Opération épilogue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Opération épilogue

Message par Zollernberg le Dim 29 Avr 2012 - 20:29

Klaus Störtebeker :


S'en était trop... Cela faisait de trop nombreuses semaines que le Zollernberg dominait le conflit micromondiale actuel. Surtout, cela faisait longtemps qu'Edoran c'était repliait après plusieurs défaite contre son ennemi.


Depuis quelques temps, les chantiers navals du Saint-Empire avait mis à l'eau de nouveaux navires, les usines d'armement produisait un nombre imprésionnant de balles et d'obus à chaque heure du jour, les compagnies coloniales recrutaient des milliers d'indigène pour former des régiments expéditionnaires suplémentaires.


Ainsi, le Saint-Empire s'était préparé suffissament longuement à la riposte contre le Grand-Duché. Et cette riposte débutait maintenant... sous le nom d'opération "Epilogue".


La Ière Escadre de Combat Naval de Léry et le groupe A de la Ière Escadre Aéronaval de Port-Chiron, le groupe C de la Ière Escadre Sous-Marine de Port-Chiron, et de nombreux navires de transports et de débarquements des différentes escadres de la Ière Flotte avait quittait les eaux édoranaises en début de soirée. Direction... l'Edredonie et les Zorcades !


Ils ont été rejoint par la Flotte du Royaume vassal d'Alémanie et seront ultérieurement rejoint par des navires des flottes méniriennes et armarèennes.


Il allait sans dire que le Feld-Maréchal de l'Armée du Saint-Empire, l'Amiral Klaus Störtebeker avait prit lui-même le commandement du détachement que nous venons de décrire. Il n'avait pas pris quartier à bord du porte-avion « MIE Saint-Henri » comme lors de la première bataille d'Edredonie, mais à bord du « MIE Prince de Fricard » illustre croiseur de la Ière flotte. Il serait ainsi, vous comprendrez plus tard, plus proche des combats en Edredonie et donc de son rival zollernois, le Prince Zabrücksi...


Alors que la nuit n'était toujours pas finie, le groupe aéronaval, son imposant « Saint-Henri », ses destroyers, ses frégates et son pétrolier, laissèrent le reste de la flottille s'approcher de l'Edredonie, et pris pour sa part la route des Zorcades. Au niveau du cap du Wasserland, le groupe rejoint une escadrille armarèenne constituées d'un porte-avion, de quelques frégates et de navire de débarquement.


Le Contre-Amiral Norris, commandant le détachement armarèen, contacta en ses termes le Contre-Amiral Valence, commandant le groupe aéronaval édoranais.


- Mes salutations, Amiral. Comme convenue entre nos Etats-major respectifs, je mets mes hommes et mes navires à votre disposition.


- Très bien Amiral, allons reveiller Zozolulu !


Le détachement arriva à portée de canon de la capitale des Zorcades alors que le ciel quittait peu à peu sa couleur d'ébène vers le bleu marine qui sied à l'heure précédant l'aube.


Tous les marins de la flotte de Zozolulu dormaient encore dans leurs baraquement ou dans leurs navires à quai, l'amirauté était insouciente suite au repli édoranais... bref, tout était réunit pour faire un bon spectacle surprise aux Zollernois.


L'objectif étant d'empêcher tous renfort vers l'Edredonie, les deux portes-avion allaient s'engager vers un survol régulier du port militaire de Zorkney-Harbour, de sa rade et de l'ensemble des eaux attenantes aux Zorcades. Tout navire zollernois en mouvement serait bombardé, mais pas nécéssairement coulé. Comme le détachement allait être enfin repéré, le porte-avion « Saint-Henri » envoya un avion reveiller les zollernois en lacha deux bombes sur le siège de l'amirauté de la Ie flotte zollernoise.


BRRROOOOM !


BRRROOOOM !


Et le soleil se leva sur le Zollernberg.


Quelques minutes après à une centaine de nautiques de là, la côte édredonne fit face à une armada édoranaise en ordre de guerre. Le soleil se leva à son tour sur l'Edredonie, lorsque que le premier obus impérial frappa un casernement grand-ducal.


BRRROOOOM !


Dans les navires de débarquement, de transport et de combat, deux divisions expéditionnaires dont deux régiments coloniaux, attendaient avec impatiente d'en découdre avec la division d'occupation zollernoise et le millier de colons déjà installé dans le protectorat édoranais.


Le feu se fit plus nourrit, on tira également sur les navires zollernois en faible quantité sur place, la risposte zollernoise terrestre et maritime ne fit entendre que de longue minutes après. Les chalents édoranais de débarquement approchaient des plages édredonnes de sables fins, alors que les zoldats zollernois peinaient seulement à enfiler leur pantalon ou cherchaient en vain entre les cadavres de bouteille leur arme sous leur lit de camps...


Ainsi débutait la Troisième Bataille d'Edredonie...

Zollernberg
Admin

Messages : 491
Date d'inscription : 07/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://zollernberg.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération épilogue

Message par Zollernberg le Dim 29 Avr 2012 - 20:33

Prince Zabrücksi :


L'obus édoranais réveilla tout le Ludwigstein. Arrachés au sommeil, les soldats sautèrent de leurs couches, attrapèrent leurs casques et leur fusils et coururent en désordre vers leurs positions.

Le général Von Wölfenbuttel, au sommeil lourd fut réveillé par une ordonnance. Sitôt que ses idées fut éclairés, il esquissa un sourire. L'assaut allait se dérouler encore une fois sur la plage mais cette fois-ci, on s'était donné les moyens de la défendre.

Les hommes avaient creusés des tranchés et déroulé des barbelés. On avait également installé plusieurs de ces nouvelles armes, les mitrailleuses Gatline, qui devaient balayer la plage et refouler les assaillants.

On soupçonnait la présence de troupes indigènes dans les régiments d'infanterie, les hommes commentaient leur arrivée.


- Ah, les édoranais, quant il s'agit d'envoyer à la mort des pauvres bougres du Sud, il y a du monde, mais pour se battre, il n'y a plus personne.

À six cent kilomètres de là, le Prince Zabrücksi fut réveillé par Ratzler, son officier d'ordonnance.


- Monsieur, la flotte édoranaise bombarde Zorkney-Harbour.

Le Prince avait fait une moue. L'invasion du Crassland et du Crassberg était imminente, et voilà que les édoranais, fidèles à eux-mêmes retardaient toute l'opération.

Rapidement, le feld-maréchal prit la route de Zorkney-Harbour. À la faveur de la nuit tombée, il quitta discrètement la capitale avec une petite escorte. Il avait pour ambition de commander personnellement la flotte qui allait défaire les bâtiments édoranais en Mer Océane. À Whilelstadt, on prit une petite frégate, et on traversa le bras de mer qui séparait les Zorcades du continent. Ce faisant, le Prince et ses hommes purent admirer un spectacle titanesque. Les gigantesques batteries côtières zollernoises tiraient lentement mais régulièrement sur un ennemi encore invisible. On accosta à Zorkney-Harbour alors que l'ennemi avait déjà commencé sa bataille. Ordre fut donné à la flotte de se déployer, le Prince depuis le N.S.A.R Amiral-Nelzon était à la manœuvre.


Zollernberg
Admin

Messages : 491
Date d'inscription : 07/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://zollernberg.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération épilogue

Message par Zollernberg le Dim 29 Avr 2012 - 20:34

Egon Schweinwald :


Au nord du cap d'Edredonie, les troupes Krasslandaises avaient profité de la période d'accalmie pour renforcer leurs positions et parfaire leur formation. Cela leur avait donné le temps de se familiariser avec leur équipement et de fortifier leurs positions. Les services de renseignement krasslandais faisaient état d'une volonté des Zozos de poursuivre leur offensive en envahissant le Krassland et le Krassberg. On s'attendait donc a une reprise imminente du conflit et ce fut plutôt un soulagement de voir revenir la flotte edorane car les Zozos allaient se retrouver désormais sur la défensive et devraient abandonner leur plan d'invasion du Krassland. Certains membres de l'Etat major krasslandais furent toutefois un peu déçus, car une agression du Krassland par les Zozos aurait fourni au Krassland un bon prétexte pour récuperer le Krassland oriental et liberer le Krassauerstein. Dans la banlieue de Krassfürt-am-See un grand nombre de véhicules blindés se tenaient prêts à fondre sur Monte-Krasso pour libérer cette cité krasslandaise du joug zollernois. Si les soldats zozos tentaient de faire un pas de plus en territoire krasslandais la riposte serait fulgurante.

Zollernberg
Admin

Messages : 491
Date d'inscription : 07/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://zollernberg.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération épilogue

Message par Zollernberg le Dim 29 Avr 2012 - 20:36

Edorel Gatline :

Edorel se tenait là, debout sans bouger, se tenant les mains dans une attitude quasi-solennel. Lui qui devait voir si les côtes était apte à être défendues avait une magnifique vue sur les Zorcades et sur la flotte édoranaisse qui la bombardait copieusement. En voyant les fumées s'élever de Zozolulu et en entendant au loin les canonnades (de là ou il se trouve, c'est à près d'une trentaine de kilomètres du champ de bataille), Gatline se dit qu'il n'y avait plus rien à faire concernant la défense des côtes, il n'y en avait pas et il n'y aura bientôt plus de flotte des Zorcades dans le coin. Il rentrera donc à la Capitale et ira se concerté avec le Grand-Duc concernant la marche à suivre. Son oreille perçante lui permit d'entendre de manière très étouffée le bruit caractéristique de sa mitrailleuse en marche. Au moins était-il heureux de savoir que les troupes zollernoises testaient (et approuvaient certainement) cette nouvelle arme. Les édoranais n'en sortiront pas indemne. Un détail le titilla cela-dit, il avait le trois quart de sa fortune personnelle (une cinquantaine de lingots de platine) dans une banque de Zozolulu et dans un coffre-fort dans son appartement ou du moins ce qu'il en resterait. Dés que ce sera terminé il lui faudra rejoindre l'île pour s'assurer qu'il n'y aura pas eu de problème.

Voyant un poteau électrique longeant un chemin au delà des dunes, Edorel y alla, il mit des grapins autour de ses chaussures et commença à grimpé le poteau. Atteignant les fils, et sortant l'appareil de communication mis au point par les ingénieurs des ZZZ (on l'avait appelé "téléphone") il le brancha au réseau prit le combiné et mis en marche l'appareil.


-Standard j'écoute ? Demanda la voix nasillarde à l'autre bout du fil.

-Ici Gatline, communication urgente avec cas de force majeur, mettez moi en relation avec l'exécutif des ZZZ.

-Veuillez donner votre numéro d'identification.

-09-07-1990-AG-84-13-47.

-Ne quittez pas je vous met en relation.

...


...


-Hallo ? Chef ? C'est vous, c'est quoi le problème ?

-Allez dire au Grand-Duc que les édoranais sont entrain de défoncer la porte et qu'ils pourront passer sans toquer. Et prenez les mesures qui s'imposent, dites à Louis de mobiliser l'armée continentale.

-Sérieux ? On crut entendre plusieurs voix.

-Ils sont entrain de niveler Zozolulu à l'obus alors bougé vous !

Edorel raccrocha. Dans quelques heures, toutes les armées du pays Angmar-Persis et Locquetas inclus devraient être mobilisé. Gatline ne redéscendit pas, il avait finalement trouvé un bien meilleur point de vu du haut de ce poteau !

Zollernberg
Admin

Messages : 491
Date d'inscription : 07/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://zollernberg.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération épilogue

Message par Zollernberg le Dim 29 Avr 2012 - 20:39

Georgios Kestandis :

A Romeni (capitale de Meniro) les Galères royales embarquaient les derniers canons et les derniers hommes. Dans une heure nous levons l'ancre !


Sur le pont des galères (blindées !) royales l'ont s'affairaient :

-Pour l'amour de Zeus ! Plus vite !
-Oui mon amiral !




-Quartier maître ? Tout est en ordre ?
-Oui capitaine !
-Bien.


Les derniers milliaires entraient aussi dans les galères de transport. Au Total 28'500 hommes étaient mobilisé pour cette opération.
Les Hommes étaient fières. Ils espéraient tous revoir un jour leur pays, leurs champs, leurs femmes, leurs enfants et leurs familles ....
Beaucoup ne savaient écrire ni lire, mais par contre ils savaient tous tirer aux fusils ...



- Prochaine arrêt l'Edredonie !
-Bien Sire !

Et Les galères pattèrent de Romeni en empruntant le canal prévu à cet effet.

Zollernberg
Admin

Messages : 491
Date d'inscription : 07/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://zollernberg.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération épilogue

Message par Zollernberg le Dim 29 Avr 2012 - 20:41

Klaus Störtebeker :

Il n'est pas téméraire de dire que le Saint-Empire était fermement déterminé. En Edredonie, en effet, on avait déjà tiré plus de munitions que lors de la première bataille. Mais il s'agissait aujourd'hui d'en finir avec l'occupant.


La Marine zollernoise se réorganisait sans cesse sous les obus, elle s’avançait, ripostait, s'éloignait, et finalement se désorganisait et subissait de lourdes avaries...


En somme, le problème était surtout sur la plage...


- Attention, ne visez pas la plage. Si nous y laissons des obus non explosés nous en payerons le prix en débarquant. Concentrez vous sur l'arrière-côte, les pièces d'artillerie et les régiments qui s'y trouvent.


- Très bien Amiral, je transmets...

Une heure dura le pillonement des défenses côtières installés par les zollernois sur le littoral édredon. Le « MIE Prince de Fricard » reçu d'ailleurs pendant cette période un obus ennemi sur le pont, détruisant une partie de son armement sans compromettre sa flottabilité et sa mobilité.


Le bombardement se tari, la défense zollernoise s'était relativement tu. On lança donc à l'assaut de la plage les chalents de débarquement...


Les 20 000 expéditionnaires... dont un milliers périt sur la plage et dans les centaines de mètres après elle... prit le contrôle du littoral édredon. On dénombra les morts zollernois.



- Amiral, le débarquement a été dur, mais est un succès ! Les zollernois sont en déroute mais encore nombreux. On fait débarquer les chars et les véhicules, on les poursuit.


- Très bien, anéantissez-moi toute possibilité de riposte. Et rasez-moi les constructions de leurs colons. Ne tuez pas aux civils, on les cantonne seulement.


- Amiral, on me signale la présence du Prince Zabrücksi aux Zorcades. Du reste, le bombardement aérien de Zorkney-Harbor se déroule parfaitement, en dehors de la présence chez les zollernois d'une arme inconnu automatique rapide et puissante. Probablement la même que celle qui a abattu notre dirigeable à Wilhelstaufen.


- Eh bien, mon duel avec mon homologue zollernois ne se fera pas sur le même théâtre d'opération. Mais, il gouttera de mes ordres de combat à distance... Contactez le Contre-Amiral Valence, faîtes débarquer les chars armarèens selon les plans. Et envoyer le fameux message...


Ainsi, aux Zorcades, le calme et la douceur du climat nadüreen avait laissait place aux bruits et à l'odeur d'une guerre à mort...


Une trentaine d'avions, édoranais et armareens, se relayait dans le ciel de Zozolulu et Zorkney-Harbor pour y déversait en permanence la dose de bombe que nécessite la destruction des infrastructures portuaires. A chaque fois qu'un navire tentait de quitter la rade, il était la cible de ces oiseaux mécaniques, de même que les troupes au sol dans les rues du port. Et là, on reçu la confirmation de la présence du Feld-Maréchal Grand-Ducal dans l' « Amiral-Nelzon », celui que semblait vouloir défendre à tout prix la DCA et qui donc n'était pas cible facile pour les aéronefs...


Une communication fut envoyé depuis le « MIE Saint-Henri » :



Citation:
Zabrücksi, la guerre est finie. Le Zollernberg a tout à perdre en persistant dans la voie de l'hostilité et de l'occupation édredonne. Capitulez ou nous raserons Zozolulu, puis d'autres grandes villes du Grand-Duché. Störtebeker





Dans la campagnes zorcadiennes débarqua dans le plus grand secret des chars armareen et des canons longue portée édorannais. Bien sûr, le monstrueux « Petit Louis » n'aurait jamais pu être transportait ici vue ses dimensions, mais la prolifique industrie d'armement du Saint-Empire avait produit d'autre canon non moins redoutable.


Les amiraux étaient en contact, les troupes au sol et les avions n'attendaient donc que la capitulation ou l'ordre de raser la capitale du petit archipel zollernois...

Zollernberg
Admin

Messages : 491
Date d'inscription : 07/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://zollernberg.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération épilogue

Message par Zollernberg le Dim 29 Avr 2012 - 20:43

Edorel Gatline :

L'après-midi durant Edorel attendait sur la plage face aux Zorcades n'écoutant plus que les bruits des combats. Il était redescendue du poteau électrique, tout en y maintenant son téléphone branché. Il s'était assis, genoux croisé, et tel un bonze boudhinste s'était mis à méditer. il réfléchissait à la suite des opérations ce qu'il se passerait. Dans sa tête, tout les scénarios possibles et imaginables se faisait. Les plus improbables comme les plus réalistes. Celui qu'il craignait le plus était le suivant : guerre de conquête, occupation militaire, dissolution de l'union zollernoise, abolition de la monarchie, lui de retour au chômage avec l'éventualité d'être poursuivie par d'autres agents de l'ombre. La guerre d'extermination était à exclure, les édoranais ne se risqueraient pas à ça surtout au Zollernberg.

A un moment donné, sans comprendre pourquoi, il fut parcouru par un frisson. Il ne faisait pas particulièrement froid, il n'y avait pas beaucoup de vent. Cela étonna Edorel. Sentant la faim venir, il se permit de cesser sa méditation et pris sont repas. Un zandwich, un peu d'eau, quelques biscuits, une pomme et de la zuvamine (le docteur Damienz lui avait expliqué le principe de la zuvamine et depuis il en prenait autant que possible.)

Au milieu du repas, il entendit une sonnerie, il se tourna vers le poteau électrique, son téléphone sonnait. Il grimpa aussi vite que possible et décrocha.


-Gatline.

-Monsieur, mauvaises nouvelles.

-La guerre est perdue, je sais, je le dit depuis le début.

-Zabrucksï est mort.

-Quoi ?! ... Merde.

-Au champ d'honneur. C'est l'officier de radio de l'Amiral Nelzon qui a fait passer le message.

-Le Grand-Duc est au courant ?

-Pas encore.

-La Grande-Duchesse ?

-Non plus.

-Surveillez là de très près. Qui commande maintenant ?

-Babenberg.

-Vous pouvez brancher le téléphone à une radio ?

-Faudrait bidouiller deux trois fils.

-Quand ce sera fait mettez vous en communication avec l'Amiral Nelzon, faudra que je cause avec lui.

-Bien chef.

Zollernberg
Admin

Messages : 491
Date d'inscription : 07/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://zollernberg.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération épilogue

Message par Zollernberg le Dim 29 Avr 2012 - 20:45

Klaus Störtebeker :

Au soir d'une journée de combat intense, dans les Zorcades l'ambiance venait subitement de changer. Les canons des navires zollernois et la DCA de Zorkney-Harbour venait de se taire...

- Pourquoi diable cessent-ils de tirer ? Ils viennent pourtant de nous couler le "San Sebastien" !

- Amiral, nous avons une communication du "NSAR Amiral-Nelzon"

Le Contre-Amiral Valence lu le message avec de grands yeux où se mélait joie et incrédulité, avant d'ordonner avec vigueur.

- Cessez le feu ! Arrêter le combat ! Mais rester en alerte maximale ! Et transmettez le message en Edredonie.

Un opérateur radio tapota des touches de cuivres rondes laissant à chaque pression s'échapper un "bip" sonore.
A une centaine de nautiques du "Saint-Henri", le message se transcrivait sur un appareil du croiseur amiral "Prince de Fricard" situé au large de l'Edredonie. l'Amiral Béclère, à son bord, lu le message et ordonna qu'il soit transmit au Feld-Maréchal, qui une heure auparavant avait quitté le navire dans un vedette des fusillers-marins pour atteindre les plages désormais sure du protectorat. Le message fut donc de nouveau tapoté et les ondes radio le portèrent jusqu'au poste de communication de campagne de la 1ère division expéditionnaire, établit sur le premier campement édoranais à un lieu du bord de mer. Là, un opérateur reçu le message, qui fut donné à une estafette, qui le porta à vive allure au Feld-Maréchal qui s'était réunit avec les généraux et colonels des unités ayant débarqué et qui faisait le point sur les évenements de la journée :

- Général, où en sommes nous ?

- Amiral, nous avons réussit à contrôler l'ensemble de la côte au terme de 3 heures de combat après le débarquement. Nous avons reçu un prompt renfort ménirien qui nous a permit d'investir l'ensemble du territoire édredon sur la matinée seulement !

- Ah, le Royaume de Méniro est une nation qui fait honneur au micromonde ! Assurément un allié de choix !

- Oui, Amiral, car grâce à eux, nous avons pu arrêter tous les colons et repoussé rapidement les soldats zollernois jusqu'au col du porte-manteau.

- Parfait ! Et comme le col est fermé par le sabotage et les éboulements provoqués par nos unités spéciales...

- Ils sont acculés !

Deux estafettes entrèrent en même temps dans le tente de commandement en vociférant l'urgence de leur message.


- Un à la fois ! Vous en premier...

- Amiral, le général von Wof... Walf... euh bref... le commandant des troupes zollernoise en Edredonie capitule ! Ils ont hissez des drapeau blanc !

- Ah ! Ils avaient la montagne qui leur piquait le dos ! Mes chers amis, après une victoire et une défaite, nous remportons la belle ! Faîtes hissez le drapeau édoranais sur tout le protectorat ! Oui, vous maintenant...

- Zabrücksi est mort aux Zorcades... l'Amiral Babenberg demande un trêve...

Störtebeker n'en croyait pas ses oreilles. Il avait du respect pour son homologue tout en étant son plus grand adversaire. Mais il ne pouvait contenir sa joie d'une victoire quasi totale. Il rédigea deux messages, l'un pour avertir l'Empereur, l'autre pour Babenberg...

Les estafettes repartirent donc au poste de communication à deux arpents de là. Les opérateurs radio transmirent les messages. Le "Saint-Henri" relaya celui destiné à l'amiral zollernois, et dont le contenu était :


Citation:
Störtebeker a une pensée pour le Prince Zabrücksi. Cessons le feu et demandons capitulation zollernoise. Exigences édoranaises transmisent à Wilhelstauffen. En l'absence de capitulation, poursuite de notre offensive.

Zollernberg
Admin

Messages : 491
Date d'inscription : 07/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://zollernberg.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération épilogue

Message par Zollernberg le Dim 29 Avr 2012 - 20:51

2ème flottille :

Depuis les Zorcades, avec le Groupe C à nouveau opérationnel, Rüdolf Fischer tentait de rentrer en communication avec l'Etat-Major des Forces Armées Scanthéloises (FAS), dans l'espoir d'obtenir un appui qui faciliterait son extraction ...

Zollernberg
Admin

Messages : 491
Date d'inscription : 07/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://zollernberg.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération épilogue

Message par Zollernberg le Dim 29 Avr 2012 - 20:53

Egon Schweinwald :

Avant même que la nouvelle de la défaite zollernoise et de la mort de Zabrücksi ne soit communiquée au Grand Duc du Zollernberg, les services secrets krasslandais étaient déjà au courant et ces nouvelles ne tardèrent pas à se répandre dans les médias krasslandais. On assista alors à des scènes de liesse comme on n'en avait plus vu depuis la dernière victoire du Krassland en coupe du micromonde de Subrugby. Les Krasslandais prirent leurs voitures et parcoururent les rues des principales villes du pays en klaxonant et en brandissant des drapeaux krasslandais mais aussi édoranais. La Krassbier et le champagne de Krassau coula a flot ce soir là pour célèbrer la disparition du Zabruti qui voulait envahir le Krassland et le Krassberg. On brûla des cierges en plastique aux pieds de la statue géante de Saint Krassimir pour le remercier d'avoir une fois de plus détruit les ennemis de la nation. Certains racontèrement même avoir vu des rayons lumineux sortir des yeux de la statue et pulveriser les navires zozos au large de l'Edredonie. (En fait il y a bien des rayons lumineux qui sortent des yeux de Saint Krassimir mais ce sont ceux du Krassimir's, la célèbre discothèque qui se trouve dans la tête de la statue).

A l'Etat major des forces armées krasslandaises on célébra aussi l'événement mais tout en restant vigilant car si la mort de celui qui, par son délire expantionniste, avait mis une partie du micromonde a feu et a sang était assurément une bonne nouvelle, la guerre n'était peut être pas encore finie et le Krassland oriental était toujours sous occupation zozo. La stratégie défensive adoptée par le président par interim Schweinwald avait certes permis que le Krassland s'en sorte jusque ici sans subir de pertes ni de destructions mais certains auraient préféré une participation plus active du Krassland au conflit et ils espéraient encore que l'on profite du fait que les zozos se retrouvent acculés par les édoranais pour leur reprendre Monte Krasso, le Krassland oriental et le Krassauerstein.

Zollernberg
Admin

Messages : 491
Date d'inscription : 07/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://zollernberg.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération épilogue

Message par Zollernberg le Dim 29 Avr 2012 - 20:54

Edorel Gatline :

Toujours sur la plage, toujours perché sur le même poteau ...

-Alors ça vient ?

-Raccrochez on a presque terminé la manip, on vous rappelle.

Edorel raccrocha.

...


...


...

Le téléphone sonna, Edorel décrocha.

-Alors ?

-Communication établi, on vous passe l'opérateur radio du Nelzon.

-Ici cuirazzé Amiral Nelzon.

-Ici le ZZZ, passez moi Babenger ça urge !

-Mais l'Amiral est occupé.

-M'en cogne ! Dites lui de ne pas capituler.

-Hein ?!

-Faites demander un armistice ! Ordre du Grand-Duc !

-Mais vous êtes sûr ?

-Ce qui est sur c'est que la cour martiale vous attends si vous vous bougez pas.

-Bon très bien.

Edorel entendit parfaitement le bruit d'une siège déplacer et des bruits de pas. L'homme était surement parti faire passer le message.

Zollernberg
Admin

Messages : 491
Date d'inscription : 07/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://zollernberg.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération épilogue

Message par Zollernberg le Dim 29 Avr 2012 - 20:56

Giorgios Kestandis :

Les Galères de Meniro pendant ce temps arrivent proche des cotes d'Edredonie, sans grands problèmes...


Un pigeon voyageur fut envoyer aux Navires d'Edoran préant sur place.




Attendons réponse ou confirmation de votre part avant de débarquer ou faire autres actions.


Amiral Theodoros Vangolos
Marine Menirienne

Zollernberg
Admin

Messages : 491
Date d'inscription : 07/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://zollernberg.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération épilogue

Message par Zollernberg le Dim 29 Avr 2012 - 20:57

Max Svalborg :

Pour autant qu'il batte pavillon des FAS, le Groupe C de la 2e Flottille recevra l'appui nécessaire de la République Fédérale de Nôddia pour se désengager des Zorcades. Si cette condition est remplie, le repli peut s'effectuer dès que possible et selon le procédé tactique en vigueur. A son retour, le Commandeur Fischer est prié de se rendre immédiatement au Château de Lunebourg.

Zollernberg
Admin

Messages : 491
Date d'inscription : 07/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://zollernberg.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération épilogue

Message par Zollernberg le Dim 29 Avr 2012 - 20:59

Klaus Störtebeker :

Le Feld-Maréchal édoranais quittait les camps de prisonniers zollernois d'Edredonie où il venait d'informer ces derniers de la défaite de leur pays et de sa capitulation prochaine. Il retrouva son aide de camp.


- Alors, ils ont capitulé ?


- Non, Amiral, pas de nouvelles...


- Quels lâches !


Il était bien sûr impossible de faire confiance aux zollernois. Mais Störtebeker ne comptait pas attendre indéfiniment.


- Envoyer ce message à Méniro...


Citation:
Toute notre gratitude pour votre aide en Edredonie. Programmons débarquement sur le sol zollernois, rejoignez le « MIE Saint-Henri » dans les Zorcades.



… Et maintenant, je pars pour les Zorcades avec une division expéditionnaire... Appellez le Palais Corvin*, on passe à l'opération « Ultime ». Il sera toujours temps de l'annuler.


En fait de nouvelle opération, il s'agisait d'un protocole prévu depuis le départ. Des forces de débarquement et de transport vont quitter dès réception de l'ordre du Feld-Maréchal les ports militaires du Saint-Empire. C'est environ 50 000 hommes (fussiliers-marins, expéditionnaires, mais aussi artilleurs, fantassins, sapeurs et cavaliers (blindés)) qui allaient prendre la route du Grand-Duché de Zollernberg.


Le Saint-Empire a exigé du Grand-Duc une capitulation ainsi que des garantis que ce dernier devra satisfaire et énoncer à la Conférence des Nations. S'il s'y résoud rapidement, l'ultime opération ne sera finalement qu'un exercice en Mer Océane.

Zollernberg
Admin

Messages : 491
Date d'inscription : 07/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://zollernberg.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération épilogue

Message par Zollernberg le Dim 29 Avr 2012 - 21:00

Giorgios Kestandis :

-Mon amiral !
-Oui quartier maître ?
-Un message pour vous d'Edoran !
-Merci...


-Renvoyer un autre pigeon avec ce message :



Citation:
Comprit. Partons sur le champ. Amiral Theodoros Vangolos Marine Menirienne




Les Galères appareillèrent pour les Zorcades.




Le capitaine criait :
- Orche ! Poge ! au trinquet ! aux boulingues ! serper le fer !

Zollernberg
Admin

Messages : 491
Date d'inscription : 07/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://zollernberg.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération épilogue

Message par Zollernberg le Dim 29 Avr 2012 - 21:06



PALAIS COBOURG



Sa Majesté Charles III, Empereur d'Edoran

c.c. Monsieur le Chancelier
c.c. Monsieur le Feld Maréchal-Comte de Sabrevoix





Votre Majesté,
Mon cousin,



Nous n'avons aucune raison de poursuivre une guerre dans laquelle nous n'avons plus aucun intérêt. La reconquête est terminée, les frontières du Grand-duché fixées aux territoires que son gouvernement a légitimement rattachée. Nous ne souhaitons éprouver davantage notre peuple. C'est pourquoi, nous proposons un armistice afin de mettre fin aux hostilités qui n'ont que trop éprouvées nos peuples et de préparer une paix que nous souhaitons ferme et durable.

En preuve de notre bonne volonté nous consentirons à reconnaître la ville et la région du Ludwigstein ci-devant nommé Edredonie comme territoires du Saint-Empire, duquel elles n'auraient jamais du être détachées ; à condition toutefois que les motivations qui ont présidées à la guerre défensive que nous avons menée soient respecté, à savoir sa non militarisation.

Recevez, Votre Majesté, Mon Cousin, l'expression de mes sentiments distingués.



Louis, M.D.

Zollernberg
Admin

Messages : 491
Date d'inscription : 07/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://zollernberg.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération épilogue

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum