messages : 26
Date d'inscription : 30/10/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un soir à la chandelle

Message  Erwin Schlesien le Mer 28 Nov 2012 - 22:25


- Ah mon père ! Que les Dieux vous bénissent. Sachez que si vous vous avez besoin d'aide, je suis à votre disposition, ainsi que ma secrétaire, madame Boizelier. Rien n'enchanterait plus un vieux écrivailleur tel que moi .. Vous pensez aux sciences politiques en particulier ? Grands dieux, c'est que cette dizcipline emporte tous les suffrages de nos jours.

Le vieil écrivain prit place à coté de Pikkendorf.

- J'ai été réellement satisfait que l'on étudie cette guerre de Réunion aux universités. Voyez-vous, je pense que l'Histoire, même récente, offre des clés de compréhension pour le présent. Et, vous, plus que moi, savez comment ce conflit a redistribué les cartes dans la vie politique zollernoise ... Pour vous répondre, je suis assez satisfait de mes élèves, ils sont désireux d'apprendre, mais hélas une bonne partie d'entre eux se déclare athée ... Ah, pauvre jeunesse ... si cruellement marqué par le maux du siècle ..

Erwin allait râler sur l'action néfaste des libéraux en ce sens, avant de se rappeler in extremis que Pikkendorff en était.

-Enfin, ce n'est pas Zandhurst, mais ce sont de braves petits ... Et vous, mon père, comment se passe votre vie universitaire?
avatar
Erwin Schlesien

Messages : 63
Date d'inscription : 17/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un soir à la chandelle

Message  Anaztaze V le Jeu 29 Nov 2012 - 21:59

-Voyez cher professeur, fort bien, ces livres me rendent heureux. Cette maison est parfois lourde à tenir et m'éloigne de l'enseignement mais nous œuvrons pour la gloire des arts du Zollernberg et le progrès de l'humanité. Chaque pas que nous faisons vers la connaissance nous éclaire un peu plus sur le mystère de la Création. C'est un pas vers les Dieux.

Pikkendorff pris ensuite le temps de la réflexion. L'homme était un esprit libre et singulier, de ces religieux qui prônait la séparation de l'Eglise et de l'Etat afin de rétablir la grandeur d'un pouvoir spirituel selon lui réduit au rang de vil instrument de l'Etat pour maintenir l'ordre social. Le descendant des margraves souverains d'Altheim-Neufra s'il était un original n'était pas un rebelle. Son libéralisme était teinté de religiosité.


- L'athéisme est affectivement le grand mal de notre temps. Prière et affermissement du Bienheureux-Siège sont les deux seules armes dont nous disposons.

avatar
Anaztaze V

Messages : 26
Date d'inscription : 30/10/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un soir à la chandelle

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum