Scène de la vie quotidienne (1)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Scène de la vie quotidienne (1)

Message  Feu Louis Ier le Jeu 28 Mar 2013 - 22:28

Louis Ier travaillait, ce qui n'était pas son habitude. Certes de longues heures d'étude était ponctué de pause souvent agrémenté de friandises, mais enfin le grignotage entre les repas était chose acceptable à la Cour pour le Souverain. Et à la grande satisfaction du Grand-Aumônier, Mgr Pikkendorff, le Grand-duc se remettait à une régularité plus certaine aux exercices de piété. Il s'était même confessé, ce qui n'était arrivé depuis fort longtemps. La gloutonnerie, la paresse, l'absence de constance dans les devoirs de sa charge, tout cela faisait de nombreux péchés, mais enfin l'absolution fut accordé.

Au sortir de l'office le Souverain se rendit dans son bureau, non sans avoir englouti un café assorti de quelques viennoiseries, et comme à son habitude, il s'entretenait des affaires politiques en particulier en compagnie de son Chambellan et parent, le Prince Hanz. Certes la tâche de premier conseiller du souverain était d'ordinaire dévolu au Chancelier mais enfin le Prince Zabrücksi semblait considérer son office à la manière d'une sinécure se contentant d'apposer sa signature lors de l'évènement solennel d'une loi. Celui qui avait accès au souverain nuit et jour était le Chambellan, et il fut normal qu'il gagnât en influence à la défaveur du premier.


- Qu'en est-il du mariage avec Belondor, Prince ?
- Votre cousin Sa Majesté l'Empereur Nabelnine y a répondu favorablement, cependant l'affaire a pris du retard. En effet, il s'est avéré que Monseigneur de Kolstadt votre frère ne pouvait se marier. En effet, s'il n'avait été qu'évêque rien ne s'y opposait, cependant Monseigneur de Kolstadt a été ordonné pour la Compagnie de la Sainte-Trinité et à prononcé ses vœux solennels. Il nous a donc fallu demandé la levée de ses vœux religieux.
- Fort bien. Avons nous la bulle de dispense
- Elle devrait paraître aujourd'hui Sire
- Très bien, que le mariage soit réglé au mieux. Nous répondrons à notre cousin.

Un enfant aux boucles blondes surgit dans la pièce. Le vieillard Chambellan s'inclina en signe de respect et s'effaça :
- Papa ! Papa ! Comment allez-vous mon petit papa !

Il sauta sur les genoux du puissant monarque qui tendit un caramel au cher enfant :
- Tenez Monseigneur - ainsi appelait-on le Kronprinz - et ne le dites pas à votre maman
- Merci Papa. Monsieur Karl - ainsi appelait-il l'ancien Premier Ministre Felgenheim - m'a dit qu'il m'en donnerait plein, mais c'est notre secret à lui et à moi.

"Ohoho" fit le Grand-duc devant la candeur de l'enfant

- Et quand a-t-il dit cela
- Il m'a écrit une lettre. Il m'a dit que je serai le souverain de TOUT ce qu'il y a au Zollernberg. Fit-il avec un geste ample de la main
- Vous aussi papa vous êtes le souverain de tout
- De tout cher fils
- Même des animaux de la ferme ?
- Même des animaux de la ferme.
Le Kronprinz fut effaré
- Mais alors mon petit papa. Est-ce que ça veut dire que vous mangez vos sujets ?

Les personnes présentes, le chambellan, le secrétaire particulier, et le premier aide de camps, regardaient la scène attendris.

- Ohoho ah mon cher petit garçon !
- Monsieur Felgenheim t'a dit qu'il viendrait nous rendre visite. Fit le Grand-duc impatient de pouvoir partager une bière Pillz et une Pyzza avec le plus gourmet de ses ministres
- Oui mais je n'ai pas trop envie. Monsieur Karl à la bouche qui sent mauvais le poisson pourri et il a les mains qui collent quant il me caresse les cheveux

Tous approbateurs, ils baissèrent les yeux l'air gêné

- Allons cher fiston laissez votre papa travaillez. Le père Zcott ne vous attend-il pas pour votre leçon de mathématiques.
- Oui mais je n'ai pas envie
- Allez, allez un peu de volonté, petit prince. Et j'ai une surprise pour vous.
- Laquelle ? laquelle mon papa ?
- Nous partons ce week end à Fizbach
- Chouette chouette chouette fit l'enfant tout heureux Est-ce qu'on ira pêché. Est-ce que je pourrai monter Egon ? - Egon était le nom du poney du jeune Kronprinz en référence malicieuse a un dirigeant très connu -
- Nous ferons tout cela. Je vous le promets
- Merci ! Merci ! mon petit papa. L'enfant enlaçait son père tout aussi heureux que sa progéniture.
- Allez, il est l'heure pour vous d'allez apprendre vos leçons.
- D'accord... Travaillez bien mon papa.

Le jeune Kronprinz reparti l'air fier et heureux
avatar
Feu Louis Ier

Messages : 183
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum