Mariage princier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mariage princier

Message par Adalbert de Klausbourg le Lun 11 Mar 2013 - 22:28

Adalbert s'était réveillé fébrile ce dimanche là. Les mariages sont toujours l'abdication d'une liberté. Non qu'Adalbert était volage, quoiqu'on lui connaissait des aventures, il ne faisait guère un luxe de débauche et se contentait de maîtresses choisis les unes après les autres. A cinquante-six ans, lui qui espérait rester célibataire et s'épargner ainsi les contraintes du ménage, s'apprêtait à prendre femme devant l'éternel. Il en eût été autrement s'il ne s'était agi de raison d'état. Son frère le Grand-duc le lui ordonnait, le petit baron en Zollernberg qu'il était, bien que princes en d'autres royaume n'avait qu'à s'exécuter.

Le mariage conçu par les deux souverains, avait été convenu par les cours édoranaise et zollernoise comme un renforcement de la Triple Alliance, par l'estime mutuel, désormais fraternelle, de deux anciens ennemis, mais aussi, comme un signe fort envoyé aux états républicains, que les monarchies savaient s'appuyer sur la force de leurs dynasties pour servir la paix.

Les invités étaient arrivés dès le soir. Leurs Majestés d'Edoran et de Belondor avaient été logées aux Pavillons des Princes du Palais de la Rezidenz, antique témoin du prestige des empereurs de Zollernreich. Au matin tous étaient présents, chefs d'états et de gouvernements de la triple alliance, ministres des affaires étrangères et ambassadeurs des pays alliés, mais aussi des noms de la haute noblesse d'Edoran ou de Zollernberg. L'on trouvait ainsi le Prince Zabrücksi, le Prince de Saint-Junien, ou encore le Prince de Fricard. Ce dernier était assis au côté de la Baronne Adélaïde, âgé de trente et un ans, sœur du Grand-duc, elle était une femme réputé pour sa grande beauté qui avait naguère été fiancé au Roi de Palogne. Les deux jeunes gens semblaient s'entendre à merveille. La famille grand-ducale était au grand complet, même la Reine Marguerite, arrière-grand-mère du marié, doyenne d'âge depuis la mort du cousin Anton. Tous les pairs de Zollernberg s'étaient fait représenter. Seuls manquaient le carzinal Zabrücksi retenu par sa charge de Secrétaire d'Etat de la Zainte-Eglise - et auquel l'on se l'avouait les services du Palais avait omis d'envoyer une invitation -, ainsi que le carzinal von Louwerz, protonotaire apostolique retenu auprès du Bienheureux-Père.

Le futur marié, tout jeune retraité de l'armée zollernoise au grade de lieutenant-colonel d'artillerie, portait un simple frac civil, sans décoration aucune. Adalbert, bien que Klausbourg, n'avait guère brillé dans les armes et s'était même contenté de la vie simple de garnison. Son frère, le jeune Louis qui avait choisi la diplomatie, de vingt-cinq ans son cadet et qui revenait de sa mission en Aldarnor, l'accompagnait à l'autel dans une tenue de la même sobriété.

Les trompettes des hérauts d'armes annoncèrent l'arrivée du Grand-duc au bras de son épouse, la Grand-duchesse Marialyn. Le souverain avait toujours l'air aussi peu à l'aise de son uniforme de Feld-Maréchal. Il arborait les plaques des ordres de l'Aigle - édoranais et belondaure -, l'écharpe bleue azure de l'Ordre de la Sainte-Trinité et sa plaque, de gueule et d'azur marqué du signe trinitaire en son centre, premier des ordres du Grand-duché qui était réservé aux seuls zorthodoxes. Contingenté, son prestige n'en était que plus élevé. Quant à la Grande-duchesse, le temps ne semblait avoir de prise sur elle. Le véritable enthousiasme fut pour les enfants Grand-ducaux, le petit Kronprinz Victor-August et la petite Princesse Sophie-Charlotte.

Les prélats firent leur entrée sous les chants de l'assistance. Les enfants de chœur ouvrait la procession, emmené par la croix trinitaire. Les prélats suivaient en aubes et chasubles cousus d'or, par deux : Monseigneur Ztradivarys, et Monseigneur de Klausbourg d'abord, puis Monseigneur Fussgänger et Monseigneur de Trembleterre et enfin Monseigneur von Pikkendorff, mitré et crossé, Grand aumônier de la Cour auquel revenait la lourde de charge de présider la cérémonie.

La mariée fit enfin son apparition au bras de l'Empereur, son neveu. La princesse Anna-Thérésa était âgé de quarante deux ans. Son mariage, bien qu'elle avait dû se convertir à la Zorthodoxie - son baptême et sa confirmation avait été célébré très discrètement en la chapelle du Palais Cobourg par Monseigneur von Pikkendorff, Grand aumônier assisté de Monseigneur von Stolz, premier aumônier de la Cour - était un soulagement pour tous. Quant à Adalbert s'il pouvait être peiné de se savoir marié à une femme qu'il ne voyait que pour la deuxième fois, il pourrait non sans mal, trouver son réconfort, bien sûr dans l'accomplissement de ses devoirs conjugaux, quoique cela restât un devoir, mais surtout dans les domaines qu'elle lui apportait en dot. Le duché de Cordilbao et le comté de Malagona en Eslagne, voilà qui était une aubaine pour le cadet auquel on n'avait jamais rien donné ni alloué d'autre que sa solde d'officier ; à quelque chose malheur est bon...

La cérémonie allait commencer.
avatar
Adalbert de Klausbourg

Messages : 2
Date d'inscription : 02/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage princier

Message par Edorel Gatline le Lun 11 Mar 2013 - 23:29

Le Feld-Maréchal Edorel Gatline, nouvellement Pair et Baron était parmi les premiers arrivé sur les lieux du "futur drame". Pour Edorel, en bon athée, c'était toujours un drame que de devoir assister à une messe (et un mariage qui plus est), mais le protocole indiquait explicitement la présence du premier des soldats du Zollernberg, tant pour assurer la sécurité que pour montrer qu'il porte mieux son habit que le Gros-Duc. A ce détail près qu'Edorel arborait le baton des Feld-Maréchaux, de velours rouge avec des pommeaux d'or. Quatre guerriers zikh tout droit venus des Zindes qui le ceinturent en permanence. Et son yatagan, lame d'origine turcose recourbé vers l'intérieur de la lame, lui donnaient la touche d'originalité qui lui sied tant. Il lui avait même donné un nom : "Dhu al-faqar", la tranchante en turcose. Edorel espérait bien vérifier prochainement ce nom.

-Maître ?

-Scarmyglyone ?

-Est-ce bien raisonnable de venir avec une boite de pringelz paprika lors d'une cérémonie d'une tel importance ?

-Je suis déjà bien raisonnable, cher Scarmyglyone, de ne pas emporter d'alcool dans un lieu (con)sacré, alors si en plus j'ai pas droit à la bouffe.

-Mais quand même, il y a là trois chef d'état dont votre suzerain, ainsi que tout les grand pontes du micromonde et ...

-Taratata, j'irais me cacher sous la robes de la Grand-Duchesse, ces trucs sont tellement larges et épais qu'un éléphant pourrait y faire son nid sans que personne ne s'en aperçoive.

Scarmyglyone parut tout blanc.

-Bon, j'irais dans les combles, c'est pas les pigeons qui vont venir m'escagacer.

Sans s'en rendre compte, Edorel commençait à prendre les expressions typiques des Zorcades.
avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage princier

Message par Anaztaze V le Sam 16 Mar 2013 - 19:41

L'office débutait, il serait célébré dans le rite Zorthodoxe, religion des deux mariés depuis la discrète conversion de la princesse Anna-Thérésa. Monseigneur von Pikkendorff, récemment ordonné dans l'ordre des évêques par Sa Béatitude, nomme et installé archevêque de Zotterdam vivait là une de ses toutes premières messes en sa qualité d'archevêque. Les yeux rivés sur lui semblaient touchés par l'humilité naturelle de ce tout nouveau pasteur, religieux issu de l'ordre des Bezoaristes encore méconnu, qui, nommé Grand-aumônier de la Cour, avait désormais la charge de professer la Zainte-Foi et d'assurer le service religieux à la Cour du Zollernberg. Il était le confesseur du souverain, c'est lui qui administrait les sacrements et présidait aux baptêmes, sépultures et décès de la famille. Monseigneur Zückerberg, prélat d'honneur et archiprêtre de la cathédrale, venait de faire lecture du Zaint-Zamayana, le livre sacré des Zorthodoxes. C'était à Monseigneur von Pikkendorff de prêcher :


"Le récit de la Créazion que nous venons t'entendre, plonge chacun d'entres-nous, dans le mystère des origines de notre monde. L'homme créé des Dieux, placé en maître de la Création, souffre de sa sollicitude, ressent le besoin d'une autre, alors les Dieux créent à partir d'une de ses côtes la femme. Le récit en dit long, sur ce que nous devons être l'un pour l'autre, l'un à l'autre. ¨Côte à côte, d'égale dignité aux yeux des Dieux, l'homme et la femme reçoivent mission de croître et de multiplier.

"Croître et multiplier" : voilà donc le signe de la fécondité du mariage. Une fécondité biologique qui peut se voir transformer par les époux en fécondité morale et spirituelle. Les foyers zorthodoxes sont les plus sûrs tenant de la foi, elles en sont les premiers passeurs où l'on y reçoit les premières lumières de la foi, elles sont autant de lanterne pour la foi, à l'heure d'une période d'irréligion, où chaque foyer zorthodoxe, établi sur la communauté d'âme entre les époux, peut se donner en exemple à tous, et à chacun comme don des Dieux. Le mariage d'Adalbert et d'Anna-Thérésa est déjà pour nous un signe visible de la bienfaisante providence. Il est le signe de la paix entre deux ennemis d'hier, il est le signe de la fécondité apporté par la concorde et l'amitié renouvelé.

Alors mes biens chères frères et sœurs, chacun de le fond de nos cœurs et dans le secret de nos conscience, prions. Prions pour Adalbert et Anna-Thérésa, prions pour le foyer qu'ils vont fonder. Prions pour la concorde et l'amitié entre nos nations et la prospérité qu'elles vont engendré. Prions pour le micromonde et ses artisans de paix, qu'ils ne désespèrent de reposer chaque jour l'ouvrage sur leur métier."


L'assemblée observa un temps de méditation.

- Frères et soeurs prions encore.

- Pour la Gloire des Dieux et le Salut du monde

L'office divin se poursuivit, impeccablement exécuté par les prélats présents dans le choeur et qui concélébraient ensemble la cérémonie. Venait maintenant le moment attendu qui scellerait l'alliance edorano-zollernoise. Monseigneur Pikkendorff procéda à l'échange des consentements et à la bénédiction de l'union, selon le rite établit par le concile de Canozza :

- Frères et soeurs, nous sommes réunis en ce jour afin d'unir devant la Zainte-Trinité des Dieux et devant la communauté des hommes, cet homme et cette femme, par les liens sacrés du mariage :

Adalbert acceptes-tu de prendre cette femme comme légitime épouse, devant les Dieux et les hommes, de la chérir et de l'honorer dans la Zainte-Foi Zorthodoxe jusqu'à ce que la mort vous sépare ?
avatar
Anaztaze V

Messages : 26
Date d'inscription : 30/10/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage princier

Message par Adalbert de Klausbourg le Sam 16 Mar 2013 - 20:34

- Oui j'y consens !

La voix était grave, celle de l'officier supérieur en retraite qui avait gagné à têtes de ses troupes en garnison à défaut de la bataille, une voix forte et rocailleuse propre à commander aux hommes, bien qu'elle n'eût connu que les salons des casernes, des ministères ou des palais grand-ducaux.

Il ne voyait la scène qui se déroulait dans son dos, mais les invités n'étaient dupes, le Prince Henri semblait fort impressionnée par la belle et gracieuse Adélaïde, sœur du marié.
avatar
Adalbert de Klausbourg

Messages : 2
Date d'inscription : 02/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage princier

Message par Anaztaze V le Sam 16 Mar 2013 - 22:01

Monseigneur von Pikkendorff, les yeux pleins de cet amour filial que savent donner les prêtres, se tourna vers la Princesse Anna-Thérésa :

- Anna-Thérésa, acceptes-tu de prendre cet homme comme légitime époux, devant les Dieux et les hommes, de le chérir et de lui obéir dans la Zainte-Foi Zorthodoxe, jusqu'à ce que la mort vous sépare ?

La princesse quadragénaire avait la ferveur rayonnante des nouveaux convertis, elle s'appliquait du mieux qu'elle le pouvait à faire ses gestes de piété. Sûr de sa Foi et du sacrement qu'elle recevait pour son pays et pour elle, elle répondit :

- Oui, j'y consens.

Puis ce fût à Pikkendorff de reprendre :

- Ce que les Dieux unissent, seuls les Dieux peuvent le délier. Si quelqu'un s'oppose à cette union par quelque cause d'empêchement, qu'il parle maintenant ou se taise à jamais. Vous avez juré de vous chérir et d'accroître votre maison dans la Zainte-Foi zorthodoxe. De ce serment, seuls les Dieux peuvent vous délivrer. Jurez de poursuivre l'Oeuvre créatrice des Dieux ! Jurez de consacrer votre vie chacun l'un à l'autre ! Jurez de vivre dans l'adoration de la Zainte-Trinité des Dieux !

Les deux gens inconnus l'un à l'autre, désormais consacrés dans le mariage, répondirent ensemble.

- Nous le jurons.

L'archevêque reprit.

- Dieux omnipotents, daignez recevoir le serment de cet homme et de cette femme dans l'adoration de Votre Très Zainte-Trinité ! Daignez-leur accorder la confiance mutuelle et l'amour réciproque dans la Foi ! Accordez-leur de voir naître les fruits de cette fidélité en Votre Très Zainte-Trinité !

Monseigneur von Pikkendorff, sous le regard des témoins et de l'assistance, traça alors avec bienveillance le signe de la croix trinitaire sur le front des époux à l'aide de l'huile consacrée, puis procéda à la bénédiction et à l'échange des anneaux.

- Fils et fille en la Très Zainte-Trinité des Dieux, je vous déclare mari et femme, unis par les liens sacrés du mariage. Yaïla
avatar
Anaztaze V

Messages : 26
Date d'inscription : 30/10/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage princier

Message par Feu Louis Ier le Dim 17 Mar 2013 - 1:41

S'en était fini, Son Altesse Impériale & Royale le Prince Adalbert de Klausbourg était enfin marié. Le Grand-duc en était pour le moins satisfait. Cet union renforçait une alliance auquel il tenait et renforçait la dynastie. Un Te Dea fut chanté en l'honneur de la concorde des Nations. Louis de bon cœur s'y prêtait. Marialyn semblait indisposé. Puis le souverain insistait chantant plus fort encore pendant les refrains, mettant mal à l'aise ses voisins les empereurs edoranais et belondaures. Marialyn intervint :

- Louis, je vous en prie.

Le Grand-duc ne comprit et souriant niaisement, poursuivit son art.

- Non Louis, vraiment... Vous chantez extrêmement faux.

Le souverain zollernois se tut rouge de honte mais mit un point d'honneur à s'en tint à un play-back des plus reposants pour ses invités. L'hymne edoranais suivit de la Marche Pruzzienne, hymne de la dynastie et du Grand-duché clôturèrent la cérémonie

Les mariés sortirent et saluèrent la foule amassée aux cris de vive le Zollernberg ! Vive Edoran ! Vive la Triple-Alliance ! L'on se dirigea escorté par la Maison militaire du Grand-duc vers le Palais Cobourg ou se tiendrait un dîner d'Etat puis un bal en l'honneur des époux. Ainsi la vie allait-elle au rythme des dynasties.
avatar
Feu Louis Ier

Messages : 183
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage princier

Message par Diplomatie belondaure le Dim 17 Mar 2013 - 12:33

L'Empereur de Belondor ainsi que certains officiels belondaures, dont l'Archichancelier et le Connétable de l'Empire étaient présents au mariage zollerno-édoranais, renforçant encore plus les liens étroits qui se nouaient entre les nations de la Triple-Alliance. Si Sa Majesté impériale était assise aux côtés du Grand-duc de Zollernberg et de l'Empereur d'Edoran, au premier rang, les grands dignitaires et autres officiels étaient plus loin dans l'église, fort logiquement. C'était la première fois que tous assistaient à une union suivant un rite zorthodoxe et ils purent se rendre compte à quel point il pouvait parfois différer de celui syiste... du moins était-ce le sentiment de l'Empereur lorsqu'il entendit Louis Ier chanter fort allègrement et suivant un ton quelque peu hétérodoxe. Mais peu importait cette différence cultuelle et culturelle. Zollernberg, Edoran et Belondor étaient alliés, se tenant la main afin de construire un monde de paix, de sécurité et de stabilité.
avatar
Diplomatie belondaure

Messages : 22
Date d'inscription : 22/06/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage princier

Message par Edorel Gatline le Dim 17 Mar 2013 - 14:00

Tandis que l'on déblatérait sous la nef, au dessus de celle-ci, à l'intérieur de impressionnante charpenterie de la cathédrale, Gatline attendait tranquillement que la cérémonie se termine tout en dégustant ses chipz.

-Cronch, cronch, cronch...

C'était sans compter sur la présence de quelques opportuns ailés ayant fait de l'endroit leur lieu de résidence principale. En effet, un pigeon alla se poser devant le Feld-Maréchal sur une des poutres de bois six fois centenaires, avec un petit regard curieux en direction de la boite de chipz et en produisant des roucoulements quelques peu insistant. Gatline s'en avisa assez rapidement.

-Quoi ? Cronch, cronch, file. Allez zou ! Fssssss !! Fit-il en gesticulant le bras en direction du colombidé qui s'envola par peur.

-Pas plus que des crasseux, les piafs vont pas venir me faire chier.

C'est alors qu'une dizaine de pigeons arrivèrent et se posèrent autour de Gatline. Un d'un eu l'audace de ce poser sur son épaule. Le Feld-Maréchal sentit que ça aller mal se finir. Il eu un regard noir, et entra dans une rage presque meurtrière.

-PUTAIN DE SALOPERIE DE PIGEONS ! Pas touche mes chipz !

Il dégaina son révolver et en as de la gâchette abattit six de ses agresseurs. Il se doutait bien qu'on entendrait les coups de feu dans la cathédrale, mais la cérémonie était entrain de se finir comme semblait l'indiquer les chants. Cela dit, la riposte des oiseaux ne se fit pas attendre, une fiente atterrit sur l'épaule d'Edorel tandis qu'une autre tomba pile à l'intérieur de sa boite de chipz. Un sentiment profond de désespoir envahit alors le Feld-Maréchal.

-Micromonde de merde.
avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage princier

Message par Prince Zabrücksi le Dim 17 Mar 2013 - 15:09

Si le Prince Zabrücksi était absent pour cause de mission diplomatique à Altenberg, le clan Zabrücksi était bien présent à la cérémonie. Le Carzinal n'avait point été convié, mais l'on comptait dans l'assistance la Princesse Zabrücksi, Victoire von Schwartzwolf de Ztrazhbury. La veuve Zabrücksiétait clairement sur le déclin. Fatiguée, elle semblait se contenir à grande peine pour supporter sa belle fille, épouse de son premier fils, la Princesse de Furztenstein, jeune femme aussi séduisante que sanguine. Le second fils de la veuve Zabrücksi se tenait quelques rangs devant elle. Il s'agissait de Ztanizlaz Molenkopv von Zabrucksi, évêque de Zozolulu. On disait que ses missions d'évangélisation avait été couronné de réussite, et que les indigènes l'avaient suivi massivement. C'était l'explication de son accession à l'évêché de Zozolulu.
Enfin, à droite de sa mère se tenait la jeune Andréa Molenkopv von Zabrücksi. Âgée de onze ans, la petite fille ne semblait pas souffrir d'avoir perdu son père avant sa première année. Elle écoutait attentivement l'office, se préparant sous l'influence de sa famille, à devenir une bonne et pieuse zorthodoxe.


Prince Zabrücksi

Messages : 419
Date d'inscription : 13/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage princier

Message par Feu Louis Ier le Dim 17 Mar 2013 - 16:04

Au sortir de la messe, le Grand-duc fut acclamé par la foule, heureuse de pouvoir se réjouir à l'unisson de sa famille grand-ducale. Le souverain saluait son bon peuple lorsqu'il fut atteint au visage par un oiseau dont la peur, conséquence de la bataille qui se déroulait plus en haut de le clocher, avait relâché les sphincter. Louis était couvert de merde, et de ridicule, comme toujours. Certainement était-il la preuve vivante qu'il ne tuait pas. La cour et les invités se retenaient de rire, et d'éviter l'incident diplomatique, la Grande-duchesse ne dissimulait pas sa honte, quant Louis, il gardait son flegme.

- Oh diantre une fiante ! Fort heureusement les dieux nous ont eu la bienveillance de nous épargner le vol des vaches !

Un valet s'empressa devenir essuyer le souverain. Soudain des dizaines d'oiseaux tombèrent du ciel. Les invités s'égaillèrent. Louis observa le spectacle manqua pas de lorgner sur les pigeons qui s'étendaient devant et s'approchant discrètement d'un valet.

- Vous veillerez à nous les emporter pour notre frumentaire - nom du repas que le Grand-duc prenait entre minuit et une heure -. Ils ont l'air bien gras. Tous cela sera fort bon accompagné de chou et de pommes de terres. Allons mon brave apportez les à notre cuisinier.

Le Grand-duc se hissa dans le carrosse, lourdement comme à son habitude. Le marche en pied avait été renforcé depuis la mort tragique du lanze-caporal Hanz désormais trois valets s'assuraient de la montée du royal popotin. La suite des évènements se firent sans heur majeur. A cela près que l'on pu voir Marialyn plisser son petit nez au travers des vitres du carrosse, et agité ses mains avec dégoût devant ses narines. "Enfin seul !" s'était-il exclamé ; incorrigible Louis !
avatar
Feu Louis Ier

Messages : 183
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage princier

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum