Fêtes du Trône 2013

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fêtes du Trône 2013

Message  Feu Louis Ier le Mer 30 Oct 2013 - 14:09

Louis Ier débutait un marathon de plusieurs jours, celui des Fêtes du Trône. Le gros souverain, incarnation de la Nation, était certainement l'un des plus populaires chef d'Etat du micromonde. Louis, qui fêterait bientôt ses 25 ans de règne était très aimé de la populaire. La bonhommie et l'affabilité du souverain touchait les cœurs. A soixante-huit ans, c'est un souverain aimé et proche de son peuple qui s'apprêtait à ouvrir les Fêtes du Trône. Louis n'était guère un lève-tôt, mais la perspective de se réjouir avec son peuple, l'avait excité la nuit durant, à la manière des enfants impatients de leur anniversaire. Aujourd'hui au Zollernberg, il s'agissait bien d'un anniversaire, celui de l'union des duchés zollernois, la monarchie pluriséculaire, du souverain, et de sa dynastie. L'on célébrait tout cela à la fois. Rien ne semblait pouvoir gâcher la fête. Louis avait enfilé l'uniforme de grande-tenue écarlate de ses grenadiers qu'il affectionnait tant. Ses médailles pendantes alourdissait plus encore sa poitrine. Il arborait l'écharpe de la Sainte-Trinité, qui semblait faire le tour de l'imposant poitrail avec peine, mais aussi les plaques des ordres grand-ducaux, la Sainte-Trinité, la Couronne, l'Etoile des Zindes (qui n'était plus décernée) et l'Empire zollernois. A l'issue du toujours copieux petit-déjeuner, il avait embrassé ses deux enfants émus de les voir assumer leur première sortie officielle. Le Kronprinz, dans l'uniforme bleu nuit des cadets de Zandhurst allait rejoindre le Wilhelstein, quant à la Princesse Sophie-Charlotte, qui était devenu, du haut de ses quinze ans, une belle et douce jeune femme,  elle rejoignait dans une robe jaune marguerite - il fallait être vu de tous -, la cathédrale de Zotterdam, accompagné de la présence discrète de sa bienveillante gouvernante la Baronne von Meezmaeckerz et la protection de son écuyer, un officier de la Garde Pruzzienne, de quinze année son aîné, le capitaine d'Empzey, vétéran des guerres d'Edredonie et de Zaxe, dont la jeune princesse cachait mal les sentiments naissant - ceux d'une jeune fille en attente du prince charmant - qu'elle lui portait.

Hungry, la loutre domestique de Louis Ier eu droit à son mot doux et sa nourriture. Comme chaque matin le souverain la nourrissait. Elle était d'ailleurs devenue en quelques mois obèse. Le Grand-duc rejoignit, sans heur, le carrosse grand-ducal et l'escorte, formée de Garde du Corps et de Garde Pruzzienne ; sans heur, excepté pour Zupa, la jeune chatte du couple grand-ducal, qui eu droit à un calin affectueux - et douloureux - de la part du souverain passionné de généalogie, de pêche à la mouche et de chat. Le cortège se mit en branle pour conduire le souverain et son épouse, la belle Marialyn, qui avec le temps finissait par aimer son époux, jusqu'à la cathédrale Saint-Joseph où un office solennel célébré par Mgr Ztradivarys, l'évêque auxiliaire de Wilhelstaufen, devait avoir lieu pour rendre grâce aux Dieux pour l'unité du Zollernberg, ses souverains et la dynastie régnante.

Sur le parvis, le couple grand-ducal fut accueilli par des vivats. Les trompettes annoncèrent l'arrivée du souverain. Il était presque dix heures ; ne dit-on pas que l'exactitude est la politesse des rois ? Le souverain pénétrait au bras de son épouse dans la cathédrale, et rejoignit le chœur où il avait le privilège d'assister aux offices religieux. Dans chaque paroisses, dans chaque cathédrale du Zollernberg, à Kolstadt, à Zotterdam, à Kreuzunburg, à Wilhelstadt, à Zollenheim, à Zozolulu, se déroulait le même rituel. En présence d'un membre de la famille grand-ducal, représentant le Souverain, le Zollernberg célébrait pieusement sa Couronne et formulait longue vie au Souverain.
avatar
Feu Louis Ier

Messages : 183
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fêtes du Trône 2013

Message  Prince Zabrücksi le Mer 30 Oct 2013 - 15:24

A Zollenheim, le 30 octobre,

En ce début des Fêtes du Trône, le cœur de Franz était en joie. La monarchie zollernoise déployait ses fastes, et tout cela serrait le cœur du jeune homme.
Lors de l'office, le sermon fut long et ennuyeux. Le Prince songea alors à la campagne électoral qui s'ouvrait. Il avait un bon pressentiment, cette fois-ci, le Whilelstein tomberait dans le besace conservatrice. Le Prince égara son regard un instant, vers Nola von Richthofen, quelques rangs devant, qui semblait s'ennuyer autant que lui. En observant la silhouette et la tignasse brune de la jeune femme, Franz songea qu'elle devait avoir des origines zorcadiennes.

L'évêque de Zollenheim bénit l'assistance, et tous purent sortir. Sur le parvis de la cathédrale, Franz alla présenter ses hommages à la Baronne Adélaïde, tandis qu'un lâcher de ballons aux couleurs de la province, une initiative de de Felgenhem sans doute, ravissait et faisait pousser des cris de joie à la populace assemblée.

Nola sourit au jeune Prince, l'invitant à venir la voir. Le Prince, agacé, s'exécuta, et dit
: " Ne jouez pas ainsi, l'on ne sourit pas à un jeune homme que l'on a éconduit, on l'épargne "

On entendit des coups de canon, les Fêtes du Trône commençaient.

______________
Son Altesse le Prince Franz Molenkopv von Zabrücksi,
c.s.t, g.o.c, c.o.e.z, c.z., c.a.a.

Prince Zabrücksi (Zollernberg & Zabrück-Crassauerstein) & Pair de la Couronne
Comte de Meinhof (Kolstein) & Baron de Huezel (Wasserland)
Seigneur de Pratz (Zabrück) & de Breztlitovsk (Zaxe)
Chancelier de Zollernberg
Vice-Roi, gouverneur général des Zindes
Ambassadeur plénipotentiaire extraordinaire (en disponibilité)
Amiral de la Flotte
Colonel de l'Armée zollernoise (sans affectation)

Prince Zabrücksi

Messages : 408
Date d'inscription : 13/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fêtes du Trône 2013

Message  Alexander Lemberg le Mer 30 Oct 2013 - 15:31

A Zotterdam, le 30 octobre 2013,

Alexander Lemberg trouvait l'évêque particulièrement inspiré. Son sermon était vif, intelligent, percutant. Il ne manquerait pas de le lui dire à la fin de l'office.

Le Gouverneur du Silverstein présenta à l'issue de la cérémonie ses hommages à la la Princesse Sophie-Charlotte. La très jeune femme le complimenta en retour sur la création du Zentrum.

Alexander eut un sourire coupable. La jeune Princesse était belle, intelligente, et issue de la plus noble lignée royale du monde. C'était beaucoup pour de si frêles épaules.

Prenant congé, Lemberg s'attarda sur ses enfants. Il réfléchissait en parvenu, lui qui était arrivé au Zollernberg, sans un sou en poche. Eux aussi étaient promis à beaucoup. Ils fréquentaient la jeunesse dorée du Silverstein et toutes les portes leur seraient ouvertes.
avatar
Alexander Lemberg

Messages : 184
Date d'inscription : 06/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fêtes du Trône 2013

Message  Julius Muller le Mer 30 Oct 2013 - 16:00

A Wihelstaufen, le 30 octobre

Julius avait été invité aux festivités à la capitale. Pour l'occasion il avait endossé son uniforme de colonel-général de l'infanterie, il y épingla ses décorations, peu nombreuses dont sa croix de l'ordre de la Sainte Trinité, reçue après son service en Laurasie. C'était l'occasion d'être vu par le grand-Wihelstaufen après le congrès du Parti.

Le service religieux fut à la hauteur de ce qu'on pouvait attendre pour une telle occasion, les choses avaient été vues en grand et le regard des gens autour de Julius avait changé. La journée promettait d'être malgré tout sportive, entre les obligations du jour, les nombreux apartés avec des sommités de l'Etat, de la noblesse mais aussi des milieux financiers avec lesquels il put échanger sur les échéances électorales futures, il y avait aussi le début de la campagne électorale qui taraudait le nouveau président du PLZ. Ce dernier avait d'ailleurs prévu de s'éclipser discrètement après les élévations dans les ordres nationaux de la promotion du Trône, il allait donner ce soir le premier discours de sa campagne dans la grande salle du Palais des Congrès de Zotterdam.
avatar
Julius Muller

Messages : 699
Date d'inscription : 13/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fêtes du Trône 2013

Message  Feu Louis Ier le Dim 3 Nov 2013 - 12:41

Au sortir de la cathédrale, le Grand-duc  aperçut dans l'assistance chevalier de Battenberg dans ses états de Maurésie. Il s'adressa à lu en ses termes : - Nous sommes heureux de vous savoir parmi nous en ces fêtes du Trône général. On parle beaucoup de vous. Nous espérons vous savoir des nôtres au Palais à 15 heures, puis à 17 heures, pour le chapitre général de Notre Ordre. Comment se porte votre père ?

La Cour qui avait conservé des réflexes d'Ancien régime constatait désormais une chose, Muller, était en grâce. C'est cet homme qu'il fallait maintenant courtiser.

Le couple grand-ducal fut accueilli comme à son entrée, par une foule en liesse. Il salua de la main son bon peuple rassemblé, puis, se rendit au Palais Coubourg alors que, déjà vingt-et-un coups de canons sonnaient, partout en Zollernberg, le début des Fêtes du Trône. Le Grand-duc se préparait à une allocution radiodiffusée. Le Palais avait eu toute liberté pour l'écrire ; l'Adlersberg du Premier Ministre Gatline laissait une liberté certaine à la Couronne, qui sagement tachait de ne pas trop se préoccuper de politique et s'occupait à incarner l'unité nationale. Depuis son bureau, aménagé pour l'occasion en studio d'enregistrement, le Grand-duc débuta un discours attendu, qui était retransmis dans tous les transistors et sur toute les places publiques :



"Loyaux et bien-aimés Sujets,

Il nous est un plaisir de nous adresser à vous en ces jours de fêtes qui célèbre l'union plusieurs fois séculaires de notre Nation sous l'égide de la Couronne dont nous sommes par la Grâce des Dieux le titulaire.

Cette date est celle de l'hommage. A ceux qui ont contribué et contribue encore par leur abnégation, chacun au rang que lui a assigné la providence, au service à la Couronne et de sa dynastie, du Zollernberg et de son peuple, à la grandeur et au rayonnement du Grand-duché que nous sommes fiers d'appeler Notre.

L'année qui vient de s'écouler a vu l'instabilité internationale, le mépris des droits fondamentaux de tout homme à la liberté de sa conscience, et de tout peuple à son autodétermination, plonger nos Etats dans la guerre que les Dieux ont voulu victorieuse avec l'aide de nos alliés de la Triple-Alliance et le concourt heureux des pays de la Ligue des Etats modernes. Cette guerre attend sa résolution dans la paix qui donnera, nous en formulons le vœu, à nos frères Zorthodoxes de l'Orient, dont nous avons été institué le Défenseur, le libre exercice de leur culte.

La paix est un bien précieux dont nous voyons déjà les effets. La Triple-Alliance s'affermit sur des bases solides, la force de l'union et de l'amitié renforçant chacun de ses membres sur la scène internationale. Nous voyons encore les bienfaits de la paix dans l'estime, la confiance et l'amitié que nous accordons à la République Populaire de Nordenmark, dont le traité de reconnaissance et de coopération, et bientôt peut-être le projet de canal transcontinental, de la Mer du Nord à la Mer Océane, en est le plus évident. Si la paix entre nos voisins est, pour nous, un motif de satisfaction, la concorde de Notre peuple, l'est tout autant et plus encore, comme un père aime à voir ses enfants en paix et travailler de concert à leur profit mutuel, le souverain aime à contempler la paix de ses états. Notre démocratie est aujourd'hui de nouveau stable et apaisée.Les élections générales qui s'ouvre en sont le signe visible. C'est pour nous un véritable motif de fierté.

Chacun d'entre les Zollernois se fait le loyal serviteur de la Couronne, du plus humble au plus grand. La fidélité est un devoir qui, cependant ne manque jamais de nous émouvoir, lorsqu'elle est pratiquée dans l'amour qui vous savez si bien donner à votre souverain. Nous tâchons d'en être digne chaque jour que les Dieux font. L'esprit de service et de fidélité est signe de la perpétuelle grandeur de notre Nation. Nous comptons sur chacun de nos Sujets pour porter toujours plus loin les idéaux qui animent notre civilisation, à l'intérieur comme à l'extérieur de nos frontières. Nous nous devons de garder toujours à l'esprit, que les Dieux, dans leur grande générosité, on fait du peuple Zollernois un peuple d'élus. Nous avons le devoir, la grande responsabilité, de nous montrer à la hauteur de leurs attentes, et d'étendre les bienfaits civilisation et de la paix jusqu'aux plus obscurs confins de ce monde. Cette tâche nous est dévolue, et c'est avec honneur et fierté que nous l'accomplirons jusqu'à la fin des temps.

Nous sommes heureux d'accueillir, à l'occasion de ces célébrations, de nombreuses délégations de nations étrangères. Celles-ci, venues parfois de très loin, fêtent à nos côtés le passé glorieux, le présent resplendissant, et l'avenir plein de promesses de notre Nation. C'est de leur part, un témoignage d'estime et d'amitié qui nous chaut. Nous comptons sur chacun de Nos bien-aimés Sujets pour témoigner à ces délégations toute l'attention que leur porte le Zollernberg en les accueillant avec tous les honneurs qui leur sont légitimement dûs.

Très chers et estimés sujets, Notre épouse la Grand-duchesse Marialyn s'associe à Nous qui sommes votre souverain autant que votre père, pour vous souhaiter de belles et joyeuses Fêtes du Trône."

Le discours fut suivi par un tonnerre d'applaudissements, tant au Palais Cobourg que dans tout le pays où chacun s'était arrêté pour écouter son Souverain. Il n'y avait pas de plus beau jour pour être Zollernois.
avatar
Feu Louis Ier

Messages : 183
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fêtes du Trône 2013

Message  Julius Muller le Lun 4 Nov 2013 - 6:10

Julius sortait de la cathédrale en compagnie d'un vieux major qui représentait Zandhurzt à l'office ou il accompagnait un groupe de cadets qui avaient eu l'insigne honneur d'assister aux fêtes du Trône dans la capitale et qui piaffaient comme des gosses au milieu du gratin de la capitale. Quand l'attention du souverain se porta sur Julius - et que les gardes du corps s'approchèrent - tout le monde prit ses distances. Le souverain approchant, il alla a sa rencontre puis salua son commandant en chef en portant sa main à la tempe en claquant les talons. C'était d'ailleurs une chose qu'il ne faisait plus très souvent, son grade lui conférant l'ascendant sur quasiment tous les hommes en uniforme qu'il croisait.

- Merci Votre Altesse, je serai présent naturellement ! Son Altesse le Prince Lothar devrait vous présenter ses hommages dans la journée et a accepté l'invitation du Lieutenant-Réprésentant de Votre Altesse a participer aux festivités organisées par l'ambassade de Zollernberg en Maurésie. Mais il vous fait naturellement ses amitiés !

Le Grand Duc hocha de la tête avec bienveillance puis continua de satisfaire a ses contingences protocolaires. Mais les quelques mots du Grand Duc marquait l'intérêt du souverain pour Julius, ce dernier ne manqua pas de le noter et plus encore l'expression et les regards des personnes qui l'entouraient était passée de l'indifférence à une certaine forme de déférence. Les augures semblaient s'avérer plutôt bons ! Le vieux major Krampnitz et les cadets se rapprochèrent, admiratifs, la journée-marathon se poursuivait...
avatar
Julius Muller

Messages : 699
Date d'inscription : 13/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fêtes du Trône 2013

Message  Pavel Gorilov le Lun 4 Nov 2013 - 23:47

Van Ijmeer, en fidèle serviteur du Parti, assista aux différentes cérémonies en compagnie des officiels étrangers conviés. La longueur des célébrations nationales était soporifique pour les valdisks, et de nombreux conseillers someillaient à demi au sein de la délégation. Le ministre des Gens d'Armes lançait parfois des regards noirs pour maintenir un semblant de discipline parmi ses troupes, aidé par les commissaires politiques du ministère.
La mention de la République Populaire fit sourire de contentement l'officiel merksiste, même si la mention du "Nordenmark" plutôt que du Valdisky l'avait quelque peu chiffonné, étant donné que c'était là l'ancien nom de la province zollernoise qui avait succédé au Norduska merksiste. Van Ijmeer, d'origine nordzeelandaise, maintenait toujours une sevère rancune envers les zollernois, les ex-colonialistes qui avaiet, il fut un temps, maintenu sous son joug les peuples des plaines du grand nord. Cependant le discours grand-ducal était un discours d'apaisement, rassurant pour le chef d'une administration militaire et policière frisant en permanence la paranoïa.

Tout en allumant sa pipe, Andreï se fit la réflexion qu'en rentrant il ordonnerait au Polkonik de la PPV de mettre la pédale douce sur ses activités de surveillance du Zollernberg et de la frontière sud. Au même moment, un agent de la PPV en habits civil se tenant à ses côtés ne manquait pas une miette des agissements de Gatline. Le chef des ZZZ était clairement une menace pour les officiels valdisks du Parti, même dans le cadre d'une banale visite diplomatique.

En sortant d'une des cérémonies, le ministre, arborant fièrement une médaille écarlate de l'Ordre du Violët Rouge, aborda le Prince Zabrücksi. L'invitant à boire une tasse de thé ou de vaudka dans les salons de l'ambassade, il en profita également pour lui transmettre les condoléances du Camarade Président du Conseil Pavel Gorilov concernant le décès de son Père, le défunt Prince.

avatar
Pavel Gorilov

Messages : 12
Date d'inscription : 15/08/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fêtes du Trône 2013

Message  Feu Louis Ier le Mar 5 Nov 2013 - 19:43

Personne dans son entourage proche n'osait faire remarquer au Souverain sa bévue. Son Chancelier, s'approcha courageusement et osa faire remarqué l'erreur toponymique qui aurait pu être lourde de sens. Les lapsus pouvaient rompre des relations. A la manière d'un enfant, Louis était inquiet :

- Ecoutez Monsieur le Prince, j'ai déconné...
Toute la Wilhelmshof s'afférait pour présenter en privé ses excuses au Valdisks et rasséréner le souverain décontenancé.

Par la suite, une fois rassuré sur l'attitude Valdisk à l'égard de son écart, le Grand-duc retrouva le meilleur de sa forme. Le discours terminé, le déjeuner s'annonçait. Il était privé. Karl von Felgenheil avait été invité à sa table. Comme souvent lorsque les deux hommes se retrouvait à Wilhelstaufen. Marialyn s'était eclipsé, le spectacle de ces deux ogres engloutissant des portions de nourriture gargantuesque ne lui seyait guère. D'aucun aurait pu dire qu'il était écouerant. Le repas fut copieux, deux cailles, une choucroute, trois zteacks zartares, deux mousses au chocolat, une panacotta, fut englouti en l'espace de quarante cinq minute. Il était désormais 14 h, les deux hommes s'étaient assoupi. La prochaine cérémonie, dans la salle du trône se préparait déjà.
avatar
Feu Louis Ier

Messages : 183
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fêtes du Trône 2013

Message  Edorel Gatline le Mar 5 Nov 2013 - 21:02

Gatline avait soigneusement évité comme à son habitude les divers offices religieux, c'est à dire en se planquant non pas sous la charpente de la cathédrale avec un paquet de chipz paprika, pour éviter tout ennuie avec la population à plume des lieux, mais à l'intérieur de l'orgue, dans le soubassement, avec une paire de bouchons dans les oreilles en prime. En dehors de ça, le Premier Ministre, Feld-Maréchal et vicomte de Castelmore, s'était effacé des festivités, gardant un œil attentif sur l'environnement, et veillant à la sécurité des personnalité présente. On ne lui en demandait pas moins en tant que directeur des ZZZ. Il avait retrouvé ses bonnes vieilles habitudes quant à la gestion des ZZZ lors de ce genre d'évènements et comme à son habitude, son zèle et ses efforts furent récompensés par ... Rien. Enfin, rien de négatif durant cette journée, c'est déjà ça.

-Maître, on nous observe je pense.

-Je sais, un mec en civil du coté des valdisks. Ils ne feront rien, je ne ferai rien. De toute façon ce n'est pas avec eux qu'on risque le plus de se crêper le chignon.

-Vous pensez qu'ils nous espionnes ?

-Tout le monde espionne tout le monde, c'est vieux comme le micromonde ce truc.

Tout le monde passa à table. De toute les convives, ce fut Gatline qui mangea le moins, ou plutôt le stricte minimum syndical. Non pas qu'il surveille sa ligne, mais le fait d'avoir en face de lui le Grand-Duc et le gros Felgenheim à l'oeuvre ne lui donna guère envie de manger plus. Certes il glissa un petit pain dans une poche qu'il comptait se garder pour son quatre heures, mais mis à part la salade zécar, il n'avala rien d'autres. C'était peut-être mieux ainsi, il quitta la table plus tôt que les autres pour aller rejoindre ses hommes des ZZZ.

-Alors ?

-Rien.

-Très bien.

-On a eu un message des ZCP, ils l'ont eu.

-Enfin ! Ils la ramène ?

-Site de confinement 6. Vous craignez pas les valdisks ? On a remarquait que l'un d'eux vous observe.

-Le petit trucmuche qui me file depuis deux heures ? Je crains plus un facho édoranais qu'un gaucho valdisk. Eux au moins vous regardes pas comme si on aller les étrangler dans leurs sommeils.
avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fêtes du Trône 2013

Message  Philippe Ier d'Edoran le Jeu 7 Nov 2013 - 17:18

La délégation édoranaise avait assisté à tout ce à quoi elle avait été conviée. L'Empereur était content de fouler le sol zollernois. Cela le changeait des tracas actuels que connaissait l'Empire avec cette guerre entre vassaux. Le Ministre des Affaires Etrangères, Charles Langenays, était plus a l'aise que Sa majesté Impériale dans les relations diplomatiques.
- Que pensez-vous de toutes ces cérémonies Excellence? Nous pensons que décidément le Zollernberg sait recevoir ses invités.
avatar
Philippe Ier d'Edoran

Messages : 7
Date d'inscription : 22/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fêtes du Trône 2013

Message  Feu Louis Ier le Ven 8 Nov 2013 - 22:34

Il était 15 heures le premier jour des Fêtes du Trône. Dans la salle marquée par la présence du Trône de Zollernberg, l'on remettrait les décorations aux éminents zollernois mis à l'honneur à l'occasion des fêtes du Trône, devant un parterre d'invités, le gouvernement, la Cour et le Corps diplomatique. Les membres du gouvernement et de la Cour portait le très bel uniforme dit Cobourg-Nassau, habit de cour dont le bleu nuit était rehaussé de fil d'or représentant des feuille de chêne et d'olivier, insigne du pouvoir de commandement civil, les militaires avaient revêtus leur tenu de sorti, quant au civil, ils avaient choisi par leurs vêtement leur plus beau frac. La famille grand-ducale prit place sous le dai de pourpre. Louis Ier à son trône, son épouse à sa droite, ses deux enfants de part et d'autres. Le souverain qui cachait mal être sorti d'un sieste tant sa mine était endormi - le royal coussin avait imprimé sa marque, quant à Marialyn, elle semblait indisposé par l'haleine de son époux ; la choucroute certainement. Le Grand-duc avait revêtu sa tenu de sortie d'amiral de la Flotte, il avait abandonné les médailles pendantes, pour son placard de rappels, impressionnant, quatre rang de médailles, la douzaine de décorations dont Louis était le titulaire en sa qualité de souverain zollernois, maurésien, angmarien, persien, locquetien, crassauersteinois et laufenbourgeois mais aussi empereur des Zindes, sans compter les décorations étrangères attribué par ses cousins d'Edoran et de Belondor.

Louis Ier prononçait un discours afin d'introduire les impétrants :


"Vos Majestés, Vos Altesses, Chers cousins,
Monsieur le Premier Ministre,
Messieurs les ministres,
Messieurs les ambassadeurs,
Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, estimés sujets,

Les serviteurs qu'il nous est aujourd'hui donné d'honorer et décorer aujourd'hui figurent parmi l'élite de la Nation. Ils ont mérité d'elle par l'éminence de leurs mérites éminents et la distinction de leur dévouement. Anonyme ou connu et reconnu, ils servent avec abnégation et fidélité le Grand-duché, plaçant leur intérêt personnel derrière le bien commun. A l'occasion de ces fêtes du Trône, nous avons souhaiter honorer ceux, qui spécialement œuvrer à la défenses des intérêts zollernois et à une certaine idée de la civilisation par leur métier de soldat. Avec une abnégation sans faille et un professionnalisme assuré, il porte le succès des armes du Zollernberg au delà de ses frontières, au service de la paix du monde. Nous souhaitons également honorer l'Eglise partenaire indéfectible de l'œuvre civilisatrice zollernoise qui chaque jour donne le témoignage de sa sollicitude aux plus humbles, aux pauvres, aux affligés de Nos Etats. Nous la remercions. Nous souhaitons également féliciter l'engagement associatif, celui qui, au travers de grandes causes, humanitaire ou politique, rappel au Zollernberg son exigence de progrès, ses devoirs de civilisation et sa soif de liberté. Enfin, nous honorons nos ministres et nos officiers civils, ceux qui au gouvernement, dans notre cour ou dans nos provinces, travaillent au rayonnement de notre Couronne et au œuvre quotidiennement au bien commun. Les grands serviteurs se reconnaissent à l'humilité de leur cœur et au zèle de leur esprit. Ils sont un exemple pour les générations présentes et futurs."
avatar
Feu Louis Ier

Messages : 183
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fêtes du Trône 2013

Message  Feu Louis Ier le Ven 8 Nov 2013 - 23:18

Le Chambellan Prince Hanz agissait en maître des cérémonies annonçant un à un les impétrants :
"Lecture de la Lettre patente portant attribution du titre de Princesse Royale"

Le Héraut d'Armes de Zollernberg s'avança. L'office était dans la famille des comtes de Dalberg et duc de Schwarzenberg au Zabrück-Crassauerstein de manière quasi héréditaire, au père Peter Lorenz avait succédé le fils. Il portait un tunique datant du Moyen-Âge sur lequel était cousin  les armes de Zollernberg, et tenait dans ses mains un bâton insigne de sa charge. Il fit lecture de l'acte signé de la main du souverain qui décernait à la Princesse Sophie-Charlotte sa fille le titre de Princesse Royale, réservé aux aînés des filles du Grand-duc, afin de le rendre publique à tous.
Ensuite ce fut au tour de celle qui créait Julius Muller, à vie, Baron de Finkelstein et Pair de la Couronne, d'être lu


Le soldat en uniforme s'avança jusqu'à un coussin, s'y agenouilla. Le souverain prit alors l'épée que lui tendait Son écuyer le duc de Wasserland, et reçu l'impétrant :
- Nous vous faisons Baron de Finkelstein et Paire de Notre Couronne. Relevez-vous Baron.
Au Grand-duc d'ajouter à voix basse : "Nous sommes heureux de vos qualités de soldats"

La personne suivante était le comte Felgenheim, Garde des Sceaux avait revêtu - non sans mal - l'uniforme de cour. Il allait être reçu dans l'ordre de la Sainte-Trinité. Le gros homme avait eu de la peine à se mettre à genou et pourtant il était parvenu, mais il souffrait le martyr, tout le poids de son corps reposant sur ces seuls genoux. Karl von Felgenheim avait une allure pour le moins étrange sous la cape azur des membre de l'Ordre le plus prestigieux du Zollernberg. On fit lecture de la lettre patente, puis le souverain s'avança avec une épée. Le comte Felgenheim se couvrait curieusement les oreilles. Et pour cause, il venait de faire un cauchemard lors de sa sieste : celui que Louis Ier découpait et faisait grillé ses oreilles afin de les dévorer à la manière du bacon.
- Karl Krämer von Felgenheim, Nous vous élevons à la dignité d'officier dans l'Ordre de la Sainte-Trinité.
Puis au souverain de remettre le collier de l'Ordre que lui tendait un page sur un coussin
A voix basse le souverain ajouta : - Félicitation Mon coq.

Vinrent ensuite les ordres grand-ducaux, celui de la Couronne et de l'Empire. On assista à une scène d'émotion lorsque le Grand-duc remis la plaque de Grand-cordon de l'ordre de l'Empire à son fils, la première de ses décorations. Enfin le Grand-duc récompensa quelques militaires de la toute nouvelle médaille commémorative de Parranie : le Feld-Maréchal Vicomte de Castelmore, le Colonel-général Muller, le Major général Wolfenbüttel, le Commodore Baron de Lezingham, des militaires de rang subalternes qui s'étaient particulièrement distingués dans l'exercice de leurs fonctions : le Colonel Ztanzky, chef de corps des cuirassiers du Kronprinz, le Colonel von Schmalz, chef de corps des dragons de Wasserland et le colonel Johannson chef de corps du Royal Scanthélois, ainsi qu'au capitaine Dorner, médecin militaire qui avait soigné avec abnégation les populations civiles laurasiennes. La cérémonie se termina à 16 heures. Il fallait désormais rejoindre la Rezidenz.
avatar
Feu Louis Ier

Messages : 183
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fêtes du Trône 2013

Message  Prince Zabrücksi le Sam 9 Nov 2013 - 21:52

EL : A Pavel Gorilov :Peut-être l'ignorez vous, mais au Zollernberg, un mois équivaut à un an. Cela nous permet de jouer plus des familles que de simples personnages. Aussi, le Prince a perdu son père depuis à peu près quinze ans, mais peu importe, ce n'est pas bien grave Wink
Le Prince eut la surprise de voir un officiel merksiste l'aborder avec autant d'amabilité. C'est de bonne grâce qu'il accepta l'invitation. La mention de son père lui fit grand plaisir. Peu d'étrangers et même de Zollernois lui avaient présenté ses condoléances. Le Prince Zabrücksi père avait perdu la Guerre de Réunion, et il était en passe de perdre la bataille de la mémoire. Sa légende noire triomphait, au grand dam de son fils qui avait adulé son père dans la vie comme dans la mort.

- Je vous remercie Monsieur le Ministre. Je vous prie de bien vouloir transmettre mes remerciements au Sieur Gorilov. Dites lui que sa sollicitude me touche.

Le Zabrückois et le Valdisk prirent le temps de discuter dans l'un des nombreux salons diplomatiques. L'on se félicitait mutuellement sur la paix et la réconciliation zollerno-valdisk. Le ton se fit plus léger, et le Prince avança.

- Saviez-vous que ma famille a possédé pendant plusieurs siècles la seigneurie de Brezt-Litovzk en Zaxe. C'est la vieille dénomination zollernoise pour désigner grozzo modo l'actuel oblast d'Eriagrad. Hé bien, figurez-vous que j'ai appris récemment l'existence et l'importance d 'un certain Dimitri Litovski dans la … rébellion. Et voyez-vous, je crois qu'il fait partie de la famille de nos anciens métayers.

Le Prince finit son verre et ajouta :


- C'est amusant comme les révolutions redistribuent les cartes, ne trouvez-vous pas ?

______________
Son Altesse le Prince Franz Molenkopv von Zabrücksi,
c.s.t, g.o.c, c.o.e.z, c.z., c.a.a.

Prince Zabrücksi (Zollernberg & Zabrück-Crassauerstein) & Pair de la Couronne
Comte de Meinhof (Kolstein) & Baron de Huezel (Wasserland)
Seigneur de Pratz (Zabrück) & de Breztlitovsk (Zaxe)
Chancelier de Zollernberg
Vice-Roi, gouverneur général des Zindes
Ambassadeur plénipotentiaire extraordinaire (en disponibilité)
Amiral de la Flotte
Colonel de l'Armée zollernoise (sans affectation)

Prince Zabrücksi

Messages : 408
Date d'inscription : 13/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fêtes du Trône 2013

Message  Edorel Gatline le Sam 9 Nov 2013 - 22:50

Gatline en profita lui aussi pour aller souffler dans un des petits salons privées. Il avait repérer dans le salon de musique, accroché au mur et visiblement oublier de tous, un chytarrone, un luth-basse, auquel on avait ajouté un manche d'environ un mètre vingt, et dont on faisait sonner les cordes à vides pour soutenir l'harmonie. Idéal tant pour jouer seul que pour l'accompagnement, le chytarrone est le frère jumeau du théorbe. Et Edorel, on bon théorbiste à ses heures perdues, ne put s'empêcher, une fois seul, d'aller décrocher le malheureux du mur, d'enlever la pellicule de poussière de l'instrument, de l'accorder comme il se doit. Les cordes en boyaux de moutons semblait avoir bien tenu au fil du temps, sans doute la résine avec laquelle ont les enduits habituellement. Edorel chercha des traces sur l'instrument pour en deviner l'origine. Il trouva la petite griffe du luthier Schafzmann, Zotterdam, 1715. Puis, ces préliminaires accomplie, il alla prendre ses aises sur un sofa, coincé entre le clavecin et le violoncelle, posa ses pieds sur la table basse (qui ne méritait sans doute pas un tel affront, mais c'est Gatline et on y peut rien), et commença à gratter quelques accords. Ce qui a de bien quand il fait de la musique, c'est que personne ne vient l'embêter.
avatar
Edorel Gatline

Messages : 541
Date d'inscription : 01/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fêtes du Trône 2013

Message  Feu Louis Ier le Dim 10 Nov 2013 - 21:53

A 17 heures, au soir du premier jour des festivités du Trône, au Palais de la Rezidenz, antique demeure des empereurs de Zollernreich, éclat de leur puissance et écrin des cérémonies de la monarchie se déroulait une cérémonie dont seuls les pays couronné ont le secret. L'office solennel de Sainte-Trinité se tenait en la chapelle Zaint-Bezoar du Palais édifiée par Wilhelm XIV pour célébrer les fastes d'une monarchie toute puissante par la grâce des Dieux. Il y avait là l'élite des serviteurs de la Couronne. Les officiers d'abord, détenteur d'un office de la Couronne au moment de leur nomination ou de leur élévation, le Prince Hanz, comte en Zollernberg, colonel-général de l'Infanterie, avisé conseiller du Grand-duc et ordonnateur de toutes les grandes cérémonies en sa qualité de Chambellan. L'office avait avec lui supplanté en influence auprès du souverain, celui de Chancelier, premier office de la Couronne vidé de son sens par l'octroi des Sceaux au Comte Felgenheim. Jamais le hobereau du Zabrück, industriel de l'agro-alimentaire, ancien premier ministre devenu homme d'état malgré lui n'avait espéré un jour parvenir à un tel honneur. Car l'insigne de chevalier de l'Ordre de la Sainte-Trinité était convoité, la compagnie des chevaliers contingentés à huit, toute la haute noblesse n'y parvenait. L'on retrouvait des noms qui défiait le temps. C'est très naturellement que le Prince Zabrücksi avait pris place dans l'ordre au rang de chevalier succédant en cela à son père. L'on retrouvait des serviteurs éminents récompensés pour leur mérite envers la Couronne, parmi eux des militaires. Si le Feld-Maréchal Vicomte de Castelmore n'y figurait pas, c'est parce qu'il n'était pas zorthodoxe, son athéisme de réputation publique lui avait fermé ad vitam aeternam les portes de la très noble et prestigieuse compagnie. Le Colonel Général Muller en revanche, prenait place parmi les nouveaux impétrants. Il était un militaire déjà chevronné et encore plein de promesse. Les mauvaises langues ne pouvaient s'empêchait d'y voir la marque de son père, le très bien en cour, Lothar Muller ; la famille Muller était bien en cour il est vrai, mais tout le reste n'était que persiflages d'envieux et de mécontents. L'élite de la noblesse assistait à l'office de vêpres présidé par le Carzinal von Pikkendorff, grand aumônier de la Cour, tout nouveau commandeur de la Couronne, dans la chapelle grand-ducale érigée par l'architecte Manzart dans le plus pure classicisme Wihelmien.

Le chapitre solennel de l'Ordre de la Sainte-Trinité avait été particulièrement grandiose. La liturgie strictement observé avait été soutenue par le grandiose de la musique qui s'élevait jusqu'aux voutes peintes, représentant des scènes de la vie des Dieux, de la chapelle palatiale, théâtre depuis trois cent ans des offices divins de la monarchie. Seuls les chants, ceux de Felgenheim et de son Souverain qui s'appliquait en vain, à réciter les prières chantées. Le sermon prononcé par le carzinal Pikkendorff, dont chacun au Zollernberg était édifié par le modèle de simplicité et de piété qu'il offrait à son temps, insista sur la nécessité du service, en particulier celui de la Foi qu'il fallait protégée en tout lieu et s'en faire les témoins privilégiés pour son temps en agissant en tout suivant les préceptes de Bezoar.

L'office terminé, un à un et selon les préséances de leur rang au sein de l'Ordre, ils sortirent tous en procession de la Chapelle, enserrés dans leur cape azure, tête couvert d'une charlotte - ce couvre-chef très à la mode au seizième siècle lorsque la tenue de la compagnie fut codifiée - . Ils marchaient afin de rejoindre la Rezidenz par la cour d'honneur. De part et d'autre de la procession, des soldats de la Maison militaire du Grand-duc faisaient une garde d'honneur et retenaient la foule des badauds venus acclamer leur souverain et les grands du pays. Le Zollernberg manifestait son unité sous l'autorité de la Couronne et de la Sainte-Trinité des Dieux.
avatar
Feu Louis Ier

Messages : 183
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fêtes du Trône 2013

Message  Diplomatie belondaure le Lun 11 Nov 2013 - 19:15

Aucun membre de la famille impériale, des grands dignitaires ou du gouvernement belondaure n'ayant pu faire le déplacement aussi rapidement, c'est l'ambassadeur belondaure près le Grand-duché de Zollernberg, Maximilien de Lourelle, qui était présent parmi les officiels afin de représenter l'Empire de Belondor à ces fêtes du Trône, à la magnificence sans nul autre pareil chez leur voisin oriental. Tout le pays était uni derrière son monarque, qu'on disait d'ailleurs bien plus alerte et travailleur que par le passé. Un effet de la Guerre du Continent de Fanz, paraissait-il...
avatar
Diplomatie belondaure

Messages : 22
Date d'inscription : 22/06/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fêtes du Trône 2013

Message  Feu Louis Ier le Lun 11 Nov 2013 - 21:38

La journée du 30 octobre se terminait était sous les meilleurs auspices. Les plus grandes personnalités du pays avaient rejoint les invités étrangers pour assister à la première du "Zcanthélois Volant" de Zagner. Parmi eux, on comptait la fine fleur de la noblesse zollernoise ancienne ou récente, le Prince Zabrücksi, le Vicomte de Castelmore ou le tout nouveau Baron de Finkelstein. On comptait également des ambassadeurs, le Baron de Tassier et le Sieur de Lourelle mais également des ministres étrangers, Charles Langenays ou encore le camarade Van Imjeer. Après son annonce dans l'après midi, la venue l'Empereur Philippe Ier du Saint-Empire, était très attendue autant que l'absence de son épouse l'Impératrice était remarqué. Ils étaient nombreux dans l'assistance à souhaiter un mariage édoranais pour le Kronprinz. Œuvre pluriculturelle, symbolisant la tolérance et la compréhension d'autrui, heureux hasard ou facétie du gouvernement fustigeant les censeurs, le "Zcanthélois Volant" serait jouée dans la magnifique salle de l'opéra royal.

Il avait fallu les plus grands efforts pour réussir à "caser" tout ce monde. Des négociations avaient même été nécessaire avec ceux qui possédaient ou louaient une loge à l'année. Il ne s'agissait pas de placer un éminent prince étranger à l'orchestre.

Alors que chacun venait de prendre place dans la salle, tous attendaient l'arrivée du Grand-Duc. Celui-ci, impérial, finit par franchir la porte de sa loge personnelle située, à l'évidence, en plein centre de la salle. Tout le public, princes et ducs, zollernois et invités étrangers, se levèrent pour applaudir. A ses côté l'Empereur Philippe, son invité de marque, derrière eux, la Grand-duchesse et ses enfants. Marialyn portait une robe cousue de fil d'argent resplendissante. Nul doute qu'au lendemain, toutes les couturières de Wilhelstaufen recevraient commande pour obtenir une robe identique pour le millier de femmes jalouses dans la salle. Cela ne suffisait pas cependant pour maintenir les regards de l'assistance qui se tournèrent vers la très belle Princesse Royale, dès qu'elle fût visible du public. Au jeu du miroir, la fille était certainement plus belle encore que la mère.

Le couple grand-ducal et son invité de marque prit place, l'Opéra allait pouvoir commencer. La salle fut plongée dans l'obscurité et l'orchestre entama l'introduction de cette oeuvre, forcément majestueuse...
avatar
Feu Louis Ier

Messages : 183
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fêtes du Trône 2013

Message  Feu Louis Ier le Mer 13 Nov 2013 - 21:06

Lorsque le rideau s'abaissa, trois heures plus tard, le public se leva comme un seul homme. Ceux qui se trouvaient dans les loges en corbeille purent même voir le Grand-duc applaudir, ce qui était réputé impossible en dehors du théâtre de boulevard. La représentation était un véritable triomphe, tout simplement.

Les acteurs firent une nouvelle apparition afin de saluer le public, toujours debout et qui n'en finissait plus d'applaudir. Ça et là, des "Bravo!" fusaient. Ce fut au tour de l'orchestre lui-même d'être acclamé. En tout, l'opéra de Zagner reçut quinze minutes de ztanding ovation. Le Grand-Duc, qui avait fait lui-même le choix de cette œuvre pour les Fêtes du Trône, souriait de satisfaction. Disons qu'en vérité on l'avait incité à ce choix, afin que l'on ne se retrouvât spectateur d'un Fil a la patte, de Zeydeau, trop aimé des masses. Louis avec cette chose des bourgeois, il aimait à rire grassement. L'opéra lui était d'ordinaire d'un ennui, for ce soir, les fêtes du trône semblait le transformer. Tout paraissait plus majestueux.

Louis fut le premier à se retirer, et fila lourdement en direction du Palais Cobourg. Il devait se préparer pour la réception que l'on donnait en son nom dans les serres grand-ducales.
Les principaux architectes de ce week-end, qu'il s'agisse du ministre Chesterfield, ou encore du chambellan Prince Hanz, se retirèrent également prestement. Ils savaient tout deux que la fête ne se poursuivrait pas d'elle-même, et qu'ils n'étaient pas au bout de leurs efforts.

La salle se vida petit à petit, tandis que sur le parvis de l'Opéra défilaient carrosses et calèches aux armes des plus grandes et éminentes familles du pays. La plupart prenaient le chemin de leurs hôtels particuliers de la capitale, tandis que les ambassadeurs et princes étrangers rejoignaient leurs ambassades ; il fallait rapidement changer de tenue pour la grande réception au palais Cobourg. Être dans la même pièce que le Grand-Duc de Zollernberg, Empereur de Maurésie et des Zindes, était un honneur qui ne se reproduirait peut-être jamais pour certains. Il s'agissait d'être mis à la perfection pour ces quelques hypothétiques secondes d'attention qui feraient la différence entre une place de choix à la Cour et l'oubli dans un manoir de province pour le restant de ses jours.

Au fur et à mesure que vingt-et-une heures approchaient en ce 30 octobre au soir, les serres grand-ducales se vidaient des centaines de petites mains qui avaient finalisés la mise en place, la décoration. Une batterie de serveurs en livrées impeccables était prête à accueillir les invités de marque du Souverain.
avatar
Feu Louis Ier

Messages : 183
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fêtes du Trône 2013

Message  H.-T. de Seillié-Mouret le Jeu 14 Nov 2013 - 18:02

La présence de l’ambassadeur à l’Opéra-Royal attira quelques regards curieux. Bas de soie, veste en velours à douze boutons dorés et tissée de multiples broderies, jabot d’un blanc pur surmonté d’une broche en ivoire, visage poudré et moucheté, et bien sûr cheveux dits en ailes de pigeon. Arban constituait décidemment une bien singulière présence dans un Zollernberg industriel et bourgeois. Les deux soldats l’accompagnant à chacun de ses déplacements n’avaient naturellement que pris leurs fines épées qu’ils conservèrent sur la hanche, panachés dans leur uniforme militaire de cérémonie. Le trio salua quelques individus de marque avant de se diriger promptement vers le balcon qui lui avait été gracieusement conféré. Le plénipotentiaire observa avec sa paire de jumelles en bronze l’arrivée du Grand-Duc et l’applaudit convenablement avant de s’assoir pour assister à la levée du rideau.

Au début, Arban fut décontenancé par cette musique d’un nouveau genre. Les règles très conventionelles régissant les opéras avarois ne semblaient pas d’usage sur le continent nord, les paroles étaient plus libres et le rythme bien différent. Il lui fallut plusieurs minutes avant de s’adapter à la pièce, mais certains passages le marquèrent beaucoup et la virtuosité du sieur Zagner ne fit bientôt plus aucun doute. Après que les dernières notes de musique se soient tues, l’ambassadeur imita ses voisins zollernois et se leva pour acclamer poliment la pièce

Des échanges de cordialités se succédèrent avec des aristocrates locaux, puis Arban partit retrouver sa voiture qui l’emmena dans ses appartements afin de préparer - en ce qui le concernait - le moment le plus important de ce jour : la grande réception au Palais Cobourg. Les somptueux présents destinés au Grand-Duc ne souffriraient pas d’avantage de leur enfermement dans les grosses malles aldarnorines.
avatar
H.-T. de Seillié-Mouret

Messages : 33
Date d'inscription : 01/11/2013
Localisation : Wilhelstaufen

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fêtes du Trône 2013

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum