Dans le bureau du doyen de la Faculté de Sciences Humaines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dans le bureau du doyen de la Faculté de Sciences Humaines

Message par Feu Manfred Chesterfield le Lun 23 Déc 2013 - 18:43

Manfred Chesterfield prenait possession de son bureau à l'Université. L'octogénaire s'installait dans ses nouvelles fonctions à la capitale. Il avait quitté sa campagne et son manoir de Weissenbad pour s'installer officiellement dans un appartement bourgeois sis boulevard de la Couronne, constitutif de la dot qu'il avait reçu de sa très riche épouse née Smith. Au crépuscule de sa vie, l'ancien ministre n'en brillait que plus. Ce n'était un secret pour personne, il briguait pour les prochaines élections la députation dans la capitale. Pour l'heure, il travaillait au service du nouveau pouvoir avec le même zèle avec lequel il avait servi l'ancien.

A l'Université, il était de ceux qui avait été nommé moins pour ses qualités universitaires - Chesterfield était un autodidacte, sans aucun diplôme universitaire, avec pour seul bagage sa formation d'officier issu du rang - que pour son tempérament d'homme de fer. Les instructions ministérielles étaient claires : "favoriser à l'Université un climat propice au réforme de société", selon les termes du document transmis par son neveu au Recteur et au doyens de faculté. Autrement dit expurger le nationalisme des chaires qu'il détenait encore. Chesterfield s'en ferait un plaisir.

Il avait sous les yeux le professeur titulaire de la chaire d'histoire, le fameux Erwin Schlesien, "la pleurnicheuse" ainsi qu'il le surnommait en privé. L'homme était un intellectuel lancé en politique par hasard, devenu ministre et président du parlement au détour d'une élection. Il était surtout connu pour être le théoricien du panzollernisme. Ce titre suffisait à Chesterfield pour faire de Schlesien la victime expiatoire du gouvernement libéral.

Le vieillard octogénaire essyait de jauger l'homme qu'il avait en face de lui. Il semblait frêle, toujours sur le point de craquer ou de pleurer, sans aucune consistance, rien du grand esprit que la geste nationaliste avait voulu dépeindre :
- Bien Monsieur Schlesien il me revient de vous signifier votre mise à la retraite. Vous n'enseignerez plus parmi nous. Chesterfield savait Schlesien très marqué par sa prise d'otage par les rebelles de l'ancienne république populaire de Nordenmark, aussi se risqua-t-il à lancer, par pur curiosité autant que par pur sadisme : Vous pouvez retourner dans votre Zaxe natale. Enfin en République Populaire de Valdisky. Vous êtes heureux ?
avatar
Feu Manfred Chesterfield

Messages : 43
Date d'inscription : 26/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans le bureau du doyen de la Faculté de Sciences Humaines

Message par Erwin Schlesien le Ven 27 Déc 2013 - 19:57

- Monsieur le Ministre, c'est un véritable scandale. Vous allez à l'encontre de toutes les règles de la bienséance et de l'honnêteté. Jamais une législature ne s'était ainsi livré à ce genre d'infamies, c'est scandaleux, que pensera le Grand-Duc de tout cela ? Quel infamie, je n'aurais jamais pensé voir cela de mon vivant. Vous vous ... vous êtes vraiment ... méchant !!

Le visage de Schlesien s'était contracté sous l'effet de la rage, et les mots lui manquaient. Il se leva, et prenant la direction de la porte, il prophétisa en hurlant, le visage empourpré:


- Je reviendrais !

Erwin alla se réfugier auprès de ses collègues. Choqué par cette vilénie, il ne cessait de répéter : C'est politique ... ! C'est politique ... !
avatar
Erwin Schlesien

Messages : 65
Date d'inscription : 17/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans le bureau du doyen de la Faculté de Sciences Humaines

Message par Feu Baron de Lezingham le Lun 30 Déc 2013 - 13:06

Alors qu'il rangeait son bureau afin de quitter l'Université, Erwin Schlesien reçut un colis provenant de l'Académie Royale de Zollernberg. Était-il enfin admis, au titre de ses qualités de cartographe, dans la prestigieuse institution ? Point.


ACADÉMIE ROYALE DE GÉOGRAPHIE

Le Secrétaire perpétuel de l'Académie,

Honorable Pr. Erwin Schlesien,

Université de Wilhelstaufen

Monsieur le Professeur,


Vos travaux scientifiques ne répondent pas à la ligne scientifique de l'Académie Royale de Géographie et semble se perdre dans des confusions idéologiques. C'est pourquoi, il a été décidé de les retirer du fond présent à l'Académie. Aussi je vous prie de bien vouloir les récupérer.

Cordialement,

Cézar-Franz Cazzinys
Secrétaire perpétuel de l'Académie Royale de Géographie


Le panzollernisme dans sa forme extrême.

Le bleu foncé représente les territoires zollernois ou à réunir au Grand-Duché.
Le bleu clair représente les dépendances de la Couronne Zollernois ( Persis, Angmar Locquetas ) ainsi que le gouvernorat général de Cauzland.



Le ton était moins abrupte que celui de Smith, mais pour le moins cinglant. Il venait de la communauté universitaire même qui désavouait l'ancien professeur.
avatar
Feu Baron de Lezingham

Messages : 153
Date d'inscription : 26/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans le bureau du doyen de la Faculté de Sciences Humaines

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum