Délégation zollernoise à la conférence de Talamanca

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Délégation zollernoise à la conférence de Talamanca

Message  Feu le Duc de Silverstein le Sam 31 Jan 2015 - 23:46

Était-ce l'air de la mer ou une quantité ogresque de Von Felgenheim*, qui avait plongé le Premier Ministre dans une flémingite aigüe. La contagion semblait s'être propagé à Silverstein qui, par chance, était en voie de rémission après cette rechute aussi soudaine que spectaculaire. Le Ministre, devenu chef de délégation par défaut, avait fait venir auprès de lui le tout nouveau secrétaire général de la Wilhelmshof, le Très Honorable Baron de Finkelstein dont il appréciait la science juridique, l'expertise et la connaissance des relations internationales, ainsi que le premier soldat du Zollernberg, Comte de Castelmore, très puissant directeur des ZZZ et Feld Maréchal connu pour son franc parlé et son sens de l'action, ce dont Silverstein lui savait gré.

C'est donc ce petit triumvirat qui allait reprendre la tête de la délégation zollernoise. Le navire zollernois amarré au port était en quarantaine, avait contraint la petite délégation à s'installer dans le navire hôtel Scanthélois où on avait investit la suite réservée au Zollerrnberg, après avoir au préléable vérifié qu'aucun micro espion ne rapporterait les discussions zollernoises. Il faut dire que la présence des Valdisks et des Krasslndais, malgré les consignes de détente, mettait les agents de sécurité et de protection des ZZZ à cran.

Les trois hommes - parmi les plus puissants du Grand-duché - se réunirent afin de rédiger l'intervention zollernoise du lendemain devant la conférence des nations.
*célèbre chaîne zollernoise de restauration rapide fondée par l'ancien premier ministre Karl von Felgenheim.
avatar
Feu le Duc de Silverstein

Messages : 196
Date d'inscription : 22/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Délégation zollernoise à la conférence de Talamanca

Message  Feu le Duc de Silverstein le Dim 1 Fév 2015 - 1:10

Le Feld-Maréchal et le Secrétaire Général de la Wilhelmshof, travaillant de concert, n'avait pas manqué, dès leur arrivée, de fournir un rapport détaillé des travaux de la conférence, agrémenté d'une analyse et de propositions ; le rapport portait l'emprunte du Baron de Finkelstein. Le Ministre l'avait étudié avec attention, l'on travaillerait au discours qui donnerait la position du Zollernberg dont la parole était attendue :

"Mesdames et Messieurs les chefs d'état et de gouvernements,
Excellences,


Le Zollernberg, quoiqu'éloigné des discussions, n'en a pas moins été attentif aux débats qui ont animé cette honorable assemblée. Comme chacune des Nations représentées, il a placé dans le congrès de Talamanca les espoirs de paix, d'amitié et de coopérations entre les peuples de l'Archipel. Nous avons pensé que ces buts, ceux de l'Organisation des Nations de l'Archipel devaient être revendiqués. La paix mutuelle n'était pas le seul espoir que nous étions en droit  de formuler. Bien que nous comprenions les craintes d'ingérence régulièrement formulée, il semble au Grand-duché que l'Organisation des Nations de l'Archipel ne peut réaliser pleinement les hautes ambitions que nous lui avons assignés seulement si elle est opérante. Il faut donc lui donner les moyens de son action. La paix n'est pas une déclaration d'intention elle est une préoccupation de tous les instants que seul un arbitre au dessus des intérêts particuliers de chacun peut réaliser. Il manque à l'ONA, en sa qualité propre, les moyens de prévenir, de réprimer, de sanctionner et de régler les conflits. Avoir omis de lui octroyer ses pouvoirs, certes menaçants pour chacun de nos gouvernements, c'est avoir rendu le texte que nous allons signer caduque et vide de sens. De plus, il nous apparaît que l'empire de cette charte et sa force contraignante, validé par la majorité des nations souveraines de l'Archipel, aurait dû pouvoir s'étendre aux non-membres de l'organisation en raison de l'impérieuse nécessité du maintien de la paix et de la sécurité internationale.

L'ONA que nous venons de créer devra également être amendée afin de préciser son fonctionnement, de rendre plus efficace ses moyens d'action, et de laisser davantage de place à l'expression des peuples. Le secrétaire général doit pouvoir voir son rôle défini et limiter à celui d'un exécutant des décisions de l'ONA dont la présidence doit revenir tour à tour à chacun de ces membres. Enfin, il manque à l'édifice que nous venons d'élever un bras armé : une cour internationale de Justice ; le Zollernberg l'appelle de ses vœux.

Les considérations que je viens de développer pousse le Zollernberg a choisir la voix de l'abstention. Cette abstention en marque pas une désapprobation sur les principes mais bien sur les moyens dévolus à l'ONA pour accomplir les buts que nous lui avons fixés. Soyez cependant certains chers collègues, bientôt membre de l'ONA, que le Zollernberg travaillera, de concert avec toutes les bonnes volontés, à l'optimisation de son fonctionnement dans la perspective du bien commun universel."

Alors qu'en dites-vous messieurs ?
avatar
Feu le Duc de Silverstein

Messages : 196
Date d'inscription : 22/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum