Domaine Gatline

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Domaine Gatline

Message  Edorel Gatline le Ven 11 Jan 2013 - 23:16

L'endroit se situait à l' est des Zorcades. Le coté le moins "pipole" de l'île pour reprendre l'expression de certains membres du gratin zollernois. Seul quelques habitants plus ou moins modestes, quelques retraités, ainsi que des fermes. Le coin ne compte que quelques cinquante âmes au kilomètres carrés. L'endroit idyllique donc pour Edorel qui préfère la compagnie de gens humbles qui ne cherchent pas à se faire voir à celle des mas-tu-vus bourgeois de la capitale. Il lui arrivait quelques fois de rendre visite à l'un de ses voisins, de prendre l'apéritif, voir même de déjeuner ou diner avec eux.

Malgré ces quelques traces de sociabilité, le Feld-Maréchal était plus souvent un homme seul et souhaitait souvent se tenir à l'écart des gens. Aussi quand il vit cette ruine légèrement en hauteur, avec une jolie vue sur le détroit de la Zilverzee. Par beau temps, on pouvait voir les silhouettes des îles de l'archipel yssois, parfois même (et c'est un sacré coup de veine) distingué les côtes d'Armara.

L'endroit était un maz, une ferme typique des régions méridionales qui furent sous influence yssoise. Un domaine de quelques hectares avec une petite centaine de mètre de plage privé par dessus le marché. Gatline, qui n'était encore que directeur des ZZZ à l'époque avait acquit l'endroit pour une bouchée de pain (pas étonnant pour une ruine) le promoteur immobilier, lui avait suggérer de faire une pyscyne. Gatline demanda l'intérêt d'un truc pareil avec la mer bleu turcoise à deux minutes à pied montre en main.



Après quelques travaux, l'endroit était encore plus magnifique. La bâtisse du 17eme avait appartenu à une petite famille nobles des Zorcades aujourd'hui éteinte. Le domaine était plus ancien et recellait même les vestiges d'un ancien moulin, probablement antique. Le visiteur était accueillit par un beau parterre de fleur et d'arbustes local, ainsi que par trois gardes dont un tenait un berger zollernois en laisse. Et oui, quand on est le premier soldat du Grand-Duc, on s'entoure d'un peu de sécurité. Gatline qui n'avait pas tenue à mobiliser des effectifs des ZZZ ou de l'armée pour sa propre sécurité fit plutôt appel à une bande de mercenaire. Le salaire de directeur des ZZZ et de Feld-Maréchal réuni suffisait à les maintenir en poste sans qu'ils touchent trop au mobilier. Une trentaine d'hommes en tout.

Bien sûr, Gatline en plus de la rénovation avait engagé quelques aménagement, une salle dite "de panique" en cas de danger grave, avec sorti de secours souterrain qui menait à une crique d'où Edorel pouvait rejoindre Zozolulu en une heure. Le salon s'était vue doté d'une grande verrière avec vue sur le jardin. Le théorbe fétiche d'Edorel trônant dans une belle armoire vitré paré de velours et de soie afin de ne pas abimer le précieux instrument.

L'endroit ne serait pas le repère d'Edorel Gatline sans son impressionnante bibliothèque de près de 8000 ouvrages, pratiquement tous censurés, mis à l'index, ou tout simplement des perles rares ne pouvant être éditer (des nanars littéraires on va dire). Oh bien sûr, il n'y avait pas que des ouvrages licencieux ou interdis, quelques manuscrit musicaux d'époques et de styles divers et variés, des manuels d'ingénierie, de mathématiques, d'architecture, et d'autres sciences. Des romans, des libellés, des journaux (dont l'intégrale 2011-2012 de la revue de l'Académie des Zciences Zollernoises). Bref un peu de tout. La pièce maîtresse de cette bibliothèque était un Zamayana, le livre saint zorthodoxe, datant du 11eme siècle. Bien qu'athée notoire, Gatline avait acquis ce livre pour ses enluminures particulièrement riches en couleurs.

Six bibliothécaires furent embauchés pour permettre l'entretien de l'endroit. Qui était justement fermé au public, un prêtre un peu fou furieux, apprenant que la bibliothèque recelait de nombreux livres mise à l'index zorthodoxe, monta une expédition avec ses fidèles pour la faire bruler. Il y eu 34 blessés parmi les attaquants (dont le prêtre) et une procédure en justice pour violation de propriété privé et tentative de vandalisme toujours en cours parait-il.

Quand Gatline rentrait dans son domaine, il devait toujours vérifier que les gardes n'avaient pas tapés les bibliothécaires, le cuisinier ou les jardiniers histoire de passer le temps...


Dernière édition par Edorel Gatline le Jeu 18 Déc 2014 - 0:21, édité 1 fois
avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Domaine Gatline

Message  Edorel Gatline le Ven 11 Jan 2013 - 23:31

Note à propos du futur corps blindé motorisé...

[...] Le problème reste encore et toujours la cavalerie. Comment voulez-vous qu'un cheval puisse faire face à une arme qui lui est supérieur ? Une endurance plus importante, une capacité à prendre des coups exceptionnel, une puissance de feu équivalente à un escadron avec seulement un équipages de trois voir cinq hommes.

Soyons franc, la cavalerie vit là probablement son dernier siècle. Pourtant elle jouit d'une grande popularité encore, les beaux uniformes, les glorieuses charges, tout ces attributs ont fait de ce corps une légende vivante. Certaines femmes non-mariés cherchant parfois toute leurs vie à épouser un cavalier, fusse t-il le dernier des troufions d'un régiment de chazzeurs. On ne pourra pas dire adieux comme ça à la cavalerie. Vue que pratiquement tout ces membres sont d'extractions nobles (une vieille habitude dans les monarchies), une dissolution pure et simple pourrait avoir de grave conséquence parmi la noblesse. Tel les janissaires du grand Turcose, ces derniers n'accepteront certainement pas d'être remplacé par des engin mécanisés. Et il sont assez nombreux pour que j'y risque ma tête.

Aussi, j'ai pensé à une solution assez simple, garder les meilleurs éléments de la cavalerie, renvoyer les autres, je pense gardé la moitié des effectifs de la cavalerie, l'autre moitié étant comblé par les panzers. Nous pourrions faire cohabité les deux, mais en inversant les rôles. Le corps blindé fera office de fer de lance, pour des raisons évidentes, tandis que la cavalerie pourrait être utilisé à des fins de soutiens. Les chazzeurs, huzzards et lanziers resteront principalement des forces harcèlement, et d'éclaireur. Les dragons pourraient faire office de troupes anti-chars, avec des moyens adaptés à leur monture, je dois encore réfléchir à ce point là. Quand aux cuirazziers, j'hésite encore. Peut-être pour le combat urbain, là ou la mobilité est trop réduite pour un char et ou le cuirazzier peut tenir tête avec sa cuirasse aux tireurs probablement embusqué (pensé à une armure pour cheval justement).

La cavalerie à encore des avantages, notamment sa grande mobilité qui peut la rendre utile, surtout la cavalerie légère, et avec la moitié des effectifs en moins, il sera plus facile d'entretenir autant d'animaux, tant du point de vue de l'alimentation que de la santé (c'est les vétérinaires qui me diront merci après). [...]
avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Domaine Gatline

Message  Edorel Gatline le Jeu 21 Mar 2013 - 22:39

Le premier grand amour d'Edorel, c'était l'architecture. C'était la première chose qu'il voulut faire. Son père décida plutôt de l'envoyer à l'école militaire plutôt qu'aux Beaux-Arts. Ce ne fut pas anodin, le gout passionnel d'Edorel pour les belles pierres attira l'attention d'un de ses instructeurs qui lui suggéra de suivre la filière du génie militaire avec spécialisation en architecture. Les Beaux-Armés en quelques sortes. L'attrait pour la musique étant secondaire, les sciences mécaniques l'intéressèrent grandement. L'idée de perfectionner l'outillage nécessaire à la construction d'un bâtiment l'incita une fois son brevet de lieutenant du génie acquis à demander une dispense à ses supérieurs pour intégrer la faculté des sciences et technologies. Il en sorti avec une maitrise d'ingénierie.

Construire des forts aux systèmes bastillonnés d'une complexité à rendre fou ou doté d'un complexe souterrain courant sur des kilomètres n'était pas la seul chose qui l'intéressait. Quand il s'installa au Zollernberg, il dévora tout les ouvrages racontant la construction du canal de la Zpree, reliant la Zilverzee au golfe du Locquetas. L'un des canal les plus long du micromonde. Il en fit lors de ses tournées d'inspection, tant en tant que directeur des ZZZ que Feld-Maréchal, de nombreux croquis et plans dudit canal. Il alla également dans les territoires à l'est, visitant les ruines d'Angmar, de Persis et de Locquetas, se constituant par la même occasion un catalogue de plusieurs milliers de dessin en tout genre. Ceci dit, il en profita également pour croquer quelques femmes, discrètement, histoire de dessiner autre chose. Il dessina même les plans de son domaine pour le reconstruire.

Le style architectural n'est pas très bien fixé pour le moment, il vogue entre le néo-classicisme et l'avant-garde moderniste. On nota tout de même une certaine appréhension des rondeurs et une grande importance pour les lignes droites. Il arrive que des sortes de pilotis apparaissent dans ses dessins. Un recteur d'université à la retraite habitant Castelmore lui demanda si il y aurait une chose sur laquelle le Zollernberg pourrait être en avance sur Edoran. Edorel ne trouva pas de réponses satisfaisante, ce qui le rongea. Aussi depuis ce jour (il y a deux semaines), il y réfléchissait.

C'est en lisant l'annonce d'un jeune diplômé en architecture dans le Zozolulu Zun qu'il eut un début de réponse...
avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Domaine Gatline

Message  Charles de Hauteville le Mar 23 Avr 2013 - 0:19

Un court télégramme arriva au Domaine Gatline :

"Cher ami STOP Viens d'apprendre les résultats STOP Toutes mes félicitations privées en attendant les officielles STOP A bientôt, signé Störtebeker STOP"
avatar
Charles de Hauteville

Messages : 161
Date d'inscription : 11/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Domaine Gatline

Message  Edorel Gatline le Ven 16 Aoû 2013 - 23:59

Edorel rentra dans son maz tard le soir, il ne prit pas la peine de se prendre une collation ni de se déshabillé, qu'il alla tout de suite se coucher. La guerre était fini et il avait décidé de laisser toute la paperasse aux fonctionnaires de l'armée. Des vacances bien mérité, le Grand-Duc pourra bien attendre une semaine que le Feld-Maréchal lui fasse son rapport.

La guerre de Laurasie se termina de manière assez déconcertante, ne manquant pas d'agacer le baron de Castelmore au plus haut degré. Il appris la nouvelle de l'armistice quand celui-ci avait infiltré Byzas depuis plusieurs heures. A l'aube précisément. Il s'était amusé auparavant à se planquer dans quelques toits et bâtiments en ruines pour faire le tireur embusqué. Il décocha quelques balles en pleine poire de quelques soldats laurasiens qui trainaient dans le coin. Ce la jouant homme de l'ombre, égorgeant quelques factionnaires dans des ruelles sombres, étroites et qui sentent pas très bon. La nouvelle du cessez-le-feu se répandit comme une trainée de poudre et Edorel ne put que constater que lui et les cents dix milles péquins du CESARP se sont fait près de cent kilomètres en marche forcé en une seul journée pour rien. Il lâcha quelques jurons bien senti et autres blasphèmes plus piquants les uns que les autres, et puis s'en alla. Et en plus de ça, il a perdu une nuit pour des prunes. Il passa la triple-muraille sans prêter attention aux gardes qui, ouvrant les portes de la troisième enceinte ne purent que constater que certains avaient facilités le travail dans la nuit. Gatline arriva au camp en catimini, gagna sa tente en rampant quasiment et s'enroula dans son lit de camp en signalant à Scarmyglyone qu'il n'était pas nécessaire que le Feld-Maréchal soit dérangé pour si peu, ni par ses hommes, ni pas Muller, ni pas Wolfenbuttel.

Il se réveilla six heures plus tard vers midi ou il prit la décision de quitter définitivement son poste et de rentrer au Zollernberg. Si les laurasiens se sont permis de faire un armistice pile au moment ou les zollernois arrivent, ils seraient capables de signer la reddition voir un traité de paix avec les belondaures pile au moment ou le représentant zollernois arriverait au lieu des négociations. Bref Edorel se cassa fissa. Avec sa garde rapproché (une trentaine d'hommes ainsi que son mobilier de guerre), il attendit sur la côte l'arrivée de l'Argoz Panoptèz, le navire-espion des ZZZ ou il embarqua et avec lequel il gagna les Zorcades en huit heures.

Le lendemain, Edorel eut l'impression d'avoir la gueule de bois, il était plutôt rare qu'il dorme mal mais là c'était assez impressionnant, une tête de mort-vivants, des habits défraichis, il avait l'air d'un étudiant de première année qui vient de se réveiller de son bizutage, l'odeur caractéristique du liquide séminale, les hématomes et le marquage au fer rouge en moins... Il mit plusieurs heures pour retrouver une apparence normal.
avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Domaine Gatline

Message  Alexander Lemberg le Jeu 24 Oct 2013 - 21:51

Honorable Alexander Lemberg
Gouverneur du Silverstein
Ambassadeur plénipotentiaire en CSH
à
Son Excellence Edorel Gatline
Premier Ministre de S.A.R Louis Ier
Vicomte de Castlemore
Monsieur le Ministre,

J'ai eu vent de l'actualité politique zollernoise depuis Aarosia. Sans doute les faits me sont-ils parvenu tronqué, car je n'ai pas réussi à savoir qu'elle était la ligne politique du gouvernement quant à cette affaire de l'opéra.

Je serais tenté de moi aussi légiférer contre cet odieux spectacle, mais cela mettrait-il le gouvernement dans l'embarras ?

J'ose espérer, et je pense me faire la voix d'un bon nombre de personnes du parti, que vous saurez condamner ce genre de vilénies, sans pour autant donner raison aux nationaliztes.

Dans l'attente de votre réponse, veuillez agréer Monsieur le Ministre, mes plus sincères salutations.

Alexander Lemberg
avatar
Alexander Lemberg

Messages : 184
Date d'inscription : 06/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Domaine Gatline

Message  Edorel Gatline le Ven 25 Oct 2013 - 10:33

Son Excellence Edorel Gatline
Premier Ministre de S.A.R Louis Ier
Vicomte de Castlemore

à

Honorable Alexander Lemberg
Gouverneur du Silverstein
Ambassadeur plénipotentiaire en CSH

Monsieur l'Ambassadeur,

Effectivement, il y a eu scandale à l'opéra. Il se trouve que cela relève plus de la querelle entre partisan d'une esthétique contre une autre. Évidement le fait est qu'il y ait eu censure à renforcer la volonté de légiferer la-dessus mais comme ça signalé le PLZ, il n'y a aucune législation en la matière, cela donnera du grain à moudre pour la prochaine législature. Pour le moment le gouvernement n'a pas réagit, nous sommes en période électorale, nous laissons cette affaire décanter puis nous aviserons.

J'ose espérer que ma réponse aura soulagé vos questionnements.

Veuillez agréer, etc etc.

Gatline
avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Domaine Gatline

Message  Edorel Gatline le Lun 30 Déc 2013 - 14:17

Edorel se réveilla avec la bouche pâteuse et la gueule de bois de tout les lendemains de réveillon. Tout engourdie, il passa sa main dans sa nuque toute raide avant d'essayer de se remémorer les actions de la soirée d'hier. Il était huit heures, Gatline se levait une heure plus tôt en général mais là, comme c'était les fêtes, il se permit une grasse matinée. A coté de lui, Aloïsa dormait encore. Ils avaient encore fait l'amour comme des fous furieux, le lit était un champ de bataille. Touts les draps étaient éparpillés autour du lit, les oreillers n'étaient plus des oreillers et Gatline sentit dans son haleine un arrière-gout lui faisant déduire qu'il n'avait pas eu que la main baladeuse... Il l'a regarda, elle dormait profondément, un sourire de bienheureux sur les lèvres, les bras croisés derrières la tête, la peau d'albâtre et les seins galbés, une odalisque en somme, sans aucune faute de gout. Il l'a voyait déjà vicomtesse, bien qu'il n'ait pas encore prévue quoi que ce soit à ce sujet là. Mais se rappelant de ses devoirs, il là délaissa pour le lever. A peine avait-il posé le pied qu'il s'écroula en se levant du lit. Proférant un juron les dents serrés, il se souvint qu'il avait défait sa prothèse, celle-ci posé à coté de ses chaussures. Il rampa jusqu'à celle-ci, se vissa sa prothèse et une fois debout s'habilla vite fait.

Au petit-déjeuner, il se repassa tout le courrier qu'il avait reçu, les dernières nouvelles, les textes de lois, et tout le tralala auquel on peu s'attendre quand on est ministre, Feld-Maréchal et directeur des renseignements. Il répondit vite-fait à la demande d'entrevue de l'attaché valdisk, la missive lui semblait un brin étrange, l'auteur n'avait visiblement pas fait le lien que Gatline est à la fois MAE et Feld-Maréchal. Il ne lui en tiendrai pas rigueur. Ensuite, quel mouche avait piqué Lezingham pour nommer Gatline doyen des arts et lettres, lui, un matheux notoire. Et pire, dans une fac de gauchos (les universités zollernoises ont la fâcheuse habitude d'être très politisé). Il se serait vraiment mieux senti en science, habituellement apolitique. Il avait aussi reçu une missive des ZZZ, cacheté et crypté, en la lisant, Gatline comprit très vite le niveau de confidentialité élevée. Un ingénieur avait mis au point une technologie qui méritait d'être vue par le directeur des ZZZ. Gatline manqua de s'énerver en décryptant la missive. certes c'était une sécurité importante, mais Edorel n'arrivait toujours pas à lire correctement certains cryptages, véritablement compliqués et dont seul quelques cerveaux de l'organisation ont le secret.


Spoiler:

ZZZ a écrit:


De : Département d'ingénierie
A : Directeur

Classification : 5

4d 6f 6e 73 69 65 75 72 20 6c 65 20 64 69 72 65 63 74 65 75 72 2c 0d 0a 0d 0a 4e 6f 75 73 20 73 6f 75 68 61 69 74 6f 6e 73 20 61 72 64 65 6d 6d 65 6e 74 20 71 75 65 20 76 6f 75 73 20 76 65 6e 69 65 7a 20 61 75 20 63 65 6e 74 72 65 20 64 65 20 72 65 63 68 65 72 63 68 65 73 2c 20 6c 27 69 6e 67 c3 a9 6e 69 65 75 72 20 47 61 75 7a 7a 20 61 20 6d 69 73 20 61 75 20 70 6f 69 6e 74 20 75 6e 65 20 74 65 63 68 6e 6f 6c 6f 67 69 65 20 73 75 72 20 6c 61 71 75 65 6c 6c 65 20 69 6c 20 66 61 69 73 61 69 74 20 64 65 73 20 72 65 63 68 65 72 63 68 65 73 20 64 65 70 75 69 73 20 70 6c 75 73 69 65 75 72 73 20 6d 6f 69 73 2c 20 6e 6f 73 20 63 61 6c 63 75 6c 73 20 65 74 20 6e 6f 73 20 65 73 73 61 69 65 73 20 73 65 20 73 6f 6e 74 20 72 c3 a9 76 c3 a9 6c c3 a9 73 20 73 61 74 69 73 66 61 69 73 61 6e 74 20 65 74 20 6e 6f 75 73 20 70 65 6e 73 6f 6e 73 20 71 75 27 69 6c 20 73 27 61 67 69 74 20 6c c3 a0 20 64 27 75 6e 65 20 61 76 61 6e 63 c3 a9 20 6d 61 6a 65 75 72 20 70 6f 75 72 20 6c 65 20 5a 6f 6c 6c 65 72 6e 62 65 72 67 0d 0a 0d 0a 4e 6f 75 73 20 72 65 73 74 6f 6e 73 20 c3 a0 20 76 6f 74 72 65 20 64 69 73 70 6f 73 69 74 69 6f 6e 20 70 6f 75 72 20 74 6f 75 74 65 73 20 61 75 74 72 65 73 20 72 65 6e 73 65 69 67 6e 65 6d 65 6e 74 73 0d 0a 0d 0a 43 68 65 66 20 64 27 c3 a9 71 75 69 70 65 20 44 2d 33.

La suite de sa matinée se poursuivit dans un bain bien chaud ou il poursuivait la lecteur des divers journaux, rien de bien intéressent, la situation au Skotinos l'exaspérait. Il se demandait bien comment la Laurasie arrivait à vivre avec une politique pareil. Finalement, peut-être avait-on enfin dans le micromonde un exemple concret d'idiocracie. Il se rappela du coup la présence d'un département de politologie à la faculté de lettres de Wilhelstaufen, Edorel ne manquera pas d'aller demander l'avis à ses nouveaux administrés. Toujours en lisant le journal, il ne remarqua pas tout de suite qu'Aloïsa s'était réveillé et qu'elle était dans la salle de bains. elle était encore nue et les cheveux en bataille. Elle s'avança, entra dans la baignoire, arracha littéralement des mains d'Edorel son numéro du Neue Wilhelstaufen Zeitung, avant d'aller lui rouler une galoche mémorable. Edorel se demandait si on allait pas finir par lui reprochait une pseudo-vie dissolue avec cette fille.
avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Domaine Gatline

Message  Edorel Gatline le Mar 11 Mar 2014 - 22:44

Edorel tournait en rond dans son salon, cela faisait une heure qu'il avait terminé sa méditation mais le recueillement bouddhinste ne semblait pas lui avoir apporter la tranquillité. Aloïsa le regardait faire assis sur un fauteuil, elle avait déjà essayé de le calmer sans grand succès. Scarmyglyone restait en arrière-plan, il savait très bien que dans ce genre de situation, c'était peine perdue. Le Feld-Maréchal attendait (ou plutôt craignait) que le téléphone qu'on lui avait installé sonne. Il était évident qu'il s'attendait à une nouvelle des plus déplaisantes, et que la probabilité pour que le téléphone sonne effectivement, et qu'à l'autre bout du fil on lui annonce LA nouvelle est proche, très très proche de 1. Son esprit logique ne s'y trompait que rarement. Et cette fois-ci, il avait prié très fort pour qu'il se trompe.

Pourtant, et sans doute tout les généraux le lui aurait signifier, tout a été fait pour que le Zollernberg ne tire pas le premier coup. La moindre riposte, même un pet déculotté au nez d'un krasseux ne devait être, et ne devait être rien d'autre, rien de plus, qu'une riposte. Sans doute Edorel était-il dans la même situation que les quelques deux-cents milles soldats des armées zollernoise. L'angoisse, le trac, et le stress à l'approche d'un évènement que même les plus aguerris n'aiment pas voir venir. Ainsi donc, il tournait en rond dans son salon, comme un lion en cage. Une question vint lui triturer l'esprit. Est-ce que le Grand-Duc serait prévenue avant, après ou en même temps que lui ? Il était comme un comédien un soir de première.

Relevant la tête comme si il avait eu un éclair de bon sens, il enleva sa veste d'uniforme qu'il avait déjà déboutonné en rentrant chez lui. Il sorti, en chemise, pantalon et ciré noir, dans le jardin puis traversa le champ d'olives qui sépare sa demeure d'un petit chemin en pente qui mène vers une plage. C'était le soir et un soleil rouge disparaissait petit à petit derrière l'horizon, Aloïsa le suivit pour veiller à ce qu'il ne fasse pas de bêtise. Edorel passa par la petite porte de derrière du muret qui entoure son domaine et descendît des marches en poutres de bois jusqu'à une petite crique ou il y avait une plage de galet. Ici, il enleva ses bottes, et tout habillé, il se jeta dans l'eau. Sa compagne le laissa faire de loin, de toute façon, elle savait qu'il avait entrainé son apnée. Sans doute était-ce là son ultime recours pour se chasser les idées noires de l'esprit.
avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Domaine Gatline

Message  Prince Zabrücksi le Ven 4 Avr 2014 - 19:12


Son Altesse le Prince Zabrücksi,
Président du Parti Conservateur Zollernois

à Monsieur le Vicomte de Castelmore
Président des Whigz

Hôtel de Nazzau, Whilelstaufen
Le quatre avril 2014

Monsieur le Vicomte,

C'est l'arrivée prochaine des élections qui me pousse à prendre contact avec vous. D'après les sondages, il semblerait que le parti conservateur arrive en tête des élections. Je pense remporter les circonscriptions de Zollenheim, Kreuzeunbourg, Whilelstaufen et Zotterdam.

Soucieux d'établir un gouvernement élargi, je veux bâtir une équipe qui comprenne toutes les tendances de l'opposition actuelle. Nos collègues du centre-droit du Zentrum ont été sensibles à cet appel, et nous avons décidé de faire liste commune.

Je viens vous proposer de rejoindre notre grande coalition. Nos positions sur les affaires intérieures sont très différentes, mais je crois que nous sommes sur la même longueur d'onde en ce qui concerne les affaires extérieures. Si vous avez été cruellement désavoué par Muller, qui n'a pas tenu compte de l'énergie et de l'activité que vous avez déployé à Wilhelmshof, sachez que vous avez convaincu les conservateurs. Nous avons apprécié votre fermeté teinté de prudence lors de la crise édorano-krasslandaise, et nous considérons que vous avez fait honneur à longue tradition d'ouverture de la diplomatie zollernoise en vous rendant au sommet de Valdrak.

Je viens vous proposer une entente, qui ne prendrait lieu qu'au second tour. Si les Whigz accepte de me soutenir dans l'hypothèse où je deviendrai Premier Ministre, je m'engage à vous reconduire dans votre poste de Ministre des Affaires étrangères. J'aimerai que vous continuez votre travail, que j'apprécie. Comme vous, je souhaite l'affermissement de la Triple-Alliance, un élargissement de la diplomatie zollernoise à Abalecon, Armara ou la Francovie, ainsi qu'une modernisation de notre outil militaire. Je sais également l'importance que vous accordez à la Terre-Marialyn, et comme moi, vous déplorez le désintérêt complet du gouvernement actuel pour ce territoire. Aussi, si vous me rejoignez, je ferais en sorte de vous donner les moyens, et les hommes pour développer la base Johann-Ulrich von Pikkendorf.

Je suis convaincu que nous pouvons trouver un terrain d'entente, et bâtir les bases d'un grand ministère pour le Zollernberg.

Dans l'attente de votre réponse, et en espérant que vous accorderez à ma missive une complète attention, recevez les marques de mon profond respect.

Franz Molenkopv von Zabrücksi.

______________
Son Altesse le Prince Franz Molenkopv von Zabrücksi,
c.s.t, g.o.c, c.o.e.z, c.z., c.a.a.

Prince Zabrücksi (Zollernberg & Zabrück-Crassauerstein) & Pair de la Couronne
Comte de Meinhof (Kolstein) & Baron de Huezel (Wasserland)
Seigneur de Pratz (Zabrück) & de Breztlitovsk (Zaxe)
Chancelier de Zollernberg
Vice-Roi, gouverneur général des Zindes
Ambassadeur plénipotentiaire extraordinaire (en disponibilité)
Amiral de la Flotte
Colonel de l'Armée zollernoise (sans affectation)

Prince Zabrücksi

Messages : 408
Date d'inscription : 13/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Domaine Gatline

Message  Edorel Gatline le Mar 8 Avr 2014 - 21:55

Edorel et Aloïsa étaient dans le lit conjugal après leur petite affaire. Cette fois-ci, le vicomte s'était montré plutôt mollasson, lui qui d'habitude avait plutôt eu tendance à satisfaire sa compagne de manière plus adéquate. Ce changement n'était pas passer inaperçue par la belle qui ne manqua pas de s'en inquiéter. Elle s'étira se retourna vers son homme et se posa sur son torse glabre tout en glissant une jambe entre les siennes. Edorel fit fi de d'avoir rien remarqué, fixant le plafond de ses yeux, tandis qu'Aloïsa promenait ses doigt sur le corps de son homme comme si il s'agissait des cordes de son violoncelle.

« -Il y a quelque chose qui ne va pas ? Demanda t-elle.

-Il y a une semaine, j'ai dis à Müller d'aller se faire voir et lui ait claqué la porte au nez. Je m'en suis senti tout ezbaudi de me sentir libérer de sa lourdeur. Tout ça pour me retrouver avec le Whigz qui semble en avoir plus souffert que profiter. Ça la fout mal pour les élections.

A force de vivre aux Zorcades, Edorel commençait à avoir des éléments de vocabulaire et du patois zorcadiens.

-Bref, c'est pas pour tout de suite le retour des beaux jours.

-Ça sera pour la prochaine fois alors ! Essaya t-elle pour le rassurer. Il soupira.

-Ma pauvre, si seulement c'était aussi simple, entre les intrigues, les coups bas et les traîtrise, j'ai plus l'impression de pouvoir compter sur un ennemie militaire plutôt que sur un ennemie ou un allié politicien. Il n'y a jamais d'alliés en politique, et toute alliance n'y est que temporaire. Crois-moi, tôt ou tard je me ferai jeter du Whigz comme un malpropre. Et le parlement c'est pas mieux, une cour de récréation d'une maternel sera toujours cent fois plus calme. Chaque fois que quelqu'un monte au perchoir et je te jure que tout ce que je te dis n'est rien de plus que la vérité, faut toujours qu'il y en ait un qui gueule. Pour une raison ou une autre il y en aura toujours au moins un pour bien signifier qu'il n'est pas content. Et sans proposé quoi que se soit pour mettre tout le monde d'accord.

-C'est pas le travaille de l'opposition ?

-Si, mais ils le font mal, de toute façon, de gauche ou de droite, un politicien fera toujours quelque chose de mal, même cuire des pâtes ou boutonner sa veste.

Il soupira encore une fois.

-Au fond, j'aurai peut-être pas due me lancer en politique, j'aurais même pas due accepter d'être Feld-Maréchal.

-Pourquoi tu dis ça ?

-Quand je suis arrivé au Zollernberg, j'ai été recruté par le Grand-Duc.

-Tu lui a laissé une annonce ?

-Mieux que ça, ils sont venus me chercher. Mon dossier a du en intéressé quelques uns et ça a remonter aux oreilles du gros. Il m'a recruter comme ''conseiller spéciale'', mais en fait j'étais son homme de main.

-Pour ça seulement ?

-Aloïsa, j'avais un appartement de fonction dans les beaux-quartiers de Wilhelstaufen, à deux minutes de Cobourg, je pouvais même aller crécher au palais quand j'en avais envie ! Je voyais le Grand-Duc tout les jours. Et en plus mon appart était tenue par deux bonnes femmes de ménages triballes bien porté sur la chose que j'ai surpris plusieurs fois dans des positions pas très zorthodoxes. Je pense que Louis me les a collés exprès à moi, peut être pensait-il que j'étais coincé.

Elle lui fit des gros yeux.

-T'inquiète pas, la soubrette c'est pas mon genre. Quoi qu'il en soit c'était la belle vie. J'étais payé comme il faut, logé, nourri, blanchis au frais de la princesse et quand j'étais pas en mission particulière, j'en profitais. Lui aussi d'ailleurs, grâce à moi il pouvait faire des tas de choses que la constitution ne lui permettrait pas. Tu te souviens que le père Zab' s'était fait sévèrement tapé sur les doigts après le soulèvement de Kreuzeunbourg  ?

-Oui.

-C'était en partie grâce à moi. Héhéhé. Le bougre, il avait fallut que je me dénonce moi-même pour qu'il sache d'ou venait la fuite. Le pire, c'est qu'il l'a bien pris et que j'ai due travailler avec lui.



Jusqu'à ce que ce crétin foute la merde en Edredonie avec pour seul récompense un obus en pleine bidoche. Et puis les événements se sont enchaînés.

Elle le regardait avec un regard interrogateur.

-Tu ne m'a jamais raconté tout ça.

-Disons que je ne m'étant pas des masses sur mon passé. Je ne suis qu'un mercenaire à la base. Et encore, j'aime pas ce mot, trop négatif, je préfère l'yssois ''condottyere'', ça fait plus haut de gamme, ça différencie du bourrin qui pille viole tue et vole pour avoir son salaire. Si on en apprenait un peu trop sur mon ancienne vie, ça ne profiterai pas à moi.

-Et c'était comment ?

-T'aurais pas apprécié je pense, courir d'un pays, d'une guerre et d'un employeur à un autre, parlé plusieurs langues très mal, dirigé ou entraînés des troupes mal équipés ou mal commandés. Au moins j'aurais vue du pays. Et j'ai poussé jusqu'au Mnibet figure toi.

-Tu devrais en écrire un livre.

-Ça sera court, crois moi.

-Et sinon, tu va lui répondre au Prince ?

-J'ai pas envie. Déjà que j'ai appris que Lemberg s'est définitivement accoquiné avec lui, le lendemain même ou je discutais d'essayer de le faire revenir. Avoue que la coïncidence est assez troublante. Quoi qu'il en soit, j'ai plus qu'une idée à l'esprit : virer les gauchos du parlement.

Après quelque instants ou il parut réfléchir à autre chose...

-Finalement j'aurais peut-être due commencé par briguer la mairie de Castelmore. »
avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Domaine Gatline

Message  Edorel Gatline le Jeu 10 Avr 2014 - 22:19

Monsieur le Vicomte de Castelmore
Président du parti Whigz
à
Son Altesse le Prince Zabrücksi,
Président du Parti Conservateur Zollernois
Maz Gatline, Castelmore
Le 10 avril 2014

Votre Altesse,

D'après les sondages, vous êtes donné vainqueur, soit. Mais je serai vous je m'en méfierai,
« Souvent l'avys varye ;
Byen taré quy s'y fye. »

Pour réadapter au contexte la citation d'un célèbre doge. Et je pense avoir suffisamment d'expérience pour vous confirmer l'inconstance de l'opinion publique. Mais vous me demandez de m'exprimer sur l'éventualité d'une alliance avec les conservateurs, alors je m'en tiendrais à cette interrogation. J'ai lu votre programme, je l'ai reçu hier. Je peux dire que vous ne vous démarquez pas de vos habitudes, peut-être est-ce une sage décision. Sans doute avez-vous en souvenir la défaite cuisante du Whigz quand celui-ci a tenté l'ouverture à gauche (juste un peu pourtant, rien de bien méchant). Et voyez ce que cela m'a coûter. Certes il y a eu la trahison de Lemberg pour remuer le couteau dans la plaie, mais je pense le pardonner, quand il verra que vous êtes trop à droite et moi trop proche du centre-gauche, ça va lui faire tout drôle, mais je ne vous écris pas pour dire du mal de lui je pense.

D'après les sondages qui vous prédisent la victoire, je constate une légère remonté de mon parti, au détriment des libéraux. Justement parlons-en, sans doute êtes vous au courant de ce que nous pouvons appelés – je le pense en toute sincérité, et en toute honnêteté, avec le tact qui convient à tout bon gentlemanz – du ''coup de pute'', que dis-je, du coup en traite, que m'a sans doute (peut-être, en tout cas, fort probablement) tendue cette teigne de maurésien, et qui me vaut aujourd'hui d'être accusé par la gauche de tout les maux. Je me doutais bien que les alliances politiciennes ne tenaient à pas grand chose, mais là, cela a dépassé mes pronostiques. Il va s'en dire, et sans doute pour votre plus grand plaisir, que plus jamais il sera question d'alliance entre le Whigz et le PLZ, même au niveau local. Toutefois, attendus que vous espérez ardemment un rapprochement entre votre parti et le mien, je pense avoir suffisamment réfléchi sur la question et porté à maturité la réponse que je vous formule à cette instant : non.

Non Monsieur le Prince, le Whigz ne rejoindra ni ne soutiendra le PCZ durant ces élections ainsi que durant le mandat à venir. Plusieurs raisons à cela, la divergence de nos opinions pour commencer. Un grand classique certes mais qui a le mérite d'être efficace, surtout quand on est à court de raisons, ou d'inspiration. Mais pour cette fois, en plus ce ça, le fait que vous avez « demandé la main » de mon ex-poulain Lemberg, le divorce est entre lui et moi consommé, même si je n'ai pas eu le plaisir d'y goûter. Il m'en aura laissé que les miettes le bougre.

De plus, mon intention étant d'éliminer autant que possible la présence libéral au sein du parlement (vue que mon champ de manœuvre est des plus limité) , je n'ai guère d'autre options que de militer sur les ratés du gouvernement actuel pour lequel, fort heureusement je n'ai guère participer. Si j'arrive à ne laisser disons, allez quinze sièges au libéraux, je serai pleinement satisfait. Bien entendue, ne vous méprenez pas sur mes intentions, le Whigz n'a aucunement l'intention de vous assister et je ne tiens pas à revenir dans un ministère, j'ai eu ma dose pour ainsi dire. Vous aurez au moins, une opposition qui vaudra quelque choses

Toutefois, vous m'interpellez sur votre volonté de ressayer rétablir des négociations avec le Krassland, lisez bien ce qui va suivre. Vous voulez rattraper le coup ? Soit, c'est tout à votre honneur. Et pour ça, je veux bien vous aider.

Il y a deux choses qui satisfont un krasslandais : la savonite et les gulbars qui peut éventuellement en tirer. Sa femme n'arrive qu'en troisième position. Une forme d'abstinence sexuelle due à un impératif économique qui ne manquera certainement pas d'intriguer un ethnologue. Si vous voulez satisfaire ET le Krassland ET le Zollernberg, caressez nos chères voisins là ou ils adorent. En gros sortez le chéquier. C'était dans les options de négociations que j'avais prévue avec Müller. Il y a actuellement en Zollernberg trois gisement de savonite : deux dans les savonifères, et un dans le Crassauerstein. Tout trois largement sous-exploité (on y creuse encore à la pioche et la plus grande compte à peine cents employés) et aussi isolé des populations. L'impact sur la santé, contrairement à l'impact sur la nature ne devrait pas s'en sortir trop mal si on leurs donne l'exclusivité de la prospection, extraction, raffinage et exportation de la savonite dans ces mines là. Et ceci ad vitam aeternam, ou du moins jusqu'à épuisement des filons.

Je me doute bien que cela n'est pas pour vous plaire de laissez les krasseux s'enfoncer aussi profondément en Zollernberg. Mais quand ils verront les profits que ces mines vont dégager (avec juste une taxation symbolique bien entendue, faut bien en profiter), je pense qu'ils accepteront la perte du Krassland-Oriental. De toute façon, ces trois mines là valent bien plus qu'un bout de province. Bref cette solution peut se résumer ainsi : « Tais-toi et prend l'argent. » Bien entendue avec cela, pensez à rajouter l'autorisation pour les navires krasslandais d'emprunter le canal du Wasserland, la reconnaissance des minorités krasslandophones et des aménagements spécialement prévue pour (affichage bilingue et tout le tralala).

Si avec ça ils continuent quand même à vouloir rependre le Wasserland alors là je ne vous serez plus d'aucune utilité, ce sont là les contre-parties les plus susceptibles de fonctionner avec eux. Il vous faudra vous montrer plus imaginatif. Au pire, les trois îles qui ne nous servent à rien (Nouvelle-Zaxe, Windzau et Pilzen) sauf à leur faire sentir qu'ils sont pris en tenaille pourrait ne plus figurer dans la liste de nos revendications territoriales. N'oubliez pas qu'on contrôle déjà la moitié du continent nord, je pense que nous avons largement de quoi suffire.

Sinon à part ça, sachez que je puis vous assurer qu'à défaut d' être un allié, je serais pour vous un adversaire fidèle. L’avantage avec les ennemies c'est que eux ne vous trahirons jamais.

Veuillez agréer etc etc.

Gatline.

P.S. : A ce propos, surveillez Lemberg, si il a de l'ambition, des moyens et surtout une bonne occasion, il vous faudra veiller sur vos arrières. Enfin je dis ça, je dis rien …
avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Domaine Gatline

Message  Prince Zabrücksi le Ven 11 Avr 2014 - 13:12


Son Altesse le Prince Zabrücksi,
Président du Parti Conservateur Zollernois

à Monsieur le Vicomte de Castelmore
Président des Whigz

Hôtel de Nazzau, Whilelstaufen
Le onze avril 2014

Monsieur le Vicomte,

J'ai bien reçu votre courrier et vous remercie de votre réponse rapide.
Je prends acte de votre refus, et vous rappelle que je ne ferme pas la porte au cas où vous changerai d'avis. Si je puis me permettre, vous ne devriez pas considérer la politique comme des querelles d'ego. C'est le simple programme politique qui doit primer. Il y a des personnes avec qui je ne m'entends pas dans mon parti, mais je ne leurs demande pas de vivre avec moi, seulement de travailler avec moi. La politique ne doit pas être une affaire de vengeance, mais uniquement un service des Zollernois. L'ego ne rentre pas en ligne de compte.
Croyez bien que je regrette votre décision, car certaines de vos propositions son intéressantes. Votre idée d'apaiser les tensions internationales autour d'une gestion commune des savonites est intéressante, et je n'y avais pas pensé, même si je doute que cela suffise.
Quant à nos iles, elles ne sont pas là pour nous servir. Elles font partie de la nation zollernoise, et il est du devoir de notre État de les protéger et de veiller à leur développement.

En espérant vous recroiser au Parlement ou ailleurs, recevez Monsieur le Vicomte l'expression de mes sentiments distingués.

Franz Mv Zabrücksi.

______________
Son Altesse le Prince Franz Molenkopv von Zabrücksi,
c.s.t, g.o.c, c.o.e.z, c.z., c.a.a.

Prince Zabrücksi (Zollernberg & Zabrück-Crassauerstein) & Pair de la Couronne
Comte de Meinhof (Kolstein) & Baron de Huezel (Wasserland)
Seigneur de Pratz (Zabrück) & de Breztlitovsk (Zaxe)
Chancelier de Zollernberg
Vice-Roi, gouverneur général des Zindes
Ambassadeur plénipotentiaire extraordinaire (en disponibilité)
Amiral de la Flotte
Colonel de l'Armée zollernoise (sans affectation)

Prince Zabrücksi

Messages : 408
Date d'inscription : 13/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Domaine Gatline

Message  Edorel Gatline le Sam 1 Nov 2014 - 18:32

Edorel tournait en rond dans son domaine tel un lion dans une cage. Il attendait depuis trop longtemps les résultats des élections et commençait à se demander si il n'y aurait pas anguille sous roche. Ça plus les évènements qui secouent Edoran depuis quelques temps et la menace d'une énième invasion de la CSH par le petit potentat noddien. Sans oublier une quasi-pandémie de ce que les armaréens appellent une flémingite, y a pas à dire, le micromonde par en couille dans toutes les directions. Les problèmes s'additionnant puis se multipliant (loi exponentielle et empirique qu'Edorel encore jeune étudiant avait théorisé), il fallait ajouter à cela que sa tête avait été mis à prix par un petit pays qui lui semblait être loin derrière lui à des années-lumières. Il ne s'en souciait guère outre-mesure, sachant avec la flotte zollernoise il l'aurait dévasté à temps pour l'heure du thé et que sa position de Feld-Maréchal le rendait virtuellement intouchable. Mais il craignait que certaines personne toutes proches (au Zollernberg au moins) flairent la bonne affaire.

Dans tout ça, les Zorcades ressemblait à un îlot de tranquillité. Quant au comte de Castelmore, il s'occupait comme il le pouvait. En bon exploitant, depuis qu'il était rentré du micrarctique, il veillait à la gestion de son domaine. Il avait fait planté plusieurs hectares d'oliviers et d'arbres fruitiers que l'on trouve habituellement dans les Zorcades et disposait d'un cheptel d'une centaine de chèvres. Edorel est un grand amateur de fromage de chèvre, mais depuis qu'il habite au Zorcades, il n'a pas réussit à s'habituer à certaines variétés de fromage à l'odeur plus qu'indélicate.

Quand il n'avait pas à s'occuper de ses terres, il gérait d'autres affaires, celle des ZZZ notamment, depuis que Zabrucksï avait démantelait ce qui avait fait tout le charme et l'intérêt de cette organisation, on s'y ennuyait ferme. Et le projet de renseignement militaire d'Edorel avait des bâtons dans les roues à cause de certains de ses généraux, vieux grabataire qui pensent encore qu'une ligne de fantassins bien habillés peut gagner des batailles. Le Feld-Maréchal qu'il était pensait sérieusement à pratiquer une purge, une bonne vieille purge comme les turcoses savent les faire. Son sang turcose (de par sa mère) ne faisait qu'un tour dans ses veines à cette idée là.

Aloïsa arriva en courant derrière lui, elle semblait exciter.


<<Eh bien ma chère ? Je ne te vois pas souvent avec ce sourire là ?

-J'ai trois semaines de retard sur mes règles !

-Et ? Edorel n'avait visiblement pas compris l'allusion.

-(soupir) Je suis allé voir le docteur, il est formel Edo ! Elle passa la main sur son ventre.

-Euh...>>

Encore un exemple de la légendaire répartie d'Edorel Gatline, dans sa tête un engrenage se décoinça, puis un autre, et ainsi de suite. Le temps qu'il comprit que sa descendance lui était assuré, sa moitié avait retrouvé son radieux visage. Il passa ses bras autour de la taille et l'enserra contre lui. Leur lèvres se rencontrèrent. L'instant câlin dura quelques temps, puis Aloïsa reprit.

<<Tu devrai inviter quelques de tes amis à diner, on ne les vois pas souvent tu sais.

-Mmmh, tu as peut-être raison. A qui penses-tu ?

-Je ne sais pas, le Kronprinz ?

-Ça serait audacieux, mais je doute notre frugalité lui convienne, je crains qu'il ne finisse comme son père.

-Débrouilles toi. Tu as le bras long, je m'étonne encore que peu de gens viennent manger dans ta main.

-Pourquoi pas ce dissident valdisque ? Gorilov. Ça fait des semaines qu'il vit au crochet du Duc de Silverstein. Il lui fait les bottes mais je doute qu'il en retire quoi que ce soit.

-Mais... Aloïsa avait entendue parler de Pavel Gorilov. Comment on va le faire venir ici ? Il n'y a quasiment pas d'alcool ?

-Ma chère, c'est pour ça qu'on va compenser avec de la viande rouge. Scarmyglyone !>>

L'éternel zidekick débarqua d'on ne sait-ou.

<<Maître ?

-Allez trouver le boucher et commande lui ses plus belles pièces.

-Bien maître.

-Ma chérie, tu n'est pas végétarienne j'espère ?

-Je n'en suis pas encore réduite aux idées de Richtofen mon chérie.

-Il y a des moments ou je t'adore vraiment tu sait.>>

Il lui glissa un baisser à la dérobée et s'en alla écrire un ordre à ses gens pour faire venir Gorilov chez lui. Il était encore sous protection rapproché des ZZZ.

<<Et en plus le soleil des Zorcades lui fera le plus grand bien !>>
avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Domaine Gatline

Message  Prince Zabrücksi le Mar 16 Déc 2014 - 22:40

Un peloton de la prévôté de Zozolulu avait été mis en branle. Ceux-ci, après avoir fait bruyamment claqué les portes de leur fiacre, se présentèrent devant le domaine Gatline.
Ils passèrent la grille ouverte et demandèrent à entrer dans la propriété. Un domestique ne sachant que trop faire, entrebâilla la porte. Les forces de l'ordre le bousculèrent sans ménagement et pénétrèrent dans le domicile. Le dernier venu tendit au domestique un mandat d’arrêt pour justifier cette intrusion et l'interpella en ces termes.


- Sergent Ebert, prévôté de Zozolulu. J'ai ordre d'interpeller le dénommé Edorel Gatline, comte de Castelmore. Faites quérir votre maître.
-

______________
Son Altesse le Prince Franz Molenkopv von Zabrücksi,
c.s.t, g.o.c, c.o.e.z, c.z., c.a.a.

Prince Zabrücksi (Zollernberg & Zabrück-Crassauerstein) & Pair de la Couronne
Comte de Meinhof (Kolstein) & Baron de Huezel (Wasserland)
Seigneur de Pratz (Zabrück) & de Breztlitovsk (Zaxe)
Chancelier de Zollernberg
Vice-Roi, gouverneur général des Zindes
Ambassadeur plénipotentiaire extraordinaire (en disponibilité)
Amiral de la Flotte
Colonel de l'Armée zollernoise (sans affectation)

Prince Zabrücksi

Messages : 408
Date d'inscription : 13/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Domaine Gatline

Message  Edorel Gatline le Mer 17 Déc 2014 - 13:09

Ce fut Scarmyglyone qui l'avertit de l'intrusion de la prévôté en sa demeure, Gatline ne s'étonna point qu'on vienne le chercher.

-Va mettre Aloïsa à l'arrière, et prépare toi, au cas ou.

Puis il descendît voir ce qu'il se passait. Entre-temps, les gardes du corps de Gatline avaient rejoint les prévôts. On sentait bien la tension dans le lieux. Les gardes du corps de Gatline ne sont pas des militaires mais des agents de sécurité privé. Des mercenaires en gros. Gatline l'avait souhaité pour ne pas user de militaires en services pour sa propre sécurité, question de conflit d'intérêt. Ce sont des zollernois pour la plupart, dirigé par un colosse persien du nom de Antimachos. Celui-ci faisait face au sergent Ebert, qui semblait tout petit à coté. L'arrivé du maître des lieux sembla refroidir les ardeurs de chaque coté. Le colosse fit un pas de coté pour laisser Gatline se mettre en face du sergent. Malgré qu'ils soient de taille à peu près similaire, le prévôt semblait encore minuscule.

-Je sais pourquoi vous êtes ici, messieurs. Ce que je sais aussi, c'est que la personne qui vous envoie abuse de ses prérogatives. Pensez vous sincèrement que l'on peut arrêter un candidat aux législatives ?

L'information n'avait sans doute pas atteint Zabrucksï, mais Edorel avait pris ses dispositions par rapport au Whigz et aux prochains scrutins.

-Voyez-vous, je soupçonne des raisons plus terre à terre et bien moins nobles, qui ont poussés le premier ministre à prendre une mesure pareil. Si vous ne souhaitez pas être complice d'un acte d'arbitraire, en plus de provoqué des émeutes...

L'arrestation du président du Whigz, à l'aube des législatives pourrait bien provoquer des troubles bien plus graves qu'une simple épidémie. Avoir un parti politique derrière soi peut être utile. Gatline remarqua que le sergent qu'il avait en face de lui tentait de rentrer sans grand succès une petite bedaine qui dépassait du dessus de la ceinture. Heureusement que Gatline n'avait rien à cacher.

-Maintenant retournez à votre caserne et allez dit à qui vous savez que je daignerai me rendre moi-même si j'étais responsable d'un crime de sang ou d'avoir laissé des armées ennemies envahir le pays. Ce qui n'est pas le cas. Il se tourna vers Antimachos. Raccompagnez ces messieurs à l'extérieur. Je n'ai pas de temps à perdre avec ça.

Plus loin, il alla retrouver Scarmyglyone.

-J'ai quelques planification à faire pour les prochains jours. Hélas, pour les braves il n'y a nul repos.
avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Domaine Gatline

Message  Prince Zabrücksi le Jeu 18 Déc 2014 - 0:56

 Le sergent Ebert, un temps décontenancé, se reprit rapidement, et ne se laissa pas impressionner.


- Suffit ! J'exécute des ordres, et je ne suis pas là pour en discuter ! Et vous plus qu'un autre, vous devriez le savoir, l'obéissance est la première vertu soldat.


Toisant les colosses qui l'entouraient, il ajouta :


- Au nom de la loi, je vous arrête. Devons-nous employer la force et vous reprochez une entrave à la justice ? Passez lui les menottes et notifiez à l'interpellé ses droits.


Un soldat s'avança vers Gatline et lui tendit une copie du mandat d’arrêt :


 Tribunal de Première Instance de Whilelstaufen




MANDAT D’ARRÊT 

 

Nous, Ernst-August von Erwilztoben, vice président chargé de l'instruction au tribunal de grande instance de Whilelstaufen,


Vu l'information concernant,


Edorel Gatline, Comte de Castelmore


mis en cause pour les infractions suivantes: crime de lèse-majesté, et haute trahison.


Mandons et ordonnons à tous huissiers ou agent de la force publique de rechercher et de conduire à la maison d’arrêt de notre siège la personne concerné et requérons tous dépositaires de la force publique auxquels le présent mandat sera exhibé de prêter main forte à son exécution.


Erwilztoben. 
 

______________
Son Altesse le Prince Franz Molenkopv von Zabrücksi,
c.s.t, g.o.c, c.o.e.z, c.z., c.a.a.

Prince Zabrücksi (Zollernberg & Zabrück-Crassauerstein) & Pair de la Couronne
Comte de Meinhof (Kolstein) & Baron de Huezel (Wasserland)
Seigneur de Pratz (Zabrück) & de Breztlitovsk (Zaxe)
Chancelier de Zollernberg
Vice-Roi, gouverneur général des Zindes
Ambassadeur plénipotentiaire extraordinaire (en disponibilité)
Amiral de la Flotte
Colonel de l'Armée zollernoise (sans affectation)

Prince Zabrücksi

Messages : 408
Date d'inscription : 13/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Domaine Gatline

Message  Feu le Duc de Silverstein le Jeu 18 Déc 2014 - 4:11

Peu avant l'intrusion des forces de l'ordre, Gatline avait reçu un courrier marqué du sceau des Silverstein :




MAISON DE SILVERSTEIN


Très Noble Ozcar Schrening von Watersee, Duc de Silverstein, etc.

Feld-Maréchal Noble Comte de Castelmore


Cher Comte,


J'ai appris par la position que me procure mon ministère, les récentes injustices, entraves à la procédure et vice de forme dont vous faites l'objet. Je ne puis que vous enjoindre la plus grande prudence, Monsieur le Prince ne jure que par votre perte. Je souhaite mettre à profit mes talents d'avocat. J'ai certes prêté serment il y a fort longtemps au sortir de la faculté de droit de Wilhelstaufen et n'est certes jamais plaider, mais j'ai pour moi quelques bons conseils que je saurai vous prodiguer de manière judicieuse et fort à profit. Peut-être ne le saviez-vous pas, mais j'ai acquis de mon grand-père le duc Alexander, fondateur du Cabinet Watersee & Associés, la meilleure des formations à ce métier que les affaires de l'état et la gestion des domaines de ma famille ne m'ont guère permis d'exercer autrement qu'en étant associé à la conduite du cabinet familial. Aussi, mon souci de la justice et l'amitié que je vous porte me pousse à assurer gracieusement votre conseil juridique.

Dans l'attente de votre réponse, recevez, cher comte, l'assurance de ma haute considération.


Ozcar, Duc de Silverstein


avatar
Feu le Duc de Silverstein

Messages : 196
Date d'inscription : 22/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Domaine Gatline

Message  Edorel Gatline le Jeu 18 Déc 2014 - 12:42

Gatline jeta un regard noir sur le papier, un regard très noir, plus noir qu'une nuit sans étoiles. C'est fait, il est en colère.

-Vous moquez-vous que moi ? Vous voulez me faire passer ce torchon écrit à la main et sans sceau pour un papier officiel ?! Vous pensez que je vais me rabaisser à cette enfantillage ! Vous insultez un serviteur du Zollernberg, et vous humiliez un noble qui a infiniment plus mériter son titre que bien d'autres dont je tairais le nom !! Je ne vous permet pas de porter la main sur moi messieurs !

Un des bergers zollernois que tient un garde du corps en laisse commença à grogner.

-Expulsez-les d'ici ! Quant à vous sergent, allez-dire à celui que vous envoie que je ne plierais point devant ses menaces, même si il me donne rendez-vous sur le pré aux clercs. Enfoncez-vous ça dans la tête !

Sans dire au revoir, Edorel se retira définitivement, Antimachos lui n'exécuta pas l'ordre de son employeur avec le dos de la cuillère. Il chopa le sergent et le porta sur son dos comme un fétu de paille. Le prévôt eu beau protester, le persien restait insensible, à lui comme à ses subalternes qui étaient reconduit sous bonne escorte vers leur fiacre. Et c'est à peine si ils n'avaient pas été jetés dehors au sens propre.

Gatline écrivit une réponse au Duc de Silverstein avant de prendre l'avion pour la capitale.





MAISON DE CASTELMORE

Monsieur le Comte de Castelmore

à

Monsieur le Duc de Silverstein

Cher Duc,

Je ne redoute que deux choses en ce micromonde, la bêtise humaine, et ma mère. Heureusement pour moi, voila bien longtemps qu'elle a quitté ce monde. Votre beau-frère ne me fais guère peur. Les menaces qu'il prodigue à mon encontre ne sont que des illusions qui cachent mal ses craintes envers moi. Il ne ressent que de la jalousie d'avoir été affecté par la maladie, sans doute aurait-il fait ce que j'ai fait durant cette épidémie. Mais il n'en fut rien. Peut-être même n'aurait-il pas rendue son pouvoir si le destin n'avait pas vue les choses autrement. J'estime n'avoir aucun compte à rendre à qui que ce soit, sauf au Grand-Duc. Votre proposition est acceptable, mais pour l'instant j'estime ne pas en avoir besoin. Le fait d'avoir déposé ma candidature pour les prochaines législatives m'ont rendue intouchable. M'arrêter et me faire mettre en prison à la veille d'un scrutin ne peut lui être que nuisible. Le regain de sympathie pour ma personne pourrait faire penser la balance en ma faveur, si elle ne provoque pas des émeutes. Je pense qu'il est assez intelligent pour ne pas tenter le diable.

Nous nous reverrons au conseil de défense.
Veuillez agréer Monsieur le Duc, etc etc.

Gatline.
avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Domaine Gatline

Message  Edorel Gatline le Mar 20 Jan 2015 - 23:16

Edorel était perché sur le berceau regardant d'un air autant étonné qu'intrigué le résultat de ce qu'il avait fait neuf mois auparavant avec Aloïsa, juste avant qu'il ne part pour le Micrarctique. Deux filles, deux jumelles et ainsi débuta le lignage de la maison Gatline. Il est vrai que le comte de Caztelmore avait remarqué que sa femme avait le ventre plus gros que la normal, mais n'avait jamais fait le rapprochement avec l'éventualité que le produit fini soit livré en double exemplaire. Sans doute avait-il pensé que son premier enfant serait dodue, en fait non.

Les deux enfants dormaient dans leur berceau, la mère aussi juste à coté dans le lit. La sage-femme avait expliqué que l'accouchement avait été laborieux mais s'était bien passé dans l'ensemble. Tout en congratulant le père. Le taux de gémellité dans les Zorcades selon elle est de 5 cas pour 1000 naissances. Ce qui correspond (toujours selon elle) à la moyenne du pays. En fait c'est surtout parce qu'elle n'a fait naître que cinq paires de jumeaux en trente ans de service qu'elle est arrivé à cette conclusion. Avant de partir elle indiqua qu'il valait mieux laissait tout ce beau monde dormir. Elle demanda avant de partir si il souhaitait prévenir le curé de Caztelmore (le père Don Papagenys) pour le baptême.

Le regard noir que lui jeta Gatline à la figure la fit décamper en quatrième vitesse. De toute façon, le clerc ne lui en tiendra pas rigueur, il connaît ses opinions à ce sujet. Tout le monde connaît les opinions du seigneur des lieux à Caztelmore.

Lentement, avec moult précaution et délicatesse, il tendit le bras et releva la couverture de l'un des deux bébés. De l'autre bras, et du bout des doigts, il saisi le bras du premier enfant pour lire le nom écrit sur le bracelet.


« Dorothée. »

Il réitéra l'opération pour la seconde fille.

« Sylith. »

Edorel et Aloïsa avaient beaucoup discuté à propos des noms de leurs futurs enfants. Leurs choix s'étaient finalement limités à quatre noms : deux d'origines zollernoises et deux belondaures. Le choix présent était un compromis. Ils vinrent aussi à la conclusion qu'il n'était pas impérieusement nécessaire d'envoyer des faire-part de naissances, exclusivement au petit cercle d'amis du couple. Ainsi qu'au Grand-Duc. Ce n'était que la moindre des choses envers celui qui avait élevé Edorel à l'un des plus haut rangs de la noblesse, celui de Pair.

Mais bon, voilà que le bougre eut la triste d'idée de passer de vie à trépas peu de temps auparavent. Il réservait le carton pour le Kronprinz.

Edorel se détourna de ses filles et s'avança vers sa femme dans le lit d'à coté. Elle faisait semblant de dormir et avait observé la scène du coin de l’œil. Sans piper mot, Edorel se baissa et lui donna un baiser sur le front.
avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Domaine Gatline

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum