Ouverture solennelle de la 22e législature du Parlement

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ouverture solennelle de la 22e législature du Parlement

Message  Feu Louis Ier le Dim 15 Déc 2013 - 0:18

Louis Ier sacrifiait du mieux qu'il le pouvait à ses devoirs de souverains, arbitre davantage que capitaine, au dessus de la mêlée, père aimé - et aimant - du peuple zollernois. Les années de règne avait mué le prince autocrate en un monarque aimé et respectueux des usages de la monarchie. La fougue de la jeunesse était passé. Louis regardait les changements de la vie politique avec détachement, avec la seule certitude que la Couronne, elle, ne passerait pas ; pas davantage d'ailleurs que le Zollernberg, qui revêtait les habits de l'éternité dans l'union séculaire de la monarchie et de son peuple. La monarchie liait le passé et l'avenir et était, à elle seule, capable de rehausser le présent. Le faste de la cérémonie d'ouverture du Parlement était séculaire, la tradition parlementaire et monarchique l'avait codifiée.

Le souverain en grand uniforme d'amiral de la Flotte - le bleu passait mieux avec le pourpre du manteau d'hermine qu'il portait pour l'occasion - était toutes médailles pendantes. Louis, amateur de généalogie et férue de décoration avait toujours attaché une importance à l'apparat, si ce n'est à l'apparence. Ce n'était guère une défaut, pour le chef de six états indépendants en perpétuel représentation, dont toute la vie n'était qu'une pièce de théâtre continuellement joué au micromonde. Louis Ier, par sa bonhommie et son affabilité naturelle avait su se faire aimé des zollernois et adopter par lui. Apatride sorti des reins d'une dynastie étrangère au Zollernberg, Louis avait été appelé sur le trône au bénéfice d'une parenté le liant par les femmes, à François-Joseph II, père du grand Frédéric-Guillaume Ier. Nul zollernois n'osait désormais remettre en cause la zollernité de la nouvelle dynastie.

Victor-August dans son uniforme de colonel des cuirassiers portant son nom, arborait avec une fierté qu'il dissimulait mal le cordon de l'ordre de l'Empire que son père lui avait donné aux dernières fêtes du Trône. Il était accompagné de sa sœur la toujours belle Princesse Sophie-Charlotte, Princesse Royale. Les enfants du couple grand-ducal étaient adulés du peuple qui les tenait pour sien. Le Zollernberg se réjouissait de voir Sa famille grand-ducale au complet. L'unité familiale soulignait l'unité nationale.  Sur le long du parcours qui le conduisait  jusqu'au Parlement, dans son carrosse d'apparat escorté par deux détachements des Gardes du Corps, le Grand-duc saluait la foule. La Grand-duchesse l'imitait, s'y pliant de bonne grâce. On l'avait même vu porté des regards d'affection et de complicité vers son mari.

Au Palais de Westernhalen, siège du Parlement et de la Chambre des Pairs, qui avait abandonné le drapeau zollernois pour arborer l'étendard royal, l'écartelé de Zollernberg et de Cobourg, le couple grand-ducale fut accueilli très officiellement par le Chambellan Prince Hanz.

Le rituel était codifié de manière séculaire. Le souverain ne pouvait pénétré au Parlement, la cérémonie se déroulait toujours à la Chambre des Pairs qui revêtaient pour l'occasion leurs couronnes et leurs manteaux d'hermine. Sur son passage un sergent d'arme ordonnait à tous de se décoiffer - la phrase était rituelle elle aussi - que le reste de la cérémonie. Le souverain prit place sur son trône, d'ordinaire vide, et désormais occupé, son épouse à ses côtés. C'est alors que le Chambellan Prince Hans, maître des cérémonie, rejoignit le Parlement afin d'invité les députés à rejoindre les Pairs du Grand-duché. Le rituel commandait que lui claquât la porte au né, afin de signifier le pouvoir du Parlement et souligner son indépendance vis-à-vis du Parlement. C'est alors que le Chambellan devait frappé à l'aide de sa canne, insigne de sa charge, une première fois, une deuxième fois, puis une troisième fois, avant que ne lui ouvre, qu'il ne s'incline en signe de respect devant le Président et les députés et leur signifie - toujours selon la phrase rituelle : "Madame le Président, Son Altesse Royale prie les honorables députés de se joindre à la Chambre des Pairs". Le cortège rejoint alors la Chambre des Pairs. C'est cependant debout que les députés suivent le discours du Souverain. Le poids des traditions ne s'arrêtait pas là. C'est d'ailleurs pour leur respect, et bien que la démocratie fût apaisé, qu'un des députés avait été désigné par ses collègues pour être fictivement retenu en otage au Palais Cobourg, afin que ces derniers n'eussent pas la tentation - folle - de séquestrer leur souverain. La monarchie zollernoise était ainsi faite de rituels ancestraux et anachroniques qui lui donnait un aspect si délicieusement suranné.

Le discours du Trône était très attendu. Le Chancelier Prince Zabrücksi le remit à son souverain.


Dernière édition par Louis Ier le Dim 15 Déc 2013 - 0:44, édité 1 fois
avatar
Feu Louis Ier

Messages : 183
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ouverture solennelle de la 22e législature du Parlement

Message  Feu Louis Ier le Dim 15 Déc 2013 - 0:26

Le discours du Trône préparé par le Premier Ministre - ainsi que les us parlementaires l'avait peu à peu institué - ne traduisait plus rien de la pensée politique du Souverain. Le pouvoir était à l'Adlersberg. Le Souverain n'en gardait les attributs et les apparences. Louis Ier fit, comme à son habitude à chaque ouverture du Parlement, lecture du texte attendu de toute la classe politique et du peuple entier. Il délivrait la politique gouvernementale pour les cinq années à venir.



"Nobles Pairs de la Couronne,
Mesdames et messieurs les Honorables Députés de Notre Parlement,

Notre pays à traversé, au cours des dernières décennies, une période extrêmement troublée, faite de déchirements, de guerres et d’instabilités. Notre pays en a été gravement atteint, à l’intérieur comme à l’extérieur.


Le travail qui vous attend au cours de cette 22e législature est important et décisif. Il se peut même que ce travail ne soit même pas terminé quand vous serez amenés à rendre le mandat que Notre Peuple vous a confié que vos successeurs reprendront alors avec – je l’espère – autant de courage. Les implications de ces réformes se répercuteront dans les siècles et feront entrer le Zollernberg de plein pied dans une ère de paix et de progrès pour tous.

Notre Parlement a pour but de faire la loi pour améliorer et garantir les libertés que Nous avons octroyé au peuple zollernois. Il développera et rendra possible la mise en place de cette ère de progrès par le développement d’importantes réformes sociétales. Vous engagerez la réflexion sur la mise en place prochaine d’une Déclaration des droits, qui assurera la garantie des droits fondamentaux de Nos Estimés Sujets. Par ailleurs et dans les premières semaines de la législature Notre Gouvernement garantira à chacun des Sujets Zollernois l’égalité des droits ainsi que la liberté de cultes. Cela passe par l’établissement de l’égalité politique entre hommes et femmes, autorisée par la Constitution zollernoise et précisée dans un premier temps par un Arrêté ministériel.


Pour le reste, parce que Notre Loi s’applique à tous, cette législature aura pour but de mettre fin à la société d’ordre qui a été la notre pour établir l’égalité de tous les Sujets face à la loi et aux charges de l’Etat en mettant fin aux privilèges fiscaux de la noblesse et des cultes. A ce prix, qui sera élevé pour certain, notre pays montrera sa volonté d’aller de l’avant.

Par ailleurs et pour éloigner à tout jamais les démons du merksisme de notre pays, qui n’a pas été sans provoquer de dangereux heurts dans Nos Etats, il est important de mettre en place une politique sociale ambitieuse prenant en charge les besoins de Nos Sujets dans leur vie de travailleurs. L’impôt que vous consentez à lever ne doit plus uniquement Nos armes et une politique de prestige militaire qui à désormais bien plus qu’atteint ses objectifs. Le rôle premier du Parlement est de défendre les libertés du Peuple Zollernois. Aussi, vous aurez à étudier la mise en place d’une caisse de sécurité sociale au niveau national.

Il revient également à Notre Parlement de s’intéresser aux colonies zollernoises. Les Zindes, notre colonie historique doit être réformée politiquement pour permettre à ses élites de former une nation responsable et reconnaissance envers l’œuvre civilisatrice du Zollernberg sur ses terres depuis de nombreuses années. Cette législature aura également pour mission de travailler au développement de l’autodétermination des Zindes afin de la faire rentrer dans le concert des nations comme un pays-frère sur lequel le Zollernberg veillera comme un ainé bienveillant.

Enfin, à l’extérieur, il vous appartiendra de tirer les conséquences de l’action des gouvernements précédents pour mettre en place une politique d’apaisement au niveau international. Il y a eu bien trop de guerre, bien trop de morts ces dernières années. Notre Micromonde doit maintenant connaître une ère de paix. Pour cela, une grande campagne diplomatique sera lancée en vue de rénover l’image du Zollernberg à l’étranger et conclure avec nos voisins proches et lointains, des traités de reconnaissance et d’amitié qui vous seront soumis et sur lesquels je vous demande de vous pencher avec sérieux et responsabilité.

Tout cela pouvant concourir, à terme, a construire une nouvelle communauté micromondiale des nations virtuelles à l’image de l’Organisation des Nations Virtuelles qui pourra alors permettre le développement d’actions multilatérale en faveur de la paix, du grand commerce et de l’amitié entre les peuples.

L'ouvrage qui s'annonce est immense, nous entendons vous demander à tous, dans le respect des opinions de chacun, un travail intense et emprunt du sens de la responsabilité dans ces hautes tâches, pour le service de Notre État et Nos peuples et la gloire de Notre Couronne, dans l'esprit de loyauté indéfectible qui doit toujours régner dans cette Chambre.

Car tel est Notre bon plaisir. Que les Dieux nous soutiennent."
avatar
Feu Louis Ier

Messages : 183
Date d'inscription : 28/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum