La planque

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La planque

Message  Otto Von Bersbourg le Jeu 19 Jan 2012 - 10:31

Cela fait déjà une semaine que la bataille de kreuzeunbourg est terminée. Bersbourg, avec ses quelques camarades survivants se sont cachés dans une forêt, assez loin de la ville, et ont construit une cabane.

- "Mes amis, il est temps de s'organiser pour contre-attaquer. Il faut retrouver les renforts qu'on nous a promis, et trouver d'autres combattants.
- Je refuse de continuer. J'ai perdu mon frère, des amis, mon boulot, et j'ai failli mourir.
- Si tu arrête maintenant, tes proches seront morts inutilement, et tu restera un long moment chômeur. Mais si tu continue, et qu'on gagne, tu aura plus facilement un travail, et sûrement mieux que simple ouvrier ou paysan.
- "Quoi ? Tu serais prêt à me donner mieux que la misère ? Et comment ?
- "Nous aurons assez d'importance en gagnant pour impose rau gouvernement pour donner des postes plus intéressant au révolutionnaires, comme directeur d'un secteur.
- Le problème, c'est que je ne sais ni lire, ni écrire.
- On te l'apprendra."


Bersbourg commença à écrire une lettre, mais pour qui ?
avatar
Otto Von Bersbourg

Messages : 49
Date d'inscription : 16/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La planque

Message  Feu Prince Zabrücksi le Jeu 19 Jan 2012 - 19:58

Bersbourg ne pouvait point passer à coté de ces affiches. Les hameaux environnants en étaient couverts, on en avait même cloué aux arbres.


Aux rebelles du Wasserland,

Le gouvernement grand-ducal, désolé de voir le Wasserland dévasté par les maux de la guerre civile et désireux de rendre cette si noble contrée à la tranquillité et la prospérité, a décidé de faire preuve de sa clémence et de sa pitié.
Le gouvernement est résolu au nom de la concorde et du bonheur des sujets du Grand-Duc, a oublier les fautes passés et abandonner les poursuites contre les rebelles fugitifs.
Le gouvernement promet l'amnistie complete à tous les officiers, sous-officiers ou simples brigands qui viendront se rendre à l'administration. Deux conditions sont néanmoins requises :

- Le dépôt de son arme.
- La promesse écrite que l'intéressée ne portera plus les armes contre le Grand-Duc, le gouvernement ou l’État.

Le gouvernement entend tendre la main à chacun. Au delà de nos différences, il nous parait à tous que nous sommes zollernois, et ce spectacle de ses enfants s'entre-déchirant est pénible à notre auguste Souverain.

Fait en mon quartier général de Kreuzeunbourg, le jeudi 19 janvier.

Maréchal Zabrücksi
avatar
Feu Prince Zabrücksi

Messages : 197
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La planque

Message  Otto Von Bersbourg le Jeu 19 Jan 2012 - 21:25

- "Bersoubrg ! Bersbourg ! dit un des camarades de la révolution en revenant d'un village pour se ravitailler
- Quoi ?! Que ce passe-t-il ? Ils arrivent vers nous ?!
- Non ! Mais j'ai trouvé cette affiche. Elle vient de Zabrücksi. Il veut qu'on dépose les armes, qu'on promette par écrit qu'on ne recommencera plus, et ils ne nous feront rien. Même pas de condamnation ! C'est génial ! N'est-ce pas ?
- Non ! Ce n'est pas "génial" ! Ils veulent nous faire gober ça. Cela me semble impossible que ce Zabrücksi me laisse filer comme ça. Il voudra absolument mettre la main sur moi, et faire croire à tout le monde que le gouvernement est gentil et pense au peuple. Ne croyez jamais, je dis bien jamais, ce que peut dire ces hommes ! Quoi qu'il arrive, et quoi qu'ils disent ! Est-ce bien claire, camarades ?
- Oui, chef !"
disent d'une seule voix les quelques ouvriers.
avatar
Otto Von Bersbourg

Messages : 49
Date d'inscription : 16/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La planque

Message  Feu Prince Zabrücksi le Mer 25 Jan 2012 - 23:45


L'État-major avait décidé d'employer les grands moyens. La situation avait trop duré, il fallait en finir. Tous les jours, revenaient dans les discussions des officiers, ce leitmotiv; Où est Bersbourg ?

Chaque village jusqu'au plus petit des hameaux environnants était désormais occupé par un peloton de soldats. Le ravitaillement des débris de l'armée rebelle devenait compliqué. Tous les jours, des colonnes de soldats fouillaient la foret. Des guides locaux avaient été engagés pour fouiller les endroits les plus reculés et inaccessibles. L'étau se resserrait. Bersbourg n'avait plus qu'une bande tandis que le Prince disposait d'une armée.
avatar
Feu Prince Zabrücksi

Messages : 197
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La planque

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum