Hôtel des Princes Zabrücksi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Hôtel des Princes Zabrücksi

Message par Feu Prince Zabrücksi le Dim 8 Jan 2012 - 1:25

La haute masse de l'Hôtel des Princes Zabrücksi, situé sur le Boulevard de la Couronne, imposait à la bruyante artère de Wilhelstaufen le respect. Sur le parvis, trônait la statue du Grand Zabrücksi, Anton III, Grand-duc de Zollernberg.



Dernière édition par Feu Prince Zabrücksi le Lun 10 Mar 2014 - 22:14, édité 3 fois
avatar
Feu Prince Zabrücksi

Messages : 197
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hôtel des Princes Zabrücksi

Message par Feu Prince Zabrücksi le Mer 25 Jan 2012 - 23:20

Assis dans son salon, le Prince caressait distraitement la tête de son vieux matou. Profondément frustré, il aurait préféré rentrer à Pratz, mais quitter la capitale, alors que sa position semblait ébranlé, aurait été la dernière des stupidités.
Les libéraux étaient déchaînés et le mettaient à rudes épreuves. Mais, chose nouvelle, le Prince se heurtait à des résistances au sein-même du gouvernement. Le Duc des Zorcades était dans la conduite des affaires d'une mollesse effarante, et ne cachait pas son hostilité pour lui. Pire encore, il semblait avoir communiqué son animosité au Grand-Duc. Au Palais, on savait que le souverain jugeait l'action du prince à Kreuzeunbourg comme trop brutal. Le cas Marialyn, était aussi source de frustrations, mais l'homme n'était point du genre à se laisser dominer par ce genre de sentiments.

Assurément, il n'était point récompensé de son sacrifice au service de l’État. Toute son énergie était tendu vers cette noble tache. Non, sans se laisser aller, il se remémora le moment où il avait trouvé cette vocation, l'aspiration qui guiderait sa vie.

Il avait intégré Zandhurst, par tradition familiale et par paresse. C'était peu avant le combat contre les armées rebelles du Centuryon, que le voile s'était déchiré.

Jeune officier, tout juste marié, il se promenait en un parc de Zollenheim en compagnie de son épouse. Tout à son bonheur, un vieux paysan, qui avait son fils dans les rangs, avait eu l'indiscrétion de troubler son tête-à-tête, pour demander avec anxiété quand les troupes partiraient.
Fort égoïstement, le Prince lui avait répliqué « Qu'est ce que j'en sais !  »
Le vieil homme l'avait foudroyé du regard, outré d'un tel égoïsme. Le Prince en avait été désarçonné, brutalement il avait pris conscience qu'il avait failli à son rôle de notable. Il avait traité par le mépris l'un de ses enfants et avait par égoïsme et paresse rompu le lien de fraternité qui joignaient tout les zollernois.
Honteux, mais rendu à la vue, il avait voulu s'excuser auprès du vieux paysan, mais celui-ci s'était esquivé. La métamorphose du Prince était engagé, il ne ferait plus son métier par obligation mais par goût et devoir. L'humble paysan avait fait Zabrücksi.

Le chat miaula, ramenant l'homme au présent. Il était temps de retourner au Palais.
avatar
Feu Prince Zabrücksi

Messages : 197
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hôtel des Princes Zabrücksi

Message par Feu Prince Zabrücksi le Dim 5 Fév 2012 - 18:52

On fit rentrer Radulf Friedlander. Le vieux matou, locataire permanant des lieux, feula. L'homme en effet était impressionnant. Grand, blond et fort, il portait une vareuse militaire délavé. Sa voix était rocailleuse, et son maintien martial.

- Heureux de vous voir, Capitaine.
- Tout le plaisir est pour moi, Monsieur le Prince.

Le capitaine était un homme du peuple. Petit caporal de l'armé, le Prince avait veillé à son élevation. En offrant à un avenir brillant à une vie promise à la bassesse, le Prince s'était attaché un homme. Furieusement scrupuleux quant à la sécurité de " son général " , Friedlander faisait office d'informateur, de garde du corps et d'homme de main du Prince.
A Zolderstatdt, le capitaine avait eu trois chevaux tués sous lui. Il avait aussi perdu un oeil, et le Prince lui avait, à ses frais, fait posé une bille de verre. A Kreuzeunbourg, le capitaine s'était introduit dans un fortin rebelle et l'avait fait explosé. Vingt-quatres rebelles étaient morts pulvérisés ou ensevelis.


- Capitaine, j'ai besoin de vos services. J'attends de vous que vous recueillez le maximum d'informations quant au passé de Marialyn von Manheim.

- Quels sont mes pouvoirs ?

- Aucun, du moins formellement. j'ai été évincé. Cela ne rentrera pas dans le service de l'Etat. Aussi, ne vous faites point démasquer. Ma bourse vous est grande ouverte. J'attends un rapport précis.

- Ce sera fait , mon général.

L'homme sortit et le matou se calma. Le Prince, quant à lui, se dirigea vers son cabinet de travail. Il avait moults charges à reconquérir !
avatar
Feu Prince Zabrücksi

Messages : 197
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hôtel des Princes Zabrücksi

Message par Edorel Gatline le Dim 5 Fév 2012 - 22:45

Edorel observait le lieu. Des murs, une grande grille, des gardes. Difficile dans ces conditions d'approcher le prince. Mais il le fallait. Ne serait-ce que pour avoir un adversaire potentiel en moins et (peut-être) quelqu'un sur qui compter en plus. Il y avait un peu de naïveté dans sa démarche, les probabilités pour qu'un prince qui s'est taillé par les armes s'amuse à écouter l'argument d'un roturier étant en général assez mince. Edorel de toute façon n'avait pas grand chose à perdre. Lui qui est, d'une certaine façon, mort et enterré depuis longtemps, et sans doute oublié de tous. Il traversa la rue en direction de la grille gardé par deux gorilles. Le prince savait s'entourer c'est déjà une bonne chose. Au loin derrière la grille il vit quelqu'un sortir de l'entrée principale et quitté le lieu par cette même grille, salué formellement par les gardes, puis s'en allant, remontant la rue.

Edorel, emmitouflé dans une chapka et un manteau noir (par -10°, Edorel estima le courage des deux géants) attendit quelques instants puis s'avança vers l'un des deux gus.


-Je souhaite m'entretenir avec le prince. Lança t-il espérant une réponse adéquate de l'un des deux préposés à la sécurité princière.
avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hôtel des Princes Zabrücksi

Message par Feu Prince Zabrücksi le Dim 5 Fév 2012 - 22:59

Edorel Gatline put encore frissonner de longues minutes et admirer les splendides livrées vertes des serviteurs du Prince, quand un majordome vint lui ouvrir.

- Monsieur le Prince est disposé à vous reçevoir. Je vous en prie, entre vite, le chat de Monsieur le Prince cherche à sortir.

Après avoir parcouru de longs couloirs, où Edorel Gatline put admirer les teintures de la Maison, il parvient devant le salon favori du Prince; le salon de Pratz. Il était attendu.
Il n'était point dans l'habitude du propriétaire des lieux de recevoir le premier roturier venu. Les gardes étaient là pour repousser les quémandeurs, les admiratrices et les opposants un peu trop excités. Cependant, il n'avait pas échappé au Prince que Monsieur Gatline avait été reçu à plusieurs reprises au Palais.
Aussi, il s'était disposé à recevoir l'homme.


- Monsieur, ravi de vous rencontrer. Votre arme est magnifique. Vous n'imaginez pas à quel point l'envie me prend de ferrailler ces temps-ci. Mais passons, à qui ai-je l'honneur ?
avatar
Feu Prince Zabrücksi

Messages : 197
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hôtel des Princes Zabrücksi

Message par Edorel Gatline le Dim 5 Fév 2012 - 23:36

Edorel fixa du coin de l'œil son sabre (à mi chemin entre un cimeterre et un sabre de cavalerie), et son brassard de cuir. Au quel des deux le prince faisait allusion ? Bref, si le prince à vraiment des envies peu recommandables, Edorel commença à frissonner. Était-ce des relents du froid extérieur ou de la peur ?

Si tu veut pas avoir de problèmes c'est maintenant ! Ce dit-il.


Je me nomme Edorel Gatline, je suis un agent du Grand-Duc. Et depuis peu, à la tête du ZZZ. Je sers le Zollernberg, ma cité est Yrusalem et mon sang belondaure.

...

J'ai été à Kreuzeunbourg pendant la bataille que vous avez mené. C'est moi qui suis responsable du rapport sur les exactions commises par votre armée dans la ville, qui vous a valu un soufflet de la part de Son Altesse.

Le visage du prince s'assombrit et il serra les deux poings.

Je me suis contenté de fournir au Grand-Duc un rapport aussi détaillé et objectif que possible. Croyez en sur mon honneur que j'ai tout noté, votre réussite ainsi que votre capacité à rétablir l'ordre rapidement dans une situation et à un moment donné. Ce qui prouve que vous méritez vos titres, grades et honneurs. Cependant les nombreuses exactions commises par plusieurs de vos officiers et de vos soldats ont terni votre réputation et par là même la victoire en Wasserland.

On aurait dit qu'il y avait des braises dans les yeux du prince. Le majordome, planté comme un piquet au coin d'une porte resta stoïque. Le chat s'en foutait royalement.

Croyez moi que j'ai fait cela de plein gré, sans aucune arrière pensé ni pour vous ni pour les insurgés. J'ai fait cela de mon propre chef, je n'ai aucun contact avec les politiciens de ce pays et de ce fait aucun contact avec vos adversaires. Il n'as jamais était question d'attenter à votre personne, qui, je n'en doute pas un seul instant, êtes prêt à vous jeter dans la mêlée avec le sourire d'un bienheureux.

La situation ne bougeait pas d'un iota. Le chat tournait autour d'Edorel en ronronnant. Une goutte de sueur perla sur le front dégarni du majordome.

J'ai tenu à venir ici afin de présenter mes excuses pour vos "problèmes". Je me doute bien que ce n'est pas un moment particulièrement agréable. Je serais cependant navré que Son Altesse se prive d'un élément comme vous, c'est pourquoi j'espère que vous saurez "rebondir", et que je puis mettre certaines de mes prérogatives à votre service, tant que j'estimerais que vous en aurez besoin.

Il avait choisi ses mots à moitié et improvisé l'autre moitié. Il espérait sincèrement que le prince ne se jetterait pas sur lui et qu'il sortirait d'ici vivant et en un seul morceau. Le majordome sorti un mouchoir et se tamponna le front, le chat miaulait.

Merde, je suis allergique aux poils de chat !
avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hôtel des Princes Zabrücksi

Message par Feu Prince Zabrücksi le Lun 6 Fév 2012 - 0:33

Le Prince resta stoïque. Il était à mi-chemin entre la fureur et la … fureur. Tachant de se calmer, il reprit la parole en choisissant soigneusement ses mots.

- Soit, vous ne manquez pas de cran, Monsieur. L’honnêteté est une qualité rare chez les mercenaires, si vous m'excusez l'expression. Votre sollicitude me touche, pourtant, comprenez bien, que je ne vous dois pas ma disgrâce. Tout se serait déroulé autrement si le Grand-Duc savait mieux s'entourer. Au ministère, je n'étais entouré que de couards. Ce Babenberg manque singulièrement de vigueur. Lezingham ne fait que flairer l'argent. Tous ces beaux messieurs n'ont voulu se salir les mains, j'ai été le seul à pouvoir m'occuper de ce travail. Par la suite, ils ont crié au loup et réussi à transmettre leur animosité à mon égard à son Altesse. Vous qui êtes soldat, vous savez que ce travail devait être fait et qu'il a été bien fait par mes soins. Cette reconquête a été admirablement mené, vous en conviendrez.

Le Directeur des ZZZ opina du chef.

- Bien, maintenant que la glace est brisé et que mon chat vous a adopté, acceptez de partager un verre avec moi. Que buvez-vous ? De la Vozka ? Je vous la recommande. Vous préférerez peut-être un millésime de Belondor ?

La discussion se poursuivit une fois les hommes servis et assis. Gatline essayait d’empêcher le chat de grimper sur ses genoux et le Prince racontait ses exploits militaires à Kreuzeunbourg. L'aventurier acquiesçait distraitement tandis que le Prince lui expliquait que foncièrement brûler un lieu de culte hébraite n'était pas vraiment matière à reproches.

- Je ne vous ai pas invité à poursuivre cette conversation, uniquement pour savourer de l'alcool en bonne compagnie.
Comprenez bien que si je suis disgracié pour le moment, cela ne durera point. Je retombe toujours du bon coté. Voyez en moi un serviteur de l’État. Je m'adresse au directeur des ZZZ.

Le Prince marqua une pause, finit son verre, et reprit.

- Je ne puis trop vous en dévoiler pour le moment. Pourtant, je vais avoir besoin de votre discrétion pour une affaire, on ne peut plus importante. Puis-je compter sur vous ?


Dernière édition par Prince Zabrücksi le Mar 7 Fév 2012 - 21:23, édité 2 fois
avatar
Feu Prince Zabrücksi

Messages : 197
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hôtel des Princes Zabrücksi

Message par Edorel Gatline le Lun 6 Fév 2012 - 11:25

Edorel ne demanda qu'un simple pastys à l'anys. Il souffla intérieurement de ne pas avoir eu de problèmes avec le Prince, c'était tant mieux, et c'était aussi bien parti. Edorel écouta la tirade du prince et ses (vaines) tentatives de justification concernant la synagogue. Edorel en bon athée s'en fichait complètement. La dernière question du Prince l'intrigua.

-Eh bien, je n'ai pas encore pris officiellement mes fonctions, mais je suis ouvert à toutes les propositions.
avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hôtel des Princes Zabrücksi

Message par Feu Prince Zabrücksi le Lun 6 Fév 2012 - 21:38


- Fort bien, fort bien. Je ne puis vous en dire plus pour le moment. Non pas que je cherche à vous cacher quoique ce soit, mais je préfère m'entretenir avec vousde cette question, une fois que je serais moi-même mieux renseigné. Nous nous reverrons donc d'ici peu.
avatar
Feu Prince Zabrücksi

Messages : 197
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hôtel des Princes Zabrücksi

Message par Edorel Gatline le Lun 6 Fév 2012 - 22:09

-Dans ce cas. Je pense que notre conversation est terminée.

Edorel se leva.

-Je pense aussi qu'en grand de ce pays que vous êtes vous devez connaitre l'adresse du ZZZ. Retrouvez moi la-bas quand vous le souhaiterez, ou a un autre endroit si vous préférez. Et merci pour le verre.

Et merci de ne pas m'avoir sauté à la gorge.

Edorel, ayant salué le prince comme il se doit, fut raccompagné par le majordome jusqu'à la sortie. Ce n'est qu'une fois dans la rue, qu'il éternua tellement fort que sa chapka s'envola. Merci le chat.
avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hôtel des Princes Zabrücksi

Message par Feu Prince Zabrücksi le Mar 7 Fév 2012 - 18:23

Edorel Gatline eut, en sortant, l'honneur de recevoir en main propre par le majordome le programme du parti conservateur pour les élections à venir. Il n'y avait pas de petit profit en politique.

Aménagement du Grand-Duché.
- Remise en état immédiate des voiries dégradés.
- Allocations financières au développement du chemin de fer.
- Allocations financières importantes et immédiates à la remise en état de Kreuzeunbourg.

Guerre & Affaires étrangères.
- Alliance et amitié avec la Russlavie.
- Politique de grandeur nationale. Valorisation du domaine colonial.
- Augmentation conséquente du tonnage de la flotte militaire.

Contributions et revenus publiques.
- Limitation à 2,5% de la progression en volume des dépenses publiques.
- Fermeture limitée des frontières aux produits étrangers afin de créer une condition d'autarcie destinée à favoriser la production intérieure.

Intérieur.
- Nouvel impôt universel sur le revenu à hauteur de 6 à 2 % dans le cadre des financement des réformes.
- Assurances maladies étendues à tous les travailleurs.
- Réduction du nombres d'hospices. Encouragements fermes aux Églises à s'accommoder de cette tache.
- Tribunaux extra-ordinaires pour les prisonniers des armées rebelles. Saisie des biens des condamnés non-mariés.
- Interdiction des partis se réclamant du républicanisme, du socialisme ou du merkisme.

Questions constitutionnelles.
- Prééminence d'un pouvoir grand-ducal fort face aux assemblées parlementaires.
- Serment de fidélité de tous les fonctionnaires et députés au Grand-Duc et à la monarchie.
- Dessaisissement de certaines compétences des conseils provinciaux relevant de l'autorité de l'État.
- Limitation du nombres de ministres à sept ; Justice, Intérieur, Contributions et revenus publics, Marine, Guerre, Affaires étrangères, Affaires du peuple.
avatar
Feu Prince Zabrücksi

Messages : 197
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hôtel des Princes Zabrücksi

Message par Feu Prince Zabrücksi le Mar 10 Avr 2012 - 18:03

Le Prince Zabrücksi sirotait sa traditionnel vozka dans le calme tranquille de son salon de marine. Depuis combien de temps n'avait pas t-il eu un moment à lui ? Les derniers mois avaient été fulgurants. Les opérations militaires en Ludwigstein, sa révolution de Palais, son travail de Premier Ministre. Il en allait ainsi pour le chef du Zollernberg en guerre. Le Prince le savait, il avait accepté, désiré cette situation.

Malgré tout, il n'était pas encore tout à fait à son aise. Des milliers de points étaient encore à régler. Il fallait faire venir son épouse ainsi que la petite Andréa qu'il avait à peine vue depuis sa naissance, Ztanizlaz dont il fallait décider de son avenir, et Franz qu'il avait rappelé du front, il fallait songer à le marier. Ce serait chose aisée, chaque grande famille zollernoise offrirait une fille au Feld-maréchal Zabrücksi et « guide de la nation» comme disait les ligueurs.

Le Prince devait également rencontrer ses agents qui avaient lancé l'économie de guerre. Felgenheim n'était pas aussi actif que le Prince l'escomptait. Il fallait pourtant mettre à son crédit la bonne gestion de la crise scanthéloise. Schlesien devait être encouragé dans son œuvre de ralliement de la Russlavie.

Le Prince était très satisfait du duc de Silverstein et se félicitait de l'avoir choisi. Ses mesures énergiques soudaient la population dans l'effort de guerre. Zabrücksi se souvenait de ce que disait son vieux professeur Klösevitch « Celui qui gagne une guerre est celui qui a le plus d'usines et qui les a organisés au mieux»

Il fallait également donner de nouvelles instructions à tous les diplomates encore présents à l'étranger. On continuerait ce jeu trouble qui favorisait un temps l'apaisement et un temps la menace. Gatline avait également droit à ses félicitations et le Prince était impatient d'entendre son récit de première main de son raid en terre édoranaise

Ordre avait été donné à la flotte d'écraser la flotte de Meniro. Après quoi, il faudrait ramener la Iere flotte sur-sollicité à Zorkney-Harbour pour remédier à ses avaries et dégâts causer par les obus ennemis.

Le Prince prévoyait également de faire une tournée d'inspection de chaque province. Il recevrait les pouvoirs locaux et visiteraient les usines d'Azzpen, de Zollenheim, Whilelstadt, Kreuzeunbourg et Zozolu. Il prévoyait également des bains de foule pour sa légende dorée.

Avant cela, il devait aller dans l'heure saluer le départ des colons zollernois pour Ludwigstadt. En passant, il donnerait quelques gages aux ligueurs afin de les calmer quelque peu.

Le Prince s'agitait nerveusement dans son fauteuil. Il ne voulait pas se l'avouer mais une anecdote l'avait chamboulé.

Ce matin, en rentrant à son Hôtel, il avait fendu, comme d'habitude, la foule qui faisait le pied de grue devant son domicile. Au delà des acclamations habituelles, il avait distinctement entendu une poissonnière lui crier


- Nous vous ferons Empereur du Grand-Zollernreich!

Il l'avait reprise évidemment en expliquant que leur fidélité devait aller à Louis Ier et qu'il n'était que son instrument.

Le Prince se leva, tout à ses pensées. La Fortune et les Dieux l'avaient choisi, c'était un fait. Avait-il un destin impérial ?
avatar
Feu Prince Zabrücksi

Messages : 197
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hôtel des Princes Zabrücksi

Message par Erwin Schlesien le Dim 15 Avr 2012 - 1:46

Erwin Schlesien subissait l'un de ses premiers revers en politique et il était de taille. Habitué jusque là à coucher ses rêveries politiques sur le papier, il n'avait pas été formé à subir ce genre de remontrances. Assurément, il s'était enflammé.
Au fond de lui, il ne se sentait pas en tort. Quels étaient les droits bafoués de quelques aristocrates locaux quand il s'agissait de l'interet du peuple zollernois ?
Schlesien avait quitté Azzpen en toute hâte. En novice de la politique, la meilleure chose à faire lui avait semblé être de courir chez le Prince.
Sitot à l'Hôtel Zabrücksi, il avait été accueilli d'abord par le locataire des lieux, le chat du Prince, puis par le Prince lui-même dans son salon cartographique.
avatar
Erwin Schlesien

Messages : 65
Date d'inscription : 17/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hôtel des Princes Zabrücksi

Message par Feu Prince Zabrücksi le Dim 15 Avr 2012 - 2:07

Le Prince regardait la carte du continent Nord. Tel village du Locquetas comptait trois habitants zollernois, hop, il était à réclamer. Telle île avait été exploré en 1485 par un commerçant de Zotterdam, hop dans la besace !
Un ouragan déboula dans la pièce. C'était Schlesien et il n'était point relaxé.


- Mes Dieux, Monsieur le Prince, rien ne va plus, regardez, j'ai été désavoué.
- J'ai vu Erwin, rien de grave, vous allez démissionner.
- Je vous demande pardon ?
- Je vais vous demander votre démission par une lettre publique et vous allez me donner satisfaction. Vous avez lourdement fauté aux yeux du Grand-Duc et cela ne doit pas rejaillir sur le reste du gouvernement.
- Mais, Monsieur le Prince … Je suis soutenu, les ligueurs, ils ont prévu une manifestation monztre en ma faveur ...
- Obéissez aux ordres Erwin. J'irais moi-même voir ces ligueurs et je les en dissuaderais.

Erwin Schlesien se laissa tomber sur un divan. L'homme était accablé. Il semblait avoir pris vingt ans.

- Rien ne va plus, c'est une catastrophe, la Grande-Oeuvre ….
- La Grande-Oeuvre ne s'est jamais aussi bien porté ! Avez-vous vu l'avancée de nos troupes ? Et Louis Ier qui vient publiquement de m'approuver !
- Vous vous trompez Monsieur le Prince. C'est un prélude, il revient aux affaires. Vous connaissez comme moi son opposition à la guerre.
- Erwin ! Erwin ! Bien évidemment, il tente un retour mais ne vous rendez-vous pas compte qu'il m'ouvre un boulevard royal ! Ou devrais-je dire impérial ! La marche à l'Empire, Erwin ! Le Grand-Duc a prononcé ce mot, il a monté la première marche, je vais avaler tout l'escalier !
- Je suis donc offert en sacrifice à l'Empire ....
- Erwin … Votre éviction n'est qu'une manœuvre politique. Vous avez agi en Nordenmark d'une manière, hé bien, très républicaine, mais vous n'avez pas tort sur le fond. Je ne vous désavoue pas, je suis content de vous. Je vous rappellerai, soyez-en certains. Vous avez ma parole.
avatar
Feu Prince Zabrücksi

Messages : 197
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hôtel des Princes Zabrücksi

Message par Prince Zabrücksi le Mer 1 Mai 2013 - 16:17

C'est depuis son hôtel de la capitale que le Prince avait appris l'horrible nouvelle. Ce que son grand-père avait éprouvé, voilà qu'il l'éprouvait à son tour.

Dans son salon de marine, le jeune homme laissa tomber, complètement hagard, le feuillet qui venait de lui apprendre le décès en couche de son épouse. Un malheur n'arrivant jamais seul, il apprit que l'enfant n'avait pas non plus survécu.
Effondré par sa double perte, le Prince n'avait que pris le temps de faire rédiger le faire part de décès, puis il avait sauté dans le premier train pour Croenenberg.





Son Altesse le Prince Zabrucksi

&

sa fille Victoria-Louize
ont l'immense douleur de vous annoncer le décès de la Princesse Ludwina de Furztenstein, victime d'une fausse couche primaire. Celle que les Dieux ont rappelés avec son enfant sera inhumé le deux mai. Le service religieux sera tenu par Monseigneur l'évêque Zabrücksi en la cathédrale de Croenenberg.


______________
Son Altesse le Prince Franz Molenkopv von Zabrücksi,
c.s.t, g.o.c, c.o.e.z, c.z., c.a.a.

Prince Zabrücksi (Zollernberg & Zabrück-Crassauerstein) & Pair de la Couronne
Comte de Meinhof (Kolstein) & Baron de Huezel (Wasserland)
Seigneur de Pratz (Zabrück) & de Breztlitovsk (Zaxe)
Chancelier de Zollernberg
Vice-Roi, gouverneur général des Zindes
Ambassadeur plénipotentiaire extraordinaire (en disponibilité)
Amiral de la Flotte
Colonel de l'Armée zollernoise (sans affectation)

Prince Zabrücksi

Messages : 419
Date d'inscription : 13/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hôtel des Princes Zabrücksi

Message par Feu Nola von Richthofen le Mer 1 Mai 2013 - 18:51



Château de Zalmoral, Wasserland,
Le 1er mai 2013

Mon ami,


J'ai appris le décès de votre épouse et de votre enfant. Je vous adresse toutes mes condoléances, elles sont certes bien peu au regard de la douleur qui peut vous étreindre à ce moment, mais j'espère qu'elles apporteront le réconfort auquel vous avez droit. Vous connaissez mon scepticisme, toutefois, je sais l'étendu de votre Foi, c'est pourquoi j'ai cru bon et nécessaire de faire dire des messes pour le repos des âmes de votre épouse et de ce cher enfant auxquels vous êtes si brutalement arraché. Croyez en toute ma sympathie et à mon soutien dance cette épreuve.

Votre amie très dévouée,


Nola


avatar
Feu Nola von Richthofen

Messages : 37
Date d'inscription : 17/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hôtel des Princes Zabrücksi

Message par Prince Zabrücksi le Mer 1 Mai 2013 - 23:33


Palais & Domaine de Pratz, Zabrück
Le 2 mai 2013

Chère amie,

Je vous remercie pour votre sollicitude. Votre lettre amicale fut un réel réconfort dans cette douleur que je ne connais que trop, et je m'avoue touché par le geste de foi que vous avez porté envers ma défunte épouse et son enfant.

Je ne pouvais pas rester à Croenenberg, je me suis retiré à Pratz. Je recherche votre présence, et serais heureux de vous voir. Viendrez-vous à Pratz, Mademoiselle ?

Recevez une nouvelle fois mes remerciements, ainsi que ceux de Madame ma Mère.

Franz Zab.


______________
Son Altesse le Prince Franz Molenkopv von Zabrücksi,
c.s.t, g.o.c, c.o.e.z, c.z., c.a.a.

Prince Zabrücksi (Zollernberg & Zabrück-Crassauerstein) & Pair de la Couronne
Comte de Meinhof (Kolstein) & Baron de Huezel (Wasserland)
Seigneur de Pratz (Zabrück) & de Breztlitovsk (Zaxe)
Chancelier de Zollernberg
Vice-Roi, gouverneur général des Zindes
Ambassadeur plénipotentiaire extraordinaire (en disponibilité)
Amiral de la Flotte
Colonel de l'Armée zollernoise (sans affectation)

Prince Zabrücksi

Messages : 419
Date d'inscription : 13/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hôtel des Princes Zabrücksi

Message par Feu Nola von Richthofen le Jeu 2 Mai 2013 - 18:57



Château de Zalmoral, Wasserland,
Le 2 mai 2013


Mon très cher ami,


Je ne comptais pas vous abandonner dans cette épreuve. Votre missive n'a fait qu'anticipé mon départ, toute affaire cessante. Je logerai chez mon frère à Siegbaden, non loin de Pratz. Je vous rendrai visite demain dans la mâtinée. Comme je vous plains mon ami. Je vous porte dans mes pensées et dans mes prières, aussi maladroites soit-elles.

Votre très dévouée,


Nola


avatar
Feu Nola von Richthofen

Messages : 37
Date d'inscription : 17/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hôtel des Princes Zabrücksi

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum