Villégiature au Reichberg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Villégiature au Reichberg

Message  Feu Louis Ier le Mer 11 Juin 2014 - 22:31

La Cour était en cette fin de printemps en villégiature au Reichberg, vieille forteresse médiévale au cœur de la campagne Wilhlesteinoise, berceau de la dynastie des Cobourg-Nassau qui s'était éteinte dans la Maison de Klausbourg et en avait donné les premiers grands-ducs. On avait quitté Wilhelstaufen par le train avant d'arrivée à Finkelstein. Julius Muller, Baron de la localité, qui s'était retiré du paysage politique avait accueillit son souverain. Le Grand-duc avait fait une halte d'une nuit dans la bourgade. Puis ont avait rejoint en fiacre Zetternich, où l'on s'était arrêté, le temps de se reposer, avant que les équipages aux livrées bigarrés, celle du Grand-duc, des princes de son sang et des nobles maisons qui constituaient la troupe des courtisans, ne reprennent leur marche. A mesure que l'on avançait vers le Nord-ouest, le paysage se vallonnait et s'hérissait de forêt. Bientôt, l'on vit apparaître les hautes toiture et les créneaux du Reichberg. Le château était un chef d'œuvre d'architecture militaire du Moyen Âge, on le sentait né pour la guerre. Il dominait le village en contrebas, contrôlait la vallée, protégeait naguère l'accès à cette région de marche du Zollernberg féodale, celui des duchés et des principautés rivales. Le compromis de Crassbach puis l'union des couronnes survenues à la fin du Moyen-Âge et qui annonçait la Renaissance l'avait plongé dans l'oubli, bien avant que Violet-le-Herzog, architecte des Grand-ducs et des Patriarches, restaurateur de Canozza, ne lui donne, sur la commande de François-Joseph III, l'innofensive fonction d'habitation et de résidence grand-ducale. Pourtant, tout rappelait la fonction militaire de l'austère forteresse, si peu aimé des courtisans tant on y était à l'étroit. Pourtant, c'était un honneur que d'y être reçu et invité. Comme toute les résidences secondaires de la famille grand-ducale, il ne faisait guère de doute qu'il s'agissait d'un privilège que d'être accepté dans l'intimité de la Couronne.

"C'est loin, mais c'est beau !" serinait-il à son Chambellan, le Baron de Lezingham avec lequel il voyageait, à mesure que le paysage s'escarpait, que la nature s'affirmait. Les eaux tumultueuse du Zcorff bravait, impétueuse, le relief de granit. Après un quart d'heure, durant lequel quelques paysans vinrent à la rencontre du cortège grand-ducal, cherché de leur souverain un signe d'intérêt qu'il leur donnait avec une bonhommie toute paternelle. Les imposants équipages pénétrèrent bientôt dans la haute cour du château, le gouverneur des lieux, un major-général en retraite que l'on avait pourvu de la sinécure et de l'honneur de garder un château royal, vint accueillir son souverain. La forteresse de Reichberg revenait à la vie

avatar
Feu Louis Ier

Messages : 183
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Villégiature au Reichberg

Message  Feu Louis Ier le Sam 21 Juin 2014 - 22:45

Le Grand-duc goûtait sa retraite Wilhelsteinoise, et pour cause, il jouissait d'une liberté qu'il n'avait pas à Wilhelstaufen, où les journées étaient rythmées d'audience, de réunion de travail, de rencontre avec les membres de son gouvernement. Si à Fischach, Louis Ier vivait la vit d'un gentlemen farmer au Reichberg, il goûtait celle de châtelain. Il s'était piqué d'une toute nouvelle passion la botanique qui le poussait à jardiner des heures durant dans la serre qu'il avait fait installer pour ses plans de diverses plantes qu'il se plaisait à consommer. Son épouse, la Grand-duchesse Marialyn, avait insisté pour qu'il fît chaque jour une heure de marche. Ce dont le souverain s'exécutât en compagnie de son aide de camp, le lieutenant-colonel Ufer, issue d'une longue lignée de militaire, dont l'ancêtre le Baron Ufer, général d'artillerie s'était illustré à Austerlitz au côté du Prince Franz-Augustus. Lorsqu'il n'était pas sous sa serre, Louis Ier passait ainsi une bonne partie de sa journée à rencontrer les métayer de son fief en bon père de famille, rêvant de remettre en état de marche les haut fourneaux qui avait fait naguère la prospérité du fief. Il n'était aussi pas rare que le Grand-duc reçût chez lui le Bourgmestre du village, le Sieur Gaztard, heureux père de onze enfants, et qu'il enfilât avec lui et le lieutenant-colonel Ufer qui avait ordre alors d'abandonner son service pour pouvoir rejoindre son souverain et l'édile municipale, quelques bonnes pintes de bière Pillz. La vie était douce au Reichberg.

Ce samedi là le Grand-duc s'était levé à midi, ne respectant guère les horaires que son épouse lui imposait. Au retour de la chasse, car elle figurait aussi au rang des occupations du souverain, il avait dû régler quelques affaires, des nominations qui exigeaient sa signature et que lui soumettaient le Comte Felgenheim venu tout droit de Wilhelstaufen. Le Souverain était heureux de retrouver son vieux camarades. Le repas devait être copieux en présence de la Grand-duchesse, du Kronprinz et de la Kronprinzzezzin. Cependant, celle-ci en début de soirée avait été pris de contraction. L'on avait fait venir le docteur Damienz qui exerçait son art auprès de la famille grand-ducale depuis plus d'un quart de siècle. L'on en avertit le Grand-duc que l'on trouva aux cuisines écoutant les conseils du Comte Felgenheim pour préparer un de ses excellents pâtés de grives dont il avait le secret. Toute séance tenante le souverain se rendit auprès de sa belle-fille.
avatar
Feu Louis Ier

Messages : 183
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Villégiature au Reichberg

Message  Feu Louis Ier le Sam 21 Juin 2014 - 23:06

On ne savait ce qui enthousiasmait Louis Ier à cet instant là. Était-ce la perspective d'avoir un héritier à Sa Couronne, celle de connaître le premier de Ses petits enfants, ou encore l'excitation de pouvoir rajouter un nom dans l'arbre généalogique qu'il confectionnait depuis bientôt un an. Certainement ces trois explications étaient-elles valables. Le Kronprinz était au côté de son épouse. Les deux jeunes gens avaient appris à se connaître, s'apprécier et s'estimer. Une amitié profonde et sincère était née entre le prince et la princesse que l'on avait marié au nom de la raison. Parmi ceux qui faisait antichambre chez la Kronprinzezzin, on comptait bien evidemment la Grand-duchesse, pour qui, après des années d'insouciance, l'avenir de la dynastie de son époux et de ses enfants étaient préoccupation, quitte à se montrer belle-mère tyrannique à l'égard de sa brue. Louis Ier et le Comte Felgenheim était arrivée abandonnant discrètement leurs tabliers au valet de pied, sous le regard sévère de Marialyn. L'on comptait le Chambellan Smith et Mgr Stolz, premier aumônier de la Cour, mais aussi sa mémoire vivante, qui, âgé de quatre-vingt-dix sept ans avait supporté le voyage pour recueillir la confession de son souverain. Assumant son devoir, il avait réuni ses forces, afin d'être là, lorsqu'il s'agirait d'ondoyer l'enfant. Enfin le Sieur Gaztard avait été mandé, afin de représenter le ministre des Affaires Intérieures et rédigé l'acte d'état-civil. L'homme avait sorti le plus beau de ses costumes, bien que celui ci fût troués et rapiécés. Il était visiblement impressionner de se retrouver ainsi dans l'intimité dans la maison Grand-ducale. Ses gestes étaient gauches, sa souveraine regardait d'un air distant et hautain l'énergumène qui était ainsi invité dans l'intimité de Sa Maison. Bientôt le médecin revint : - c'est une fille ! une fille !

avatar
Feu Louis Ier

Messages : 183
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Villégiature au Reichberg

Message  Feu Louis Ier le Sam 21 Juin 2014 - 23:59

- Une fille ! Une fille !

A ces mots, les visages Chambellan Smith et la Grande-duchesse, crispés jusqu'alors, se figèrent comme abattu. Pour Smith, comme pour la Souveraine qui ne le portait guère dans son cœur, le sexe de l'enfant signifiait une chose : la dislocation de l'empire des Klausbourg. Après le règne de Victor-August les Couronnes d'Angmar, de Persis, de Laufenbourg et de Locquetas qui excluaient les femmes et n'étaient pas soumise à une règle de primogéniture stricte, se sépareraient de celle du Zollernberg. Nul doute qu'en Edoran, le propre frère du Grand-duc, Adalbert serait heureux de la nouvelle, rapprochant son fils de la succession au précieux héritage.

Louis Ier n'avait que faire de ces questions. S'il avait espéré un petit-fils afin de partager avec lui tout un tas de chose qui constituaient ses passions : pêche à la mouche, généalogie, botannique, ou encore jouer au soldat de plomb, était heureux à l'idée de serré dans ses bras sa petite-fille qu'il choierait tout autant. Loin des considérations dynastiques, le Grand-duc sauta de joie.


- Ah ah ! me voilà grand-père ! Papala... chantonna-t-il

Le Major-général von Teich-Älter, gouverneur du château, qui était aussi présent, eu la joie d'être le premier à transmettre ses félicitations au souverain, avant d'aller ordonner à une estafette de se rendre au poste télégraphique du village afin de transmettre la nouvelle à Wilhelstaufen. Bientôt la capitale retentirait de cent-un coup de canons pour annoncer la naissance, celle d'un héritier.


Dans sa chambre la Kronprinzezzin, au côté de son époux tout aussi heureux, pu se souvenir d'un de ses rêves, celle d'un ours tenant dans ses bras son enfant lorsque le Grand-duc pris dans ses mains encore poisseuse sa petite-fille déjà ondoyé par Mgr Stolz réveillé par la clameur de la naissance. Venait désormais le choix des noms. On hésita, le Grand-duc voulait honorer la Reine Marguerite, sa défunte grand-mère, né princesse du sang d'Edoran. Toutefois, la perspective que l'enfant régnât un jour fit choisir, sur les conseils de Marialyn, un nom qui puisse convoquer la mémoire d'un souverain identifié de tous les Zollernois.  Aussi décida-t-on du nom de Charlotte-Marie en rappel de la si grande impératrice qui avait régné sur le Zollernreich. La petite princesse, toute nouvelle comtesse de Wilhelstaufen, recevait ainsi pour deuxième prénom celui de Marguerite. Ses troisièmes et cinquièmes prénom furent ceux de Louise, en l'honneur de son grand-père paternelle, et celui de Philippine, en l'honneur de son grand-père maternelle, vinrent ensuite les prénoms de ses parrain et marraine. L'on avait choisi pour parrain le Comte Felgenheim, vœu du Kronprinz pour son enfant. L'on avait choisi pour marraine sa propre grand-mère la Grande-duchesse Marialyn qui tenait à être présent dans l'éducation de la princesse héritière. Si celui de Charlotte figurait déjà, on ajouta le prénom Marialyn à ceux qui lui avait été déjà donné. Enfin, le prénom de la grand mère paternelle appelait celui de la grand-mère maternelle. Cela donnait donc : Charlotte-Marie, Marguerite, Louise, Philippine, Marialyn, Irène

Le Bourgmestre du village s'afférait sous le regard sourcilleux du Chambellan à rédiger l'acte d'état-civil bientôt prêt.


Dernière édition par Louis Ier le Dim 22 Juin 2014 - 0:31, édité 1 fois
avatar
Feu Louis Ier

Messages : 183
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Villégiature au Reichberg

Message  Feu Louis Ier le Dim 22 Juin 2014 - 0:23

Le Sieur Gaztard termina de rédiger l'acte d'état-civil qui serait exposé aux grilles du Palais Cobourg afin que la population de la capitale et de l'Empire puisse en prendre connaissance.




PROCES-VERBAL DE LA DELIVRANCE DE
SON ALTESSE ROYALE LA GRANDE-DUCHESSE MARIALYN


   L'an deux mille quatorze, le 21 juin,

   Nous, Philipp Gaztard, Bourgmestre du village de Reichberg,

Sur l'avis à nous donné par le Très Honorable Alexander Smith, Baron de Lezingham, Membre du Conseil Privé, Chambellan de Son Altesse Royale, de l'heureuse délivrance de Son Altesse Royale la Princesse Marie Constance, Princesse d'Edoran, Kronprinzezzin de Zollernberg, épouse de Son Altesse Royale le Prince Victor-August de Klausbourg, Grand-duc de Zollernberg.

Nous sommes transporté, au Palais Cobourg à l'effet de constater la naissance de l'enfant auquel la Princesse venait de donner le jour, et d'en dresser le procès-verbal.

Au palais sont arrivées les personnes ci-après dénommées, qui ont été invitées par Son Altesse Royale le Grand-duc en qualité de témoins :

   Le Très Honorable Karl Krämer von Felgenheim, Membre du Conseil Privé, Garde des Sceaux,

   Son Excellence Mgr Ernzt von Stolz, Evêque émérite de Kreuzunburg, Premier Aumônier de la Cour,

   Le Très Honorable Alexander Smith, Baron de Lezingham, Membre du Conseil Privé, Chambellan de Son Altesse Royale,

   et le Major-Général von Teich-Älter, Gouverneur du château royal et forteresse de Reichberg

   

En présence du Très Honorable Karl von Felgenheim, le docteur en médecine Franz Damienz nous a présenté à minuit et dix-neuf minutes, le vingt-deux juin, un enfant auquel Son Altesse Royale la Kronprinzezzin la Grande-duchesse Marie-Constance venait de donner le jour et que nous avons reconnu être un enfant nouveau-né de sexe féminin, vivant et bien constitué.

Le docteur Franz Damienz nous a déclaré que l'enfant est né le vingt-et-un juin deux mil quatorze à 23 heures 59 minutes.

L'enfant recevra les prénoms suivants:

Charlotte-Marie, Marguerite, Louise, Philippine, Marialyn, Irène


De tout quoi nous avons dressé procès-verbal en deux exemplaires dont l'un restera déposé dans les archives de la Famille Grand-Ducal et l'autre dans celles du Ministère des Affaires Intérieures. Après quoi les témoins ont signé avec nous le présent procès-verbal clos à Reichberg, les jours, mois et an mentionnés ci-dessus à minuit et quarante minutes.


 
 Dont acte,


   Bourgmestre de Reichberg, représentant le Ministre des Affaires Intérieures

   Philipp Gaztard

   

   Le Garde des Sceaux

   Karl Felgenheim

avatar
Feu Louis Ier

Messages : 183
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Villégiature au Reichberg

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum