Arrivée aldarnoro-avaroise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Arrivée aldarnoro-avaroise

Message  H.-T. de Seillié-Mouret le Sam 2 Nov 2013 - 4:03

Suite au bref mais constructif échange de missives entre le Zollernberg et le continent sud, il avait été convenu qu’une rencontre de haute importance se déroulerait entre le Grand-Duc, son ministre Chesterfield, et la délégation aldarnoro-avaroise en marge des festivités zollernoises. Malheureusement, le Régent fut empêché par une nouvelle tentative de débarquement du Califat d’Alharkoum en Principauté de Castelmaure, la quatrième en plus de neuf mois. Bien que la dure campagne de pacification de la Nouvelle-Alexandrie requérait  toute l’attention des avarois, le Régent exigea à être représenté lors de cet évènement important pour la nation zollernoise, vieil allié et ami, que constituaient les Fêtes du Trône. Après quelques échanges avec le Roi d’Aldarnor, il fut décidé d’envoyer un plénipotentiaire commun afin de symboliser l’extraordinaire rapprochement entreprit entre les deux voisins depuis un certain temps déjà. Arban de Tassier fut le choix évident : de fibre militaire, disposant de la double nationalité, et ayant la confiance absolue de Rouvray et Castillon-Villeroy, il n’y avait pas meilleur homme en ce monde pour accomplir une telle mission. En effet, l’ambassadeur habituel, François de Brétellier, était indisponible car souffrant, tandis que le duc de Bourgondes, présent lors des premières réunions du sommet de la Triple-Alliance, était rentré pour affaires personnelles il y a longtemps.

C’est à bord de l’Infatigable, colossal vaisseau de ligne de premier rang aux armoiries de Guysenval, que le baron de Tassier partit de Belfort en direction de Zollenhafen. Le voyage était long et impliquait  la traversée des couloirs reliant la Mer du Saraland à la Mer Océane. Les eaux d’Yrusalem, fort dangereuses, furent naturellement délaissées au profit d’un détour par l’Ouest de l’île d’Orion.
Quelques semaines s’écoulèrent avant l’arrivée de l’imposant navire près des côtes du Grand-Duché, à la vue desquelles il fit flotter en évidence ses pavillons nationaux. Une fois amarré à Zollenhafen, Arban s’extirpa enfin des entrailles du monstre en bois de chêne pour se rendre dans un hôtel du port particulièrement luxueux. Il devait prendre du repos avant d’entamer le voyage en fiacre jusqu’à Wilhelstaufen.


avatar
H.-T. de Seillié-Mouret

Messages : 33
Date d'inscription : 01/11/2013
Localisation : Wilhelstaufen

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrivée aldarnoro-avaroise

Message  H.-T. de Seillié-Mouret le Jeu 7 Nov 2013 - 21:16

La nuit fut courte mais réparatrice. Dès potron-minet, Arban monta dans une voiture discrète en compagnie de ses deux gardes personnels et de grosses malles de voyage protégeant les costumes, perruques, et présents emmenés par la délégation aldarnoro-avaroise. La route était entretenue et sûre, bien différente des chemins coupe-gorges et abimés de la Nouvelle-Alexandrie après des années d’abandon. Ponctué de brefs arrêts, le voyage fut relativement rapide et le plénipotentiaire arriva à temps dans la capitale pour les festivités.
Il prit soin de rédiger ses observations méticuleuses de la nation zollernoise, notamment sur le gros engin métallique traversant la campagne du Grand-Duché à une vitesse prodigieuse et recrachant un curieux panache de vapeurs diaboliques. Ses gardes s’apprêtèrent même à tirer au mousquet sur cette " bête sortie des entrailles du Malin " mais se retinrent, surpris et effrayés, en apercevant des femmes et des enfants à l’intérieur du long corps sur roues de la créature monstrueuse et bruyante. Arban dû calmer leurs ardeurs, supposant qu’il devait s’agir d’une simple invention, même s’il ne pouvait en définir la fonction.

Arrivée à Wilhelstaufen, la délégation assista en retrait à la grande messe de la cathédrale, attirant les regards de par son accoutrement quelque peu original. Bien que syiste, Arban pria discrètement pour le bien-être du Grand-Duc et la prospérité de la nation zollernoise. Une fois l’office terminé, les aldarnoro-avarois se rendirent à l’hôtel pour se préparer à regarder le " Zcanthélois Volant " de Zagner, à l’Opéra-Royal.


- " Je vous prie d’être présentables, messieurs. Aucun faux pas ne sera bien évidemment toléré ! "

Les soldats acquiescèrent et prirent leurs quartiers.
avatar
H.-T. de Seillié-Mouret

Messages : 33
Date d'inscription : 01/11/2013
Localisation : Wilhelstaufen

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum