Kreunzunburg Allgemeine Zeitung

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Kreunzunburg Allgemeine Zeitung

Message  Zollernberg le Jeu 29 Déc 2011 - 1:20

Sans la liberté de blâmer il n'est point d'éloge flatteur
Alexander Karon von Beaumarchais, Les épousailles de Figaro.


Dernière édition par Zollernberg le Jeu 29 Déc 2011 - 3:01, édité 1 fois

Zollernberg
Admin

Messages : 490
Date d'inscription : 07/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://zollernberg.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kreunzunburg Allgemeine Zeitung

Message  Zollernberg le Jeu 29 Déc 2011 - 1:22

Splendeurs & Décadences : Révélations sur le Prince Zabrücksi !



S'il est un sujet que la littérature aime à dépeindre, c'est la montée et la chute des héros. Depuis quelques mois déjà le Zollernberg est sous la férule d'un homme que l'on pourrait croire appartenir à cette race d'hommes. Il est tout autre chose en vérité. S'il fallait résumer le Prince Zabrücksi en quatre mots ceux qui nous viendraient à la bouche seraient : impertinent, bavard, menteur et tricheur.


L'impertinence est le premier de ses vices. Il se gausserait en privé de gouverner le Zollernberg, profitant des faiblesses du Grand-duc Louis, notre bien aimé souverain, dont il abuse des grâces : Amiral de la Flotte sans jamais avoir servi dans la Marine et maintenant Ministre, sans jamais avoir reçu l'onction du peuple.


Le bavardage est le second. L'homme, Ministre des Affaires Intérieures, a promis à qui voulait l'entendre une grande réforme sociale et nous citons ses mots tels qu'ils sont apparus dans le journal des débats : "Tout travailleur doit être protégé en cas d'accident , entrainant une incapacité de l'ouvrier à survenir aux besoins de son foyer. Aussi, je vous propose des caisses d'assurances en cas d'accident du travail. Leurs financements sera assuré par le travail et les cotisations sociales. Ce système s'appuiera sur des caisses d'assurance gérées par les représentants des entreprises et des travailleurs. L'assurance maladie sera liée au travail. L'État fixera le cadre de l'action des caisses, et redressera la situation en cas de déséquilibre financier." Voilà bien du verbiage pour celui qui n'a su créer qu'un système médiocre, financer par l'Etat, bridant un peu plus les ouvriers.


Menteur. En effet, c'est accablant de vérité, celui qu'on nous a présenté comme le héros de la bataille de Zolderstadt s'est accaparé les lauriers de la victoire, accédant sans aucun mérite pourtant au maréchalat. Le témoignage accablant - que nous publions dans les derniers feuillets du journal - d'un vétéran, le Colonel von Stuttgulfrenheim, aide de camp du Colonel-Général Ethelred de Klausbourg-Laufenbourg, le véritable vainqueur de Zolderstadt, minimise le rôle de Monsieur le Prince dont l'action apparaît désormais comme anecdotique. Il n'a fait qu'agir en renfort d'une charge de cavalerie, "renforts heureux certes mais guère nécessaire", selon le Colonel von Stuttgulfrenheim, qui a bien voulu nous apporter son expertise : "les forces zollernoises étaient suffisantes pour contrer les forces ennemis, la charge des chasseurs du Prince Zabrücksi n'a été ordonné par le Prince Ethelred que pour minimiser les pertes de sa cavalerie".


A ce tableau, que nous avons la douleur de dresser nous pouvons ajouter l'adjectif de menteur. Menteur à l'égard de sa femme et du public et parjure de son serment de fidélité conjugal fait devant l'autel. Le Prince s'est en effet épris de la charmante comtesse Marialyn von Manheim. Il ne s'en cache pas. Les deux amants se sont rencontrés au bal donné par le duc des Zorcades, Monseigneur von Zieger témoigne : "le Prince - quel bel homme - semblait très attiré par cette femme dont la beauté était moins étincelante". Le comte F. [nom tronqué par discrétion], rapporte un membre du Zockey Club, a affirmé qu'elle n'avait pas que son nom à la bouche !


Nous laissons aux lecteurs le soin de juger. Nous lui souhaitons cependant longue vie !


Xan Lyndham, contributeur au KAZ


________

Extrait du livre La Gloire des Klausbourg, par Sttutgulfrenheim, Otto (von), Bibliothèque Historique, Editions de Wilhelstaufen, Wilhelstaufen, 2010.

Ethelred, Louis, Auguste Calixte, Philippe de Klausbourg, prince étranger et baron en Zollernberg, était l'aîné des fils de l'archiduc Klauvis Ier de Laufenbourg, et l'héritier de la couronne de Zaint Wladimir. Colonel-général de l'armée zollernoise après avoir combattu dans les armées de son oncle le roy d'Yrusalem au sud de l'archipel, lors d'une campagne qui opposait l'empire d'Avaricum au Piémont, il avait reçu au service du Grand-duché une tâche de la plus haute importance : vaincre l'armée séditieuse massée dans les monts Savonifières prette à déferler sur le Zollernberg traumatisé par les récents attentats. C'était pour le jeune capitaine que j'étais un honneur de devenir son aide de camps. Sous ses ordres : quatre régiments d'infanterie, autant de cavalerie, et trois régiments d'artillerie formaient le corps d'armée.

Les armées rebelles du Centuryon avaient pénétré sur le territoire zollernois depuis le nord. Laissant derrière elles les Monts-Savonifères. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux le Grand-duché était envahi. Le Zollernberg était déstabilisé par des hommes de l'ombre. Les défenses en Kolstein et en Zabrück désorganisés. Les relations avec la capitale rompue. Les forces dites centuryonnaises étaient composées de mercenaires de Venys et de Scanthéloisie et de toute la racaille du nord de l'archipel, leur généraux étaient d'après les ZZZ des anciens dignitaires de l'Empire honni, que l'état de faiblesse du Zollernberg avait fait sortir de l'ombre.

Les armées se faisaient face, non loin du village de Zolderstadt. Il fallait controler la route de Zollenheim, clé du nord. Les Zollernois, portés par leur désire de justice, et l'ardeur qu'ils avaient à la défense du territoire. La cavalerie était resté en réserve.

A la veille d'une bataille décisive le prince Ethelred arrangua ses troupes : "Soldats, vous êtes le bras vengeur du Zollernberg ! Ne laissez pas impuni l'affront. aujourd'hui vous avez a défendre la terre de vos père. Son intégrité, son honneur. Sous les coups des sabres, sous les bals ne faiblissez pas. Vos femmes, vos enfants, vos frères, vos mères attendent tout de vous. Par Zaint-Ziegfried, Vive le Zollernberg, Vive le Grand-duc"

L'ennemi fut acceuilli par un déluge de feu. L'artillerie zollernoise déversa son plomb sur les première ligne. Alors que l'artillerie ennemi restait embourbée dans un guet sur le Zolder. Les hussards de Siegbaden chargèrent et taillèrent en pièce les artilleurs ennemis. Ils tinrent tête à la cavalerie légère ennemis envoyés venir en aider les bougres tombant sous les sabots de chevaux et les coups des sabres zollernois. Les dragons du Prince Lorenz chargères alors pour soutenir leurs camarades du 3e hussards, mis en difficulés au guets du Zolder. Une charge des chasseurs de Zabrücksi mené par le colonel-prince August vint renversée la situation.

Sur la plaine les rebelles se tordaient de douleurs. Les régiments d'infanterie de ligne ne pouvait avancer, menacé par une charge de la cavalerie lourde ennemie. Ce fut alors une charge héroïque, les deux cavaleries lourdes se rencontrèrent. Les cuirassers de Zalzford, se battirent avec fougue et panache. D'aucun s'il avait été témoin aurait pu rappeler les combats singuliers des chevaliers du Moyen Âge. Ces hommes encuirassés semblaient sortir d'un autre temps. C'était un combat au corps à corps, une lutte féroce et enragée pour la victoire. Au bout d'une heure, la victoire fut dans le camps des cavaliers du baron de Zalzford qui avait trouvé la mort dans l'affrontement.

Le sacrifice des hommes du 3e et de leur chef, le très patriote James Hamilton, ancien Premier Ministre, avait permis aux régiments d'infanterie d'avancer vers la pietaille ennemis. Les mercennaires scanthélois étaient des guerriers chevronnés, les Venyssien non moins redoutés. L'on se regarda pendant des dizaines de minutes. Les officiers ordonnèrent de faire feu. Les lignes de soldats s'éxécutèrent. La poudre obscurcit l'horizon. Vint le moment de la charge à la baïonnette. L'issue du combat était incertaine, le Prince Ethelred accompagné de ses officiers se jeta alors au coeur de la bataille, brandissant l'étendart zollernois, galvinisant ses troupes. A pied, là où le combat était le plus rude, il combattit auprès du simple soldat, risqua comme lui la mort. L'on pu tenir jusqu'à l'arrivée de la cavalerie légère alors par l'affrontement du Zolder chargea avec à sa tête le prince August. La victoire était emportée. L'on entendit des hourra devant la débandade des ennemis du Zollernberg. Les princes Ethelred et August s'embrassèrent. La joie était à son comble. La journée éprouvante. Les vivats montèrent de la troupe : Vive le Zollernberg, Vive le Grand-duc, Vive nos Princes !

L'on poursuivit les fuyards que l'on anéanti alors. L'Etat-major ennemi ne connaissant rien de l'honneur, s'enfuya lui aussi. Rattrapé par les dragons du Prince Lorenz, le prince Ethelred ne daigna pas les recevoir et les confia aux ZZZ.

L'issue victorieuse de la bataille n'empêcha pas de pleurer les morts parmi lesquels se trouvait le baron de Zalzford, les honneurs militaires lui furent rendus. Sa dépouille serait ramenée à Wilhelstaufen avec une garde d'honneur des cuirassiers de Zalzford. Le Prince Ethelred, renterai à Wilhelstaufen. Il avait maintenu la gloire du Zollernberg et l'honneur de son nom.


Dernière édition par Zollernberg le Jeu 29 Déc 2011 - 3:14, édité 2 fois

Zollernberg
Admin

Messages : 490
Date d'inscription : 07/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://zollernberg.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kreunzunburg Allgemeine Zeitung

Message  Feu Prince Zabrücksi le Jeu 29 Déc 2011 - 2:38

Molenkopv von Zabrücksi, August
Zollenheim, Zabrück.


Au rédacteur en chef du Kreunzunburg Allgemeine Zeitung
Wilhelstaufen


Monsieur le rédacteur en chef du Kreunzunburg Allgemeine Zeitung,

Suite à l'article de Xan Lyndham, parue en votre journal le jeudi 29 décembre 2011, je me permets de vous intimer, dès la publication de votre prochaine édition, la parution d'un démenti de vos injures et diffamations.

Sans quoi, j'attaquerais, en mon nom, votre journal devant le Tribunal de Première Instance pour injures par voie publique, atteinte à la vie privée, diffamation, et offenses faite un agent du gouvernement en exercice.

Je vous saurais gré d'enregistrer ma plainte, j'ose espérer que nous n'en arriverons pas à de tels extrémités et que vous reviendrez rapidement à la raison.



Prince August Molenkopv von Zabrücksi

avatar
Feu Prince Zabrücksi

Messages : 197
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kreunzunburg Allgemeine Zeitung

Message  Feu Prince Zabrücksi le Jeu 29 Déc 2011 - 16:44


C'est le député Meier qui en avait informé le Prince. Du fait des calomnies proférés par l'odieux scribouillard du KAZ, une large majorité de députés conservateurs avait appelé à un rassemblement protestataire contre l'hebdomadaire. Des milliers de personnes s'étaient attroupés devant les locaux du journal, scandant des propos hostiles et parfois violents, contre le journaliste, le journal ou tout simplement les libéraux. Les manifestants avaient jurés de reproduire ce type de rassemblements jusqu'à ce que le journal publie un démenti et renvoie le journaliste.
Quelques excités, furieux du traitement indigne qui avait été réservé au Chancelier, avaient jeté des pavés contre les fenêtres du journal et tenter de pénétrer de force dans le bâtiment.
La prévôté était intervenu, et les députés présents avaient désavoués ces quelques excités.


On n'attaque pas Zabrucksi, songeait le Prince, sans s'en mordre les doigts....
avatar
Feu Prince Zabrücksi

Messages : 197
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kreunzunburg Allgemeine Zeitung

Message  Feu Baron de Lezingham le Ven 30 Déc 2011 - 0:23

Le rédacteur en chef parvint à sortir des modestes bureau du KAZ, et se dissimulant, parvint à ne pas être molesté par la foule. Il rejoignit l'Hôtel Strendz. Tout y était paisible. A deux pas du Palais l'on est assuré de jouir d'une sécurité des plus parfaites. Philipp de Prey était rédacteur en chef du KAZ depuis près de trente-sept ans, n'avais jamais connu un tel déferlement de haines. Il arriva en sueur à l'Hôtel Strendz, se fit annoncer après que Nestor l'a eu dévêti.

- Entrez donc, mon cher de Prey, je prépare notre riposte. Allons vous êtes tout pâle.

- Monsieur le Ba... Baron, des manifestants ont attaqué les bureaux du KAZ et scandent des slogans hostiles à l'égard de tous ce qui est libéral.

- Bah, fi donc, c'est de l'intimidation. Je reconnais bien là cette brute de Zabrücksi. - Le Baron disait tout cela avec une telle désinvolture. On aurait dit qu'il maîtrisait tout de la situation.

- Que devons-nous faire ? - Dit le pauvre rédacteur montrant la lettre que le Prince Zabrücksi lui avait adressé

- Ah Ah ! C'est du Zabrücksi tout craché, se croire obliger d'intimer, d'ordonner, de tout faire de par sa volonté. Tout d'abord réparez vos pots cassés, ensuite défendez l'honneur de votre journal, rendez cette lettre et votre réponse publique, enfin attaquer le Morgenheim Post à votre tour. De Prey soupira, Lezingham s'en amusait. Surtout ne faites rien de politique ; il y a un temps pour chaque chose... Je n'ai jamais porter la robe noir des avocats, voilà qui m'en donnera l'occasion, je me chargerai moi-même de votre défense. "Quelle tribune !" se disait-il. Tout cela sera bientôt fini, Zabrücksi en perdra ses écails, et nous mangerons du serpent - (le serpent identifie les Zabrücksi. Leurs armes sont : "D'argent à la couleuvre ondoyante d'azur engloutissant un ange de carnation"). De Prey n'était guère plus rassuré - Monsieur le Procureur Général de la Couronne et son épouse viennent prendre le thé, me ferez-vous l'honneur de rester ?

- Non merci Monsieur le Baron, je dois retourner au KAZ, voir si ces énergumènes n'ont pas tout détruit.

De Prey s'en alla quite pour une belle frayeur lorsqu'il vit une des brutes espèces qui assaillaient son journal lui demander du feu.
avatar
Feu Baron de Lezingham

Messages : 153
Date d'inscription : 26/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kreunzunburg Allgemeine Zeitung

Message  Zollernberg le Sam 31 Déc 2011 - 5:04

Le KAZ défendra son honneur !


Interpelé par le Prince Zabrücksi au sujet de l'article révélation à son sujet, intimé de se dédire, mis en cause publiquement par ses partisans et violemment pris à parti, le KAZ a pris la décision de rendre publique la correspondance entre le Prince Zabrücksi et son rédacteur en chef, afin de servir le jugement de l'opinion.




Molenkopv von Zabrücksi, August
Zollenheim, Zabrück.


Au rédacteur en chef du Kreunzunburg Allgemeine Zeitung
Wilhelstaufen



Monsieur le rédacteur en chef du Kreunzunburg Allgemeine Zeitung,

Suite à l'article de Xan Lyndham, parue en votre journal le jeudi 29 décembre 2011, je me permets de vous intimer, dès la publication de votre prochaine édition, la parution d'un démenti de vos injures et diffamations.

Sans quoi, j'attaquerais, en mon nom, votre journal devant le Tribunal de Première Instance pour injures par voie publique, atteinte à la vie privée, diffamation, et offenses faite un agent du gouvernement en exercice.

Je vous saurais gré d'enregistrer ma plainte, j'ose espérer que nous n'en arriverons pas à de tels extrémités et que vous reviendrez rapidement à la raison.


Prince August Molenkopv von Zabrücksi




Monsieur Philipp de Prey,
Rédacteur en chef du Kreuzunburg Allgemeine Zeitung,


Monsieur le Prince



Votre Altesse,


Le Kreuzunburg Allgemeine Zeitung emploie des méthodes journalistiques. Le KAZ a été le seul journal zollernois à se voir gratifier du Prix Pullytzer de la prestigieuse fondation Watersee, en la personne de Peter Franz Lazenaire, feu mon prédécesseur. Ses rédacteurs et ses contributeurs font preuve de professionalisme et s'appui sur des investigations. Je prends acte de la remise en cause des faits décrits dans l'article du sieur Lyndham. Nous vous reconnaissons le droit de les contester, nous les réputons cependant pour vrais et ne publierons aucun démenti, assumant par là pleinement les conséquence de ce choix.

Le KAZ est un journal libre, il n'a jamais plier devant les intimations des grands. Le journalisme d'opinion qu'il revendique n'a jamais abdiquer la vérité.


Cordialement,


Philipp de Prey

Zollernberg
Admin

Messages : 490
Date d'inscription : 07/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://zollernberg.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kreunzunburg Allgemeine Zeitung

Message  Zollernberg le Lun 16 Jan 2012 - 0:05

Gloire et splendeurs du Prince Zabrücksi



Vive Monsieur le Prince ! L'homme vient de sauver le Zollernberg d'une poignée de républicains inoffensifs. Que ferions nous le Prince Zabrücksi, homme d'Etat remarquable et militaire de génie.


Monsieur le Prince est né dans la petite province de Zabrück. Son père le Prince Franz a eu le malheur de ne pas marquer l'histoire familiale teintée de hauts faits de gloire contre le peuple, d'aimer dit-on les hommes et de se marier par convenance à une aristocrate fin de race, fort laide mais descendante des Ducs de Zaxe. Les quartiers apportent ce que la beauté ne donne. La jeune Gizèle avait donc trouvé un mari, elle mit au monde un bel enfant blond. Son époux y était-il pour quelque chose ? Nous pouvons en douter et croyons davantage à l'oeuvre d'un des palefreniers de Pratz.


L'honneur de s'appeler Zabrücksi ouvrit au jeune August les portes de l'académie militaire de Zandhurst. Il y fit une scolarité que l'on jugea moyenne, mais sorti diplômé. Le brevet acheté par grand papa le fit colonel. Il s'illustra dit-on à Zolderstadt - l'on nous a assuré que c'était la vérité -. Il épousa un ventre et un nom, Victoire von Schwartzwolf, fille du Premier Ministre Schwartzwolf, de quoi faire oublier le passé ultraciste de la famille. Deux enfants plus tard, ses efforts de courtisan payent, le voilà maréchal de Zollernberg et gratifié de la charge de Chancelier.


L'homme aime le pouvoir c'est certain. Autoritaire, il l'est pourtant si peu. Il méprise ses supérieurs, écrase ses subalterne, tyrannise sa majorité, piétinne la constitution et se rêve grand soldat. Son génie militaire lui permet de venir à bout de quelques milliers d'ouvriers improvisés soldats, sans expériences des armes. Les viols, les pillages, les massacres, les destructions, sont les lauriers de sa victoire. Kreuzunburg est à ce jour sont plus haut fait d'arme... et en ruine. Le maréchal de Zollernberg a mené ses régiments au combat avec un incommensurable courage, contre les femmes, les enfants, les vieillards et une poignée de pauvres ères - trois milliers tout au plus, au prise avec quinze milles soldats entraînés et bien équipés, quel péril ! -. Les exécutions sont sans jugement, les exactions sont légions, Monsieur le Prince est sanguinaire mais efficace. Le Boucher de Kreuzunburg est né, héroïque et magnifique.


Monsieur le Prince a sauvé le Grand-duché du républicanisme et du socialisme - on nous l'assure en plus haut lieu - Mais nous, peuple de Zollernberg, qui nous sauvera de Monsieur le Prince ?


- Xan Lyndham, contributeur au KAZ





Zollernberg
Admin

Messages : 490
Date d'inscription : 07/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://zollernberg.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kreunzunburg Allgemeine Zeitung

Message  Feu Philip de Prey le Mar 21 Mai 2013 - 22:57

[justify]
"Nous menons une marche vers le progrès"



Âgé de soixante-dix-huit ans et toujours en bonne santé, - nous avons soixante-douze et pouvons en témoigner alors que nos passages aux cabinets d'aisance sont toujours plus fréquents - Manfred Chesterfield a l'œil vif et alerte des anciens soldats de l'armée grand-ducale, sa voix rocailleuse de lieutenant-colonel de cavalerie a traîné sur les champs de bataille du Zollernberg. Il possède la robuste allure des soldats sorti du peuple qui ont avalé un à un les grades et gagnés leur place à coups de sabre et à force de panache. Sa moustache est de tous les attributs du personnage certainement le signe le plus éclatant de sa virilité assumée et extériorisée. On se l'arrache d'ailleurs dans la jeunesse libérale du pays, sur les visages de laquelle, elle marque de son horizontalité et de sa verticalité toute la revendication à l'indépendance, à l'esprit libre d'une jeunesse en recherche de modèle. Manfred Chesterfield aurait pu être grand père aujourd'hui, sa carrière ministérielle, sous le règne de François-Joseph III à la tête du Trézor aurait pu être la fin d'un prestigieux parcours qui mena d'une obscure forge du Kolstein à l'Hôtel du Schazthof, si le Premier Ministre Gatline ne lui avait proposé de rentrer au gouvernement, à la tête des affaires intérieures. Le sabreur, ancien hussard devait en avoir assez de sa cantinière, il s'en est retourné au front, trop heureux d'en découdre à nouveau. Celui que l'on surnomme le Puma - en raison de ses longues moustaches et de sa pugnacité - a repris du service. On l'avait connu dans le rang conservateur grande gueule et à contre courant, quittant le parti de manière tonitruante lorsque celui s'arque boutait sur les privilèges fiscaux de la noblesse et du clergé. On le connait aujourd'hui dans les rangs whig, homme de pragmatisme et réformateur. On lui doit en l'espace d'un an, la réforme des institutions locales, la création d'un service d'incendie et de secours et enfin l'ouverture des femmes au suffrage qui fait tant débat. L'homme est contesté dans sa méthode, est accusé d'anticléricalisme et d'athéisme, mais il reste droit dans ses bottes. Le ministre Chersterfield bien voulu livré au KAZ une interview.

Propos recueilli par Philip de Prey




KAZ : Monsieur le Ministre, Bonjour, rentrons dans le vif du sujet, vos détracteurs vous accusent d'anticléricalisme et d'autoritarisme et contestent votre méthode de gouvernance, que leur répondez-vous ?

Manfred Chesterfield : Mes prérogatives m'autorisent à réglementer par arrêté pour le moins qu'il précise une loi, ce fut le cas jusqu'à présent. Le pays est en attente de réforme, notre gouvernement à reçu mandat pour cela et nous les mèneront à leur terme. J'entends bien les réticences des forces hostiles au progrès, mais elles sont déjà hors de l'Histoire. Mes détracteurs peuvent m'accuser d'anticléricalisme. Je ne le comprends pas très bien à dire vrai. Il me semble au contraire que c'est le clergé qui mène des attaque notre gouvernement en s'ingérant dans notre vie politique dans un débat sur lequel elle n'a pas été invité à s'exprimer. Mais je ne confonds pas les menées de quelques prélats en mal de notoriété avec la clairvoyance de l'institution pluriséculaire Notre Zainte Églize Zorthodoxe dont nous reconnaissons le rôle social et les bienfaits qu'elle peut apporter à chacun de le secret de nos conscience. L'État n'est pas en concurrence avec l'Église, il en est un partenaire lorsqu'il s'agit d'œuvrer pour l'éducation et la santé de tous les Zollernois.

KAZ : Votre récent arrêté d'ouverture du droit de vote aux femmes fait polémique ; comment l'expliquez-vous ?

M.C. : Il me semble que ce droit nouveau était légitime, la plus belle parti de notre population avait été depuis bien trop longtemps privé d'un droit élémentaire. Les femmes effectuent les tâches ménagères, élèvent nos enfants, travaillent à l'usine et dans les champs, sont chefs de famille lorsque le père n'est plus là, sont infirmières, institutrices, sage-femmes, médecin même parfois ! Leur place dans la société n'est plus à démontrer. Je considère le droit de vote comme un droit légitime et non comme une fonction uniquement masculine. Nos détracteurs promeuvent la complémentarité, je crois en la complémentarité des votes. En effet, voyez-vous, il me semble que femmes plus maternelles moins abrupte que les hommes seront plus promptes à favoriser des programmes d'adoucissement des mœurs et de paix social. Notre société ne s'en tirera que mieux.

KAZ : L'évêque de Zozolulu vous accuse d'être "un athée notoire" et "violemment anti-zorthodoxe" ; que répondez-vous à cela ?

M.C. : Je ne souhaite pas tomber dans à la polémique navrante ouverte par ce prélat. C'est un exemple des attaques dont je fais l'objet. Que vos lecteurs soient rassuré, elles n'atteignent pas le vieux sabreur. Monseigneur Zabrücksi doit confondre la mitre des évêques avec le bonnet des ânes. A ces accusations, je répondrai qu'il n'est pas mon confesseur et c'est heureux !

KAZ : Comment jugeriez vous votre action au Carlsberg ?

M.C. : Les réformes ne vont jamais assez vite et notre tâche est immense. Nous avons reçu mandat pour réformer le Grand-duché et nous mènerons notre action à terme ; à contre courant des dogmes qui enserrent nos esprits s'il le faut, mais pour le bien de tous il est certain. Il n'est pas aisé de lutter contre les conservatismes, il faut parfois les ménager. Nous menons une marche vers le progrès. Il est impossible pour nous d'échouer.



- Philip de Prey, Rédacteur en chef du KAZ



avatar
Feu Philip de Prey

Messages : 4
Date d'inscription : 21/05/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kreunzunburg Allgemeine Zeitung

Message  Feu Philip de Prey le Lun 24 Mar 2014 - 22:27

Crise en Russlavie ou l'abdication des démocraties


Alors que le sommet de Vadrak-am-See réuni les grandes puissances de ce continent dans une tentative désespérée de maintenir la paix sur le continent Nord, la guerre civile fait rage en Russlavie apportant un flot de massacres de civiles innocents toujours plus nombreux. Les criminels de guerre ont le vent en poupe. Qu'ils s'agissent du prince Pojarski ou du comte Ostermann-Ivanovitch, ils fait bon de piller, de violer, et de rançonner sous couvert de l'autorité légitime dans les terres russlaves.

L'on connaît les humeurs parfois sauvages de nos voisins slaves, la population trop longtemps maintenu dans l'obscurantisme des popes et sous l'oppression des Tsars semblent comme insensibles aux fléaux qui parcourent leur terre. Le cynisme cependant atteint son paroxysme, lorsque notre ministre des affaires extérieures, le trop xénophile - à en juger les rangs conservateurs - Vicomte de Castelmore, s'arrogeant le pouvoir de décider seul de la politique étrangères de notre nation, soutient officiellement le Prince Pojarski, criminel de guerre et criminel contre l'humanité qui se délecte dans l'organisation de pogroms d'hébraïtes. Notre démocratie est tombée bien bas. Que fait le Premier Ministre ? A-t-il oublié sa promesse de soutenir les démocraties ?

Le gouvernement libéral a déçu. Décevra-t-il encore. Nous avons un rôle d'objecteur de conscience. Le camp de tout démocrate est choisi, il est dans le soutient au gouvernement modéré du républicain du maréchal Romanovsky qui a le seul tort aux yeux de Gatline le moralisateur d'être soupçonné d'avoir trempé dans l'assassinat de la famille impériale. Des soupçons, voilà qui suffit pour jeter de vrais démocrates aux gémonies et condamner tout un pays au sabre vengeur des Pojarkistes.

Le cynisme du sinistre des affaires extérieures ne s'arrêtent pas là. Non comptant de refuser de rejoindre le camps de la liberté, il entend faire un coup diplomatique qui doit servir sa propre gloriole : réunir les protagonistes de la guerre et imposer l'idée d'une monarchie parlementaire comme voix de compromis. C'est un pari bien oser. Le Saint-Empire par la voix de son représentant auprès des forces loyalistes n'a exiger qu'un verni de démocratie propre à donner le change à son opinion publique. Que la nôtre ne si trompe pas, il s'agira d'œuvrer pour la carrière de notre ministre. Le Grand-duché, plus vieille des démocraties de ce micromonde risque de perdre son âme à soutenir la dictature et les forces autocratiques. Il ne doit pas oublier sa vocation universelle : la Liberté.


Philip de Prey - rédacteur en chef
avatar
Feu Philip de Prey

Messages : 4
Date d'inscription : 21/05/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kreunzunburg Allgemeine Zeitung

Message  Feu Philip de Prey le Lun 31 Mar 2014 - 18:13

L'ego ça rend marteau !




Ce matin, une lettre ouverte publiée chez nos confrères de Zollpress a provoqué une tempête dans le monde politique, davantage encore un séisme, un tsunami. Les qualificatifs ne sont pas trop fort pour décrire l'onde de choc provoqué par la missive du ci-devant ministre des Affaires Extérieures à son Premier Ministre. Le parti whig était associé au parti libéral depuis plus de trente ans ; on se souvient des coalitions pour le progrès mis en place par Alexander Smith devenu depuis Baron de Lezingham. Il n'en est plus. Notre vieux rêve d'union pour le progrès des libertés et de l'égalité au sein de la société zollernoise vient d'être brisé sur l'autel de l'ego.

Car d'ego, il ne s'agit que de cela. Celui d'un ancien Premier Ministre, devenu Ministre, ne supportant d'être relégué à la troisième place. Le Premier Ministre Muller avait choisi de conserver ce cacique de la vie politique zollernoise afin de ne pas gouverner seul et de maintenir une majorité pour le progrès alors que le nombre de sièges dont il disposait à la Chambre lui permettait de passer outre les caprices du Vicomte de Castelmore. Bien mal lui en a pris de tendre la main et de renforcer la position de son prédécesseur au service de nos idéaux de libertés et de progrès sociales, ce dernier s'être cru en sinécure à tôt fait de la lui mordre une fois rappeler à l'ordre.

On se souvient du terrible spectacle donné par notre diplomatie insoumise aux Krasslandais, comme sont encore honteuse d'actualité les piteuses menés du premier de nos diplomates s'excusant de porter le nom de Zollernois. Nous ne sommes pas nationalistes mais du moins sommes nous patriotes et maintenons haut l'honneur du nom Zollernois surtout lorsqu'il agit pour la liberté et la démocratie.

Le ministre Gatline a donné ce matin sa démission. Laissant admiré par tous sa petite stature d'homme d'état, ne s'élevant plus haut qu'un charretier de Wilhelstaufen - avec tout le respect que nous avons pour cette profession, il faut avouer que leurs paroles n'ont rien de châtiée -, notre ministre s'est laissé aller à des imprécations contre le gouvernement libéral allant jusqu'à insulter son chef. Tout cela sonnait éructions plus que véritable argumentation. Pourquoi donc a-t-il fallu ce règlement de compte se passa en public. Doit-on songer à un calcul bassement politicien ?

Il faut dire que le gouvernement libéral a déçu. Les réformes attendues ne sont pas venues. Loin de nous la volonté d'accabler un gouvernement de progrès. Nous le savons, les réformes sont prêtes. L'immobilisme des sociétés, marqués par des siècles d'obscurantisme orchestrés par la noblesse et le clergé, est bien souvent difficile à combattre. Jusqu'à ce matin, car nous verrons que la journée a été forte en rebondissement, les sondages donnaient les libéraux défaits par un parti conservateur caracolant en tête suivi des whigs et du Zentrum de Lemberg. Entre deux pires ennemis, Zabrücksi ou Muller, Gatline aura choisi son camps, préférant favoriser le premier au second.

Il faut rappeler que notre Zabrücksi national, à force de se prélasser dans ses Palais où il vit de la rente public - on se souvient de la ligne Gatline en état d'alerte et de son chef d'état-major préférant fêter son mariage plutôt que de commander ses hommes, tout comme on se rappelle que les Zindiens attendent toujours de leur Vice-Roi une réforme politique et administrative - subi une fronde au sein de son propre. Le Prince aussi peu enclin au travail et à l'effort que la couleuvre de ses armes doit répondre devant les caciques du parti de ses défaites répétées aux élections générales et de sa molle opposition au gouvernement à la Chambre. Il a promis à la vieille garde de vaincre ou de se démettre. Aussi craint-il d'être évincé et de voire se fermer à jamais les portes de l'Adlersberg qu'il convoite tant. Gatline aurait donc choisi celui dont la candidature à la primature avait causé son entrée dans l'arène politique, l'alliance avec un parti auquel tout l'oppose.

Privilégier la satisfaction de son ego, voilà la véritable raison de ce revirement. Ne supportant plus Muller, entrevoyant de pouvoir écrasé Zabrücksi, voilà ce qui semble l'explication la plus raisonnable à ce revirement. Le complexe d'infériorité d'un Gatline et le complexe de supériorité d'un Zabrücksi dans un même gouvernement, voilà qui va donner à notre presse l'occasion de s'exprimer ; à moins que les deux hommes dont nous connaissons le peu de goût pour l'effort intellectuel, ne parviennent à faire sombrer l'état dont ils veulent être la tête dans une profonde léthargie.

Tout cette histoire serait risible si elle n'était pas affligeante de médiocrité. Gatline vient de tuer le parti whig. Sa décision a été prise par un bureau politique dont il est le maître incontesté. Voit-on le falot duc de Wilhelstein, son secrétaire général, s'opposer au président autocrate. Le bon sens nous donne raison. D'ailleurs, c'est l'hémorragie depuis l'annonce de la défection du ministre. Après avoir provoqué la scission des whigs de droite, désormais réuni dans le zentrum, c'est l'ancien ministre Chesterfield, figure de proue de l'aile gauche du parti qui vient d'annoncer son ralliement au parti libéral. En cela rejoint par les anciens ministres Sonnenblum et Bourn, respectivement bourgmestres de Kolstadt et de Zollenheim que le revirement dans l'opposition à fait craindre une éviction de leurs charges. Gatline pourrait bien se retrouver seul aux prochaines élections générales, assurant certes sa réélection dans les Zorcades mais guère en métropole. Le parti whig pourrait bien finir bon dernier aux élections d'avril. De l'art de se laisser gouverner par son seul ego...

Philip de Prey - Rédacteur-en-chef
avatar
Feu Philip de Prey

Messages : 4
Date d'inscription : 21/05/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kreunzunburg Allgemeine Zeitung

Message  Feu Philip de Prey le Mer 21 Mai 2014 - 12:19

Communiqué


Le Kreuzunburg Allgemein Zeitung a le regret d'annoncer le décès ce jour de son rédacteur-en-chef

Philip de Prey

en sa quatre-vingt-quatrième année de vie.


Le Sieur Philip de Prey avait succédé au Sieur Peter-Franz Lazenaire a la tête du KAZ. Ses obsèques seront célébrées en l'église Zaint Franz de Zalmoral, Madame von Richthofen, directrice-générale des éditions Richthofen et amie de l'écrivain ayant tenu à payer les frais d'inhumation du gentilhomme désargenté qui n'a jamais hésité a mettre sa plume et son talent au service de l'universel, de la liberté et du progrès.

Les actionnaires et financiers du KAZ se réuniront afin de désigner, selon les vœux de Monsieur de Prey, un nouveau rédacteur-en-chef.
avatar
Feu Philip de Prey

Messages : 4
Date d'inscription : 21/05/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kreunzunburg Allgemeine Zeitung

Message  Feu Nola von Richthofen le Sam 21 Juin 2014 - 21:59



Communiqué


Les actionnaires et financiers du Kreuzunburg Allgemeine Zeitung se sont réunis afin de désigner, selon les vœux de Feu Monsieur Philip de Prey, un nouveau rédacteur-en-chef.

Madame Nola von Richthofen a été nommée Rédactrice-en-chef. Elle entend maintenir la ligne éditoriale du journal, "nécessairement critique, résolument progressiste et libérale".
avatar
Feu Nola von Richthofen

Messages : 37
Date d'inscription : 17/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kreunzunburg Allgemeine Zeitung

Message  Feu Nola von Richthofen le Jeu 18 Fév 2016 - 20:18

Le championnat de Bundezliga est lancé !


Le but de la victoire lors du match Rapid Kolstadt - KM Zorkney Harbourg.

Les résultats calamiteux de notre équipe olympique aux jeux d'hiver de Confolens, exception faite du Zoohozkey, dont l'équipe menée par le Prince Louis, propre fils du Grand-Duc a certainement sauvé l'honneur de la prestation Zollernoise, le Zollernberg s'enthousiasme pour un nouveau sport. Le fuzzball, hérité des zoules de l'époque médiévale se pratique dans tous les milieux de manière plus ou moins affichée. Sport populaire par excellence, les clubs d'ouvriers, de marins ou de paysans fleurissent. Le plus souvent créés par des bourgeois ou des nobles soucieux d'encadrer les masses et leurs jeunesses par l'effort physique, à l'image du Zpartak Wihelhof du major-général von Schwartzwolf ou encore du Hansa Zotterdam du Duc de Silverstein. Cet enthousiasme s'est même répandue à la jeunesse bourgeoise, à l'image du FCK Wilhelstaufen (Koeniglich Fuzzball Club). C'est ainsi que les rencontres deviennent un enjeu de lutte des classes lorsque les bourgeois du FCK Wilhelstaufen rencontrent les ouvriers de la même ville du SV Eazt End. La rencontre peut également devenir politique. Ce fut le cas hier à Kroenenberg où se sont rencontrées l'équipe rattachiste du Zollern Kroenenberg et l'équipe souverainiste du Zabrück Kroenenberg. La manifestation, qui s'est déroulée sur fond d'une vieille querelle politique sur la question du rattachement de l'Archiduché au Grand-Duché, s'est soldée par un match à égalité et sept arrestations en marge du match. Même la haute société se prend de passion pour le ballon rond, sans l'afficher tout de même : "c'est un sport de canailles" se gaussent certains gentlemans en public ou dans les salons du Zockey-Club. Pourtant, d'après une de nos sources, à l'Adlersberg, c'est un sujet de débats fréquents entre le Baron de Lezingham supporter du Rapid Kolstadt et Alexander Lemberg, propriétaire du FC Mittolzburg et président de la toute nouvelle Fédération Zollernoise de Fuzzball. L'enthousiasme s'est même répandu jusque dans l'Eglise qui a sa propre équipe, le ZFC Canozza constitué de Gardes Scanthéloises, la seule équipe du championnat à avoir un aumônier et à être entraînée par... un prêtre. Nul doute que ce nouveau sport fera couler encore beaucoup d'encres...

Découvrez le championnat zollernois et le classement des équipes de Bundezliga en dernière page

Brèves

Provinces

Conformément à la loi portant organisation des provinces votée sous le gouvernement libéral. Les élections provinciales du mois de décembre ont installé de nouveaux exécutifs provinciaux indépendant du gouvernement. Les libéraux ne remportent que deux provinces sur sept et devraient obtenir l'exécutif des Zorcades, résultat d'une tractation entre le gouvernement et l'oppositon loyale visant à nommer un juge conservateur à la Cour Suprême. Au programme des assemblées provinciales, un vaste champ de compétences : les transports, l'entretien et la construction des écoles, et la culture.

Economie

Parmi les valeurs montantes de la bourse de Wilhelstaufen, la Commerzbank Lemberg s'installe dans le paysage de La Zity. Créée en 2014 par Tourde Lemberg, fils du trop pieux politicien, qui ne répugne, lui, guère à l'usure, la Banque Lemberg, est detenu en majorité par le Groupe Lemberg (54 %) et la Guilde des marchands de Zotterdam (31 %). Banque régionale d'affaire et de commerce, la banque a tenté une ouverture à l'internationale, restée inaperçue mais réussie, avec un prêt accordé à la principauté de Livadia, petit état vassal de l'Empire Russlave situé sur la mer du Nord. Profitant d'une nouvelle ouverture de capitale soutenue par la Compagnie générale du Duc de Silverstein, grand ami des Lemberg, l'oncle d'Armara de Tourde, la banque s'attaque désormais au national, réussissant son ouverture en bourse et se plaçant en 4e position du classement des banques zollernoises. Fort de cette réussite, le Groupe Lemberg a entrepris de se diversifier en rachetant les Brazzeries Pilz au groupe Felgenheim, contrepartie à un renflouement des restaurants Von Felgenheim en faillite. Tourde Lemberg serait-il le nouveau loup de Wall Ztreet ?

People

Nos confrères du Zozolulu Zun, dans leur édition du 9 février, ont révélé les pratiques sexuelles pour le moins étranges et libertines du Comte de Castelmore. La Cour n'a pas souhaité commenter. Le Prince Zabrücksi s'exprimant à titre privé estime que le Feld-Maréchal doit démissionner. L'absence du premier soldat du Zollernberg lors du Bal du Zockey Club confirmerait-elle sa mise au ban de l'eztablishment ?

Le bal du Zockey Club ouvrant la Saison a eu lieu ce jeudi à l'Opéra Royal de Wilhelstaufen. Institution dans l'eztablishment, ce bal est l'occasion pour les enfants de la noblesse et la haute bourgeoisie qui ont l'honneur d'y être admis, de faire leur entrée de le monde. Parmi les débutantes de cette année, on citera Abigaïl Lemberg, la fille du ministre des affaires sociales apparue au bras de son père. C'était également la première représentation officielle de la Kronprinzezzin, sous la haut-patronnage duquel était placé la soirée, apparue au bras du Premier Ministre. Lieu d'endogamie social par excellence, on citera parmi les évènements marquant de la soirée la présence au bras de la Marquise de Silverstein, l'un des partis les plus en vue du Grand-duché, héritière du titre ducal éponyme et d'une fortune colossale, venue au bras de son cousin le Prince Philipp Molenkopv von Zabrücksi. Doit-on y voir un prochain mariage entre les Watersee et les Zabrücksi. C'est plutôt probable d'après des sources proches. Ne nous y trompons pas il y a là plus d'intérêts patrimoniaux que d'amour, les deux jeunes gens étant cousins... germains, et par deux fois !

Tourisme

La ligne Gatline démilitarisée et démantelée, le Gouvernement, la Province de Wasserland et quelques investisseurs privés souhaiteraient refaire des côtes de la Crazzee un haut lieu du tourisme balnéaire en Zollernberg. Problème, la pollution Krasslandaise qui se déverse sur nos côtes : le gouvernement osera-t-il un accord avec la Semi-République ?

Politique

Après un début de mandat difficile au sujet de la question religieuse, le gouvernement reprend de la vigueur. Un signe ne trompe pas, le Premier Ministre affiche de nouveau le sourire à la Chambre. Ayant donné des gages de satisfaction aux Zorthodoxes-Démocrates du Zentrum, la majorité est désormais soudée autour de son chef, le Baron de Lezingham. Une loi réglementant les cultes, faisant consensus dans la majorité, devrait bientôt être soumise au vote des députés. Le Premier Ministre a réussi son pari : remobiliser sa majorité sur le champ international en relançant le couple édorano-zollernois, moteur de la Grande Alliance qui réunira, ce samedi, son premier conseil diplomatique. Alors qu'aucune des réformes annoncées dans le champ des libertés publiques n'est encore entreprise, le gouvernement parviendra-t-il encore longtemps à cacher l'immobilisme de sa politique intérieure ?

- Nola von Richthofen, Rédactrice-en-chef
avatar
Feu Nola von Richthofen

Messages : 37
Date d'inscription : 17/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kreunzunburg Allgemeine Zeitung

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum